Archives mensuelles : juillet 2017

Appel à contribution – Genre et nations partitionnées

Colloque Genre et nations partitionnées

  Appel à contribution

Organisateurs : Anne Castaing, Benjamin Joinau (Séoul Jongik University)

Date limite d’envoi des propositions : vendredi 15 septembre 2017

Lancement de l’appel : lundi 29 mai 2017

14 et 15 décembre 2017 – Maison des Sciences de l’Homme, 54, Bd Raspail 75006 Paris

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?
Allemagne, Inde-Pakistan-Bangladesh, Corée, Vietnam, Israël-Palestine, Yougoslavie – les cas de figure sont divers, mais montrent que la partition renvoie spontanément à des représentations polarisées autour de relations genrées et hiérarchisées. De manière allégorique, celle-ci peut prendre la figure du frère et de la sœur, de la mère et du fils, même si le plus souvent, l’image du couple marié ou amoureux cherchant à se réunir est prédominante. Cependant, le binôme à (ré)apparier n’est pas le seul mode de symbolisation genrée de la division nationale. La partition, en tant que processus même, génère des violences, qui sont fondamentalement structurantes des rapports homme-femme aussi bien au niveau des pratiques que des représentations (Ivekovic 1998 ; Das 1996 ; Spivak 1987). En particulier, les femmes, porteuses et garantes de l’identité ethnique, sont couramment l’objet de violences sexuelles. Le viol, l’humiliation, la souffrance, le deuil (mari, enfants) infligés aux femmes en situation de partition en font le symbole non plus seulement d’une partie, mais du tout de la Nation divisée. Les femmes sont ainsi souvent investies, dans ces situations de division, d’un enjeu symbolique où se jouent, en plus des identités genrées, les identités collectives et leurs représentations. Ces dernières sont rarement monolithiques et font elles-mêmes l’objet de combinaisons variées et concurrentes, révélant la dynamique qui se joue au niveau de l’imaginaire d’une communauté quand elle est confrontée à une division interne. Plus que des symboles isolés, ce sont des mises en récit complexes que nous devons appréhender dans leur diversité narrative.
Ce sont ces processus de symbolisation narrative, à la fois anthropologiques et historiques, que nous souhaitons analyser à travers les productions culturelles de pays en situation de partition. Nous espérons ainsi, par cette approche comparative, repérer des invariants tout en proposant des typologies narratives où la différence genrée, en particulier l’image des femmes, est requise, reproduite, peut-être transformée, afin de penser un autre type de différence, celle qui se cristallise quand une nation est divisée et séparée. Nous serons en particulier sensibles aux différentes formes de représentations en fonction de leurs modes de production (institutionnel, individuel), de leur diffusion et de leur réception, afin d’éviter la simple étude de contenu décontextualisée.

Ce colloque interdisciplinaire et comparatiste, qui souhaite accueillir spécialistes des littératures, des productions culturelles et de l’histoire des idées, historiens et anthropologues travaillant sur différentes aires culturelles et contextes historiques, vise à interroger les partitions et les divisions nationales d’un point de vue genré. Il s’intéressera particulièrement aux représentations comme témoin de ces assimilations imaginaires : littérature, cinéma, arts performatifs, arts plastiques seront les supports de nos réflexions.

Axes possibles :

Les communications proposées, d’une durée de 20 minutes, pourront porter sur les axes thématiques suivants :

- Genre et partitions comparées ;
- Représentations genrées de la nation partitionnée : littérature, cinéma, arts plastiques, arts performatifs ;
- Imaginaires nationalistes des corps féminins et masculins ;
- Guerre civile, colonisation et violence genrée ;
- Genre et constitution des états-nations.

Modalité de soumission :

Les propositions, rédigées en français ou en anglais, comprendront un résumé de 300 mots environ et une notice biographique de 100 mots, sur une même page.

Elles sont à envoyer avant le 15 septembre 2017 à l’adresse suivante : anne.castaing chez ehess.fr

Les résultats de l’appel seront notifiés entre le 30 septembre et le 15 octobre.

Organisation :
Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University, Séoul – CRC)

Appel à communications – « Médiations de la littérature moderniste américaine : le rôle des big magazines, 1880-1960 »

Cher collègue,

Pourriez-vous diffuser via Socius l’information ci-dessous? Le délai de soumission vient d’être modifié.

Je vous remercie par avance,

Cordialement,

Cecile Cottenet – Maître de Conférences HDR/ Associate Professor – Etudes américaines/ American Studies –
LERMA – EA 853
Responsable de la Licence LLCER – Co-responsable des échanges DEMA/ Etats-Unis
Coordonnatrice Programme « Disciplines à l’épreuve du décentrement: repenser les approches, interroger les savoirs ». 
Aix-Marseille Université – SCHUMAN – 3 avenue R. Schuman – 13628 Aix-en-Provence
Tél: +33(0)4 13 55 36 56
————————————————————————

COLLOQUE INTERNATIONAL

Médiations de la littérature moderniste américaine :

le rôle des big magazines, 1880-1960 

Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence, France, 5- 7 octobre 2018

LERMA (EA 853)

Conférenciers invités : Mark MORRISSON (Pennsylvania State University)

                                             Faye HAMMILL (University of Strathclyde, Glasgow)

Cette conférence interdisciplinaire a pour objectif de mettre en lumière le rôle des big magazines en matière de production, de publication, de distribution et de réception de la littérature américaine entre 1880 et 1960.

Dans le champ des études modernistes, l’intérêt porté à la question des relations entre modernisme et production périodique est loin de représenter un phénomène nouveau. Depuis une trentaine d’années, les recherches menées sur le rôle des « petites revues » ont ainsi contribué à faire de la revue non plus un « simple contenant de bribes d’informations concrètes », mais un « objet d’étude à part entière », au même titre que le livre individuel (Latham, Scholes).

Pourtant, l’étude de ce champ a quelque peu faussé le regard critique sur les liens entre publications périodiques et pratiques modernistes. En s’intéressant de manière quasi exclusive aux little reviews, on a eu tendance à cloisonner la réflexion en isolant ce type de publication périodique des autres magazines de l’époque (notamment les magazines pulps, traditionnellement associés à la culture lowbrow, et les « grandes » revues—aussi appelées slicksmartmainstream ou big—associées à la culture middlebrow). Ce faisant, on a également relégué ces derniers, dans le meilleur des cas, aux confins nébuleux de la sphère culturelle moderniste. Ce n’est que récemment que nous assistons à un changement d’orientation : une analyse approfondie des relations institutionnelles entre modernisme littéraire et culture mainstreamdans des magazines middlebrow comme Life (première mouture) ou des revues smart, comme The Smart SetVanity Fair ou The New Yorker, a permis de mettre au jour une véritable dynamique fondée sur les associations, les croisements et les échanges.

Dans le sillage du renouvellement de ces approches, cette conférence vise à élargir l’étude des liens entre la littérature américaine et la presse magazine mainstream en attirant l’attention sur « des publications périodiques qui, par-delà leur éclectisme, témoignent d’une même volonté, non seulement d’augmenter leur chiffre de ventes, mais aussi d’élargir leur lectorat en misant davantage sur leur style textuel et visuel que sur leur seul contenu » (Harris, 6). Le terme « presse magazine » recouvre un large éventail de revues (Harper’sScribner’sSaturday Evening Post,Atlantic MonthlyReader’s Digest, Life ou encore le Time d’Henry Luce) unies par leur ambition de s’adresser à un large public à l’échelle nationale et, pour la plupart d’entre elles, d’influencer les goûts culturels, littéraires et politiques de la classe moyenne. À ces publications viennent s’ajouter d’autres revues à l’envergure nationale mais aux politiques éditoriales davantage circonscrites car dictées par des critères idéologiques (McClure’s), ethniques (The Crisis) ou genrés (tels Munsey’s ou Ladies’ Home Journal pour la presse féminine et Esquire et ses successeurs, notamment Playboy, pour la presse masculine).

Nous souhaitons mettre en lumière les interactions entre ces revues et les préoccupations littéraires et esthétiques du modernisme. La période choisie couvre 80 ans, de la naissance de la presse à grand tirage et du « magazine sous sa forme moderne » (Scholes) à l’avènement de la télévision comme média de premier plan et le déclin consécutif du magazine comme « principal vecteur culturel aux États-Unis » (Ohmann, 29). Au regard de l’importance des influences transatlantiques (on pense par exemple aux liens entre Condé Nast et Lucien Vogel, le créateur de Vogue France en 1920, ou encore au rôle de Vu dans la création du deuxième Life en 1936), nous souhaiterions également examiner la production périodique française sous l’angle transnational et transatlantique.

La réflexion pourra s’articuler autour des questions suivantes :

  • parallèles, intersections, croisements et échanges entre petite revues, magazines middlebrow et magazine pulps ;
  • influences sur la production littéraire (formes, contenus, imagination) ;
  • rôle des magazines sur la creative nonfiction ;
  • rôle des magazines en matière de préoccupations financières et commerciales et de politiques éditoriales ;
  • liens, interactions et réseaux (écrivains, éditeurs, rédacteurs et agents) ;
  • construction de « milieux littéraires complexes » (Ohmann) ;
  • le style comme outil de promotion ;
  • liens avec le phénomène de la célébrité et l’émergence de la celebrity culture ;
  • entretiens, portraits et rôle culturel de l’écrivain ;
  • rôle des magazines dans l’institutionnalisation et la professionnalisation de la littérature ;
  • croisements et échanges transatlantiques.

 Cette liste n’est pas limitative.

Pour soumettre une proposition avant le 25 août 2017, suivre le lien:
—————-
CALL FOR PAPERS, « Mediating American Modernist Literature: the Case of/ for Big Magazines, 1880-1960 »

Aix-Marseille Université, France. October 5-7, 2018
Sponsored by the Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA EA 853)
EXTENDED DEADLINE: August 25, 2017
Keynote speakers: 
Pr. Mark Morrisson, Pennsylvania State University.
Pr. Faye Hammill, University of Strathclyde, Glasgow.

This interdisciplinary conference seeks to explore the role played by “Big Magazines” in the production, publication, circulation, and reception of American literature between 1880 and 1960.

The study of modernism’s relations to the press and periodical culture is certainly not new to Modernist Studies. Over the last three decades, sustained interest in the role played by “little magazines” has been instrumental in reorienting the conventional reading of magazines “merely as containers of concrete bits of information” to an approach that considers them as “autonomous objects of study,” comparable with individual books (Latham and Scholes) in the field of modernism.

However, this interest has, so far, been directed mostly towards little magazines, as if these were the only periodicals intersecting with modernist practices. In doing so, it has tended to insulate little magazines as a field separate from other kinds of contemporary periodicals (the lowbrow pulps, the middlebrow slick/smart/mainstream/big periodicals), reducing the latter, at best, to a kind of dim cultural fringe or hinterland of modernism. It is only recently that modernist studies have begun to deal directly with the institutional overlap of literary modernism and middlebrow culture, enriching our understanding of their deep affiliations, by focusing on such middlebrow and smart magazines as Life (in its first form), The Smart SetVanity Fair or The New Yorker.

In the wake of such studies, the purpose of this conference is to expand consideration of the connection between American literature and mainstream print culture so as to include “an eclectic range of periodical genres having in common, beyond the necessary qualification of being unapologetically commercial, …a conscious effort to expand their readerships by way of their textual and visual styles rather than their content (Harris, 6). Mainstream print culture includes a vast array of diverse magazines, united by their ambition to speak to a wide national audience and, often, to forge the cultural, literary and political tastes of the middle class, with periodicals such as Harper’sScribner’sSaturday Evening PostAtlantic MonthlyReader’s Digest, Life or Henry Luce’s Time. To this same field of national periodicals one can also relate magazines with a narrower editorial scope, selecting their audience on an ideological (McClure’s) or ethnic (The Crisis) basis, or along gender lines, as with the women-oriented Munsey’s and Ladies’ Home Journal and the more masculine Esquire, a precursor in many ways of the men’s magazines that emerged with and around Playboy in the early 1950s.

We invite papers that explore the interaction between mass-market magazines and modernist literary and aesthetic preoccupations over the time span of eighty years, from the emergence of industrialized journalism and the “fully-fledged magazine” (Scholes) to the rise of television as a most influential medium, and the coincident decline of the magazine as “the major form of repeated cultural experience for people in the United States” (Ohmann, 29). Taking into account transatlantic influences – such as Vu’s influence on Henry Luce’s decision to remodel Life after 1936, or connections between Condé Nast and Lucien Vogel, creator of the French edition of Vogue – we would also like to encourage transatlantic perspectives involving French magazines.

Subjects might include, but are not limited to, the following:

  • overlaps, parallels & points of intersection between “little”, “middlebrow”, & “pulp” magazines;
  • the influence of magazine work on literary work (form, content, imagination);
  • the role of magazines in fostering creative nonfiction stories;
  • the role of aesthetic, financial, & commercial preoccupations in shaping editorial policies & contents;
  • the links, interactions, & networks among writers, publishers, editors, & agents;
  • the construction of “complex literary milieus” (Ohmann);
  • the identification of style as a promotional tool;
  • the link with the phenomenon of celebrity & the rise of popular celebrity culture;
  • the role of interviews and portraits in fashioning authorial personae;
  • the role of magazines in creating literary institutionalization & professionalization;
  • transatlantic exchanges & influences with French magazines (VuVoilàMatch, or Marie Claire).

For more information, and to submit an abstract, follow the link:

https://bigmagazines.sciencesconf.org/