Archives mensuelles : janvier 2018

Colloque – « Les éditions Tarabuste : la fabrique d’une poésie libre »


Appel à articles – « Oralité et littératie »

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)

Appel à articles

Pratiques, décembre 2019

Oralité et littératie

coordonné par Jean-Marie Privat, Marceline Laparra, Annabelle Seoane et Caroline Masseron

http://journals.openedition.org/pratiques/

 

Argumentaire

Plus de dix ans après un numéro de la revue Pratiques consacré aux travaux d’anthropologie du langage selon Jack Goody (Pratiques, 2006), il convient de faire le point sur les usages actuels de la notion de literacy et d’oralité, tant sur les plans didactique qu’épistémologique. Cette exigence scientifique et professionnelle n’est certes pas nouvelle dans la mesure où « dans le domaine de l’oral et de l’écrit, le linguiste se heurte constamment à des ambiguïtés terminologiques qui produisent soit des confusions fâcheuses, soit une certaine perplexité, voire un malaise profond » (Koch et Oesterreicher, 2001 : 584). On pourrait en dire tout autant dans le champ de l’anthropologie de la communication.

Aujourd’hui les termes d’oralité et de littératie – ce dernier surtout, avec l’acception commune de « culture écrite » – étant omniprésents dans le champ intellectuel et didactique mais souvent de façon dissociée, le numéro de Pratiques voudrait contribuer à interroger leurs articulations (leurs effets de belligérance) et pour cela, développera trois volets distincts :

 

  1. Un volet épistémologique, où il conviendra de cartographier plus précisément les définitions sémiologiques, linguistiques et socio-symboliques des termes oralité et littératie (Goody ; Ong 2012) ; de même, on cherchera à y clarifier les distinctions entre oral et oralité, entre scripturalité et littératie. La discussion épistémologique fera l’étude critique des typologies qui font référence dans le champ de la recherche ou de la vulgarisation en linguistique, didactique et littérature, en fonction des objets de recherche (Bergounioux 2004). On s’interrogera notamment sur les enjeux (et les domaines) respectifs de ces typologies selon qu’elles choisissent de modéliser le couple oral/écrit ou bien oralité/scripturalité.
  2. Un volet d’applications pratiques (à dominante littéraire, linguistique, ou médiatique) portera sur les effets de la « belligérance » entre les deux régimes de l’oralité et de la littératie ; on y analysera leur mode d’articulation – d’hybridation – à partir d’analyses variées. Les exemples seront littéraires (Zumthor 1987) ou non, et pourront être empruntés à la culture numérique contemporaine. Les analyses présentées se montreront attentives aux formes de résistances – sociale, scolaire, voire anthropologique – à l’emprise de la culture écrite sur les rapports oraux au monde (Benveniste, 2012). La présentation d’exemples de pratiques langagières montrera par exemple ce qui « tombe dans la  trappe de la scription » (Barthes 1974), ou traduit des enjeux heuristiques et civilisationnels divergents (la berceuse chantée vs la berceuse lue). D’autres analyses pourront examiner les manières contrastées voire belligérantes de raconter (ou de conter) selon l’ordre de la raison graphique (lettrée) ou de la raison orale (coutumière) telles que mises en discours dans les littératures.
  3. Un volet ouvert aux pratiques scolaires et à la didactique analysera des modes ou stratégies d’entrée dans la littératie dans ses formes graphiques et ses dispositifs symboliques (Langlois 2012 ; Laparra & Margolinas 2016). On pourra revenir à la question des normes et variations linguistiques quand il est question d’évaluer les productions langagières des élèves (qui écriraient comme ils parlent ?).

 

Repères bibliographiques succincts

BARTHES Roland [1974], 1981. « De la parole à l’écriture » Le grain de la voix, Paris, Seuil, p. 9-13 ; Œuvres complètes, Volume III, Paris, Seuil, p. 537-541.

BENVENISTE Émile, 2012. « Langue et écriture », Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969, Paris, Coll. Hautes Études, EHESS-Gallimard-Seuil, p. 89-135.

BERGOUNIOUX Gabriel, 2004. Le moyen de parler. Lagrasse, Verdier.

GOODY Jack, 1979. La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris, Minuit.

KOCH Peter & OESTERREICHER Wulf, 2001. « Langage parlé et langage écrit », Lexikon der Romanistichen Linguistik (LRL), dir. Günter HOLTUS, Michael METZELTIN & Christian SCHMITT, Verlag, Tübingen, p. 584-627.

LANGLOIS Roberte, 2012. Les précurseurs de l’oralité scolaire en Europe. De l’oral à la parole vivante.  Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires de Rouen et du Havre.

LAPARRA Marceline & MARGOLINAS Claire, 2016. Les premiers apprentissages scolaires à la loupe – Des liens entre énumération, oralité et littératie. Bruxelles, De Boeck.

ONG Walter J., 2014. Oralité et écriture. Paris, Les Belles Lettres.

Pratiques, 131-132. La littératie. Autour de Jack Goody. Numéro dirigé par Jean-Marie Privat & Mohamed Kara.

PRIVAT Jean-Marie, 2006. « Un habitus littératien ? », in Pratiques, 131-132, p. 125-130.

ZUMTHOR Paul, 1987. La lettre et la voix. De la littérature médiévale. Paris, Seuil.

 

 

Coordination du numéro

Jean-Marie Privat : jean-marie.privat@univ-lorraine.fr

Marceline Laparra : marceline.lapparra@univ-lorraine.fr

Annabelle Seoane : annabelle.seoane@univ-lorraine.fr

Caroline Masseron : caroline.masseron@univ-lorraine.fr

 

 

Calendrier

– 25 mars 2018. Dépôt d’une proposition d’article

– 25 avril 2018. Avis aux auteurs

– 25 mars 2019. Envoi des articles

– 25 avril 2019. Retour des expertises aux auteurs

– 30 juin 2019. Envoi des articles revus sur la base des recommandations faites

Publication – « Itinéraires de reconnaissance. Discrimination, revendication, actions politiques et citoyenneté »

Itinéraires de reconnaissance. Discrimination, revendication, actions politiques et citoyenneté 

E. Bogalska Martin, D. Fernandez Varas, O. Lerservoisier, A. Martig (dir.)

 

Editions des Archives Contemporaines

ISBN: 9782813002747

282 p.

39,50 €

 

PRESENTATION

Depuis quelques années, différentes théories développées par Charles Taylor, Axel Honneth, Nancy Fraser, ainsi que par Emmanuel Renault, Avishai Margalit, ou encore Judith Butler, ont progressivement constitué le paradigme d’analyse de la reconnaissance sociale comme nouvelle perspective de réflexion et de compréhension des formes d’existence de groupes vulnérables. Sans abandonner la réflexion théorique qui porte sur les dimensions épistémologiques du paradigme de cette théorie, ce livre a pour objectif de proposer, à partir de terrains empiriques variés, un ensemble d’analyses et de réflexions sur le sens, les formes et les enjeux sociaux des parcours de reconnaissance. Ce qui réunit également ses auteurs, c’est la perspective de l’analyse dynamique, inspirée par les approches sociohistoriques, qui tente de saisir dans la durée les différentes dimensions et formes de l’existence que nous proposons de nommer «itinéraires de reconnaissance», entrepris par des sujets marginalisés et/ou des groupes sociaux organisés, capables de proposer une critique sociale dans leur quête de reconnaissance.

 

Lire les premières pages. 

Parution – Gisèle Sapiro, « Los intelectuales: profesionalización, politización, internacionalización »

Gisèle Sapiro
Los intelectuales: 
profesionalización, politización, internacionalización
Traducción: Alejandro Dujovne
Eduvim
Entreculturas
2017

Présentation de l’éditeur

Si el programa de investigación sociológico trazado por Pierre Bourdieu renovó los modos de pensar los intelectuales, la circulación de las ideas y, de modo más general, las relaciones entre política y cultura, la obra de Gisèle Sapiro lleva ese programa a una escala transnacional y lo expande hacia nuevos temas. Los trabajos de investigación reunidos en este libro presentan un desarrollo histórico de la categoría y el papel de los intelectuales a escala global y europea, a partir del proceso de profesionalización y las consiguientes tensiones entre mercado, Estado y política.
Efecto de sus investigaciones y de su reconocimiento dentro y fuera del mundo académico, la presencia de Gisèle Sapiro es cada vez más requerida en la discusión pública y en el diseño y evaluación de políticas culturales. Sin embargo, su obra permanecía hasta ahora escasamente traducida al español. Este libro constituye por tanto un aporte de primera línea a la circulación y el conocimiento de su producción intelectual en el ámbito de habla hispana.
Gisèle Sapiro es directora de investigaciones del Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) y directora de estudios en la École des Hautes Études en Sciences Sociales. Su destacada carrera fue reconocida con la Medalla de Bronce del CNRS (2000), el ingreso a la Academia Europae (desde 2015) y la condecoración con la Legión de Honor del gobierno francés en 2016. Entre muchos cargos de gestión, se destaca la función como directora del Centre Européen de Sociologie et de Sciences Politiques (CESSP – 2010 – 2013).

Parution – « Lieux, littérature et médiations dans l’espace francophone »

Centre de recherche sur les médiations

Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)


   Lieux, littérature et médiations dans l’espace francophone
sous la direction de Carole Bisenius-Penin

PUN-Éditions universitaires de Lorraine, coll. Questions de communication, série actes2018, 2224 pages

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100842450&

PRÉSENTATION

Issu d’une coopération transfrontalière sur la Lorraine des écrivains, ce volume cherche à saisir la littérature à la croisée des territoires, en s’interrogeant sur les rapports entre les lieux, la création et les médiations au sein de l’espace francophone. L’enjeu étant ici de combler un manque sur la question. Au-delà du périmètre régional, dans le sillage du spatial turn, il s’agit de rendre visible, en croisant études littéraires et géographie, les représentations des territoires et des médiations possibles entre espaces réels et espaces perçus, construits, imaginés par les écrivain.e.s. Cette poétique des interactions entre espaces humains et littérature entend montrer comment les lieux constituent une ressource matérielle ou idéelle pour la création et deviennent des espaces racontés. Ainsi du paysage à la ville, à la promenade, au gré des contributions, l’objectif central est-il d’examiner comment, via la littérature, « l’espace vécu » permet de déchiffrer le sens des lieux et constitue des modes d’accès au monde.

 

SOMMAIRE

 Carole Bisenius-Penin – La littérature à la croisée des territoires

Lieux, espaces et littérature

Luisa Messina – Les changements de la Lorraine à travers les yeux de François-Antoine Chevrier

Françoise Alexandre – Les thrillers historiques d’Anne Villemin-Sicherman. Le territoire dans la fiction

Marie Joqueviel-Bourjea – « Fissures, failles, fragments ». Quartier, de Philippe Claudel : une poétique des « espaces brefs »

Lydie Moudileno – La Lorraine des écrivains africains

Patrick Gormally – Annonce de lieu et de non-lieu chez Robert Scholtus, Grégoire Polet et Roger Munier

Clara Lévy – Le Paris de Patrick Modiano : attention, terrain glissant

Christabel Marrama, Nathalie Roelens – Éthique de la ville. Entre villes côtières et villes-forteresses : un paradigme paradoxal

Attractivité territoriale de la littérature

Thibaut Raboin – Réimaginer la Lorraine désindustrialisée. Les psycho-géographies de la Lorraine chez François Bon, Gilles Ortlieb et Denis Robert

Adeline Clerc-Florimond – Les prix de l’ombre. Focus sur les prix littéraires lorrains

De la médiation à la médiatisation

Marie-Ève Sévigny – Déployer l’imaginaire dans une ville fracturée : promenades littéraires à Québec

Guillaume Matuzesky – Corps en marche, lieux racontés et environnements habités. La narration de l’espace vécu comme traces de l’incorporation dans le temps

Catherine Angevelle-Mocellin – Visibilité littéraire et bibliothèque personnelle de trois écrivains : Georges et Cécile Périn, Edmond Pilon

Publication – « Récits de voyage et de migration: une nouvelle anthologie » et « Thérèse Bentzon, une féministe française catholique en Amérique du Nord (1897) »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de deux nouvelles parutions dans la collection Atlas historique du Québec.
Ces deux nouvelles parutions lancent le projet d’anthologie Récits de voyage et de migration comme modes de connaissance ethnographique: Canada, États-Unis, Europe (XIXe-XXe siècles), conçu et piloté par Gérard Fabre, et codirigé avec Yves Frenette et Mélanie Lanouette. La production de cette anthologie a bénéficié du soutien de l’Institut Marcel Mauss (CNRS-EHESS), de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones (Université de Saint-Boniface) et du Centre interuniversitaire d’études québécoises.
Nous vous en souhaitons bonne lecture!

Conférence – « Transnational and Transmedial circulation of literature »

Bonjour,

veuillez trouver ci-dessous et en PJ le programme de ce colloque. Les inscriptions à l’IEA doivent se prendre auprès de tristan.leperlier@gmail.com.

Cordialement,

Tristan Leperlier

PS:

The Transnational and Transmedial Circulation of Literature

 

Conference Programme

 

 

 

January 22, 2018. EHESS, 105 Bd Raspail. 75006 Paris. Amphitheater François Furet.

 

 

17:00 Introduction : Gisèle Sapiro and Tristan Leperlier

 

 

17:10-17:40 – David Damrosch (Harvard), “Vérité cinématique: Reality effects in transnational and global literature and film”. Chair : Jean-Marie Schaeffer

17:40-19:00 – Round-table : Elleke Boehmer, Stefano-Maria Evangelista, Laura Marcus, Tiphaine Samoyault. Moderators : Gisèle Sapiro and Jean-Marie Schaeffer

 

Dinner at Le Charivari, 143 Boulevard Raspail.

January 23, 2018. Institute of Advanced Studies of Paris, 17 Quai d’Anjou, 75004 Paris

 

Morning session

The circulation of literature in (post)colonial and/or authoritarian contexts.

Chair and discussant : Elleke Boehmer (Oxford)

 

9:30-11:00

 

Claire Ducournau (Univ. Montpellier), “African literary festivals and world literature: from the map to the territory”

 

Madeline Bedecarré (EHESS), “Fake Internationality? Prizes and the Circulation of Francophone African Authors”

 

Laura Pennacchietti (University of Manchester), “Postcolonial writers in the global literary marketplace: the case of Italy”

 

Coffee break

 

 

 

11:15-12:45

 

Laetitia Zecchini (CNRS), “What Filters through the Curtain»: Reconsidering ‘Indian’ modernism, travelling literatures, and little magazines in a Cold War context”

 

Analia Gerbaudo (UNL), “The import of theories in the field of literary studies (Argentina, 1976-1986): between clandestine and institutional practices”. 

 

Sadia Agsous (EHESS), “Palestinian Translators of Hebrew Literature: Translation as a Social Practice and a vehicle for cultural exchange”.

 

 

Lunch at L’Orangerie, 28 rue Saint-Louis en L’ile.

Afternoon session

Translatio: from text to images.

Chair and discussant: Laura Marcus (Oxford)

 

14:00-15:30

 

Delia Ungureanu (University of Bucarest), “The Surreal Real: Proust, Woolf, and World Cinema”.

 

Clara Royer (CEFRES, Prague), “Novels are written to God, scripts are sent to a director… » Imre Kertész as the scriptwriter of Fatelessness”.

 

Alexis Brown (Oxford): “Constructing National Film through Literature: Contemporary British Adaptation”.

 

Coffee break

 

15:45-17:15

 

Dominic Davies (Oxford), “Comic, City, Archive: Public Space, Private Lives and Post-War Reconstruction in Recent Lebanese Graphic Memoirs”.

 

Diana Roig (Open University of Catalonia), “Transnational Translation Policies in the Interwar Period (1925-1946): The International Institute of Intellectual Cooperation and Its Agents.”

 

Lilas Bass, Delia Arribas Guijarro, Tristan Leperlier, Gisèle Sapiro (EHESS), “Literary agents as cardinal intermediaries of World Literature”.

 

 

17:15-17:45 : Discussion introduced by Vered Shemtov (Stanford), and concluding remarks by Stefano-Maria-Evangelista and Gisèle Sapiro.

The transnational and transmedial circulation of Literature(2)

Conférence – « Édition critique et contraintes de collection. L’exemple de la Bibliothèque de la Pléiade »

Chers collègues, chers étudiants,
 
Lundi 29 janvier 2018 de 15h30 à 17h30, le centre de recherche Figura et l’équipe Travaux sur les arts du roman auront le plaisir de recevoir Gilles Philippe (U. de Lausanne) pour une conférence intitulée : « Édition critique et contraintes de collection. L’exemple de la Bibliothèque de la Pléiade ».
La séance sera animée par Jane Everett.

Attention, un changement de salle a eu lieu: la conférence se tiendra salle 738 du pavillon Leacock à l’U. McGill.

Gilles Philippe est professeur de linguistique française à l’Université de Lausanne. Ses travaux portent sur l’histoire des imaginaires langagiers et des pratiques stylistiques aux xixe et xxe siècles. Il est notamment l’auteur de Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française (1890-1940) (Gallimard, 2002), Flaubert savait-il écrire ? Une querelle grammaticale (1919-1922) (Ellug, 2004), Le Français, dernière des langues. Un procès littéraire (PUF, 2010), Le Rêve du style parfait (PUF, 2013) et French Style. L’accent français de la prose anglaise (1880-1930) (Les Impressions nouvelles, 2006). Ses travaux portent par ailleurs sur la génétique textuelle, et il collabore régulièrement à la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard), pour laquelle il a édité des récits de Georges Bataille et d’Albert Camus (2004 et 2008), ainsi que des pièces et des textes autobiographiques de Jean-Paul Sartre (2005 et 2010). Il a également dirigé pour cette collection les Œuvres complètes de Marguerite Duras (4 t., 2011 et 2014) et préfacé l’édition des Œuvres romanesques de Georges Bernanos (2015).