Archives mensuelles : février 2018

Colloque – « Mouvements culturels et littéraires et revues. Propagande et militantisme : océan Indien et Europe (XIXe-XXe). »

 

Colloque international organisé par le LCF et DIRE  soutenu par L’OSOI (Observatoire des sociétés de l’océan Indien)

UFR Lettres et Sciences humaines

Université de La Réunion

En partenariat avec le CERILAC (Paris VII Diderot)

24-26 Octobre 2018

 

Mouvements culturels et littéraires et revues. Propagande et militantisme : océan Indien et Europe (XIXe-XXe).

 

Appel à communications

 

Ce colloque, porté par des chercheurs en littérature et en sciences de l’information et de la communication, s’adresse également à d’autres disciplines des sciences humaines et sociales. Il s’intéresse à de nouveaux modes de cartographie d’un monde culturel fondé sur des pratiques immédiates, des pratiques sociales éphémères ou plus longues, ainsi que sur la recherche d’une archive coloniale et post-coloniale.

Corpus 

Toute exploitation de l’écrit, de l’image à des fins de persuasion politique – y compris religieuse – pourra être considérée comme relevant de la propagande ou du militantisme. On s’intéressera à la question des supports médiatiques et/ou du traitement de discours et de motifs identiques par des médias différents (diffusion polysémiotique et plurimédiatique d’un sujet de propagande, de contre-propagande, ou militant).

Le corpus peut se composer d’affiches, de publicités, de sermons, de discours politiques, de films, de pièces de théâtre, de revues éphémères ou pérennes, d’archives médiatiques (on s’intéressera aussi aux productions d’écrivains, intellectuels, artistes indianocéaniques dans les revues européennes), d’expressions d’arts populaires, dont la chanson (qui a été un vecteur essentiel de contre-discours en des temps de répression de l’expression populaire). La « littérature » est ici envisagée dans son sens le plus large. Par exemple, la seule période 1840-1848 est passionnante quant aux seuls débats existant sur le seul territoire réunionnais autour de l’abolition de l’esclavage, de la défense des Noirs, de la mise en place de l’engagisme dès les années 1830 (Courrier de Saint-Paul). Elle nous montre comment la littérature (fiction, poésie, essais, spectacles) s’implique dans le champ de la politique et peut être instrumentalisée face aux combats.

Thèmes

Les thèmes de la propagande, du militantisme et de la contre-propagande permettront d’approfondir l’histoire et de l’envisager sous un angle particulier. Différents thèmes peuvent être suggérés sans que l’on cherche ici l’exhaustivité. Politique, société, éducation, langues, mouvements révolutionnaires, capitalisme, colonialisme, anticolonialisme… 

 On montrera aussi la circulation de ces discours et de ces motifs d’un camp idéologique à un autre, les variantes qu’occasionne le changement de support de diffusion (littérature, presse, art). 

Productions en contextes

Il s’agit d’interroger des acteurs, des textes (archives, revues, presse, littérature, illustrations, tableaux), des images qui permettront de retracer (au sens littéral) l’histoire des mouvements revendicatifs qui s’opposaient aux pouvoirs établis ou les soutenaient dans l’océan Indien et en Europe. Ce colloque vise à analyser et à interroger les modalités selon lesquelles les idées et les représentations militantes s’exprimaient dans l’espace public, le champ littéraire et artistique.

Il s’agit donc de restituer ces productions culturelles en les contextualisant d’un point de vue sociohistorique et anthropologique.

Enjeux, représentations, formes et modalités

Une autre interrogation, d’ordre communicationnel, est liée aux modes de circulation et de diffusion des idées exprimées par les acteurs des différents mouvements. L’hypothèse est que la fabrication de la propagande et de la contre-propagande peut être considérée comme un continuum au sein d’une chaîne de production et de diffusion.

Quels sont, dans tel ou tel domaine, dans telle ou telle thématique, les enjeux de la propagande et de la contre-propagande? Comment l’histoire est-elle déformée, mythifiée, sublimée ; quelles caricatures ? Quel style ? Quelles émotions ? Quels sont les publics visés ? Quels procédés ? quelles fantasmatiques, quelles représentations et quels imaginaires ? Autant de questions que l’on peut, d’emblée, se poser sur les modalités artistiques, communicationnelles, esthétiques, stylistiques, discursives ou sémiotiques, conscientes ou inconscientes des écrits de propagande et de contre-propagande, des œuvres revêtant une dimension militante. Malgré un accès parfois difficile à la parole, à l’écrit et aux médias, des contre-discours ont pu se faire entendre. Quelles ont été les motivations ? Quels ont été les obstacles et les polémiques ? Y avait-il un écart entre les paroles privées, les actes et la propagande ? La propagande avait-elle des motifs commerciaux [lien publicité/propagande] ? Pour tous ces motifs et, pour toutes ces thématiques, quelle réception ? Quel impact ? 

 

Les propositions de communications (une page, bibliographie comprise) sont à envoyer avant le 30 mars 2018 à :

Carpanin Marimoutou : jean-claude-carpanin.marimoutou@univ-reunion.fr

Françoise Sylvos : francoise.sylvos@co.univ-reunion.fr

Bernard Idelson : bernard.idelson@univ-reunion.fr

Un avis de réception sera adressé par courriel.   

Réponses du comité scientifique : 6 avril 2018

Appel à communications – « Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité »

Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité

Congrès international 2019 de la SELF XX-XXI

Depuis la fin du xxe siècle et le début du XXIe siècle, les modes de présence des écrivains et les modalités de leurs interventions dans la cité se sont modifiés. Le 2eCongrès de la Société d’étude de la littérature de langue française XX-XXI se donne pour objectif d’identifier et d’analyser les nouvelles pratiques et les configurations contemporaines, afin de les replacer dans le temps long de l’histoire littéraire du xxesiècle.

Passé le temps des macro-idéologies, l’engagement ne paraît plus tout à fait de mise, mais les écrivains n’ont pas pour autant déserté la cité. Les œuvres témoignent de multiples modalités d’écriture impliquée. Le théâtre comme le roman continuent de s’emparer de questions de société, qu’il s’agisse de problématiques sociales aiguës – comme le devenir de la question ouvrière -, la précarisation des emplois, de questions éthiques, en lien avec l’usage des technologies, ou encore d’un retour sur des passés qui n’en finissent pas de passer. Les littératures moins légitimes, roman policier ou science-fiction, y trouvent d’ailleurs des opportunités d’insertion dans le débat public. L’implication des écrivains est également souvent synonyme d’une pratique de terrain, résultant d’enquêtes approfondies et d’immersion, ou d’une expérience professionnelle influant sur le geste scriptural. Cela nous invite à nous interroger sur le rôle que peut, ou veut, encore jouer l’écrivain : témoigner d’une réalité, proposer une alternative, accompagner une cause militante…

De plus, ce questionnement porté sur la configuration contemporaine du champ littéraire doit permettre de réexaminer à nouveaux frais auteurs et œuvres du xxesiècle, en interrogeant en fonction de l’horizon actuel des lettres les causes littéraires et les causes de la littérature : ce que signifie prendre part à la vie de la cité dans, et depuis, le champ littéraire.

En effet, quelles ont été les évolutions dans la manière dont se construit l’identité, l’autorité, voire l’auctorialité des écrivains français ? L’émergence de nouvelles technologies de l’information et des réseaux sociaux pourrait sembler avoir marqué une rupture à cet égard, en modifiant les conditions d’accès aux discours et à la figure de l’auteur, ainsi qu’en permettant à chacun de se faire critique (par le biais des blogs ou plus récemment des chaînes vidéo des « Booktubeurs »), ou d’intégrer des communautés d’écritures (telles que wattpad), plus ou moins dérivatives, prolongeant le rapport à des auteurs ou des œuvres par le biais de fanfictions. Les écrivains ne sont pas les derniers à s’emparer de ces instruments nouveaux, pour établir une relation spécifique à leurs lecteurs ou pour tester par eux-mêmes ce que les supports numériques ouvrent comme perspectives à l’écriture.

Il reste que ces phénomènes médiatiques, dont il est encore nécessaire de prendre toute la mesure, ne sont pas strictement contemporains. Ils s’inscrivent dans une tendance de longue durée : l’importance de la presse, de la radio et de la télévision pour faire connaître et installer durablement la présence des écrivains dans l’espace public est indéniable ; là encore, en réinterroger les modalités historiques en fonction des questionnements actuels permettra sans doute de jeter de nouvelles lumières sur la manière dont la légitimité littéraire se construit depuis plus d’un siècle.

La légitimité en question concerne au premier chef les écrivains francophones dont la place et l’influence n’a cessé de croître. Au sein des études postcoloniales, le francophoniste Bernard Mouralis montre la corrélation étroite entre le principe du territoire et la volonté de la part des écrivains d’inventer, au sein d’un champ littéraire autonome, un autre système de reconnaissance et de consécration. Enfin, à la faveur des cultural studies, s’est récemment développée une approche transculturelle de l’engagement littéraire.

Ce congrès se fixe pour objectif de réfléchir aux figures et postures des écrivains des xxe et xxie siècles, à ce qui fait l’autorité de leur travail dans un espace public d’expression et de communication de plus en plus complexe et problématique.

Responsabilité scientifique : Société d’étude de la littérature et de la langue française du XXe et du XXIe siècles et LASLAR (Université de Caen)

Coordination : Marie-Hélène Boblet (LASLAR) et Simon Bréan (CELLF UMR 8599).

Lieu : Université de Caen

Date : 12-13-14 septembre 2019 (3 jours).

Propositions à envoyer sous forme individuelle ou sous forme de panels thématiques (3 à 5 intervenants)

Les propositions (une demi-page) sont à transmettre aux adresses marie-helene.boblet@unicaen.fr  et simon.brean@paris-sorbonne.fr avant le 1er juillet 2018. Les réponses seront données au 30 septembre 2018. Les textes des communications acceptées seront à remettre avant le colloque, pour le 1er septembre 2019. Cet appel s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux doctorants en littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles.

Lien

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer de la publication en ligne et en accès ouvert du nouveau numéro de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures, « Biographie et fiction », dirigé par Françoise Palleau et Lou Rowan : https://journals.openedition.org/itineraires/3651

 

Voici le texte de présentation du numéro :

Si les rapports qu’entretiennent l’histoire et la biographie d’une part, et la littérature et les récits de vie d’autre part, ont été depuis longtemps banalisés, ce numéro d’Itinéraires explore des questions qui sont au point de rencontre de cette double relation entre biographie et fiction, biographie et histoire, afin d’examiner les liens entre la biographie et les arts tels que la littérature, le cinéma et la bande dessinée. Le numéro s’inscrit dans la continuité des recherches sur la biographie et l’autobiographie menées à l’université Paris 13, depuis les travaux pionniers de Philippe Lejeune.


Sommaire

Françoise Palleau

Annonce – « Littéraire. Pour Alain Viala »

Chères et chers collègues, 
Veuillez trouver ci-joint le bulletin de souscription qui permet, jusqu’au mois de juin, d’acquérir à un prix préférentiel les deux tomes du volume d’hommages en l’honneur d’Alain Viala (à paraître en septembre 2018 aux Artois Presses Université).
Très cordialement,

Marine Roussillon

 
Littéraire. Pour Alain Viala 
Contributions réunies par Marine Roussillon, Sylvaine Guyot, Dominic Glynn et Marie-Madeleine Fragonard
Artois Presses Université, « Études littéraires », 2 volumes, 757 pages.
 
En souscription jusqu’au 1er juin 2018 : 50 €
au-delà : 64 €  
 
Parution en septembre 2018
 
Comment rendre hommage à Alain Viala, à la fécondité de ses travaux, à l’inventivité de son œuvre, sans le transformer en académicien empaillé ? Plus de 75 contributeurs enthousiastes ont donné à leur hommage des formes choisies, entre le poème, le témoignage affectueux et la réflexion érudite. L’ensemble est ponctué de quelques textes d’Alain Viala, qui dessinent un parcours, menant des postures d’écrivains qui font la dynamique centrale du champ littéraire jusqu’aux bizarreries qui occupent les marges de ce champ. Ce trajet suit le fil des opérations critiques qui ont marqué de manière décisive la pratique des études littéraires : historiciser la littérature, mettre à jour les mécanismes de la valeur, exhiber les tensions, traverser les frontières, s’engager… Le trajet d’une révolution qui refuse (l’histoire littéraire des grands hommes), revendique (une méthode), désordonne et brouille (pour créer du nouveau). 
 
Professeur à Paris puis à Oxford, Alain Viala a profondément renouvelé l’approche des faits littéraires par ses ouvrages – Naissance de l’écrivain, Racine. La stratégie du caméléonLa France galante… – et les travaux collectifs qu’il a co-dirigés – Dictionnaire du littéraireHistoire du théâtre français… – ainsi que par son désir de transmettre et son engagement. 
 
ARTOIS PRESSES UNIVERSITÉ
9 rue du Temple, BP 10665, 62030 ARRAS CEDEX – France
Tél. 03.21.60.49.05 Télécopie: 03.21.60.38.71 
 
On se reportera à la table des matières et au bulletin de souscription ci-joints.

Viala Bon de Commande Souscripteurs

Séminaire de recherche : « Droit et littérature : regards croisés »

Séminaire de recherche « Droit et littérature : regards croisés »

Le séminaire de recherche du projet « Droit et littérature » mené dans le cadre du Labex OBVIL (Sorbonne Université) avec le soutien du CRLC (Centre de Recherche en Littérature comparée), du CERDI (Centre d’Études et de Recherches en droit de l’immatériel) et de STIH (Sens, Texte, Informatique, Histoire) a pour objectif d’explorer un champ de recherches en plein essor en France, portant sur les relations entre droit et littérature. Il s’agit de donner une visibilité aux travaux qui s’inscrivent dans ce domaine mais aussi de faire dialoguer les différents chercheurs qui s’intéressent à ce champ.

Première séance : Vendredi 09 mars 2018 de 10h à 12h

Maison de la Recherche de Sorbonne Université, 28 rue Serpente 75006 Paris, salle D116

« Interprétation judiciaire et interprétation littéraire : le cas Léon Bloy »

Conférence de Jean-Baptiste AMADIEU (CNRS « république des savoirs »)

Entrée libre. La séance sera suivie d’un buffet amical.

Coordination/contacts: Anna ARZOUMANOV, OBVIL/STIH (annaarzoumanov@gmail.com

Arnaud LATIL, OBVIL/CERDI (arnaud.latil@gmail.com)

Danielle PERROT-CORPET, OBVIL/CRLC (danielle.perrot@wanadoo.fr)

Judith SARFATI LANTER, OBVIL/CRLC (judithsl@yahoo.com)

Appel à contributions – « La Mort de l’auteur »

Appel à contributions pour un prochain numéro de Fabula-LhT intitulé La Mort de l’auteur

Comment lire À un ami qui ne m’a pas sauvé la vie sans penser à la maladie de Hervé Guibert ? La pièce 4.48 Psychose ne fait-elle pas avant tout écho au suicide de Sarah Kane ? La série OPALKA 1965/1-∞ note-t-elle autre chose que le temps vécu par Roman Opalka ? Et de quelle mort s’agit-il dans The Death of James Lee Byars, sinon de celle de James Lee Byars lui-même[1] ?
Cinquante ans après « La mort de l’auteur » de Roland Barthes qui proclamait une symétrique « naissance du lecteur », ce sont aux morts réelles et non métaphoriques des auteurs et autrices (tous arts confondus : bande dessinée, beaux-arts, chanson, cinéma, performance, télévision, théâtre, etc.), et à leurs conséquences sur l’écriture et la réception des œuvres qu’entend s’intéresser ce numéro de Fabula-LhT. Les propositions de contributions peuvent relever de toutes les approches critiques.
Est-il toujours aisé de savoir sur quel plan interpréter dans une œuvre la référence à la mort réelle de son auteur ? Dans le cas des genres relevant de l’écriture de soi et de ses marges, de l’histoire, ou encore du portrait, comment comprendre un tel événement qui se conjugue au futur, contrairement aux autres contenus, qui sont de l’ordre du passé et du présent ? Peut-on, outre celui de la « littérature SIDA »[2], isoler des corpus qui sont structurés autour de la question de la mort imminente, considérée non comme événement inéluctable à venir, mais comme s’avérant déjà actuelle ? Les dernières œuvres méritent-elles à cet égard un traitement particulier ? Et dans le cas d’une fiction, faut-il considérer la référence à la mort de l’auteur comme un motif, à ranger peut-être dans la catégorie des effets de réel particulièrement saisissants — à la coloration tragique, ironique, métaphysique, etc. —, ou comme une information brisant définitivement le pacte fictionnel, en tant qu’elle ancre dans une œuvre la vie de celle ou de celui qui l’aura perdue (sur le mode du document, du témoignage, du testament, etc.) ? Cette référence à la mort réelle dit-elle quelque chose des rapports que les artistes conçoivent entre leur art et leur vie ? Que penser, par exemple, de l’apparente surreprésentation des morts d’auteurs dans la littérature (au sens large) dès la seconde partie du XXe siècle ? La mort de l’auteur oriente-t-elle la création, ou est-elle intégrée à un projet artistique ? Enfin, quels effets cette référence a-t-elle sur la réception des œuvres ?

Par ailleurs, que se passe-t-il lorsque la référence est inférée a posteriori, la mort de l’auteur venant soudainement éclairer l’œuvre sous un jour nouveau, à l’image de The Show Must Go On du groupe Queen et d’Ève de Péguy ? Est-ce le fruit du hasard si l’on peut lire dans Tout casse une manière de mise en scène du suicide de Bernard Lamarche-Vadel survenu pourtant cinq ans plus tard[3] ? Y a-t-il des limites à cet exercice ? Irait-on jusqu’à rapprocher le rapace du Prométhée enchaîné de celui qui lâcha une tortue sur la tête d’Eschyle, les satires de Pierre l’Arétin du fou-rire qui l’acheva, voire deux faits apparemment sans rapport, comme Manon Lescaut et la vivisection intempestive à laquelle n’aurait pas survécu l’Abbé Prévost ? De fait, même des morts accidentelles, telle celle de Stanley Kubrick lors du tournage d’Eyes Wide Shut, ou celle encore de Molière, sont en mesure d’imprimer une lecture particulière de l’œuvre. Qu’est-ce que tout cela dit-il de notre rapport aux artistes et à leurs œuvres ? Dans quelle mesure cela nourrit-il un mythe (personnel, générationnel, etc.) ? Peut-on historiciser les imaginaires convoqués[4] ? Et que cela nous apprend-il de nos manières de lire — ou plus généralement du fonctionnement (cognitif, social, institutionnel, etc.) de l’herméneutique en sciences humaines (communicabilité, validité, etc.) ?

Dans quelle mesure, enfin, la référence à la mort réelle (dont on peut distinguer les modes [annonce, évocation, œuvre à clé, etc.] selon qu’elles sont planifiées [suicide] ou anticipées [maladie, extrême vieillesse]) se laisse-t-elle décrire en termes de « scénographie auctoriale » (D. Maigueneau, J. L. Diaz) et de « posture » (J. Meizoz) ? En fonction des corpus considérés, affaiblit-elle ou renforce-t-elle au contraire les distinctions désormais classiques entre « l’auteur » et « le narrateur », voire entre l’auteur et « l’écrivain », c’est-à-dire entre le créateur et l’individu ? Comment répondraient à ces questions les représentants des différentes traditions critiques et des différentes disciplines en jeu (littérature, histoire de l’art, études théâtrales, cinéma, etc.), et que penser des relations assez différentes qu’ils entretiennent aujourd’hui avec le biographique ?
Modalités de participation

Les propositions de contributions, qui consistent en une ébauche de l’article projeté (de 4 à 5 pages rédigées, accompagnées d’une bibliographie indicative) sont à envoyer à Romain Bionda et Jean Louis Jeannelle (romain.bionda@fabula.org et jeannelle@fabula.orgavant le 15 septembre 2018. Elles seront évaluées anonymement par le comité de rédaction de la revue.
Les auteurs et autrices seront informés des résultats le 1er octobre 2018 et auront jusqu’au 15 janvier 2019 pour envoyer une première version complète, qui pourra éventuellement faire l’objet d’une discussion lors d’une journée d’étude organisée à Paris en février 2019. La version définitive de l’article devra être rendue au mois d’avril 2019.

Notes

[1] Quand on demande à James Lee Byars ce qu’est The Death of James Lee Byars, performance censée l’« exercer à la mort », il répond qu’il s’agit d’une « exposition d’art ». Voir Deadline (Paris, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 2009), catalogue de l’exposition éponyme (2009-2010).
[2] Traité notamment par Ross Chambers dans Facing It: AIDS Diaries and the Death of the Author, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1998.
[3] « Dans Tout casse, il met en scène, avec force précision, son suicide : “Ne pas être en contact immédiat avec la boîte crânienne, se réserver l’épaisseur de la langue, que le fracas osseux soit à terme, octroient une fraction de seconde supplémentaire entre la gâchette pressée et le déménagement infernal du crâne.” » (Marie Gobin, « Bernard Lamarche‑Vadel mettait fin à ses jours le 2 mai », dans L’Expressen ligne, 01.11.2000.)
[4] Voir p. ex. le chapitre sur les « poètes mourants » de la partie sur les « imaginaires de l’écrivain à l’époque romantique » dans José‑Luis Diaz, L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, 2007.

Journée d’étude – « La Littérature en médiations/ Mediating Literature »

1ère JE du projet AHRC Literature under Constraint (LUC)

« La Littérature en médiations/ Mediating Literature » 

 

23 mars 2018

Court room, Senate House, université de Londres

 

L’objectif de cette première journée est de cerner les principales évolutions ayant touché le monde des lettres en France depuis les années 1980, d’abord dans sa production, mais également dans ses modes de fonctionnement ainsi que dans ses relations avec d’autres espaces sociaux. Dans ce but, la journée s’appuiera sur l’un des principaux apports de la recherche récente en sciences sociales concernant la littérature : l’étude des conditions sociales, économiques et idéologiques de l’activité littéraire (Sapiro, 2014), qui englobe tant ce que font les écrivains que l’organisation de la vie littéraire (revues, académies, prix), l’environnement éditorial, intellectuel, médiatique, etc. Dans cette perspective, notre attention se portera sur les métamorphoses de la « condition littéraire » elle-même (Lahire, 2006 ; Sapiro et Rabot, 2017), que cela soit au plan du recrutement social des écrivains, que de leurs conditions de travail, de leurs sources d’influence, dont il s’agira notamment de mesurer les traductions en matière thématique et/ou stylistique. Notre questionnement se tournera également vers la médiation exercée par les éditeurs, anciennement installés ou créés durant la période (POL, Verdier…). Dans le contexte des bouleversements ayant affecté le champ éditorial depuis les années 1980 (Bouvaist et Boin, 1989 ; Raynaud, 1999 ; Schifrin, 2005 ; Mollier, 2015), il s’agira de d’évaluer l’action de ces gate-keepersessentiels dans l’émergence ou l’importation de nouveaux styles, auteurs ou courants, dans l’invention de nouvelles « traditions » littéraires, par exemple en Afrique francophone (Forsdick, 2010, Ducourneau, 2017). Une attention particulière sera accordée aux répercussions de l’émergence des environnements numériques et en ligne. Pareille réflexion intéresse non seulement les études sur la création, la publicisation et la diffusion des œuvres (Bon, 1997 ; Jouhaud et Viala, 2002), mais aussi celles sur l’action des multiples intermédiaires (agents littéraires, critiques, etc.) engagés dans la production, la promotion, la hiérarchisation, et plus globalement la définition de la littérature et de la place sociale des écrivains.

 

09h15    Ouverture de la première JE par Dominic Glynn (IMLR) et Sébastien Lemerle (Paris-Nanterre)

 

Matinée

09.30    Gisèle Sapiro (CNRS), « The writing profession in France in the globalization era: changes and continuities »

10.45    Alexandre Gefen (CNRS) : « L’idée de littérature au XXIe siècle »

11.30    Erika Fülöp (Lancaster) « Caught in the Web: Authors facing the social media »

 

12.45 -13.30 pause déjeuner

 

Après-midi

13.30    Claire Ducournau (Montpellier), « Des négociations invisibles aux écrivain-e-s visibles. Édition, production et forme de la littérature africaine de langue française depuis les années 1980 »

14.45    Subha Xavier (Emory) « Translation as Mediation: Sino-French Literature between France and China »

16.00    Alain Farah (McGill) « C’est POL qui m’a fait ça »

 

17.15 Table ronde : Alexandru Matei (Constanta) + Simon Kemp (Oxford)

Vin d’honneur à 18h

Modérateurs : Jean-Michel Gouvard (Bordeaux), Stephanie Obermeier (Kent), Claire Squires (Stirling), Pierre-Philippe Fraiture (Warwick), Anna-Louise Milne (ULIP), Jeff Barda (Cambridge)

Inscription en ligne : https://modernlanguages.sas.ac.uk/events/event/14815

Parution – « Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle »

Cher.e.s collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle, aux Presses universitaires de Limoges dans la collection « Médiatextes ».

Veuillez trouver ci-joint et au lien suivant la présentation de l’éditeur: http://www.pulim.unilim.fr/index.php/notre-catalogue/fiche-detaillee?task=view&id=901

Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Call for submissions – « Documenting ‘shock experiences’ of migration »

Bonjour,

Je vous prie de trouver ci-joint, en français et en anglais, l’appel à communications pour le colloque « Documenter les ‘expériences du choc’ de la migration : pour une transformations des représentations sociales ? » qui se tiendra à la MSHS de Poitiers du 7 au 9 novembre 2018.

Ce colloque international clôture le programme de rencontres scientifiques « Représenter l’expérience de la migration » (2016-2018). Il fait suite à trois Journées d’étude qui ont abordé la question des représentations sous l’angle des récits (mars 2016) et des images (novembre 2016) que produisent les exilés, puis sous celui des discours, des récits et des images qui, depuis un siècle, ont représenté de manière dissensuelle la figure du « réfugié » (avril 2017). Le colloque a pour ambition à la fois d’approfondir et d’étendre les réflexions engagées au cours de ces différentes étapes, en gardant le cap établi à partir de la notion d’expérience : en ouvrant la parole aux premier.ère.s acteur.rice.s de la migration que sont les personnes migrantes, en l’ouvrant également aux chercheur.euse.s, aux journalistes, aux artistes et aux activistes, il se situera du côté de ces personnes en situation de migration qui, le plus souvent exilées et « illégalisées », ont vécu des expériences « où le choc est devenu la norme » (Walter Benjamin).