Archives mensuelles : avril 2018

Annonce de parution – « Écritures de l’intime et représentations du sujet en contexte médiatique »

Mylène Bédard et Mélodie Simard-Houde (dir.), «Écritures de l’intime et représentations du sujet en contexte médiatique», COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature [en ligne], no 20, 2018. URL : https://journals.openedition.org/contextes/6370

Le dossier « Écritures de l’intime et représentations du sujet en contexte médiatique », sous la direction de Mylène Bédard et de Mélodie Simard-Houde, s’est donné pour ambition de croiser deux histoires, celles de l’intime et de la culture médiatique, du xixe siècle à l’extrême contemporain. Sous quelles formes l’intime féconde-t-il la poétique de différents genres journalistiques (le reportage, le billet, l’interview, le journal de bord) ? Dans quelle mesure le sujet – qu’il soit journaliste, figure médiatisée ou lecteur – se dévoile-t-il dans les médias ? Quelles motivations et quelles visées y déterminent les surgissements de l’intime ? En privilégiant une approche ouverte à différentes aires géographiques (France, Québec) et supports (de l’imprimé au numérique), ce dossier entend poursuivre l’étude du rôle et des fonctions de l’intime dans la culture médiatique moderne. Les différentes études de cas qui le composent éclairent la simultanéité et l’interrelation du développement de la culture médiatique et des mutations d’une conscience de l’intime depuis le xixesiècle.

 

Table des matières

 

Mylène Bédard et Mélodie Simard-Houde

Introduction

I / L’intime dans le reportage

 

Mélodie Simard-Houde

Les corps du reporter : corps propre, corps « témoin », corps public

 

Charlotte Biron

Du voyageur à la reporter, des proximités variables

 

II / Transferts et porosités génériques

 

Mylène Bédard

Adieu, Paris ! de Simone Routier à la croisée de l’intime et du médiatique

 

Adrien Rannaud

« Je viens d’achever le billet que j’avais dans la tête ». Hybridité des pratiques intimes, autobiographiques et journalistiques chez Michelle Le Normand

 

Jonathan Livernois et Emmanuelle Germain

« Deux épisodes dans la vie » de Gérald Godin : à la jonction du récit, du reportage et du journal de bord

 

III / Ouvertures critiques

 

Marina Merlo

De la carte postale au selfie : histoires de présences médiatisées

 

Guillaume Pinson

Du lecteur automate aux émotions universellesPour une « histoire sensible » du journal

 

Martine Delvaux

Fragments d’origine incertaine qui crépitent dans votre tête. Essai

Parution – « Deux nouveaux titres dans la collection « Littérature & idéologies » »

Si la page ne s’affiche pas correctement cliquez ici
header pul
Aujourd’hui en librairie, deux nouveaux titres
dans la collection « Littérature & idéologies »,
pour explorer l’histoire de la presse
et des représentations les plus polémiques,
de l’Angleterre à la Russie, du XVIIIe au XXe siècle.
NOUVELLES FORMES DU DISCOURS JOURNALISTIQUE AU XVIIIe SIÈCLE
dirigé par Samuel Baudry
& Denis Reynaud
2018 – 272 p. – 15,5 x 24 cm – 20 €
ISBN : 978-2-7297-0933-4
On considère souvent que le XIXe siècle a vu la naissance de la « civilisation du journal ». C’est ignorer l’importance quantitative et qualitative de la presse périodique du XVIIIe siècle.
Cet ouvrage entend montrer que non seulement les journaux du XVIIIe siècle n’étaient pas prisonniers de pratiques archaïques et sclérosées, mais qu’ils présentaient des traits d’une modernité qui les rend aujourd’hui plus pertinents à certains égards que ceux du siècle suivant. En effet, tandis que de nos jours le modèle du grand quotidien d’information semble péricliter, un modèle plus ancien s’impose à nouveau, notamment sur Internet : celui de la petite entreprise animée par une équipe réduite, qui recueille et habille des informations produites par d’autres et fait appel à une communauté de contributeurs bénévoles.
Les études rassemblées dans ce livre proposent, à travers des exemples tirés de la presse anglaise, française et espagnole, une exploration originale des nouvelles formes journalistiques qui émergent alors, du courrier des lecteurs à la rubrique nécrologique, tandis qu’apparaissent les premières « campagnes de presse », dont la querelle très médiatisée entre Rousseau et Voltaire.
Imaginaire raciologique
Imaginaire raciologique
L’IMAGINAIRE RACIOLOGIQUE
EN FRANCE ET EN RUSSIE,
XIXe-XXe SIÈCLES
dirigé par Sarga Moussa
& Serge Zenkine
2018 – 216 p. – 15,5 x 24 cm – 20 €
ISBN : 978-2-7297-0932-7
Cet ouvrage analyse le devenir d’un « imaginaire raciologique », c’est-à-dire des représentations fondées sur l’idée de l’existence de « races » humaines – ces représentations qui se sont développées, dans le cadre d’une anthropologie classificatoire, au cours du XIXe siècle, selon une pensée de type polygéniste, avec les implications racistes qu’elle a pu véhiculer ou légitimer.
Cet imaginaire raciologique n’est pas sans contradiction : il postule parfois aussi bien une fixité des « races » qu’une peur qu’elles ne se mélangent. Mais dans un cas comme dans l’autre s’établissent des hiérarchies, mises au service de différents discours de domination et d’exclusion.
La spécificité de l’approche comparatiste dévelop­pée ici consiste à s’interroger sur la diffusion, en France, de ces discours racio­logiques, mais aussi sur leurs réinterprétations (souvent mises au service d’un discours nationaliste), au XXe siècle, dans l’espace soviétique et russe, que ce soit dans la littérature ou dans des corpus de type anthropologique, sociologique, politique ou philosophique.
LITTÉRATURE & IDÉOLOGIES
Collection fondée parRoger Bellet, dirigée parPhilippe Régnier
Pour celles et ceux qui voient dans la littérature l’un des lieux et des modes les plus actifs de l’interprétation de la société par elle-même, la collection « Littérature & idéologies », consacrée aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles, propose des ouvrages collectifs et des essais revisitant la production littéraire – toute la production littéraire, remise en possession de tous ses genres et supports – en tant qu’elle est impliquée dans la formation, dans l’expression et dans la diffusion des représentations sociales et des mouvements d’idées collectifs.
Que ces idées partagées se présentent comme des savoirs neufs, comme des utopies émancipatrices ou comme des systèmes de domination, ou bien encore comme les trois à la fois, il s’agit d’en déceler l’inscription dans les textes, de les étudier au besoin en elles-mêmes, et d’en obser­ver les effets, depuis les choix de formes et d’écriture de leurs porteurs singuliers, jusqu’aux recompositions du discours social et des territoires scientifiques qu’elles induisent.
Littérature & idéologies

Retrouvez les Presses universitaires de Lyon sur Facebook et Twitter.

Invitation – « Colloque « Écrire le pays natal. La littérature du proche dans l’espace francophone européen (1880-1980) » (17 et 18 mai 2018, Brest) »

« Écrire le pays natal
La littérature du proche dans l’espace francophone européen (1880-1980) »
organisé par le Centre de recherche bretonne et celtique (EA 4451, Université de Bretagne occidentale)
à Brest les 17 et 18 mai 2018
 
Pour tout renseignement : Mannaig Thomas, maître de conférences en littérature bretonne et Jean-Pierre Dupouy, maître de conférences en littérature française.
 
Bien cordialement,
Mannaig Thomas
 
 
Écrire le pays natal
La littérature du proche dans l’espace francophone européen (1880-1980)
 
Brest, les 17 et 18 mai 2018
  
Argumentaire
   Qu’elles soient qualifiées de littérature du « pays natal », selon l’expression utilisée par Michèle Gorenc (2014), de littérature du proche ou de littérature du local, comment définir, nommer et mieux comprendre les pratiques littéraires présentant une inscription spatiale et/ou une proximité sociale entre un auteur et ses contemporains ? Ces pratiques littéraires ont pu faire l’objet de qualifications diverses : littérature « de terroir », « de province », « rustique », « régionale », « régionaliste », « d’expression française », etc. Ces qualifications ont souvent varié au gré de leur usage dans l’histoire littéraire française. Il nous semble que c’est principalement à partir du moment où les frontières du champ littéraire français (Bourdieu, 1992) sont établies – et les « grands écrivains » identifiés – que certaines pratiques littéraires sont reléguées à la marge du champ et que certains auteurs sont périphérisés par l’ajout d’un qualificatif les distinguant de ceux qui n’en portent pas. Or, toute littérature du proche n’implique pas le positionnement de son auteur à la périphérie du champ : pour quelles raisons certains écrivains restent-ils estampillés écrivains « régionaux », « régionalistes » ou encore « bretons », « occitans », « belges »… alors que d’autres, délestés de leur appartenance territoriale, peuvent acquérir une forme de légitimité littéraire au centre (Casanova, 2008) et y occuper parfois des positions dominantes ? Il s’agira de chercher à comprendre les raisons de la présence, comme de l’absence, de ces qualificatifs, mais aussi de se demander qui et ce qui labélise les écrivains, de l’apparition d’une littérature « régionaliste » et son apogée dans l’entre-deux-guerres – quand certains de ces écrivains acquièrent une reconnaissance nationale par l’obtention de prix littéraires (Thiesse, 1991) –  jusqu’au milieu des années 1970, période notamment marquée par la publication du Cheval d’orgueil de Pierre-Jakez Hélias.
 
 
Programme
Jeudi 17 mai 2018
10h : Ouverture par Ronan Calvez (Centre de recherche bretonne et celtique, Université de Bretagne occidentale)
 
10h15 : Session 1
Discutant : Jean-Pierre Dupouy
·    Mannaig Thomas (CRBC, Université de Bretagne occidentale) – « La République locale des lettres » : une approche sociolittéraire de l’écriture du pays natal
·    Anne-Simone Dufief (CERIEC, Université d’Angers)  Daudet, le renégat
·    Marion Brun (CELLF, Université Paris-Sorbonne)  « L’absent toujours présent aux rives natales » : Marcel Pagnol ou la posture du transfuge
 
14h00 : Session 2
Discutant : Pierre-Jean Dufief
·    Michèle Gorenc (Babel, Université de Toulon)  La poésie du pays natal. Contours. Influences
·    Yann Mortelette (CECJI, Université de Bretagne occidentale)  Frédéric Plessis et la Bretagne
·    Jean-Pierre Dupouy (CRBC, Université de Bretagne occidentale) – Paris, antithèse du pays natal, chez trois écrivains bretons : Auguste Dupouy, Jeanne Nabert et Pierre-Jakez Hélias
·    Jean Balcou (CECJI, Université de Bretagne occidentale)  Renan : retour au pays natal
 
16h30 : Session 3
Discutante : Michèle Gorenc
·    Pierre-Jean Dufief (CSLF, Université Paris Nanterre)  La Terre qui meurt ou comment revitaliser les terroirs ?
·    Clara Lévy (CRESPPA, Université Paris 8) – Écrire des mondes juifs disparus
·    Christian Le Bart (ARENES, Université de Rennes 1) – Jean-Loup Trassard et la Mayenne, un écrivain départemental pour un territoire de papier ?
  
Vendredi 18 mai 2018
9h00 : Session 4
Discutant : Yves Le Berre
·    Chantal Dhennin-Lalart (HLLI, Université du littoral Côte-d’Opale)  Léon Bocquet, l’écrivain régionaliste picard
·    Marc Gontard (PREFICS, Université Rennes 2)  Le territoire, entre hyperbole et litote. L’exemple de la Bretagne : Grall et Guillevic
·    Thierry Glon (L’AMo, Université de Nantes) – Les livres « paysans » de Léon Cladel
 
11h00 : Session 5
Discutant : Christian Le Bart
·    Laurent Le Gall (CRBC, Université de Bretagne occidentale) – Entre littérarisation et science par défaut, le local, voie sans issue du folklorisme hexagonal (1880-1914)
·    Jean-Baptiste Legavre (CARISM, Université Panthéon-Assas) – L’écriture du pays natal ou la place du refoulé : la Bretagne de Louis Guilloux
·    Yves Le Berre (CRBC, Université de Bretagne occidentale) – Dans l’antichambre du révolu : André Stil (1921-2004) et Les Berlines fleuries face au Cheval d’orgueil
 
14h30 : Session 6
Discutante : Anne-Marie Thiesse (CNRS)
·  Philippe Gardy (IIAC, EHESS) – La proximité comme distance. À propos de trois écrivains à deux faces : Joseph Delteil, Jean Lebrau, André de Richaud
·    Maria Chiara Gnocchi (Université de Bologne)  Au-delà du régionalisme : les poétiques du « proche » dans l’entre-deux-guerres
·    Véronique Moulinié (IIAC, EHESS) – Écrire le terroir en rouge sang : portraits de « polareux » catalans ou les vertus de la « petitesse » littéraire
 
 
Comité scientifique
Jean-Pierre Dupouy, maître de conférences, CRBC-UBO
Yves Le Berre, professeur des universités, CRBC-UBO
Laurent Le Gall, professeur des universités, CRBC-UBO
Yann Mortelette, professeur des universités, CECJI-UBO
Anne-Marie Thiesse, directrice de recherche, CNRS
Mannaig Thomas, maître de conférences, CRBC-UBO
 
 
Vous trouverez plus d’informations en consultant cette page.

Appel à contributions – « « Habiter » pour le prochain numéro de la revue *À l’épreuve* »

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 11 juin 2018. 
 
Nous vous remercions par avance de votre collaboration,
 
Cordialement,
 
Violaine François, Violaine Sauty et Adrien Valgalier
 
***
 
La revue numérique À l’épreuve est née en 2013 de l’enthousiasme de doctorants issus des diverses disciplines du RIRRA 21, centre de recherche rattaché à l’université Montpellier III. Il s’agit d’une revue à parution annuelle, ouverte à toutes les approches critiques mais favorisant l’interdisciplinarité et les études comparatives entre différentes aires linguistiques et médias. Pilotée au niveau universitaire par un comité scientifique international, sa rédaction est assurée tous les ans par une équipe de doctorants du RIRRA 21. L’appel à contribution est ouvert à tous les chercheurs.

Annonce de parution – « Histoire de l’édition en Belgique (XVe – XXIe siècle), P. Durand et T. Habrand »

Annonce de parution

HISTOIRE DE L’ÉDITION EN BELGIQUE (XVe – XXIe siècle)
Pascal Durand et Tanguy Habrand
Postface d’Yves Winkin

Bruxelles, Les Impressions Nouvelles
Coll. « Réflexions faites »
14.5 x 21 cm, 576 pages, 26 €
978-2-87449-584-7
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Depuis l’Histoire du livre et de l’imprimerie en Belgique publiée dans l’entre-deux-guerres par le Musée du Livre, aucun ouvrage de synthèse n’avait remis en perspective les grandes tendances de l’édition belge. L’ouvrage de Pascal Durand et Tanguy Habrand vient combler cette lacune en entrecroisant histoire de l’édition, histoire des idées et histoire des institutions de la vie littéraire et intellectuelle.

La production du livre belge de langue française correspond à un marché restreint, tributaire de logiques qui lui sont propres – avec un poids particulier des industries graphiques – tout en étant soumis à la force d’attraction exercée par l’édition française sur les genres les plus prestigieux. Quelques-uns, tels Lacroix, éditeur de Hugo et De Coster dans les années 1860, ou Deman, éditeur de Verhaeren et Mallarmé, ont brièvement réussi à tirer leur épingle de ce jeu déséquilibré. Plus nombreux et significatifs sont ceux qui, de Casterman à Marabout, ont dégagé de durables ressources de créativité dans les domaines du livre religieux, de la bande dessinée, du livre pratique et du livre pour la jeunesse.

En six chapitres de longueur croissante, c’est tout un paysage de livres et d’éditeurs qui se trouve reconstruit sous les yeux du lecteur, allant des premiers imprimeurs dans les territoires qui formeront la Belgique jusqu’aux processus de concentration éditoriale actuels, en passant par les industriels de la contrefaçon, les grands éditeurs de bande dessinée et les pionniers du livre de poche francophone. Sans oublier les maisons de taille souvent modeste qui, vouées au roman, à la poésie, au théâtre, à l’essai lettré, contribuent à la vie du livre comme vecteur de haute culture.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
 
Pascal Durand est professeur ordinaire à l’Université de Liège, où il dirige le Centre d’Étude du Livre Contemporain. Spécialiste de Mallarmé et de la poésie moderne, il est aussi l’auteur d’ouvrages sur l’histoire de l’édition, les rapports presse/littérature et les figures contemporaines de l’orthodoxie politico-médiatique.

Tanguy Habrand est assistant au département Médias, Culture et Communication de l’Université de Liège et par ailleurs éditeur associé à la collection « Espace Nord » ; ses recherches et publications portent sur les stratégies éditoriales, les politiques du livre et l’édition indépendante.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
TABLE DES MATIÈRES

PRÉAMBULE

CHAPITRE PREMIER : LE TEMPS DES IMPRIMEURS (1470-1650)
Autour de Thierry Martens 
L’apparition du livre imprimé en Belgique 
Un grand petit imprimeur
« Theodoricus noster »
Christophe Plantin : un proto-éditeur 
« Labore et constantia » 
À l’enseigne du Compas d’or
Le déclin de l’imprimerie

CHAPITRE 2 : LE SOLEIL NOIR DE LA CONTREFAÇON (1650-1850) 
Contrefaçon et clandestinité à la fin de l’Ancien Régime 
Vue de France ou de Belgique : les deux visages de la réimpression 
Autour des Bassompierre à Liège : le sens des affaires
De l’essor à l’écroulement de la contrefaçon industrielle 
L’industrie de la réimpression
Un déclin économique et moral
Les retombées de la contrefaçon

CHAPITRE 3 : ENTRE ROME ET PARIS (1850-1914)
Les temps bénits de l’édition religieuse
« Pro Deo et Patria »
Du religieux au scolaire
Édition religieuse et créativité éditoriale : un introuvable binôme ?
Le vol d’Icare : essor de l’édition artiste
Albert Lacroix : le sens du coup
Henry Kistemaeckers : le goût du risque 
Edmond Deman : le coût du luxe
Puissance des genres mineurs, faiblesse des genres majeurs

CHAPITRE 4 : LA RENAISSANCE DE L’ÉDITION BELGE (1920-1940)
De la bande dessinée aux bancs de l’école : les imprimeurs au service de la jeunesse
La conversion de Casterman 
Gordinne, Dupuis : deux industriels du divertissement
Du scolaire au littéraire
Une littérature en quête d’éditeurs
Un modèle central : La Renaissance du Livre
De la littérature comme support au livre comme objet
Académiques ou d’avant-garde : le vecteur des revues
Du gris au noir :
 l’édition en Wallonie et à Bruxelles à l’heure allemande

CHAPITRE 5 : INDUSTRIELS ET ARTISTES (1945-1980)
Les industriels de l’évasion
« Suivez Marabout »
Casterman, Dupuis, le Lombard : le triumvirat de la bande dessinée
L’édition pour la jeunesse
Artis-Historia : le livre aux marges de l’édition
Les parages de l’édition artiste et lettrée
L’édition d’art entre deux modèles : Arcade et le Fonds Mercator
Néo-classiques et activistes : l’édition de poésie
André De Rache et Jacques Antoine
Une période de transition

CHAPITRE 6 : ÉTAT LITTÉRAIRE ET MARCHÉ DU LIVRE (1980-2000)

Le retour d’Icare : l’édition lettrée après 1980
Politiques de l’identité et institutions de la littérature
« Espace Nord » : une collection et un outil institutionnel
De Jacques Antoine aux Éperonniers
Des sciences de l’homme aux hommes de l’art : à côté des Éperonniers à Bruxelles
Aspects de l’édition de création en Wallonie
La part du marché : industrie du livre et concentrations éditoriales
Expansion externe et extension interne : De Boeck et Labor
Redéfinition et légitimation du livre de jeunesse
Aggiornamento esthétique et reconfiguration éditoriale de la bande dessinée
Indépendants et alternatifs : la « contrebande dessinée »
L’artiste et l’entrepreneur : deux figures de l’édition belge à la fin du siècle

ÉPILOGUE : AU SEUIL D’UN NOUVEAU SIÈCLE

L’édition saisie par les médias d’information
Bassins régionaux et horizons numériques
Organisation des indépendances
Nouveaux profils, nouvelles cartographies
À suivre

POSTFACE d’Yves Winkin

INDEX NOMINUM

REPÈRES BIBLIOGRAPHIQUES
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

 

Tanguy Habrand

Centre d’Etudes du Livre Contemporain (CELIC)
Département des Arts et Sciences de la Communication
Faculté de Philosophie et Lettres
Université de Liège
Place du 20 août, 7
B-4000 LIEGE

Appel à communication – « Colloque « Serial tourists. Loisirs, tourisme et touristes » (Lille les 2 et 3 novembre 2018) »

Merci de trouver en pièce jointe, de la part de Matthieu Freyheit (Université de Lorraine), l’appel à communication du colloque « Serial tourists. Loisirs, tourismes et touristes » qui aura lieu à Lille les 2 et 3 novembre 2018.

Invitation – « Colloque ANR LITTéPUB, « Marketing et stratégies éditoriales aux XXe et XXIe siècles » »

Cher.e.s ami.e.s, cher.e.s collègues,

J’ai le plaisir de vous annoncer que se tiendra du 26 au 28 avril prochain, à l’IMEC et à l’Université de Caen, le colloque

« Marketing et stratégies éditoriales aux XXe et XXIe siècles »,

dans le cadre de l’ANR LITTéPUB « Littérature publicitaire et  publicité littéraire de 1830 à nos jours ».

Je vous adresse, avec le  programme ci-joint, mes cordiales salutations.

Marie-Hélène BOBLET

Professeure de Littérature française
Université de CAEN NORMANDIE
EA4256/LASLAR

Avis de publication – « L’entretien d’écrivain à la radio (France, 1960-1985). Formes et enjeux »

David Martens (KU Leuven) et moi-même sommes heureux de vous annoncer la parution en ligne du dernier numéro de Komodo 21, consacré à « L’entretien d’écrivain à la radio (France, 1960-1985) ».
Pierre-Marie Héron
Université Paul-Valéry Montpellier (France)

Sommaire 

Pierre-Marie Héron, David Martens

Présentation. L’entretien d’écrivain à la radio (1960-1985). Formes et enjeux

 

1. Entretiens-feuilletons

 

Marie-Claude Hubert

Entretiens d’Audiberti et d’Adamov avec Georges Charbonnier

 

Jochen Mecke

D’une avant-garde l’autre. Les entretiens de Robbe-Grillet avec Jean Thibaudeau

 

Florian Alix

Césaire au micro d’Édouard Maunick. Topographie d’une œuvre, diffraction d’une parole

 

Céline Pardo

« Georges Perros, Jean Daive », au miroir de la radio

 

Catherine Soulier

« Un assez satisfaisant brouillon ». Entretiens avec Jean Tortel, France Culture 1976

 

Pierre-Marie Héron

Entretiens-feuilletons d’écrivain (1963-1986) : un premier inventaire

 

2. Magazines et autres émissions

 

Pierre-Marie Héron

La Matinée littéraire de Roger Vrigny : un esprit NRF à France Culture

 

David Martens

Jacques Chancel radioscopé : la démangeaison de la littérature

 

Marine Beccarelli

Les entretiens d’écrivains dans Le Pop Club

 

Guido Mattia Gallerani

Les entretiens « romanesques » de Roland Barthes à la radio (1976-1979)

 

Christophe Deleu

De la nuit. De l’écrivain anonyme

 

Galia Yanoshevsky

L’entretien littéraire dans Bruits de pages. Veinstein avant Veinstein

 

Jérôme Meizoz & François Vallotton

L’émission littéraire en Suisse romande (1960-1990) : médiatisation, formats, postures

Appel de textes – « Mémoires du livre / Studies in Book Culture »

Chers Collègues,

Voici l’appel de textes en vue du numéro de printemps 2019 de Mémoires du livre / Studies in Book Culture, intitulé : « Les discours de l’éditeur / The Publisher’s Discourse », et codirigé par Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) et Julien Lefort-Favreau (Queen’s University).

Vous le trouverez, dans sa version bilingue, sur la page suivante :

https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/actualite-du-grelq/nouvelles-details/article/37135/

Merci de bien vouloir faire circuler l’information dans vos réseaux.

 

Joanie Grenier
Assistante à la direction / Executive Assistant
Mémoires du livre Studies in Book Culture
Codirectrices / Co-Directors : Marie-Pier Luneau, Josée Vincent
Département des lettres et communications
Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke, Québec, Canada
J1K 2R1

Parution – La pensée de la race en Italie

Annonce de parution – Les cahiers de la MSHE
n° 33 – avril 2018

La pensée de la race en Italie
Du romantisme au fascisme


Aurélien ARAMINI et Elena BOVO (dir.)

Couverture La pensée de la race
avril 2018 
ISBN : 978-2-84867-621-0 / ISSN : 2490-7545
278 pages – format : 16 x 24 cm
Numéro de cahier : 33
Série : Archives de l’imaginaire social / Numéro de série : 5
Responsables de la série : Vincent Bourdeau et Edward Castleton
Éditeur : Presses universitaires de Franche-Comté
Diffuseur : FMSH-Diffusion

Site des Cahiers de la MSHE

Résumé

L’importance de la pensée italienne de la race a été longtemps sous-estimée. Cependant, en Italie autant qu’en France ou en Allemagne, nombre d’œuvres littéraires ou de discours scientifiques mobilisent le concept de race dans une perspective aussi bien théorique que politique. Des premières décennies du XIXe siècle à la période fasciste, trois moments – philologie romantique, anthropologie positiviste et idéologie fasciste – constituent les jalons d’une archéologie de la pensée italienne de la race dont l’étude révèle un usage spécifique qui engage non seulement le rapport que la Péninsule entretient avec l’autre mais aussi le rapport qu’elle entretient avec elle-même.

Elena Bovo est maître de conférences en littérature et civilisation italiennes à l’université de Franche-Comté. Docteur en philosophie, Aurélien Aramini est chercheur associé au laboratoire « Logiques de l’agir » de l’université de Franche-Comté.

Télécharger le sommaire

Pour précommander l’ouvrage

Prix spécial de souscription jusqu’au 6 mai 2018

Site des PUFC (paiement par chèque ou CB) 
  
Les libraires sont priés de passer commande à partir du 6 mai auprès de :

FMSH Diffusion 

18-20, rue Robert Schuman — 94220 CHARENTON-LE-PONT 
Tél. : +33 (0) 1 53 48 56 30 –  Courriel : cid@msh-paris. 

Powered by AcyMailing