Archives mensuelles : avril 2018

Appel à contributions – « « Habiter » pour le prochain numéro de la revue *À l’épreuve* »

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 11 juin 2018. 
 
Nous vous remercions par avance de votre collaboration,
 
Cordialement,
 
Violaine François, Violaine Sauty et Adrien Valgalier
 
***
 
La revue numérique À l’épreuve est née en 2013 de l’enthousiasme de doctorants issus des diverses disciplines du RIRRA 21, centre de recherche rattaché à l’université Montpellier III. Il s’agit d’une revue à parution annuelle, ouverte à toutes les approches critiques mais favorisant l’interdisciplinarité et les études comparatives entre différentes aires linguistiques et médias. Pilotée au niveau universitaire par un comité scientifique international, sa rédaction est assurée tous les ans par une équipe de doctorants du RIRRA 21. L’appel à contribution est ouvert à tous les chercheurs.

Annonce de parution – « Histoire de l’édition en Belgique (XVe – XXIe siècle), P. Durand et T. Habrand »

Annonce de parution

HISTOIRE DE L’ÉDITION EN BELGIQUE (XVe – XXIe siècle)
Pascal Durand et Tanguy Habrand
Postface d’Yves Winkin

Bruxelles, Les Impressions Nouvelles
Coll. « Réflexions faites »
14.5 x 21 cm, 576 pages, 26 €
978-2-87449-584-7
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Depuis l’Histoire du livre et de l’imprimerie en Belgique publiée dans l’entre-deux-guerres par le Musée du Livre, aucun ouvrage de synthèse n’avait remis en perspective les grandes tendances de l’édition belge. L’ouvrage de Pascal Durand et Tanguy Habrand vient combler cette lacune en entrecroisant histoire de l’édition, histoire des idées et histoire des institutions de la vie littéraire et intellectuelle.

La production du livre belge de langue française correspond à un marché restreint, tributaire de logiques qui lui sont propres – avec un poids particulier des industries graphiques – tout en étant soumis à la force d’attraction exercée par l’édition française sur les genres les plus prestigieux. Quelques-uns, tels Lacroix, éditeur de Hugo et De Coster dans les années 1860, ou Deman, éditeur de Verhaeren et Mallarmé, ont brièvement réussi à tirer leur épingle de ce jeu déséquilibré. Plus nombreux et significatifs sont ceux qui, de Casterman à Marabout, ont dégagé de durables ressources de créativité dans les domaines du livre religieux, de la bande dessinée, du livre pratique et du livre pour la jeunesse.

En six chapitres de longueur croissante, c’est tout un paysage de livres et d’éditeurs qui se trouve reconstruit sous les yeux du lecteur, allant des premiers imprimeurs dans les territoires qui formeront la Belgique jusqu’aux processus de concentration éditoriale actuels, en passant par les industriels de la contrefaçon, les grands éditeurs de bande dessinée et les pionniers du livre de poche francophone. Sans oublier les maisons de taille souvent modeste qui, vouées au roman, à la poésie, au théâtre, à l’essai lettré, contribuent à la vie du livre comme vecteur de haute culture.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
 
Pascal Durand est professeur ordinaire à l’Université de Liège, où il dirige le Centre d’Étude du Livre Contemporain. Spécialiste de Mallarmé et de la poésie moderne, il est aussi l’auteur d’ouvrages sur l’histoire de l’édition, les rapports presse/littérature et les figures contemporaines de l’orthodoxie politico-médiatique.

Tanguy Habrand est assistant au département Médias, Culture et Communication de l’Université de Liège et par ailleurs éditeur associé à la collection « Espace Nord » ; ses recherches et publications portent sur les stratégies éditoriales, les politiques du livre et l’édition indépendante.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
TABLE DES MATIÈRES

PRÉAMBULE

CHAPITRE PREMIER : LE TEMPS DES IMPRIMEURS (1470-1650)
Autour de Thierry Martens 
L’apparition du livre imprimé en Belgique 
Un grand petit imprimeur
« Theodoricus noster »
Christophe Plantin : un proto-éditeur 
« Labore et constantia » 
À l’enseigne du Compas d’or
Le déclin de l’imprimerie

CHAPITRE 2 : LE SOLEIL NOIR DE LA CONTREFAÇON (1650-1850) 
Contrefaçon et clandestinité à la fin de l’Ancien Régime 
Vue de France ou de Belgique : les deux visages de la réimpression 
Autour des Bassompierre à Liège : le sens des affaires
De l’essor à l’écroulement de la contrefaçon industrielle 
L’industrie de la réimpression
Un déclin économique et moral
Les retombées de la contrefaçon

CHAPITRE 3 : ENTRE ROME ET PARIS (1850-1914)
Les temps bénits de l’édition religieuse
« Pro Deo et Patria »
Du religieux au scolaire
Édition religieuse et créativité éditoriale : un introuvable binôme ?
Le vol d’Icare : essor de l’édition artiste
Albert Lacroix : le sens du coup
Henry Kistemaeckers : le goût du risque 
Edmond Deman : le coût du luxe
Puissance des genres mineurs, faiblesse des genres majeurs

CHAPITRE 4 : LA RENAISSANCE DE L’ÉDITION BELGE (1920-1940)
De la bande dessinée aux bancs de l’école : les imprimeurs au service de la jeunesse
La conversion de Casterman 
Gordinne, Dupuis : deux industriels du divertissement
Du scolaire au littéraire
Une littérature en quête d’éditeurs
Un modèle central : La Renaissance du Livre
De la littérature comme support au livre comme objet
Académiques ou d’avant-garde : le vecteur des revues
Du gris au noir :
 l’édition en Wallonie et à Bruxelles à l’heure allemande

CHAPITRE 5 : INDUSTRIELS ET ARTISTES (1945-1980)
Les industriels de l’évasion
« Suivez Marabout »
Casterman, Dupuis, le Lombard : le triumvirat de la bande dessinée
L’édition pour la jeunesse
Artis-Historia : le livre aux marges de l’édition
Les parages de l’édition artiste et lettrée
L’édition d’art entre deux modèles : Arcade et le Fonds Mercator
Néo-classiques et activistes : l’édition de poésie
André De Rache et Jacques Antoine
Une période de transition

CHAPITRE 6 : ÉTAT LITTÉRAIRE ET MARCHÉ DU LIVRE (1980-2000)

Le retour d’Icare : l’édition lettrée après 1980
Politiques de l’identité et institutions de la littérature
« Espace Nord » : une collection et un outil institutionnel
De Jacques Antoine aux Éperonniers
Des sciences de l’homme aux hommes de l’art : à côté des Éperonniers à Bruxelles
Aspects de l’édition de création en Wallonie
La part du marché : industrie du livre et concentrations éditoriales
Expansion externe et extension interne : De Boeck et Labor
Redéfinition et légitimation du livre de jeunesse
Aggiornamento esthétique et reconfiguration éditoriale de la bande dessinée
Indépendants et alternatifs : la « contrebande dessinée »
L’artiste et l’entrepreneur : deux figures de l’édition belge à la fin du siècle

ÉPILOGUE : AU SEUIL D’UN NOUVEAU SIÈCLE

L’édition saisie par les médias d’information
Bassins régionaux et horizons numériques
Organisation des indépendances
Nouveaux profils, nouvelles cartographies
À suivre

POSTFACE d’Yves Winkin

INDEX NOMINUM

REPÈRES BIBLIOGRAPHIQUES
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

 

Tanguy Habrand

Centre d’Etudes du Livre Contemporain (CELIC)
Département des Arts et Sciences de la Communication
Faculté de Philosophie et Lettres
Université de Liège
Place du 20 août, 7
B-4000 LIEGE

Appel à communication – « Colloque « Serial tourists. Loisirs, tourisme et touristes » (Lille les 2 et 3 novembre 2018) »

Merci de trouver en pièce jointe, de la part de Matthieu Freyheit (Université de Lorraine), l’appel à communication du colloque « Serial tourists. Loisirs, tourismes et touristes » qui aura lieu à Lille les 2 et 3 novembre 2018.

Invitation – « Colloque ANR LITTéPUB, « Marketing et stratégies éditoriales aux XXe et XXIe siècles » »

Cher.e.s ami.e.s, cher.e.s collègues,

J’ai le plaisir de vous annoncer que se tiendra du 26 au 28 avril prochain, à l’IMEC et à l’Université de Caen, le colloque

« Marketing et stratégies éditoriales aux XXe et XXIe siècles »,

dans le cadre de l’ANR LITTéPUB « Littérature publicitaire et  publicité littéraire de 1830 à nos jours ».

Je vous adresse, avec le  programme ci-joint, mes cordiales salutations.

Marie-Hélène BOBLET

Professeure de Littérature française
Université de CAEN NORMANDIE
EA4256/LASLAR

Avis de publication – « L’entretien d’écrivain à la radio (France, 1960-1985). Formes et enjeux »

David Martens (KU Leuven) et moi-même sommes heureux de vous annoncer la parution en ligne du dernier numéro de Komodo 21, consacré à « L’entretien d’écrivain à la radio (France, 1960-1985) ».
Pierre-Marie Héron
Université Paul-Valéry Montpellier (France)

Sommaire 

Pierre-Marie Héron, David Martens

Présentation. L’entretien d’écrivain à la radio (1960-1985). Formes et enjeux

 

1. Entretiens-feuilletons

 

Marie-Claude Hubert

Entretiens d’Audiberti et d’Adamov avec Georges Charbonnier

 

Jochen Mecke

D’une avant-garde l’autre. Les entretiens de Robbe-Grillet avec Jean Thibaudeau

 

Florian Alix

Césaire au micro d’Édouard Maunick. Topographie d’une œuvre, diffraction d’une parole

 

Céline Pardo

« Georges Perros, Jean Daive », au miroir de la radio

 

Catherine Soulier

« Un assez satisfaisant brouillon ». Entretiens avec Jean Tortel, France Culture 1976

 

Pierre-Marie Héron

Entretiens-feuilletons d’écrivain (1963-1986) : un premier inventaire

 

2. Magazines et autres émissions

 

Pierre-Marie Héron

La Matinée littéraire de Roger Vrigny : un esprit NRF à France Culture

 

David Martens

Jacques Chancel radioscopé : la démangeaison de la littérature

 

Marine Beccarelli

Les entretiens d’écrivains dans Le Pop Club

 

Guido Mattia Gallerani

Les entretiens « romanesques » de Roland Barthes à la radio (1976-1979)

 

Christophe Deleu

De la nuit. De l’écrivain anonyme

 

Galia Yanoshevsky

L’entretien littéraire dans Bruits de pages. Veinstein avant Veinstein

 

Jérôme Meizoz & François Vallotton

L’émission littéraire en Suisse romande (1960-1990) : médiatisation, formats, postures

Appel de textes – « Mémoires du livre / Studies in Book Culture »

Chers Collègues,

Voici l’appel de textes en vue du numéro de printemps 2019 de Mémoires du livre / Studies in Book Culture, intitulé : « Les discours de l’éditeur / The Publisher’s Discourse », et codirigé par Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) et Julien Lefort-Favreau (Queen’s University).

Vous le trouverez, dans sa version bilingue, sur la page suivante :

https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/actualite-du-grelq/nouvelles-details/article/37135/

Merci de bien vouloir faire circuler l’information dans vos réseaux.

 

Joanie Grenier
Assistante à la direction / Executive Assistant
Mémoires du livre Studies in Book Culture
Codirectrices / Co-Directors : Marie-Pier Luneau, Josée Vincent
Département des lettres et communications
Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke, Québec, Canada
J1K 2R1

Parution – La pensée de la race en Italie

Annonce de parution – Les cahiers de la MSHE
n° 33 – avril 2018

La pensée de la race en Italie
Du romantisme au fascisme


Aurélien ARAMINI et Elena BOVO (dir.)

Couverture La pensée de la race
avril 2018 
ISBN : 978-2-84867-621-0 / ISSN : 2490-7545
278 pages – format : 16 x 24 cm
Numéro de cahier : 33
Série : Archives de l’imaginaire social / Numéro de série : 5
Responsables de la série : Vincent Bourdeau et Edward Castleton
Éditeur : Presses universitaires de Franche-Comté
Diffuseur : FMSH-Diffusion

Site des Cahiers de la MSHE

Résumé

L’importance de la pensée italienne de la race a été longtemps sous-estimée. Cependant, en Italie autant qu’en France ou en Allemagne, nombre d’œuvres littéraires ou de discours scientifiques mobilisent le concept de race dans une perspective aussi bien théorique que politique. Des premières décennies du XIXe siècle à la période fasciste, trois moments – philologie romantique, anthropologie positiviste et idéologie fasciste – constituent les jalons d’une archéologie de la pensée italienne de la race dont l’étude révèle un usage spécifique qui engage non seulement le rapport que la Péninsule entretient avec l’autre mais aussi le rapport qu’elle entretient avec elle-même.

Elena Bovo est maître de conférences en littérature et civilisation italiennes à l’université de Franche-Comté. Docteur en philosophie, Aurélien Aramini est chercheur associé au laboratoire « Logiques de l’agir » de l’université de Franche-Comté.

Télécharger le sommaire

Pour précommander l’ouvrage

Prix spécial de souscription jusqu’au 6 mai 2018

Site des PUFC (paiement par chèque ou CB) 
  
Les libraires sont priés de passer commande à partir du 6 mai auprès de :

FMSH Diffusion 

18-20, rue Robert Schuman — 94220 CHARENTON-LE-PONT 
Tél. : +33 (0) 1 53 48 56 30 –  Courriel : cid@msh-paris. 

Powered by AcyMailing

Date butoir repoussée – « Colloque « Ce que la traduction fait au roman: le rôle des textes traduits dans l’évolution du genre romanesque francophone (XIXe -XXIe siècle) » »

Bonjour à tous et à toutes,
La date limite pour l’envoi des propositions de communication pour le colloque « Ce que la traduction fait au roman: le rôle des textes traduits dans l’évolution du genre romanesque francophone (XIXe -XXIe siècle) » a été reportée au 25 avril 2018.
Bien cordialement,
Cecilia Benaglia (pour le comité d’organisation).

Université McGill, Département de Langue et Littérature Françaises

Colloque – 25-26 octobre 2018

 

« Ce que la traduction fait au roman : le rôle des textes traduits dans l’évolution du genre romanesque francophone (XIXe-XXIsiècles) »

 

Conférenciers invités confirmés : Rainier Grutman (Université d’Ottawa) et Sherry Simon (Université Concordia).

 

Ce colloque partira de l’hypothèse que la traduction modifie le champ littéraire d’accueil et constitue une force transformatrice qui contribue à façonner en profondeur l’histoire littéraire. Toute histoire littéraire nationale, par conséquent, serait incomplète si on ne prenait en compte la place que les textes traduits y occupent, ainsi que les processus qui ont accompagné leur importation et leur réception.

À partir de ces prémisses, on s’intéressera à l’impact, passé et actuel (du XIXe siècle à nos jours), des romans traduits vers le français sur l’évolution du genre romanesque francophone, notamment au niveau des politiques éditoriales, de la constitution de nouveaux canons littéraires, du regard que les écrivains portent sur le roman et de l’écriture-même des œuvres romanesques.

Nous nous intéresserons aussi bien aux études portant sur le rapport individuel entre un écrivain et une œuvre traduite, qu’aux approches adoptant une visée plus large. On pense alors à l’impact de traductions qui constitueraient en elles-mêmes un corpus spécifique, avec par exemple la vague de littérature américaine traduite qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, ou la vague de traductions pour la jeunesse au XIXe siècle qui a aidé à la constitution de littératures d’enfance et de jeunesse nationales en Europe (les œuvres pour la jeunesse traduites continuent par ailleurs d’influencer le développement de littératures pour la jeunesse nationales au sein des pays émergents).

Les études des traductions qui ont fait date dans l’histoire littéraire francophone seront les bienvenues autant que les exemples d’échecs, de projets de traduction abandonnés, qui pourront également fournir des informations sur les normes génériques et institutionnelles en vigueur à une époque donnée.

 

Pour permettre une discussion aussi riche et exhaustive que possible, trois axes de réflexion sont envisagés :

– un axe institutionnel : aborder cette thématique du point de vue des institutions littéraires, des politiques éditoriales et des politiques des prix littéraires ;

– un axe poétique : l’impact des textes traduits sur l’écriture et la production romanesque des écrivains francophones (style/poétique, thématiques, références culturelles/intertextuelles) ;

– un axe portant sur le canon et les panthéons littéraires, explorant la tension entre canon national (lié à l’axe institutionnel) et bibliothèques personnelles des écrivains, qui peuvent différer du canon national, voire s’y opposer.

 

Les propositions de communication (20 minutes) de 300 mots maximum, en français, devront être accompagnées d’une courte note biographique et sont à envoyer d’ici le 25 avril 2018 aux deux adresses suivantes :

Cecilia Benaglia – cecilia.benaglia@mail.mcgill.ca

Audrey Coussy – audrey.coussy@mcgill.ca

 

Comité scientifique : Cecilia Benaglia (Université McGill), Audrey Coussy (Université McGill), Isabelle Daunais (Université McGill), Gillian Lane-Mercier (Université McGill)

Annonce – « Content Stinks! : The Forms, Materials, and Institutions of American Periodicals » – 21st Sept 2018

CONTENT STINKS!:
THE FORMS, MATERIALS, AND INSTITUTIONS OF AMERICAN PERIODICALS
 
A one day symposium of the Network of American Periodical Studies 
University of Nottingham – Friday 21
st September 2018
 
“Context stinks! It’s a way of stopping the description when you are too tired or lazy to go on,” Bruno Latour declares in Reassembling the Social (2005), a consciously polemical effort to counter the fixity of prevailing socio-political models of interpretation with the processual fluidity enabled by actor-network theory. Taken up as a mantra by various literary critics concerned with overturning the tendency to critique texts as ideological objects, the idea that “context stinks” particularly underpins a constellation of recent approaches to literature that take “description” as their guide, whether through a renewed attention to aesthetics, close reading, or genre.
 
Although primarily concerned to date with the traditional literary foci of novels, poems and plays, the rejection of New Historicist modes of contextualization under the rubric of what Rita Felski has called “postcritical reading” has much to offer scholars working on periodical culture. But at the same time, if any single hermeneutic strategy can be said to have retarded the progress of periodical studies it is the field’s consistent privileging of content over context. Students of the periodical have typically borrowed their means of analysing them from the study of other forms. Texts – often by already canonical writers – are prised from the wealth of matter published in magazines and newspapers and subjected to detailed descriptive readings that abstract them entirely from their broader periodical environment. The problem for periodical studies is not necessarily that it has been too obsessed with context (though its default interpretive lens has tended to be that of ideology) but that it hasn’t engaged imaginatively enough with the range and diversity of possible periodical contexts.
 
This symposium thus seeks papers that challenge the narrow content-orientation of much existing periodicals scholarship by engaging with new, deeper and more complex contextualizations of these unique textual objects. In particular, we are interested in work that offers considerations of the American periodical from the perspective not of its content-providers but the perspective of the multiple human and nonhuman actors responsible for assembling and distributing what in the aggregate is a mass of literary material simply too large and various for conventional interpretive approaches.  Possible topics might include but are not limited to:
 
  • The material constitution of periodicals (paper, illustration, etc.)
  • Transportation and the geography of periodicals
  • Technologies of periodical production
  • The business and commerce of periodicals
  • Periodical editors, managers, and owners
  • Periodicals and manual labour
  • Legal structures and the periodical (copyright, censorship, etc.)
  • Seriality and the temporalities of periodical culture
  • The role of genre in periodical culture
  • The periodical archive and its challenges and limitations
  • The digitization of periodicals and its consequences for textual interpretation
  • The periodical and distant reading
  • The periodical and network theory
 
Please send 300 word abstracts and accompanying one-page CVs to the symposium organizers, Dr Matthew Pethers (matthew.pethers@nottingham.ac.uk) and Dr Graham Thompson (graham.thompson@nottingham.ac.uk), by Monday April 16th2018.