Archives mensuelles : mai 2018

Parution – « Textualité de la mémoire et de l’histoire dans les langues de la littérature africaine »

Bonjour,

L’ouvrage intitulé Textualité de la mémoire et de l’histoire dans les langues de la littérature africaine est maintenant disponible.
Vous pouvez le commander ou le faire commander à partir de ce lien.
Merci de l’écho que vous réserverez autour de vous pour permettre la diffusion de cette information scientifique.

Bien cordialement.
https://www.edilivre.com/textualite-de-la-memoire-et-de-l-histoire-dans-les-langues-de-la.html/

OWONO ZAMBO
Dr en Sciences du langage et Littérature francophone
Qualifié Maître de Conférences des universités en France, CNU, section 9
http://livre.fnac.com/a8875638/Man-Bene-La-cour-des-grands-ou-les-independances-vues-d-Afrique?omnsearchpos=1

Événement – « Colloque, “Migrations in American Drama and Theater,” 4-6 juin 2018, I.D.E.A. (Université de Lorraine) »

Chers collègues,

Je vous transmets mon message ci-dessous, annonçant notre colloque la semaine prochaine sur le campus LSH (https://idea-udl.org/migrations/migrations-in-american-drama-and-theater-academic-program/).
Cordialement,
John Bak

 

*************************


Dear colleagues,
It’s my pleasure to announce the 5th International conference on American Drama and Theater, “Migrations in American Drama and Theater,” to be held on the Nancy campus of the Université de Lorraine from 4–6 June 2018.
Organized by the research center IDEA (“Théories et pratiques de l’interdisciplinarité dans les études anglophones”), the conference is co-sponsored by the American Theater and Drama Society (ATDS) and supported by the Spanish universities of Cádiz, Sevilla, and Madrid Autónoma, where the previous quadrennial conferences were held.
The conference keynote speakers include: Lee Bruer, director of the celebrated production of Un tramway nommé Désir at the Comédie Française in 2011; Maude Mitchell, American actress and producer; and Annette Saddik and Sue Abbotson, both professors and scholars of American drama and theater.

To view the conference program, please click on the following link:

https://idea-udl.org/migrations/migrations-in-american-drama-and-theater-academic-program/

Best, John

Parution – « Le Genre humain, n° 59. Chanter, rire et résister à Ravensbrück. Autour de Germaine Tillionet du Verfügbar aux Enfers »

sous la direction
de Philippe Despoix,
Marie-Hélène Benoit-Otis,
Djemaa Maazouzi
et Cécile Quesney
préface d’Esteban Buch

Les laboratoires de l’horreur et de la mort industrielle que furent les camps nazis ont paradoxalement aussi été des lieux de création. Création dans des conditions extrêmes, presque toujours clandestine et souvent le fait de simples amateurs pour qui elle constituait une ultime planche de liberté – ou de résistance. Ce fut le cas dans le camp pour femmes de Ravensbrück avec Le Verfügbar aux Enfers, pièce écrite fin 1944 par l’ethnologue Germaine Tillion (1907-2008) avec l’aide de ses compagnes résistantes déportées. Œuvre de survie collective, cette « opérette-revue » sans partition qui détourne avec humour un répertoire varié d’airs populaires éclaire de manière exemplaire les relations complexes entre mémoire musicale, création et résistance dans les camps.

Germaine Tillion est entrée au Panthéon le 27 mai 2015. Ce jour-là, le président de la République dit : « À Ravensbrück, cachée dans des caissons en carton, Germaine Tillion écrit une opérette, pour que le rire généreux de ses camarades déportées puisse répondre aux rictus lâches de leurs bourreaux. Oui, une opérette, pour pouvoir défier le mal par le rire. »

Dans sa préface, Esteban Buch écrit qu’« il revenait à une femme, Germaine Tillion, de contribuer au travail de mémoire collectif en faisant entendre aussi la musique du rire, éternellement libre, surgissant du fond sonore des enfers ».

 

Sommaire

Esteban Buch
Préface (13)

Philippe Despoix, Marie-Hélène Benoit-Otis, Djemaa Maazouzi et Cécile Quesney
Chanter, rire et résister à Ravensbrück. Autour de Germaine Tillion et du Verfügbar aux Enfers (17)

Contextes d’une création atypique
Insa Eschebach
Créer son propre lieu social : les activités culturelles dans le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück (25)

Julien Blanc
Humour et R.sistance chez Germaine Tillion : rire de (presque) tout (37)

Françoise Carasso
Styles de Germaine Tillion : pertinence et impertinence (55)

Germaine Tillion
« Il était une fois Ravensbrück » : entretien avec Mechthild Gilzmer (71)

Une opérette-revue à Ravensbrück
Nelly Forget
Témoignage sur l’improbable parcours d’un manuscrit : Le Verfügbar aux Enfers (95)

Donald Reid
Re-mémoration et créativité dans Le Verfügbar aux Enfers (107)

Philippe Despoix
Orphée à Ravensbrück ? Une revue de composition orale : mémoire phonographique et parodie (119)

Djemaa Maazouzi
D’une « distraction » paradoxale à Ravensbrück (137)

Cécile Quesney
Mettre en scène Le Verfügbar aux Enfers  (2007-2017) (157)

Marie-Hélène Benoit-Otis
Virtualités musicales dans l’opérette-revue de Germaine Tillion (175)

Annexe
Groupe de recherche « Mémoire musicale et résistance dans les camps »
Sources musicales et phonographiques du Verfügbar aux Enfers (191)


Djemaa Maazouzi, Ph.D
https://djemaamaazouzi.academia.edu
Collège Dawson
Département de français
dmaazouzi@dawsoncollege.qc.ca
Bureau 5E.2
Adresse postale :
3040 Rue Sherbrooke O
Montréal, QC H3Z 1A4, Canada
Téléphone : (514) 931 8731

Le Genre humain 59_presse_22052018

Appel à contributions – « Ouvrages pour compte rendu DFS janvier-mai 2018 »

English message will follow-

Bonjour,

Veuillez trouver en pièce jointe la liste des ouvrages proposés pour la section des comptes-rendus de la revue Dalhousie French Studies ainsi que le formulaire dans lequel vous trouverez les informations sur le format des recensions.

Les recensions sont maintenant disponibles en libre consultation sur le site Internet de la revue: https://ojs.library.dal.ca/dfs/index

Bien cordialement,

____________________

Greetings,

Please find attached the list of proposed books for DFS’ book review section as well as the form with the information about the format of the book reviews.

The book reviews are available for free access on the website of the journal using the following link:  https://ojs.library.dal.ca/dfs/index.

With best regards,

Jean-Jacques

Livres pour compte rendu DFS janvier-mai 2018

DFS – Protocole Book review

Événement – « Colloque «L’Imaginaire nord-américain de Jules Verne» »

Université d’Ottawa, 7 et 8 juin 2018

Ce colloque international est organisé par Guillaume Pinson (Université Laval) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa), dans le cadre du projet « Le Canada de Jules Verne : savoirs, représentations, imaginaire social » (subvention CRSH).

L’Amérique du Nord et les Nord-Américains sont omniprésents dans les Voyages extraordinaires : Marie-Hélène Huet y dénombre 85 personnages américains jouant un rôle de premier plan dans 26 romans, auxquels s’ajoutent les trois romans entièrement consacrés au Canada que Verne, dans une lettre du 31 mai 1887 à Louis-Jules Hetzel, appelle «mon pays de prédilection» (Le Pays des fourrures, 1873; Famille-sans-nom, 1889; Le Volcan d’or, première publication posthume en 1906). Il est pourtant fascinant de constater que, dans toute son existence, Jules Verne n’aura passé que quelques jours aux États-Unis et moins de vingt-quatre heures au Canada : tout son savoir sur l’ethnologie et les mœurs de ces pays lui proviennent de sources livresques et, surtout, de la presse contemporaine, tant quotidienne que périodique. Tel Phileas Fogg, Jules Verne est en effet un homme en prise directe sur le discours social de son époque, et qui se distingue par la maîtrise qu’il en affiche : tout ce qui s’écrit, se pense et se représente dans la presse et la littérature contemporaine pénètre ses notes de lecture et la composition de ses romans. Ainsi, son Amérique textuelle procède entièrement de l’imaginaire social ambiant, qui le nourrit et auquel il ajoute en retour des représentations marquantes.

Ce colloque se propose d’explorer certains aspects de cet imaginaire nord-américain, par le biais tant d’institutions (le Gun Club, le Weldon-Institute de Robur-le-Conquérant, par exemple) et de personnages spécifiques (le Ned Land de Vingt Mille Lieues sous les mers, le Stamp W. Proctor du Tour du monde en quatre-vingts jours) imaginés par Jules Verne que des types auxquels il donne une existence littéraire, ou la renforce : le Yankee, le Canadien, le Huron, l’Anglais, le Sudiste. À la confluence de savoirs précis et de l’invention romanesque, des textes tels que Nord contre Sud, Famille-sans-nom ou Sans dessus dessous proposent, collectivement, une ethnologie nord-américaine, à la fois informée et fantaisiste, dont nous examinerons les contours. Ce sera également sous l’angle d’un imaginaire géographique que les interventions pourront se situer, afin d’étudier l’exploration romanesque que Jules Verne effectue du territoire nord-américain : par exemple la vallée du Saint-Laurent dans Famille-sans-nom, le centre et le Nord du Canada dans Le Pays des fourrures, ou encore les États-Unis dans Le Testament d’un excentrique.

Nous poserons comme hypothèse que l’œuvre de Jules Verne constitue un point d’observation idéal pour cartographier certaines topiques de l’imaginaire social. En outre, on peut à juste titre voir en Verne un mythographe, c’est-à-dire un créateur de mythologies modernes : un certain nombre de personnages, de thèmes, de situations, de stéréotypes ethnologiques et de représentations géographiques participant de l’imaginaire social prennent leur origine, ou du moins trouvent leur exposition déterminante, dans son œuvre. Verne serait donc de ces écrivains qui, pour reprendre la terminologie de Cornelius Castoriadis, «instituent» l’imaginaire social. Comment expliquer la précision du savoir nord-américain de Jules Verne? Quel savoir livresque et médiatique était à la disposition d’un esprit français curieux du dernier tiers du XIXe siècle?

Programme

Journée 1 : Perspectives générales sur l’imaginaire géographique et américain

14h : Marc Angenot  (Université McGill) :

«Les États-Unis de Jules Verne et ceux des autres»

15h : Marc Brosseau (Université d’Ottawa) :

«Géographie littéraire et imaginaire géographique»

16h30 : Guillaume Pinson (Université Laval) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) :«Le Canada de Jules Verne : savoirs, représentations, imaginaire social»

Journée 2 : Verne en Amérique

9h30 : François-Emmanuël Boucher (Collège Militaire royal, Kingston) :

«Lorsque l’eschatologie maistrienne s’invite au Gun Club. Jules Verne et le salut par le sang»

10h : Thomas-Carrier-Lafleur (Université de Montréal) :

«L’Espace étatsunien comme modèle ludique. Coups de dés et voyages labyrinthiques dans Le Testament d’un excentrique»

11h : Kevin Even (Paris III) :

«L’Homme face à la nature dans les récits nords-américains de Jules Verne : l’anticipation d’un désastre»

11h30 : Gérard Fabre (CNRS, Institut Marcel-Mauss) :

«Max Réal dans Le Testament d’un excentrique : un personnage franco-américain en contrepoint»

13h : Claire Barel-Moisan (CNRS, ENS-Lyon) :

«Le Grand Nord Canadien, entre aventure et contre-utopie»

13h30 : Jean-Louis Trudel :

«La Construction de l’imaginaire vernien québécois au xixe siècle»

14h : Frédérick Bertrand (Université Laval) :

«La Spacialité nord-américaine dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours et Le Pays des fourrures»

15h : Antoine Blais-Laroche (Université Laval) :

«Le Récit insurrectionnel canadien : regards entre Jules Verne et François-Xavier Garneau»

15h30 : Nicolas Gauthier (University of Waterloo) :

«Des “Esquimaux” dans l’imaginaire vernien : quand Le Pays des fourrures relaie, façonne et détourne des stéréotypes»

16h30 : Cocktail et lancement du livre de Gérard Fabre, Les Fables canadiennes de Jules Verne (Presses de l’Université d’Ottawa)

Annonce – « Penser les relations entre médias (à nouveau disponible) »

Chers collègues,

nous avons le plaisir de vous informer que suite à une rupture de stocks, l’ouvrage est à nouveau disponible en version papier auprès de l’éditeur :

Penser les relations entre médias. Dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics

sous la direction de Laurent Di Filippo et Émilie Landais

Strasbourg, Néothèque, 2017, 319 p.

Présentation : L’évolution constante du paysage médiatique invite les chercheurs à repenser sans cesse les changements de société sous différents angles, qu’ils soient culturels, sociaux, économiques ou historiques. Dans cette optique, les travaux sur la notion de convergence, ainsi que sur celle de transmedia se sont multipliés depuis le début des années 2000. Ceux-ci permettent d’analyser les stratégies mises en place par les acteurs pour construire et penser les relations entre supports médiatiques.

Cet ouvrage propose d’examiner le rendement heuristique de ces notions. Il vise également à étendre ces réflexions à des problématiques et des théories générales en sciences humaines et sociales, en plaçant le facteur humain et en particulier la construction des publics au coeur des questionnements.

Laurent Di Filippo est docteur en sciences de l’information et de la communication et en études scandinaves. Il est chargé de recherche au sein de l’entreprise Ernestine et membre associé du Centre de recherche sur les médiations à l’Université de Lorraine. Ses travaux portent sur la reprise et la circulation d’éléments mythologiques traditionnels dans les productions culturelles contemporaines.

Émilie Landais est doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine et membre du Centre de recherche sur les médiations. Elle s’intéresse à l’émergence des études sur la pornographie dans les Sciences Humaines et Sociales.

Ouvrage publié avec le soutien du Centre de recherche sur les médiations, de l’École doctorale Fernand-Braudel et de l’UFR Sciences Humaines et Sociales – Metz et de l’Université de Lorraine.

Sommaire

Laurent Di Filippo, Émilie Landais – Dispositifs transmédiatiques, convergences et publics : construire et penser les relations entre médias

Conception des dispositifs et représentations des publics

Frédéric Marty – Les représentations du public enseignant chez les concepteurs de dispositifs numériques éducatifs. Le nouveau player du site.tv

Eva Sandri – Interroger la notion de dispositif transmédiatique au musée d’ethnographie : le cas du Museon Arlaten

Julie Pasquer-Jeanne – Les dispositifs de médiation éducative au Château de Versailles : Fiction, Transmédia et Multimodalité

Rosanna Contreras-Gama – L’approche transmédiatique dans les dispositifs photo-humanitaires et l’idée de « spectateur citoyen »

Pratiques hétérogènes parmi les publics

Marta Boni – Enjeux des dispositifs transmédiatiques comme cadres de l’expérience

Julien Falgas – Prendre en compte les pratiques non-contributives. Approche méthodologique de l’étude des pratiques (trans)médiatiques des lecteurs de la bédénovela Les Autres Gens

Cyril Brizard – La transphonographie à l’essai du metal symphonique de Nightwish et de ses amateurs : un voyage vers la création continuée

Changements et résistances

Camille Jutant – Pratiques transmédiatiques des publics de la culture : jeux en réalité alternée et jeux sur téléphone portable

Patrick Prax – Envisager la co-création dans les jeux en ligne comme média alternatif

Yannick Pourpour – Versionnement multisupport et surenchère technologique : conflits techniques et esthétiques

Pour plus d’information et pour commander l’ouvrage :  http://www.neotheque.info/2017/11/15/penser-les-relations-entre-medias-dispositifs-transmediatiques-convergences-et-constructions-des-publics/

Bonne lecture !

Cordialement
Émilie Landais,
Laurent Di Filippo

PRM_2017_introduction

PRM_2017_Sommaire

Appel à communications – « Colloque international « Littérature urbaine » : une donnée culturelle médiévale ou un concept de l’histoire littéraire contemporaine ? »

7-9 septembre 2020, Moscou, Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie, Université orthodoxe Saint-Tikhon, avec la participation de l’Université Clermont Auvergne et du CELIS (Clermont-Ferrand)

La formule de « littérature urbaine », admise dans plusieurs écoles d’histoire littéraire, est répandue dans les études médiévales allemandes et, à leur suite, russes. Elle occupe, notamment, une place importante dans les articles de Friedrich Wolfzettel collectés dans un volume publié récemment (Friedrich Wolfzettel, La Poésie lyrique du Moyen Âge au Nord de la France. Études choisies, Paris, 2015). L’auteur place sous cette désignation des œuvres poétiques composées dès le XIIIe siècle : la poésie religieuse, le genre de la pastourelle, les poèmes de Rutebeuf, de Villon ou encore ceux des poètes arrageois. Selon lui, la « littérature urbaine » constituerait une étape nouvelle dans l’évolution intellectuelle et littéraire du Moyen Âge et serait l’expression d’une société qui, passant du féodalisme à l’époque bourgeoise, offrirait des œuvres plus proches de l’époque moderne que ne le sont celles de la littérature courtoise.

Cette désignation est toutefois complètement absente de l’Essai de poétique médiévale où Paul Zumthor tient pourtant compte de plusieurs œuvres étudiées suivant ce concept par d’autres chercheurs : la satire, la poésie allégorique, les poèmes des états et, bien sûr, la littérature didactique, domaine qui coïncide, au moins partiellement, avec celui qu’on identifie à la « littérature urbaine ». Dans son ouvrage plus tardif La mesure du monde : représentation de l’espace au Moyen Âge (1993), il utilise toutefois ce concept tout en en limitant considérablement l’extension pour montrer comment différents genres littéraires des XIIIe-XIVe siècles reflètent, à des degrés divers, le lien entre l’homme et son milieu. Plus récemment, H. Pleij souligne le fait que la littérature de Brabant et de Flandre défend les valeurs des élites urbaines (réprobation de la gourmandise et de l’ivrognerie, éloge du travail acharné, désir de réussite), sans pourtant affirmer que ces valeurs tirent leur origine de la ville (Herman Pleij, « La représentation du travail dans la littérature néerlandaise du Moyen Âge », Le verbe, l’image et les représentations de la société urbaine au Moyen Âge, 2002, p. 239-250). D’autre part, si l’image de la ville dans la littérature médiévale fait l’objet de nombreux articles, sa présence est souvent conditionnée par l’influence de l’Antiquité tardive avec sa thématique des laudes urbi et sa satire des habitants des villes (voir, en particulier, Pierre Bouet, « L’image des villes normandes chez les écrivains normands de langue latine des XIe et XIIe siècles », Les villes normandes au Moyen Âge, 2006, p. 317-336, et, dans le même volume, Bernard Beck, « Les villes normandes au Moyen Âge : de la ville réelle à la ville rêvée », Le verbe, l’image et les représentations de la société urbaine au Moyen Âge, p. 337-352).

L’expression de « littérature urbaine » est donc problématique, et les sens qu’elle recouvre sont si divers qu’il arrive qu’ils se superposent dans le même ouvrage (cf. Jean-Pierre Bordier, « La ville et le poète au XIIIe siècle », D. Poirion, Précis de littérature médiévale, 1983, p. 161-164). Elle peut désigner  la littérature :

1) née au moment de l’essor des villes et liée à l’avènement d’une nouvelle période économique, politique et sociale ;
2) tournée vers la description de la ville et de ses habitants ;
3) due à certains groupes sociaux apparus au sein des villes ;
4) défendant des valeurs propres à la ville et à ses habitants.

Face à cette diversité, il est nécessaire de revenir sur l’interprétation de « littérature urbaine » afin de comprendre quels critères permettent de la rapporter à un corpus particulier de textes, et de voir, suivant une approche d’ordre sociologique, dans quelle mesure elle trouve son fondement dans l’histoire de la société et des littératures médiévales.

Parallèlement à cette problématique centrale, d’autres questions qui y sont liées peuvent être discutées lors du colloque :

1) Peut-on parler de « littérature urbaine », avec ses thématiques, ses images et ses valeurs, comme on parle de « littérature courtoise » ?

2) Quels sont les relations entre la « littérature didactique » et la « littérature urbaine » ?

3) Quels sont les liens entre la « littérature urbaine » et les textes composés à la fin du Moyen Âge où la production littéraire n’est pas qualifiée d’« urbaine » de façon systématique ?

5) Si, derrière la «littérature urbaine », il existe un corpus des textes, quel en est le volume ?

6) Existe-t-il des genres littéraires liés à la ville d’une façon spécifique ?

7) Quel est le statut du roman ? Les romans en prose, créés à l’époque du développement des villes, peuvent-ils être considérés comme une part de la « littérature urbaine » ? À cet égard, le concept de « chronotope » proposé par M. Bakhtine est susceptible de fournir une perspective intéressante pour décrire et comprendre des aspects de la spatialité urbaine dans le roman à partir de la « corrélation essentielle des rapports spatio-temporels, telle qu’elle a été assimilée par la littérature […] » (Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman. Paris, Gallimard, 1978, p. 237). Dans ce sillage, on pourra s’interroger sur l’ancrage spatial des aventures dans le roman médiéval et sur leur incidence historique, et tenter de saisir l’évolution du genre au cours du Moyen Âge.

8) Est-il possible d’affirmer que le poème allégorique est un genre de la « littérature urbaine » ?

9) Quels sont les rapports entre la poésie pieuse et la « littérature urbaine » ? Rappelons que le corpus de la lyrique religieuse est bien présent déjà dans l’œuvre de Thibaut de Champagne, poète qu’aucun critère ne permet pourtant de rattacher à la culture de la ville.

Veuillez envoyer un résumé d’une page avant le 1er septembre 2019 aux organisateurs :

Ludmilla Evdokimova: ludmila.evdokimova@gmail.com
Françoise Laurent : francoise.laurent@uca.fr

Comité d’Organisation:

Ludmilla Evdokimova, Institut de littérature mondiale, Université orthodoxe Saint-Tikhon (Moscou)
Françoise Laurent, Université Clermont Auvergne, CELIS (Clermont-Ferrand, France)
Xenia Alexandrova, Université othodoxe Saint-Tikhon (Moscou)
Natalia Dolgorukova, École des hautes études en sciences économiques

Appel à contributions – « varia pour le n°4 de la revue Sociopoétiques »

La revue Sociopoétiques (http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/) lance un appel à textes pour la rubrique varia de son quatrième numéro, à paraître en 2019. Ces textes, d’une longueur maximale de 30 000 signes (notes et espaces compris), doivent respecter les normes de publication (http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/normes-aux-auteurs) et être adressés, avant le 15 octobre 2018, à Anne-Sophie Gomez (a-sophie.gomez@uca.fr) et Pascale Auraix-Jonchière (pascale.auraix-jonchiere@uca.fr), accompagnés d’une notice bio-bibliographique rédigée sur un document à part.

Le comité de rédaction de la revue attire l’attention des contributeurs sur le fait que ces derniers devront veiller à bien inscrire leur texte dans la perspective sociopoétique qui constitue la ligne éditoriale de notre revue. Il s’agira en effet d’analyser la manière dont les représentations et l’imaginaire social informent le texte dans son écriture même. Nous renvoyons pour une définition plus approfondie à l’article d’Alain Montandon paru dans le premier numéro de notre revue : http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/mythes-contes-et-sociopoetique/sociopoetiques/sociopoetique

Responsable :

Anne-Sophie Gomez et Pascale Auraix-Jonchière

url de référence

http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/

Appel à communications – « Colloque international Robert Escarpit »

Le centenaire d’un pionnier.

À l’occasion du centenaire de la naissance de Robert Escarpit (1918-2000), le MICA organise un colloque international du 20 au 21 septembre 2018 qui se déroulera à l’Université Bordeaux-Montaigne. Ce colloque a pour but de revenir sur cet homme et son œuvre afin de se poser la question de l’héritage et de la filiation pour les SIC. L’œuvre de Robert Escarpit pourrait permettre l’ouverture d’une réflexion collective sur l’invention d’une figure du lettré du numérique.

Ce colloque s’organisera autour de cinq axes :
Escarpit et la littérature et le livre de jeunesse
Escarpit et les figures de l’engagement en politique et dans les institutions
Escarpit et le journalisme
Escarpit et les médias de masse
Escarpit dans l’histoire des sciences de l’information

Vous pouvez contribuer à ces différents axes en envoyant avant le 30 juin une intention de communication (2500 signes) à l’adresse suivante : robertescarpit@gmail.com

Une sélection des contributions sera publiée dans un dossier de la revue Communication et langage en 2019 (http://www.gripic.fr/revue-communication-langages/) et dans la revue Etudes Digitales (http://etudes-digitales.fr).

Comité d’honneur :

Anne-Marie Laulan
Université Bordeaux Montaigne

Nicole Robine
Université Bordeaux Montaigne

Jacques Dubois
Université de Liège

Anne-Marie Cocula
Université Bordeaux Montaigne

Michèle Escarpit
Fille de Robert Escarpit

Comité scientifique :

Philippe Baudorre
Université Bordeaux Montaigne

Patrick Baudry
Université Bordeaux Montaigne

Véronique Béghain
Université Bordeaux Montaigne

Jean-François Brieu
IUT Bordeaux Montaigne

Serge Bouchardon
Université de Technologie de Compiègne

Marie-Christine Bouneau
Université Bordeaux Montaigne

Pierre Bruno
IUT de Dijon

Valérie Carayol
Université Bordeaux Montaigne

Wilhelm Carsten
Université de Haute-Alsace

Jacques Cheval
Université Bordeaux Montaigne

Franck Cormerais
Université Bordeaux Montaigne

Marie Duret-Pujol
Université Bordeaux Montaigne

David Escarpit
Université Bordeaux Montaigne

Gino Gramaccia
Université Bordeaux Montaigne

Sandro Landy
Université Bordeaux Montaigne

Philippe Maarek
Université Paris-Est-Créteil

Vincent Meyer
Université Nice Sophia Antipolis

Grégory Miura
Université Bordeaux Montaigne

Pierre Musso
Université de Rennes 2

Jean-Max Noyer
Université Toulon Var

Isabelle Paillard
Université Grenoble Alpes

Françoise Paquin-Seguy
Université Stendhal-Grenoble

Serge Proulx
Université du Québec

Daniel Raichvarg
Université de Bourgogne

Remy Reyfel
Université Montpellier II

Pascal Robert
Université de Tours

François Simon
Université de Nantes

Emmanuel Souchier
Université Paris-Sorbonne

Jacques Walter
Université de Lorraine

Dominique Wolton
CNRS

Comité d’organisation :

Cormerais Franck
Université Bordeaux Montaigne

Duthu Chantal
Université Bordeaux Montaigne

Escarpit David
Université Bordeaux Montaigne

Lakel Amar
Université Bordeaux Montaigne

Le Deuff Olivier
Université Bordeaux Montaigne

Borel Clément
Université Bordeaux Montaigne

Pucheu David
Université Bordeaux Montaigne

Perret Arthur
Université Bordeaux Montaigne

Lucie Vieillecroze
Université Bordeaux Montaigne

Vous pouvez : http://escarpit.e3dlab.net ici retrouver toutes ces informations détaillées sur le site du colloque.

Appel à communications – « Humanismes, anti-humanismes et littérature (XIVe-XXIe siècles) »

Cher.e.s collègues,

Je vous prie de trouver en pièce jointe un appel à communications pour le colloque « Humanismes, anti-humanismes et littérature (XIVe-XXIe siècles) », qui se tiendra à Aix en Provence les 13-15 juin 2019.
La date limite de réception des propositions est le 30 juin 2018.

Très cordialement,
Claire Barel-Moisan

Humanismes, anti-humanismes et littérature XIV-XXIe sie€cles appel aÌ€ communication