Archives mensuelles : juin 2018

Appel à contributions – « Résilience et Modernité dans les Littératures francophones »

Madame,
Monsieur,

Je me permets de vous rappeler que le prochain colloque organisé par l’Aeef et les Archives & Musée de la Littérature se tiendra les 22 et 23 novembre au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sous le titre Résilience et Modernité dans les Littératures francophones.

Nous attendons vos propositions de communication pour le 31 juillet (nouveau délai), à l’adresse colloque@aml-cfwb.be.

Le texte complet de l’appel se trouve en pièce jointe.

Avec mes salutations les plus cordiales et mes vœux d’heureuses vacances à toutes et à tous,

Marc Quaghebeur

Appel 2

Parution – « Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art »

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de notre ouvrage Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art.

Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art
https://brill.com/abstract/title/15793

Jeffrey A. Halley, Daglind E. Sonolet
Brill, Dec 7, 2017 – Social Science – 456 pages

In Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art, Jeffrey A. Halley and Daglind E. Sonolet offer to English-speaking audiences an account of the very lively Francophone debates over Pierre Bourdieu’s work in the domain of the arts and culture, and present other directions and perspectives taken by major French researchers who extend or differ from his point of view, and who were marginalized by the Bourdieusian moment. Three generations of research are presented: contemporaries of Bourdieu, the next generation, and recent research. Themes include the art market and value, cultural politics, the reception of artworks, theory and the concept of the artwork, autonomy in art, ethnography and culture, and the critique of Bourdieu on literature. Contributors are: Howard S. Becker, Martine Burgos, Marie Buscatto, Jean-Louis Fabiani, Laurent Fleury, Florent Gaudez, Jeffrey A. Halley, Nathalie Heinich, Yvon Lamy, Jacques Leenhardt, Cecile Leonardi, Clara Levy, Pierre-Michel Menger, Raymonde Moulin, Jean-Claude Passeron, Emmanuel Pedler, Bruno Pequignot, Alain Quemin, Cherry Schrecker, Daglind E. Sonolet.

About the author (2017)

Jeffrey A. Halley, Ph.D. (1978), City University of New York, is Professor of Sociology at the University of Texas San Antonio. He has published on avant-gardes and Dada, art movements and organizations, Mexican American arts, music, theory, and Adorno. Daglind E. Sonolet, Ph.D. (1977, 2000) Universities Paris-X and Paris-IV. She taught at the Universities of Leeds and Bordeaux, at UTSA, and Temple and has published on reading practice, philosophical and civic commitment, exile and identity in literature and art.

Bibliographic information

Title
Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art

Volume 130 of International Studies in Socio
Volume 130 of International studies in sociology and social anthropology

ISSN 0074-8684
Editors
Jeffrey A. Halley, Daglind E. Sonolet
Contributors
Jeffrey A. Halley, Daglind E. Sonolet
Edition
illustrated
Publisher
Brill, 2017
ISBN
9004310053, 9789004310056
Length
456 pages

 

Bien cordialement,

Jeff Halley and for Daglind Sonolet

Jeffrey A. Halley
Professor of Sociology
Director, Laboratory for the Sociology of the Arts, Culture, and Communications (SACC)
Department of Sociology
College of Liberal and Fine Arts
The University of Texas at San Antonio
One UTSA Circle, San Antonio, TX 78249
e-mail:  jeffrey.halley@utsa.eduOffice: MS 3.03.01

Board, International Sociological Association Research Committee on Sociology of Arts  RC37
Editorial Committee, Sociologie de l’Art

 

 

 

Appel à candidatures – « Bourse de doctorat Médias 19 — valeur de 20 000 $ »

Description :
Une bourse de 20 000 $ est offerte par le projet scientifique Médias 19. Le ou
la titulaire devra s’inscrire à temps plein dans le programme d’Études
littéraires de l’Université Laval, au Département de littérature, théâtre et
cinéma, rattaché à la Faculté des lettres et des sciences humaines (Québec,
Canada). La personne retenue deviendra membre de l’équipe internationale de
Médias 19, dirigée à l’Université Laval par le professeur Guillaume Pinson. Le
projet de thèse doit être orienté sur l’étude de la littérature et de la
culture médiatique.

Valeur et modalités de versements :
La bourse sera remise en quatre versements de 5 000 $, sur les deux premières
années de recherche. Le projet peut démarrer à la session d’automne 2018 ou à
la session d’hiver 2019.

Règlement :
Être inscrit dans le programme de doctorat en Études littéraires de
l’Université Laval à partir de l’automne 2018 ou de l’hiver 2019 ;
Être un nouvel étudiant de l’Université Laval (les propositions de cotutelles
sont admissibles, le versement sera alors effectué durant les sessions de
présence à l’Université Laval) ;
Soumettre un projet de thèse portant sur les liens entre littérature et
culture médiatique ; les projets portant sur la presse imprimée au XIXe siècle
et/ou XXe siècle seront privilégiés, mais toutes les propositions seront
examinées.
La personne retenue est autorisée à cumuler la bourse Médias 19 avec une
bourse d’un organisme subventionnaire (CRSH, FRQSC, etc.). Elle recevra aussi
les bourses à la réussite offertes par la Faculté (10 600 $ pour la durée des
études), ce qui garantit un financement de 30 600 $ au boursier Médias 19.

Dossier de candidature :
Un projet rédigé de deux pages, exposant les grandes orientations envisagées,
le corpus qui sera couvert, la période et le contexte, etc. ;
Un relevé de notes (non officiel) des études antérieures ou en cours ;
Une lettre de recommandation d’une page d’un ou d’une professeur.e.

Le dossier est à envoyer sous forme électronique (documents PDF), avant le
lundi 13 août 2018, à Guillaume Pinson : Guillaume.Pinson@lit.ulaval.ca. La
personne retenue recevra une confirmation au plus tard le mercredi 15 août.

Événement – « Colloque Du style des idées : nationalisme et littérature (1870-1920) – Université du Luxembourg – 28 et 29 juin »

Chères et chers collègues,

Vous trouverez sur le site suivant le programme du colloque  « Du style des idées : nationalisme et littérature (1870-1920) » qui se tiendra à l’Université du Luxembourg (campus Belval, à Esch-sur-Alzette) les jeudi 28 et vendredi 29 juin prochains : https://langue-nation.event.univ-lorraine.fr/ .

Au plaisir de vous y retrouver,

Bien à vous,

Stéphanie Bertrand

Maître de conférences en langue et littérature françaises (XXe-XXIe siècles)
Membre du centre Ecritures (EA3943): http://ecritures.univ-lorraine.fr/

Université de Lorraine
UFR Arts Lettres et Langues
Ile du Saulcy
BP 70328
57045 Metz cedex 01

Bureau A218
tel. bureau 03 72 74 76 29

Appel à contributions – « Langage(s) et pouvoir(s). Formes de vie et formes de résistance »

Langage(s) et pouvoir(s). Formes de vie et formes de résistance
Colloque 19-20 novembre 2018
Sorbonne Université – Université Paris Nanterre

Le paradigme Langage(s) et Pouvoir(s) propose d’emblée une réflexion sur la relation qui s’instaure entre les formes d’expression du corps, de la pensée, de la conscience humaine et le système normatif dans le contexte italien de la seconde moitié du XXème siècle. Hannah Arendt affirme dans La condition humaine (1958) : « La puissance n’est actualisée que lorsque la parole et l’acte ne divorcent pas, lorsque les mots ne sont pas vides, ni les actes brutaux, lorsque les mots ne servent pas à voiler les intentions mais à révéler des réalités, lorsque les actes ne servent pas à violer et détruire mais à établir des relations et créer des réalités nouvelles ».

Le colloque vise à interroger cette question à partir d’une ouverture théorique qui se déploie en quatre panels.

  1. Repenser, représenter et réformer les corps

Dans une ère où l’emprise du pouvoir sur la vie biologique des corps est quasiment totale, comment peut-on encore imaginer une prise de distance critique, une résistance, voire une fuite vis-à-vis de ses pratiques de domination ? Cette question peut être envisagée à travers des pistes de réflexions telles que :

  • Transpositions artistiques et poétiques de l’emprise du pouvoir sur les corps, ou des formes de domination qui s’instaurent entre les corps mêmes.
  • Théorisation de la relation des corps au(x) pouvoir(s) politique(s): exploitation du « corps politique » ainsi que neutralisation du langage du pouvoir par la mise en place de stratégies de résistance.
  • Conception de formes de vie antagonistes au biopouvoir : redéfinition de la communauté humaine, réappropriation du corps à travers l’expérience du seuil.
  1. Langage et formes discursives entre littérature et industrie

De « l’industrialisme illuminé » d’Adriano Olivetti à « l’industrialisation forcée » centrée sur un développement détaché du progrès, dont parlait Pasolini, sonder la relation entre littérature et industrie pose une série de questions qui dépassent la seule composante esthétique de l’œuvre. Si, comme l’affirme Fortini, « les formes, les modes, les temps de la production industrielle et ses rapports sont la forme même de la vie sociale, le contenant historique de tout notre contenu et pas simplement un aspect de la réalité », et si « les structures économiques – dans notre cas capitalistes et donc industrielles – sont ni plus ni moins que l’inconscient social », comment est-il possible, aujourd’hui, de développer un discours sur le lien entre littérature et industrie ? La question peut être abordée tout en mettant en lumière le rapport entre :

  • politique et industrie ;
  • université et industrie ;
  • édition et industrie.
  1. Pouvoir et altérité : la langue et ses enjeux dans l’expérience coloniale

Les propositions d’interventions devront approfondir le lien entre langage, formes de pouvoir et d’existence à travers l’analyse d’œuvres littéraires et/ou cinématographiques portant sur l’expérience coloniale italienne et son héritage. En tenant compte du cadre postcolonial, tant au niveau théorique que par de possibles rapprochements avec d’autres contextes et d’autres œuvres, les interventions privilégieront les axes de recherche suivants :

  • Les rapports de force entre langue du colonisateur et langue du colonisé.
  • La relation à une langue autre et imposée comme caractère déterminant de l’expérience du sujet colonial, et sa transposition potentielle à l’expérience migratoire.
  • Les dynamiques de transformation, hybridation et réappropriation linguistiques et leur réécriture dans le corpus postcolonial.
  • L’accès du sujet colonisé à la parole (ou son impossibilité) dans ses différentes mises en scène.
  1. Résistances. Formes, pratiques, stratégies entre vie et littérature

Ce panel déploie une réflexion sur la possibilité de repenser le rapport entre vie et art mis en pratique par la littérature italienne contemporaine à partir de quatre stratégies possibles de résistance.

  • Résistance de l’œuvre : dispositifs textuels (contenu et forme de l’œuvre – œuvre ouverte, œuvre fragmentaire, autofiction) qui s’opposent à un système normatif à la fois idéologique, littéraire et stylistique.
  • Résistance de l’auteur : éthique de l’existence (contamination entre la vie et l’œuvre, exposition de soi, pratiques de désubjectivation).
  • Résistance du corps : métamorphoses, hybridations, fuites et fluctuations (le queer au-delà du queer).
  • Résistance à la fin du monde : anthropocène, survie de l’espèce (« emergenza di specie »), horizon écologique.

*
Merci d’envoyer vos propositions de communication (300 mots maximum, en français ou en italien) en indiquant le panel de référence et, éventuellement, une brève bibliographie, au plus tard le 31 août 2018 à l’adresse suivante : colloque.langagespouvoirs@gmail.com

Chaque proposition sera examinée par le comité scientifique de manière anonyme.

Notification d’acceptation ou de refus : 15 septembre.

La version intégrale de l’appel à communication est disponible à la page suivante :    https://langagesetpouvoirs.wordpress.com/

Comité scientifique : Andrea Agliozzo (Sorbonne Université), Riccardo Antoniani (Sorbonne Université), Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Nicola Brarda (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Alessandro Fiorillo (Scuola Normale Superiore di Pisa), Alexandra Khaghani (Sorbonne Université), Francesco Rizzo (Sorbonne Université), Graziano Tassi (Université Paris Nanterre), Amélie Aubert-Noël (Université Paris Nanterre).

Organisation : Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Roberto Lapia (Université Paris Nanterre), Estelle Paint (Université Paris Nanterre).

Colloque organisé par l’Équipe Littérature et Culture Italiennes (ELCI) de Sorbonne Université en collaboration avec le Centre de Recherches Italiennes (CRIX-EA 369) de l’Université Paris Nanterre.​

Parution – « l’ouvrage de Gérard Fabre LES FABLES CANADIENNES DE JULES VERNE »

Les fables canadiennes de Jules Verne
Discorde et concorde dans une autre Amérique
Par Gérard Fabre
203 pages · 9×6 · 20 juin 2018
Papier ISBN : 9782760326781
PDF ISBN : 9782760326798
ePub ISBN : 9782760326804

En trois décennies, du début des années 1870 au tournant du XXe siècle, Jules Verne écrit trois romans couvrant plus d’un demi-siècle d’histoire canadienne.

Si ce triptyque peut être saisi dans le processus global de la création vernienne, il forme en même temps une entité à part entière, un formidable révélateur de la place du Canada et du Québec en France. Cette place est relative : elle dépend beaucoup de ses interactions avec l’Angleterre et les États-Unis.

Plusieurs oeuvres de Verne, depuis Les Aventures du Capitaine Hatteras, publiées au milieu des années 1860, s’attachent à comparer les réactions de personnages anglais et américains. Il en ressort in fine une rivalité des deux pays, comme dans les romans canadiens Le Pays des fourrures (1872-1873) et Famille-Sans-Nom (1889). Le conflit anglo-américain explique les connivences entre Canadiens français et Américains, dont font état ces deux romans.

Or, à la fin de sa vie, Verne remanie ce système d’alliance. Dans Le Volcan d’or, rédigé en 1899-1900, les relations vont diamétralement changer : Canadiens français et anglais, tous honnêtes gens en quête de l’or du Klondike, s’unissent contre des Américains originaires du Texas, délinquants notoires et redoutés.

Comment analyser ce retournement ? Quelle clé offre-t-il pour comprendre, à une plus vaste échelle, les images du Canada et du Québec qui prévaudront dès lors en France ?

Pour plus d’informations:

https://press.uottawa.ca/les-fables-canadiennes-de-jules-verne.html

Gérard Fabre
Chercheur au CNRS
Centre d’étude des mouvements sociaux (Institut Marcel Mauss)
EHESS

54 bd Raspail
75006 Paris
FRANCE

Parution – « Mémoires du livre/Studies in Book Culture, vol. 9, no 2 »

Bonjour,

Le dernier numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture vient de paraître.

Placé sous la direction de Marcello Vitali-Rosati (U. de Montréal) et de Nadine Desrochers (U. de Montréal), ce numéro s’intitule « L’écrivaine, l’écrivain en recherche : perceptions et approches/The Writer in Research: Perceptions and Approache ».

Il est accessible à l’adresse suivante : https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2018-v9-n2-memoires03728/.

Merci de bien vouloir diffuser la nouvelle dans vos réseaux,

Joanie Grenier
Assistante à la direction / Executive Assistant
Mémoires du livre Studies in Book Culture
Codirectrices / Co-Directors : Marie-Pier Luneau, Josée Vincent
Département des lettres et communications
Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke, Québec, Canada
J1K 2R1

Parution – « Nouveau numéro de la revue Itinéraires. LTC : « Littératures expérimentales. Écrire, performer, créer à l’ère numérique » »

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer de la publication en ligne et en accès ouvert du nouveau numéro de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures, « Littératures expérimentales. Écrire, performer, créer à l’ère numérique » dirigé par Magali Nachtergael : https://journals.openedition.org/itineraires/3708

Présentation du numéro
Comment penser la création littéraire aujourd’hui sans prendre en considération ses formes les plus expérimentales ? Sous quelles formes s’actualise le fait littéraire, depuis que W.J.T. Mitchell a proclamé un nouveau paradigme, le pictorial turn, auquel la littérature n’échappe pas ? Dans le prolongement de la réflexion sur la possibilité d’une néo-littérature qui investirait l’image, le spectaculaire et les écrans, le volume interroge les expérimentations contemporaines d’une écriture qui traverse les supports et les disciplines : livre d’artiste, dialogue théorique, transfert, appropriation, montage, performances musicales, poétiques ou numériques sont autant d’entrées dans la fabrique contemporaine de l’écriture. Ces modalités multiples d’apparition du fait littéraire, le rôle du lecteur-auditeur-spectateur ou la présence de l’auteur rendent caduque la fixation d’un texte canonique : elles déplacent l’horizon critique du côté de la perception sensible et d’une expérience cognitive qui ouvre l’espace littéraire et relance les spéculations théoriques.

Le prochain numéro de la revue sera intitulé « Devenirs d’un genre indiscipliné : le manifeste à travers les arts ».

Cordialement,

L’équipe d’Itinéraires. LTC
https://journals.openedition.org/itineraires/
Twitter : @Itineraires_LTC

Parution – « Jean Jamin – Littérature et anthropologie »

Jean JAMIN
CNRS éditions
ISBN : 978-2-271-11897-4
368 p.

Littérature et anthropologie ne sont pas des inconnues l’une pour l’autre, elles ont partie liée depuis longtemps avec Montaigne et les Cannibales, Montesquieu et les Persans, ou encore Rousseau et les bons Sauvages. Multipliant les perspectives, attentives aux petits faits ou à l’imaginaire des autres : elles savent se comprendre et dialoguer l’une avec l’autre selon différents registres, qu’ils soient scientifique, épique, onirique ou ludique.

Cet ouvrage joue de cette histoire et de cette proximité complice en croisant les approches : tout en constituant les oeuvres de fiction comme objets d’une enquête ethnologique au même titre que mythes, rites et croyances, il cherche à évaluer l’apport de ces oeuvres à la compréhension du fonctionnement intime d’une société, qui est le projet même de l’anthropologie.

Shakespeare, Goethe, Dumas, Büchner, Melville, Rimbaud, Segalen, Faulkner, Bataille, Leiris… sont enrôlés dans cette investigation, et permettent de repenser des approches ou des notions classiques de l’anthropologie, telles que l’exotisme, l’observation participante, la réflexivité.

Jean Jamin est anthropologue, directeur d’études à l’EHESS. Il a fondé avec Michel Leiris la revue Gradhiva et dirigé la revue L’Homme. Il a notamment écrit La Tenderie aux grives chez les Ardennais du plateau ainsi que Faulkner : le nom, le sol et le sang.

Url de référence :
http://www.cnrseditions.fr/ethnologieanthropologie/7622-litterature-et-anthropologie.html

Appel à contributions – « 34e livraison de Questions de communication : livres à chroniquer »

34e livraison de Questions de communication

Vous trouverez ci-dessous une liste de livres envoyés à la rédaction de Questions de communication que vous pourriez chroniquer (6 000 à 10 000 signes espaces non compris). Vous pouvez aussi proposer des notes de lecture sur des titres (en français ou non) de votre choix… Votre contribution est attendue pour le 10 septembre 2018. Tout·e auteur·e d’une note reçoit un exemplaire de la revue.

Merci de nous indiquer votre adresse postale pour recevoir le volume que vous avez choisi.

Jacques Walter et Béatrice Fleury

—————————–

Pr Jacques Walter
Directeur du Centre de recherche sur les médiations (EA 3476)
+33 (0)6 18 44 75 48
Crem : crem.univ-lorraine.fr

Revues : LiCarC, Pratiques, Questions de communication et Théâtres du Monde
Carnets de recherche :
– Carnet des jeunes chercheurs du Crem
– Cyberviolence et Cyberharcèlement
– Mundus Fabula
– Publics en questions
Dictionnaire en ligne : Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics

Ques2com-NDL-34