Archives mensuelles : juin 2018

Parution – « Yannick Legault, « Hamsun. Romans autobiographiques, figures d’auteur et champ littéraire » »

Yannick Legault
Hamsun. Romans autobiographiques, figures d’auteur et champ littéraire
Presses de l’Université du Québec
2018, 152 pages, D4920, ISBN 978-2-7605-4920-3
http://www.puq.ca/catalogue/livres/hamsun-3574.html

Dans cet essai, Yannick Legault analyse avec finesse la fonction stratégique de la pratique du roman autobiographique chez l’écrivain norvégien Knut Hamsun (1859-1952), récipiendaire du prix Nobel de littérature en 1920 et l’un des écrivains nordiques les plus connus dans le monde. À partir des romans Faim (1890) et de ceux de la « Trilogie du vagabond », composée de Sous l’étoile d’automne (1906), d’Un vagabond joue en sourdine (1909) et de La dernière joie (1912), il dévoile les moments charnières de la carrière de Hamsun, d’un programme moderniste vers une esthétique régionaliste.

Les romans autobiographiques de Knut Hamsun sont issus de moments lors desquels l’auteur a donné une nouvelle direction à sa pratique d’écriture. Ce serait donc sur ce plan que l’on devrait rechercher l’objectif poursuivi, consciemment ou non, par Hamsun en écrivant ces romans : l’utilisation de ce genre littéraire peut être une stratégie apte à faire valoir de nouvelles esthétiques par la construction de figures d’auteur en fonction de l’état du champ littéraire.

Événement – « Séminaire « littératures nationales », 26 juin »

Chers collègues,

Dans le cadre du projet IDEA sur l’institutionnalisation des disciplines, Matthew Smith et moi-même lançons une série de séminaires sur les littératures nationales en Angleterre, France et Allemagne. Pour la première séance, Marie Baudry (Université de Lorraine, Lettres modernes, LIS) fera une présentation sur « Mme de Staël, ou l’invention de littératures nationales en Europe: premières approches ». La séance aura lieu à 14h le mardi 26 juin en A311 au Campus Lettres à Nancy.  Vous y êtes tous chaleureusement conviés. Marie Baudry fera sans doute circuler un/des extraits des ouvrages de Mme de Staël en amont.

Bien à vous,
Richard Somerset

Appel à candidatures – « Derniers jours pour candidater : Chercheurs associés et bourses de recherche de l’Ina »

Afin d’encourager le développement de travaux scientifiques menés à partir de
ses fonds et des outils d’analyse qu’il développe, l’Ina propose deux
dispositifs de soutien à la recherche et à la valorisation scientifique de ses
collections :
–              l’octroi d’un statut de chercheur associé à l’Ina
–              l’attribution de bourses de recherche

Par ces dispositifs, l’Ina entend accompagner des doctorants et des chercheurs
dans la réalisation de projets de recherche originaux et innovants portant sur
(ou faisant appel à) ses collections, ou portant sur l’analyse ou le
traitement des images et/ou des sons et/ou de données associées.

NOUVEAU : À partir de 2018, l’une des deux bourses de recherche, intitulée  «
Bourse Louise Merzeau », sera attribuée à un(e) lauréat(e) proposant un Projet
de Recherche particulièrement pionnier dans le domaine des Humanités
Numériques et/ou portant sur les collections du dépôt légal du web.

L’Institut offre aux chercheurs sélectionnés un accueil privilégié, assorti de
divers soutiens matériels.

1.      Le statut de chercheur associé
Le statut de chercheur associé est ouvert aux chercheurs de toutes
disciplines. Les candidats peuvent proposer pour leur Projet de Recherche le
sujet original de leur choix dès lors qu’il porte sur :
–              l’étude et la valorisation des collections de l’Ina,
–              et/ou l’analyse ou le traitement des images et/ou des sons et/
ou de données associées en lien avec les projets portés par le Département
Recherche et Innovation de l’Ina

Le chercheur associé bénéficie :
D’un accueil à l’Ina « en résidence »
– accueil à l’Inathèque, dans les délégations régionales ou à Bry-sur-Marne,
selon la nature du Projet de Recherche du Lauréat,
– accompagnement par un référent, qui oriente le chercheur au sein des
collections et l’accompagne dans l’utilisation des outils de recherche mis à
disposition par l’Ina.
– accès facilité aux solutions d’analyse des images et des sons développés par
les équipes de l’Ina (OTmedia, outils de signature, fouille/visualisation de
corpus web etc.), ainsi qu’à des corpus tests
– accès aux services de restauration, à la BnF ou à Bry
D’un soutien à la valorisation des travaux :
– soutien à l’organisation de manifestations liées au Projet de Recherche du
Lauréat,
– soutien à la valorisation des résultats du Projet de Recherche, notamment
par possibilités de publication (Ina Editions, InaGLOBAL, Carnet de recherche
de l’Inathèque).

2.      Des bourses pour encourager la recherche sur les collections
Ce dispositif vise à développer les recherches sur des fonds que l’Ina a
identifiés comme étant moins connus du public ou sous-exploités, telles que
les collections radio, web, ou encore certains fonds d’archives écrites (voir
la liste des thématiques dans le règlement de l’appel à chercheurs).
Les lauréats bénéficient des avantages accordés aux chercheurs associés et
d’un soutien financier à la recherche, pendant un an, d’un montant de 5000 €.

Calendrier de dépôt des candidatures

Les dossiers de candidatures devront être envoyés avant le 15 juin 2018 sous
forme électronique, à l’intention de Mme Géraldine Poels, à l’adresse
gpoels@ina.fr
Les travaux des lauréats débuteront le 1er octobre 2018.

Sur les conditions d’attribution des statuts, les obligations des
bénéficiaires, les thématiques et fonds éligibles pour les projets financés et
les modalités de dépôt des candidatures : voir le règlement en ligne :
http://www.inatheque.fr/actualites/2018/mai_2018/appel-chercheur-2018-2019.html.

Appel à contributions – « Médiations de l’antiracisme dans la littérature et les arts »

Médiations de l’antiracisme dans la littérature et les arts
Discours, représentations, pratiques
Alternative francophone
https://journals.library.ualberta.ca/af/index.php/af

Numéro spécial dirigé par Djemaa Maazouzi (Collège Dawson, Montréal)

Les études qui théorisent le racisme et l’antiracisme dans le contexte français notamment ont montré les diverses frontières et déplacements sociohistoriques de ces notions dans le discours social, dans les mouvements idéologiques, tant dans la sphère militante qu’au niveau de l’institution gouvernementale.  On peut définir le racisme comme une « croyance en l’hétérogénéité absolue de l’autre [qui] se manifeste […] principalement par l’affirmation (implicite ou explicite) de l’essence de l’autre [ou encore une croyance qui] tend à conserver la différence de l’autre en tant que groupe tout en niant la surgence de l’individu au sein du groupe.» (Guillaumin 2002 [1972], 112) L’antiracisme, quant à lui, peut être caractérisé par le fait qu’il réagit au racisme et interagit avec lui. À l’aune de cette dernière et étroite balise définitoire, l’antiracismese trouve l’objet de divers faisceaux critiques.

En effet, en dehors d’une option au minimum défensive, au maximum contre-offensive qui le confine dans un positionnement à vocation essentiellement éducative, pédagogique pour se déployer et faire progresser ses valeurs, l’antiracisme ne dispose que de l’antithèse pour mieux assoir sa thèse. Dès lors, puisque se situant du « bon » côté de l’histoire et des principes (de la Déclaration des droits de l’homme, des humanismes), l’antiracisme est, d’une part, aisé à promouvoir et à soutenir, logique à adopter par les uns et les autres, prompt à servir l’alibi de la bonne conscience de certains gouvernants. D’autre part, placé du côté des évidences, l’antiracisme relève de la position trop facile à camper ; cantonné dans la dénonciation, il est simplificateur de situations complexes et perd par là même son crédit, sa pertinence et sa virulence.

Dans certains mouvements anticolonialistes, sociaux, féministes, l’antiracisme peut prendre un visage paternaliste, fraternaliste, maternaliste.Dans d’autres formes militantes, les plus récupérées (et les plus dévoyées) lorsque relayées par les instances médiatiques et étatiques, l’antiracisme se fourvoie du droit à la différence au droit à l’indifférence, piégeant ses propres possibilités d’actions. Dans sa version institutionnalisée, il noie ses revendications de droits à l’égalité dans une dérive moraliste qui les transforme en droit (atrophié) à la tolérance. L’antiracisme s’avère, ainsi, sinon moyen hypocrite d’ôter aux acteurs antiracistes de la rue leur raison de lutter (car désormais pris en charge officiellement au sein des rouages gouvernementaux), un anesthésiant à la vigilance du racisme systémique ainsi qu’aux discriminations ordinaires. Enfin, considéré à travers les effets pervers qu’ont sur lui lesbrouillages du différentialisme et de l’assimilationnisme, l’antiracisme est devenu inefficace contre les offensives racistes. Il est même parfois l’agent direct de leur régénération, voire tremplin de nouvelles stigmatisations.

Considéré au prisme de toutes ces limites et instrumentations, l’antiracisme, réaction aux forces de la réaction (littéralement entendues comme celles qui s’opposent au progrès social et visent à rétablir les institutions antérieures), semble disposer de peu de latitude pour inventer, d’insuffisantes manières de se réinventer et d’être offensif en dehors des lieux (communs imposés et circonscrits) du racisme qui le fait exister.Pourtant, force est de constater que lorsque l’antiracisme rappelle son intransigeance quant au respect de la dignité humaine, il fait toujours acte de résistance. Il n’est ainsi pas nécessaire que le racisme frappe pour que l’antiracisme travaille en profondeur pour l’égalité entre les êtres : redonnant à évaluer l’application de ce principe dans tous les actes ordinaires du quotidien ou dans des situations considérées comme extraordinaires ; maintenant une conception exigeante du monde, des sociétés et des rapports entre les êtres et les groupes qui y évoluent.

Aussi conviendra-t-on que si les charges critiques de l’antiracisme peuvent servir de mise en garde contre des travers et des récupérations toujours potentielles, elles ne modifient en rien le fait qu’il demeure nécessaire, en tout temps, dans toute société, pour faire avancer le droit à tout être à la dignité et à la considération (être pris en compte et respecté). Mieux, l’antiracisme, lorsqu’il se dit et se montre ouvertement dans cet impératif de la primauté de la dignité humaine, perturbe une dominante bien-pensance, dérange le « politiquement correct » (quand celui-ci fraye avec le racisme ou arbore une façade antiraciste). Il met à l’épreuve le don, l’hospitalité, le care, lasolidarité et ouvre à nouveaux frais (et dette ?) leur sens. Il éveille des prises de conscience dans des contextes où l’indifférence et le déni participent à la perpétuation, à la reconduction voire à l’accentuation des discriminations. Parce qu’il les désigne, les dénonce et qu’il les juge inacceptables, il remet en question des modes d’expressions et des savoirs, des modes de vivre et de penser, des manières d’être et de faire. Il propose d’autres adresses à autrui, d’autres définitions des altérités, d’autres voies intersubjectives.

Postulant que l’antiracisme participe de l’action, qu’il est un travail toujours à mener contre une inclinaison sociale (collective ou individuelle) à construire ou à choisir une cible (sans ôter à ce phénomène ses ancrages sociaux, historiques, culturels et politiques précis), nous conviendrons qu’il fait en cela obstacle, qu’il est littéralement résistant : il est force à valeur intensive et contraire qui s’énonce, se montre, est transmise. Ce numéro d’Alternative francophonequi élargit les analyses en dehors du champ français, invite à une réflexion sur les médiations de l’antiracisme. Quel médium donne à l’antiracisme une forme, une matérialité, un dispositif, un type de reconnaissance institutionnelle ? Comment ce médium modèle l’antiracisme, le rend perceptible et intelligible au lecteur, à l’auditeur, au spectateur ?

Tout en soulignant l’importance des modes de transmission et de circulation (livre, film, webfilm, photographie, site et plateforme web, spectacle, performance), on s’intéressera aux discours, aux représentations, aux pratiques de l’antiracisme dans la littérature, au cinéma et dans les arts (théâtre, musique, peinture, sculpture, exposition, danse, etc.). Sont encouragées les études de cas qui accordent une attention particulière:

–      au déplacement de cible ;
–      à la fabrication du paria ;
–      à l’imbrication des dominations (race, classe, genre, handicap, etc.) ;
–      aux interactions entre des discriminations de diverses natures ;
–      à l’alliance entre antiracisme et d’autres positionnements (anticolonialistes, féministes,  anti-homophobes, pro-réfugiés-migrants-sans-papiers, etc.) ou encore
–      à des stratégies d’autodéfense (retournement des violences, recours à la violence symbolique ou effective, choix de la non-violence, etc.).

 

Bibliographie sélective 

Actuel Marxn° 38, « Le racisme après les races », 2005.
BALIBAR, Étienne,Droit de cité. Culture et politique en démocratie, Paris, Éditions de l’Aube, 2002, [PUF, 1998].
BARKER, Martin,The New Racism. Conservatives and Ideology of the Tribe, Londres, Junction Books, 1981.
COLLECTIF MANOUCHIAN, Dictionnaire des dominations de sexe, de race, de classe, Paris, Éditions Syllepses, 2012.
DELPHY, Christine, Classer, dominer. Qui sont les ‘‘autres’’ ?, Paris, Éditions La Fabrique, 2008.
ESSED, Philomena, Understanding Everyday Racism, An Interdisciplinarity Theory, Sage, Thousand Oaks, Ca, 1991.
FANON, Frantz,Peau noire, masques blancs, Paris, Éditions du Seuil, 1952.
FASSIN, Didier et FASSIN, Éric (dir.), De la question sociale à la question raciale. Représenter la société française, Paris, Éditions La Découverte, 2006.
GUILLAUMIN, Colette,L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris, Éditions Gallimard, « Folio essais », 2002 [1972].
HOUSE, Jim, « Antiracism and Antiracist Discourses in France from 1900 to the Present Day », Thèse de doctorat, Universityof Leeds, 1997.
LIAUZU, Claude, Colonisations, migrations, racismes, Paris, Éditions Syllepse, 2009.
LLOYD, Cathie, Discourses of Antiracism in France, Aldershot, Aschgate, 1998.
MBEMBE,Achille, Sortir de la grande nuitEssai sur l’Afrique décolonisée, Paris, Éditions La Découverte, 2010.
MBEMBE,Achille, Critique de la raison nègre, Paris, Éditions La Découverte, 2015.
MÉCHOULAN, Éric, Lire avec soin, Lyon, Éditions ENS, 2017.
MEMMI, Albert, Le racisme. Description, définition, traitements, Paris, ÉditionsGallimard, 1982. 
NOIRIEL, Gérard, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècles)Discours publics, humiliations privées, ÉditionsFayard, 2007.
REVUE DE(S)GÉNÉRATIONS, «  Être des allié.e.s », n° 28, 2017.
REVUE DE(S)GÉNÉRATIONS, «  Figure, figurants », n° 9, septembre 2009.
REVUE DE(S)GÉNÉRATIONS, «  La fin des crispations identitaires », n° 5, février 2008.
REVUELIGNES, « Ruptures sociales. Ruptures raciales », n° 21, novembre 2006.
REYNAUD PALIGOT, Carole, La République raciale – Paradigme racial et idéologie républicaine 1860-1930, Paris, Éditions PUF, 2006.
RUDDER Véronique de, POIRET Christian et VOURC’H François, L’inégalité raciste – L’universalité républicaine à l’œuvre, Paris, Éditions PUF, 2000.
SANDER, Gilman, The Jew’s Body, New York, Routledge, 1991.
TAGUIEFF,Pierre-André (dir.), Face au racisme. Tome 1- Les moyens d’agir,ÉditionsLa Découverte, 1991.
TAGUIEFF,Pierre-André (dir.), Face au racisme. Tome 2- Analyses, hypothèses, perspectives, ÉditionsLa Découverte, 1991.
TEVANIAN, Pierre, La mécanique raciste, Paris, Éditions Dilecta, 2008.
TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien,Paris, ÉditionsRobert Laffont, 2000.
WALLERSTEIN, Immanuel et BALIBAR, Étienne,Race, nation, classe : les identités ambiguës,  Paris, ÉditionsLa Découverte, 1988.
WIEVIORKA, Michel, L’espace du racisme, Paris, Éditionsdu Seuil, 1991.

Échéance de publication

15 janvier 2019 
: envoi des articles par courriel à Djemaa Maazouzi (dmaazouzi@gmail.com) et Sathya Rao (srao@ualberta.ca).
Veuillez noter que les articles ne respectant pas le protocole de publication disponible sur le site du journal (https://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/af/about/submissions#onlineSu bmissions) ne seront pas acceptés. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à vous adresser par courriel à Sathya Rao (srao@ualberta.ca).
Les articles seront évalués à l’aveugle par deux experts et la décision finale, éventuellement accompagnée de recommandations, sera envoyée par courriel à l’auteur dans un délai de 3 à 4 mois.

15 septembre 2019 : publication du numéro en ligne.

Djemaa Maazouzi, Ph.D
https://djemaamaazouzi.academia.edu

Collège Dawson
Département de français
dmaazouzi@dawsoncollege.qc.ca
Bureau 5E.2 

Adresse postale :
3040 Rue Sherbrooke O
Montréal, QC H3Z 1A4, Canada
Téléphone : (514) 931 8731

AFFINALappelMédiations de l’antiracisme10JUIN18

Parution – « Mélusine et Barbe-Bleue. Essai de sociopoétique »

Chers Amis et chers Collègues,

Nous avons le plaisir de vous signaler la parution de notre livre Mélusine et Barbe-Bleue. Essai de sociopoétique aux éditions Honoré Champion.

Cet ouvrage s’attache à deux mythes littéraires dans lesquels les représentations sociales sont particulièrement fortes, intéressantes, originales et significatives. La lecture sociopoétique analyse l’émergence, dans les différentes réécritures, de lectures nouvelles suivant des constellations socio-culturelles, politiques et historiques variées. La perspective comparatiste permet de mieux mettre encore en valeur l’importance historique, sociale et culturelle jouée dans la reprise de ces contes qui jouent sur la curiosité, la relation entre sexes, l’argent et le pouvoir.

Bien cordialement,

Alain Montandon

Guide Carnet liste socius

Événement – « Adorno en France (Paris Nanterre) »

Adorno en France
Journées d’étude franco-allemandes (GENACH Université de Liège/Sophiapol Paris Nanterre)
Paris Nanterre

Adorno in Frankreich
Deutsch-französische Studientage (GENACH Université de Liège/Sophiapol Paris Nanterre)
Paris Nanterre

Organisateurs : Thomas Franck (GENACH Université de Liège/Humboldt Universität zu Berlin), Jean-Baptiste Vuillerod (Université Paris Nanterre/Sophiapol)

Dates : 21-22 juin 2018

Jeudi 21 juin

10h
Accueil des participants

10h20-10h30
Mots introductifs des organisateurs et de Christian Berner

10h30-12h
Première table ronde : « Politiques de la Théorie critique »
Présidence : Christian Berner
Julia Christ : « 1933 – 1940 : même rupture ? La philosophie d’Adorno prise au piège de la continuité politique française »
Thomas Franck : « Croisements et interférences entre les dialectiques adornienne et goldmannienne : de la Dialektik der Aufklärung aux Recherches dialectiques »

12h13h30
Repas

13h30-15h
Deuxième table ronde : « Les conférences de Paris »
Présidence : Joana Desplat-Roger
Alain Patrick Olivier : « L’étranger et l’obscur dans la langue philosophique d’Adorno »
Danilo Scholz : « Adorno au Collège de France »

15h-15h30
Pause-café

15h30-17h
Troisième table ronde : « Esthétiques et traductions selon Adorno »
Présidence : Joana Desplat-Roger
Mark Potocnik : « Zurückübersetzen. Adornos Spätstil »
Grégory Cormann : « Notes sur les Notes sur Beckett »

Vendredi 22 juin

10h-12h
Quatrième table-ronde : « Problématiser la pensée française sous le prisme du dialogue adornien »
Présidence : Thomas Franck
Lucie Wezel : « Lyotard lecteur d’Adorno »
Jean-Baptiste Vuillerod : « Adorno et Löwith : deux interventions françaises contre Heidegger »
Frank Müller : « Correspondances critiques : Minder et Adorno contre le jargon ontologisant »

Présentation des journées

Les études adorniennes connaissent actuellement dans le domaine francophone un intérêt croissant, mais s’il est vrai que la pensée d’Adorno a été reçue tardivement en France, et de manière parcellaire – en distinguant notamment ses travaux de sociologie, d’esthétique et de philosophie –, il serait inexact de considérer qu’elle ait été complètement ignorée de son vivant. Ses liens avec plusieurs revues françaises telles que Diogène, Mercure de France, Preuves, Communications et Arguments ainsi qu’avec des personnalités comme Edgar Morin, Kostas Axelos, Lucien Goldmann et d’autres, montrent qu’il a en réalité innervé certaines tendances de la pensée française dès les années 1950. De plus, ses interventions à la Sorbonne en 1958 et au Collège de France en 1961 témoignent d’une prise en compte véritable du champ intellectuel français, particulièrement de l’importance en son sein de la philosophie de Heidegger, qui s’est révélée décisive pour l’évolution de la pensée du philosophe francfortois et pour l’élaboration de La Dialectique négative.
L’échange et le dialogue qui se sont construits entre Adorno et la France ne se résument nullement à une simple réception ou à une actualisation de sa théorie critique. Les pratiques naissant en France dans la continuité, plus ou moins conflictuelle, de ses interventions parisiennes, subissent très vite des orientations singulières, que l’on pense par exemple à la pratique du fragment moral dans Arguments ou à la fascination sémio-anthropologique pour l’industrie culturelle et les communications de masse qui se développe, autour de Morin, Barthes et Friedmann, dans Communications. Entre une radicalisation de la critique de l’industrie culturelle dans la continuité de la critique adornienne et une réaction réformiste à celle-ci, les évolutions du champ intellectuel français rendent possibles toute une série de déplacements permettant d’évaluer la portée du dialogue avec la philosophie francfortoise et d’une certaine surdité à celle-ci.
En retour, le rapport qui s’est progressivement construit entre le philosophe allemand et Paris  constitue un élément clef de sa pensée et de son œuvre, une forme d’espace propice au recul critique et à la réflexion philosophique. Transitant presque systématiquement par Paris lorsqu’il se rend à l’étranger ou lorsqu’il en revient, Adorno trouve en effet une forme de sérénité intellectuelle et un refuge pour la pensée apatride des Minima Moralia. Les passages successifs d’Adorno à Paris s’inscrivent dans des contextes sociopolitiques très différents et doivent être pensés dans leur singularité, comme autant de rapports d’une pensée – elle-même mouvante – à une historicité et à une géographie en mutation. Comment dès lors repenser la chronologie de l’œuvre adornienne à l’aune de ces différents moments parisiens, des interlocuteurs qu’il y rencontre et qui influencent ses orientations et intérêts théoriques ? En quoi certains contacts – que l’on pense sommairement à Jean Wahl et Georges Bataille en 1937, à Michel Leiris et René Leibowitz en 1951 ou encore à Samuel Beckett en 1958 – ont pu influer sur sa pensée ou au contraire illustrent une forme d’altérité et d’isolement du champ artistique français par rapport au champ philosophique allemand, ces moments parisiens permettant de mettre au jour les déplacements, les retournements, les inquiétudes et les intérêts intellectuels, parfois contradictoires, d’Adorno ? Dans le même temps, Paris restera pour lui d’une extrême importance en ce qu’elle a vu se succéder les réceptions les plus ambivalentes et originales des philosophes allemands, de Hegel à Heidegger, en passant par Marx, Schopenhauer et Nietzsche, autant d’interlocuteurs et de contradicteurs fondamentaux de la Théorie critique francfortoise. Les conférences au Collège de France constituent une véritable phase de préparation, d’expérimentation et de confrontation des idées fondatrices de la Dialectique négative, les trois conférences, prononcées en français, constituant en effet les bases de plusieurs parties de l’œuvre majeure du philosophe.
Ce sont ces différents aspects du rapport entre Adorno et la France que nous voudrions approfondir, en nous intéressant à sa réception de son vivant, c’est-à-dire aux interventions parisiennes d’Adorno et à ses relations, professionnelles et personnelles, avec les intellectuels français dans les années 1950 et 1960, mais également à sa réception posthume. Nous proposons donc d’investiguer, dans le cadre de ces journées d’étude, deux axes principaux de réflexion :
–    Un premier axe entend interroger la manière dont le champ intellectuel français, des informations et communications de masse à la sémiologie structurale en passant par les pratiques littéraires du Nouveau Roman, se développe en rapport et/ou en réaction, voire de manière indifférente, à la progressive réception d’Adorno en France. En quoi ses interventions, ses traductions et les commentaires dont il fait l’objet sont-ils les moteurs ou les freins de pratiques intellectuelles singulières en France ?
–    Dans la directe continuité de ce premier axe, les interventions françaises d’Adorno doivent selon nous être pensées à la fois comme des aboutissements en soi et comme des relances d’une pensée dialectique et dynamique. Il convient dès lors d’adopter un double point de vue sur les productions intellectuelles du philosophe ou influencées par lui : l’un qui étudie les productions dans leurs singularités, contextuelles, philosophiques, spatio-temporelles, et l’autre qui s’attache à ancrer chacune d’elles dans un processus philosophique plus large, englobant toutes les pratiques et les matérialités du discours, de la correspondance à l’ouvrage publié en passant par l’échange informel et la conférence publique, afin de comprendre l’importance qu’occupent les dialogues franco-allemands dans l’œuvre adornienne.

Präsentation des Tages

Die Adorno-Forschung findet derzeit wachsendes Interesse im französischsprachigen Raum. Zwar wurde Adornos Denken in Frankreich spät und immer stückweise rezipiert, wobei vor allem seine Arbeiten zur Soziologie, Ästhetik und Philosophie herauszuheben sind, aber es wäre doch verfehlt zu glauben, dass es zu seinen Lebzeiten völlig übergangen worden wäre. Seine Beziehungen zu verschiedenen französischen Zeitschriften wie Diogène, Mercure de France, Preuves, Communications und Arguments sowie zu Gelehrten wie Edgar Morin, Kostas Axelos, Lucien Goldmann und anderen bezeugen, dass er in der Tat bestimmte Tendenzen des französischen Denkens bereits seit den 1950er Jahren stimuliert hat. Überdies legen seine Auftritte in der Sorbonne 1958 und im Collège de France 1961 Zeugnis ab von seiner Auseinandersetzung mit den intellektuellen Kreisen Frankreichs und insbesondere mit der Bedeutung der Heidegger’schen Philosophie für sie, mit einem Denken also, das sich ja als so entscheidend für die geistige Entwicklung des Frankfurter Philosophen und für die Erarbeitung der Negativen Dialektik erwiesen hat.
Der Austausch und Dialog, der sich zwischen Adorno und Frankreich entfaltete, ist freilich keineswegs auf eine einfache Rezeption beziehungsweise eine Aktualisierung seiner kritischen Theorie beschränkt. Die Praktiken, die in Frankreich in der mehr oder weniger konfliktgeladenen Kontinuität seiner Pariser Auftritte entstanden, entwickelten sich sehr rasch in ganz spezifische Richtungen  – man denke nur an die Fragment-Praxis in Arguments oder an die semio-anthropologische Faszination gegenüber der Kulturindustrie und der Massenkommunikation, wie sie sich um Intellektuelle wie Morin, Barthes und Friedmann in der Zeitschrift Communications herausbildete. Zwischen der Radikalisierung der Kritik an der Kulturindustrie in der Nachfolge der Adorno’schen Kritik und einer reformistischen Reaktion auf dieselbe, zeigen die Entwicklungen im französischen Denken eine ganze Reihe von Verwerfungen, die es ermöglichen, die Bedeutung des Dialogs mit der Frankfurter Philosophie und einer gewissen Taubheit ihr gegenüber richtig einzuschätzen.
Im Gegenzug bildet die Beziehung, die sich allmählich zwischen dem deutschen Philosophen und Paris geknüpft hat – einer Stadt übrigens, die er als unbedeutend im derzeitigen industriellen und rationellen Entwicklungsprozess der modernen Gesellschaft ansah – , ein Schlüsselelement  seines Denkens und Werkes und stellt gewissermaßen einen Raum bereit, der kritischen Abstand und philosophische Reflexion fördert. Praktisch jede seiner Auslandsreisen führt über Paris, wo er in der Tat eine Form intellektuell heiterer Gelassenheit und geistiger Obhut für das „staatenlose“ Denken zu seinen Minima Moralia vorfindet. Adornos Pariser Aufenthalte schreiben sich in sehr verschiedenartige sozio-politische Kontexte ein und müssen in ihrer je eigenen Besonderheit gesehen werden, und zwar als Verbindungen eines selbst in Bewegung befindlichen Denkens zu einer jeweils anders sich darbietenden historischen und geografischen Situation. Wie also soll die Chronologie des Adorno’schen Werkes im Lichte der verschiedenen Pariser Aufenthalte und unter Berücksichtigung der jeweiligen Pariser Gesprächspartner, die seine theoretischen Ansichten und Interessen geprägt haben, neu überdacht werden? Inwieweit beeinflussten bestimmte Kontakte – wie etwa zu Jean Wahl und Georges Bataille 1937, zu Michel Leiris und René Leibowitz 1951 oder auch zu Samuel Beckett 1958 – möglicherweise sein Denken oder bezeugen im Gegenteil die Alterität beziehungsweise Isolation der französischen Kunstszene im Verhältnis zur deutschen Philosophie? So befragt, könnten vielleicht die Pariser Aufenthalte die bisweilen widersprüchlichen Verwerfungen, Umschwünge, Unsicherheiten und die intellektuellen Interessen Adornos neu beleuchten. Paris bleibt für ihn außerordentlich wichtig, weil ja dort die zwiespältigste und auch originellste Rezeption der deutschen Philosophie stattfand, von Hegel bis Heidegger über Marx, Schopenhauer und Nietzsche, also all der Denker, mit denen die Frankfurter kritische Theorie in Diskussion und Widerspruch steht. Die Vorträge im Collège de France stellen eine echte Phase der Vorbereitung, des Ausprobierens und des Gegeneinanderhaltens der Grundideen der Negativen Dialektik dar, zumal ja die drei in französischer Sprache gehaltenen Vorträge die jeweilige Basis mehrerer Teile dieses Adorno’schen Hauptwerks bilden.
All diese verschiedenen Aspekte des Verhältnisses zwischen Adorno und Frankreich wollen wir vertiefen und dabei seine Rezeption zu Lebzeiten genauer erforschen, das heißt seine Pariser Auftritte und seine beruflichen und persönlichen Beziehungen zu den französischen Intellektuellen in den 1950er und 1960er Jahren; aber darüberhinaus soll auch seine posthume Rezeption untersucht werden. Wir schlagen folglich vor, im Rahmen dieser Studientage die Reflexion in zwei Hauptrichtungen zu lenken:
–    Eine erste Fragestellung richtet sich auf die Art und Weise, wie die französische Intellektuellenszene sich im Verhältnis beziehungsweise in Reaktion oder gar Gleichgültigkeit gegenüber der sich intensivierenden Rezeption Adornos in Frankreich entwickelt, und zwar von der Masseninformation und kommunikation über die Praktiken des Nouveau Roman bis hin zur strukturalen Semiologie. Inwieweit sind seine Auftritte, die Übersetzungen seiner Schriften und die Kommentare zu seinem Werk Antrieb beziehungsweise Hemmschuh der jeweiligen intellektuellen Strömungen in Frankreich gewesen?
–    Im direkten Anschluss an diese Fragestellung sollten die französischen Auftritte Adornos unseres Erachtens zugleich als in sich abgeschlossene Denkprozesse und als Neuanstöße zu einem dynamischen dialektischen Denken reflektiert werden. Daher gilt es, seine und die von ihm beeinflussten intellektuellen Arbeiten unter zweierlei Gesichtspunkten zu untersuchen: einerseits durch die Erforschung der Abhandlungen in ihrer je eigenen kontextuellen, philosophischen, raum-zeitlichen Singularität und andererseits durch ihre jeweilige Verortung im weiteren Raum der philosophischen Entwicklung, wobei sämtliche konkrete Praktiken des Diskurses, des Verhältnisses zum publizierten Werk, des formlosen Austauschs und der öffentlichen Rede mit einbezogen werden sollten, um zum Verständnis für die Bedeutung der deutsch-französischen Dialoge für Adornos Werk zu gelangen.

Bibliographie sélective
Abensour (Miguel), « Malheureux comme Adorno en France ? », in Variations, n° 6 (La Théorie critique. Héritages hérétiques), Lyon, Parangon/Vs, 2005.
Abensour (Miguel) et Muhlmann (Géraldine), L’École de Francfort : la Théorie critique entre philosophie et sociologie, Tumultes, n° 17-18, Paris, Kimé, 2002.
Adorno (Theodor W.), Société : Intégration, Désintégration, Paris, Payot, coll. « Critique de la politique », 2016.
Franck (Thomas), « L’adornisme français des années 1950 », in Cahiers du GRM, n°12 (Matérialités et actualité de la forme revue), 2017.
Franck (Thomas), « The Reception of Adorno’s Critical Theory in France. From the Hegelian Conception of Totality to the Critique of Heidegger’s Ontology », May 2018, URL : https://orbi.uliege.be/handle/2268/222744
Jameson (Fredric), The Ideologies of Theory, London, Verso, 2008.
Jimenez (Marc), Theodor W. Adorno : art et idéologie. La théorie de l’art, Paris, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1973.
Kogler (Susanne), « Adornos Musikphilosophie in Frankreich », in Musik und Ästhetik, n°64, Stuttgart, Klett-Cotta, 2012, p. 88-96.
Langlet (Irène), « Inactualités des Mythologies ? », in Marielle Macé et Alexandre Gefen dir., Barthes, au lieu du roman, Paris, Desjonquères-Nota Bene, 2002, p. 127-132.
Olivier (Alain-Patrick), « La réception d’Adorno dans les institutions françaises d’enseignement : musicologie, sociologie, métaphysique », in Illusio, n° 12-13, 2014.
Raulet (Gérard), « L’appel de l’histoire. La théorie critique de l’école de Francfort face au contexte français », in Philosophiques, vol. 9, n° 1, 1982, p. 163-174.
Scholz (Danilo), « Tout seul dans le pays de l’heideggérianisme. Adorno conférencier au Collège de France », in Giuseppe Bianco et Frédéric Fruteau de Laclos (éds.), L’angle mort des années 1950. Philosophie et sciences humaines en France, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « La philosophie à l’œuvre », 2016.
Voirol (Olivier), « La Théorie critique des médias de l’École de Francfort : une relecture », in Mouvements, n° 61 (Critiquer les médias ?), Paris, La Découverte, 2010.
Voirol (Olivier), « Présentation », in Réseaux, n°166 (Revisiter Adorno), Paris, La Découverte, 2011, p. 9-28.
Wiggershaus (Rolf), Die Frankfurter Schule. Geschichte, Theoretische Entwicklung, Politische Bedeutung, München, Carl Hanser, 1986.

Affiche définitive Adorno en France

Parution – « Biens symboliques / Symbolic Goods n°2 »

Chères et chers collègues,

C’est avec plaisir que nous vous annonçons la publication du numéro deux de Biens symboliques / Symbolic Goods, revue de sciences sociales consacrée aux arts, à la culture et aux idées. Le dossier est consacré à la construction et aux usages des bases de données dans les études socio-historiques sur l’imprimé et la littérature. La table ronde traite également de bases de données consacrées à d’autres domaines comme l’opéra, les arts visuels, l’édition ou encore la philosophie.

Vous trouverez également dans ce numéro 2 un varia sur l’histoire de la « végéphobie » dans le mouvement animaliste en France et les rubriques suivantes : « Profession » sur l’activité d’archivage du web des bibliothécaires, « Regards sur » les études sur le journalisme, « Transmettre » à propos d’une expérience d’enseignement du travail artistique par l’ethnographie et une « note critique » sur deux ouvrages traitant des « productions et des mutations culturelles du Golfe à l’Océan ».

La revue numérique Biens symboliques / Symbolic Goods est entièrement en accès libre et tous les articles de dossier sont en version bilingue, français et en anglais. Pour mémoire, le dossier du numéro 1 est consacré aux « artistes ordinaires ». Vous pouvez consulter et télécharger les articles en PDF bilingue sur le site de la revue. Elle dispose également d’un carnet hypothèses proposant, tout au long de l’année, des compléments aux articles parus tels que des entretiens, des documents additionnels sonores ou vidéo et des billets sur les thématiques de la revue.

Nous lançons par ailleurs un un appel à articles sur la production télévisuelle et un appel à articles permanent pour des textes en varia et pour des propositions de dossiers thématiques. À l’issue du processus d’expertise, les articles de dossiers et varia sont systématiquement publiés en français et en anglais, le coût de la traduction étant pris en charge par la revue. N’hésitez pas à nous soumettre vos propositions.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Julienne Flory, secrétaire de rédaction : contact@biens-symboliques.net
Vous pouvez également suivre l’actualité de la revue sur sa page Facebook.

En vous souhaitant une bonne lecture,
Bien cordialement,

Claire Ducournau
Pour le comité de rédaction de Biens symboliques / Symbolic Goods