Archives mensuelles : septembre 2018

Parution – « Bande dessinée et littérature : intersections, fascinations, divergences »

Chers collègues, chers amis,

J’aimerais vous signaler la publication toute récente d’un petit volume de ma plume (ou de mon clavier) intitulé Bande dessinée et littérature : intersections, fascinations, divergences. Vous trouverez plus de renseignements au lien suivant :

https://www.quodlibet.it/libro/9788822902573 Vittorio Frigerio – Bande dessinée et littérature … www.quodlibet.it Scopri Bande dessinée et littérature : intersections, fascinations, divergences di Vittorio Frigerio. Edizioni Quodlibet: acquista con sconto del 15%, spedizioni gratuite in Italia per acquisti sopra 29 euro.

Je profite également de l’occasion pour attirer plus spécialement votre attention sur la collection « Eléments » de l’éditeur Quodlibet, dans laquelle cet ouvrage a paru. Il s’agit d’une collection internationale de courts essais, en plusieurs langues (français, anglais, Italien, allemand, espagnol) qui publie des études pointues, originales ou inhabituelles, privilégiant souvent des positionnements polémiques et engagés. Vous y trouverez, à part mon livre, bien d’autres choses encore qui ne manqueront pas de susciter votre intérêt ou votre curiosité.

Pour être tenu au courant des publications de cet éditeur, vous pouvez vous inscrire à sa « Newsletter » ici : https://www.quodlibet.it/newsletter

Merci de faire suivre cette annonce à toute personne potentiellement intéressée, ainsi qu’à toute bibliothèque universitaire disposant encore d’un budget, même modeste ! Et si vous désirez en recevoir un exemplaire en service de presse pour compte rendu, n’hésitez pas à me le demander.

Bien cordialement,

Vittorio

P.S. : mes excuses pour d’éventuels envois multiples.
Vittorio Frigerio
Professor
Editor, Dalhousie French Studies
Undergraduate Advisor
Department of French
Dalhousie University
6135 University Avenue, Room 1110
Halifax, NS B3H 4R2
Canada
902 494-6805

Colloque – « Le Pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles) »

Chères et chers collègues,
J’ai le plaisir de vous inviter à participer au colloque « Le Pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles) »  qui aura lieu à Arras les 12 et 13 octobre prochains.

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Objet ambivalent, à la fois inscrit dans le livre et susceptible de s’en détacher, la marge permet de penser l’inscription du livre, et à travers lui des lettres et des arts, dans le monde social : non pas comme un document qui viendrait témoigner du contexte dans lequel l’œuvre se serait inscrite, mais comme le lieu d’une action qui mobilise à la fois le lecteur, le livre et le pouvoir. Ce colloque se propose d’étudier les écritures marginales du pouvoir comme autant d’usages du livre dans des relations sociales et de pouvoir.Vous en trouverez le programme ci-joint.
Au plaisir de vous y voir,
Marine Roussillon
MCF – Littérature française du 17e siècle
Université d’Artois. Centre de recherches Textes et cultures (EA4028)
https://cv.archives-ouvertes.fr/marine-roussillon
https://pogs.hypotheses.org

Parution – « Prescription culturelle : avatars et médiamorphoses »

Brigitte Chapelain et Sylvie Ducas (dir.), Prescription culturelle : avatars et médiamorphoses
Presses de l’Enssib

La prescription à l’âge du papier, c’était un avis autorisé; à l’âge numérique, on parle plus volontiers de recommandation.

Dans tous les cas, une personne, au moins, cherche à partager son intérêt ou davantage pour un sujet ou une œuvre donnée. Cette intention d’influence, ce soft power disséminé, se retrouve aussi bien chez les booktubers que chez les lecteurs de la Renaissance, elle passe de bouche-à-oreille, par la presse, les médias audiovisuels, le web ou les bibliothèques, elle concerne aussi bien les mauvais genres que les musées les plus institutionnels.

Quand le public prend le pouvoir de dire, le professionnel de la médiation a le devoir de s’y intéresser. Une équipe pluridisciplinaire de vingt-cinq chercheurs propose ici la première approche d’ensemble de la prescription, en traversant différentes formes de culture.

Brigitte Chapelain est maître de conférences honoraire en sciences de l’information et de la communication à Paris 13. Ses recherches interrogent la question de la culture et du numérique. Rédactrice en chef des Cahiers de la SFSIC, membre du bureau de la revue Hermès (CNRS), elle a dirigé Expressions et pratiques créatives numériques en réseaux (Hermann, 2015).

Sylvie Ducas est professeur de littérature française contemporaine à l’université Paris Est-Créteil. Elle a publié La littérature à quel(s) prix? (La Découverte, 2013) et dirigé, entre autres, L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur (Presses universitaires de Paris Ouest, 2013) et Paroles de livres (Nicolas Malais éditeur, 2015).

Ont contribué à cet ouvrage :

Isabelle Antonutti, Anne Besson, Claire Blandin, Jean-Christophe Boudet, Mélanie Bourdaa, Simon Bréan, Gaëlle Burg, Marie Coculet, Valérie Croissant, Geoffrey Delcroix, Catherine Dutheil-Pessin, Aurore Gallarino, Frédérique Giraud, Hervé Glevarec, William Jouve, Clara Lévy, Judith Mayer, Michaël Oustinoff, David Peyron, Marie-Sylvie Poli, François Ribac, Julie Trenque, Geneviève Vidal Édition Première édition Éditeur Presses de l’enssib   Support Livre broché Nb de pages 388 p. Bibliographie . Notes . ISBN-13 9791091281676   Support PDF Nb de pages Bibliographie . Notes . ISBN-13 979-10-91281-68-3 GTIN13 (EAN13) 9791091281683

https://presses.enssib.fr/catalogue/prescription-culturelle
http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100762970

Appel à contributions : Ursula K. le Guin : Féminisme et science-fiction

Cher.e.s contemporain.e.s

Nous souhaitons attirer votre attention sur cet appel à contributions :

Ursula K. le Guin : Féminisme et science-fiction

Ce dossier à paraître dans la revue ReS Futurae, revue d’études sur la science-fiction, est dirigé par Magali Nachtergael et Valérie Stiénon (Université Paris 13/Pléiade). Il complète et accompagne une journée d’études qui se tiendra à l’Université Paris 13 le mercredi 23 janvier 2019.

Argument
Veuillez trouver l’argument de l’appel en ligne : https://journals.openedition.org/resf/1563 ET ci-après dans le message.

Envoi de propositions
Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 10 octobre 2018 conjointement à Magali Nachtergael (nachtergael@univ-paris13.fr) et Valérie Stiénon (valerie.stienon@univ-paris13.fr).

Remise des articles
La date de remise des articles est fixée au 30 janvier 2019.

Si vous souhaitez participer à la journée d’études, merci de l’indiquer dans votre proposition. 

En vous remerciant de votre attention,

bien à vous,
Magali Nachtergael & Valérie Stiénon
Département de littérature
Université Paris 13 / Laboratoire Pléiade EA7338

—–

Ursula K. Le Guin : féminisme et science-fiction

(dir. Magali Nachtergael et Valérie Stiénon – Université Paris 13/Pléiade)

Ursula Kroeber, connue sous son nom de plume Ursula K. Le Guin, a écrit de nombreux cycles de fantasy et de science-fiction, imaginés dès son plus jeune âge. Son œuvre prolifique, foisonnante, a été traduite en français depuis 1971, avec La Main gauche de la nuit (The Left Hand of Darkness, 1969), et son succès populaire ne s’est jamais démenti depuis lors, avec près d’une centaine de titres traduits et réédités, ainsi qu’un solide lectorat. Ce dernier est pourtant resté discret dans le monde académique. Une journée d’études organisée à l’Université Paris 13 le 23 janvier 2019, dont cet appel ouvert est complémentaire, cherche à combler cette lacune en choisissant comme fil conducteur la question du féminisme, qui permet d’aborder des aspects théoriques, poétiques et idéologiques indispensables à la compréhension de l’œuvre de la romancière. En la resituant dans ses contextes de création et de réception, l’angle d’étude entend ainsi explorer quelques-uns des enjeux d’une œuvre riche par sa portée éthique et esthétique, ses questionnements disciplinaires et ses significations plurielles, à laquelle d’autres événements scientifiques rendront hommage[i].

L’histoire de La Main gauche de la nuit se passe dans un futur indéterminé, sur une planète appartenant à une galaxie en train de s’unifier politiquement. Les habitants ne sont ni homme, ni femme et ne déterminent un genre sexuel de façon aléatoire que durant une période de rut mensuelle, le « kemma », entre les phases duquel chaque individu est un hermaphrodite asexué. Ainsi, toutes et tous peuvent indifféremment enfanter et vivre l’expérience de la parturition. Cette situation engage une réflexion sur les critères normatifs à travers lesquels est généralement appréhendée la sexualité. Elle révèle aussi la dimension construite et relative des rôles sociaux assignés aux identités sexuées : « Lorsqu’on rencontre un Géthénien, il est impossible et déplacé de faire ce qui paraît normal dans une société bisexuelle : lui attribuer le rôle d’un Homme ou d’une Femme, et conformer à cette idée que vous vous en faites le rôle que vous jouez à son égard, d’après ce que vous savez des interactions habituelles ou possibles de personnes du même sexe ou de sexe opposé. Il n’y a ici aucune place pour nos schémas courants de relations sociosexuelles[ii]. »

Dans Les Dépossédés[iii] (The Dispossessed, 1974), une communauté anarchiste fondée par une femme théoricienne, Odo, s’installe sur Anarres, une lune en périphérie de sa planète d’origine, Urras. Le voyage d’une planète à l’autre entrepris par le personnage Shevek permet de confronter des modes de vie régis par des rapports différents à l’exercice de la sexualité, aux fonctions des partenaires au sein du couple et aux valeurs sur lesquelles se fonde l’union maritale. Les signes de l’attrait érotique sont eux aussi diversifiés, rendant par exemple les femmes urrasties plus séduisantes lorsqu’elles sont chauves après avoir rasé leur chevelure, suivant en cela la mode locale.

L’œuvre de Ursula K. Le Guin n’est pas seulement attentive à proposer des représentations alternatives, nuancées, complexes de ces identités, valeurs et pratiques. Elle s’efforce aussi d’exprimer un point de vue féminin minimisé ou invisibilisé par les discours historiques et scientifiques, comme lorsqu’elle donne une voix à un personnage de l’histoire mythique de la fondation de Rome, Lavinia, femme d’Énée dont elle retrace le destin dans le roman de fantasy Lavinia[iv] (2008, traduit en français en 2011). Le récit, centré sur les pensées et les perceptions de l’héroïne, enrichit le point de vue historiographique d’un éclairage nouveau sur les variations possibles des places occupées par la fille, l’épouse et la mère dans une société patriarcale.

Ce ne sont là que quelques-uns des exemples les plus évidents, qui montrent la pertinence d’une telle réflexion et qui demandent à s’enrichir d’une exploration approfondie de l’œuvre. Quel est l’apport spécifique de la science-fiction au message et aux représentations féministes, parmi les nombreux genres que Ursula K. Le Guin a pratiqués ? Dans quelle mesure le monde des possibles de la fiction spéculative permet-il de reconfigurer la situation de l’individu « femme », du genre et de ses avatars ? En quoi les textes de Ursula K. Le Guin ont accompagné des vagues de féminisme et trouvé un écho au sein d’un lectorat spécifique ? En se concentrant sur les univers science-fictionnels de la romancière, l’objectif de ce dossier de la revue ReS Futurae est aussi de situer le genre et son potentiel social, non pas seulement en tant qu’utopie mais comme agent rassembleur, fiction créatrice, émancipatrice et dotée d’une puissance virtuellement auto-réalisatrice. À cette fin, plusieurs aspects complémentaires pourraient être envisagés :

·      Anthropologie des idées, théorie et engagement

–       Ursula K. Le Guin théoricienne, essayiste et conférencière[v]

–       les analyses anthropologiques, ethnologiques et la situation des femmes

–       la question du militantisme et de l’engagement féministe

–       les utopies féministes et le contexte culturel d’écriture (New Age, matriarcat, queer, transgenre, matrimoine)

·      Sociabilités et création dans les cercles féministes

–       la fréquentation des cercles de sociabilité en lien avec le féminisme

–       les inspirations chez les artistes (art contemporain, cinéma, bande-dessinée, danse)

·      Écriture et représentations du féminin

–       le point de vue des personnages féminins

–       les relations matrimoniales/sexuelles (polygamie, absence de mariage, filiation matriarcale, homo- et hétérosexualité, etc.)

–       la genèse de ses textes, son inspiration et ses arrière-plans théoriques féministes et/ou déconstructionnistes

·      Héritage et réception de l’œuvre

–       les espaces de sa réception : les héritiers et ceux qui s’en sont réclamés, les communautés féministes SF, le fandom : créations, groupes de lecture et d’écriture (fanfiction), forums en ligne, blogs et listes de discussion

–       la réception LGBTQIA+ et dans les théories posthumaines / transhumaines / queer / transgenre / écoféministe / afroféministes / militantes

–       la survivance de thèmes ou motifs Le Guiniens dans des adaptations cinématographiques, télévisuelles, en bande-dessinée et dans la culture populaire

Bibliographie indicative

« Science Fiction by Women », Science Fiction Studies, n° 51, juillet 1990.

Attebery Brian, Decoding Gender in Science Fiction, New York/Londres, Routledge, 2002.

Bartkowski Frances, Feminist Utopias, Lincoln/Londres, University of Nebraska Press, 1989.

Besson Anne, Constellations : des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éditions, 2015.

Delany Samuel R., Shorter Views. Queer Toughts and the Politics of Paraliterary, Hanover et Londres, Wesleyan University Press, 1999.

Gay Pearson Wendy, Hollinger Veronica et Gordon Joan (éd.), Queer Universes : Sexualities in Science Fiction, Liverpool University Press, 2008.

Haraway Donna, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, 2007.

Jameson Fredric. « World Reduction in Le Guin : The Emergence of Utopian Narrative », Science Fiction Studies, n° 7, vol. 2:3, novembre 1975, p. 221-230.

Langlet Irène, La science-fiction : lecture et poétique d’un genre, Paris, Armand Colin, 2006.

Larbalestier Justine, The Battle of the Sexes in Science Fiction, Middletown, Wesleyan University Press, 2002.

Larue Ïan, Libère-toi cyborg ! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe, Paris, Éditions Cambourakis, 2018.

Merrick Helen, The Secret Feminist Cabal. A Cultural History of Science Fiction Feminisms, Seattle, Aqueduct Press, 2009.

Notéris Émilie, La Fiction réparatrice, Paris, Éditions Supernova, 2017.

Reid Robin Anne (dir.), Women in Science Fiction And Fantasy, Westport, Greenwood Press, 2009.

Vonarburg Élisabeth, « La science-fiction et les héroïnes de la modernité », Philosophiques, vol. 21, n° 2, 1994, p. 453-457.

Watson Ian, « The Forest as Metaphor for Mind : “The Word for World is Forest” and “Vaster Than Empires and More Slow” », Science Fiction Studies, n° 7, vol. 2:3, novembre 1975, p. 231-237. 


[i] Ainsi du colloque « Héritages d’Ursula K. Le Guin. Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène », organisé à l’École polytechnique et à la Sorbonne Nouvelle en juin 2019. URL : https://litorg.hypotheses.org/234.

[ii] Ursula K. Le Guin, La Main gauche de la nuit, traduit par Jean Bailhache, Paris, Laffont, 1971, p. 113-114.

[iii] Ursula K. Le Guin, Les Dépossédés, traduit par Henry-Luc Planchat, Paris, Laffont, 1975.

[iv] Ursula K. Le Guin, Lavinia, traduit par Marie Surgers, Nantes, L’Atalante, 2010.

[v] Voir notamment Ursula K. Le Guin, « American SF and the Other », Science Fiction Studies, n° 7, vol. 2:3, novembre 1975, p. 208-210 et Le Langage de la nuit. Essais sur la science-fiction et la fantasy, traduit par Francis Guévremont, Paris, Aux forges de Vulcain, 2016. 

Appel de textes – Mémoires du livre / Studies in Book Culture

Chers Collègues, 

Je sollicite de nouveau votre contribution, en vous demandant de bien vouloir diffuser l’appel de textes en vue du numéro de printemps 2020 de Mémoires du livre.

Ce 22ème numéro de la revue sera consacré au « Commerce du livre, carnaval du livre / Book Commerce Book Carnival », et codirigé par Beth Driscoll (University of Melbourne) et Claire Squires (University of Stirling) »  

L’appel, dans sa version bilingue, se trouve sur la page suivante :

https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/actualite-du-grelq/nouvelles-details/article/38266/

Les propositions d’articles en français ou en anglais comprenant un résumé d’environ 250 mots ainsi qu’une courte notice biographique devront parvenir par courriel d’ici le 30 novembre 2018 à Beth Driscoll ou Claire Squires (driscoll@unimelb.edu.au and claire.squires@stir.ac.uk). 

Merci de faire circuler l’information dans vos réseaux.

Bien cordialement, 

Cécile Delbecchi

Assistante à la direction / Executive Assistant

Mémoires du livre Studies in Book Culture

Codirectrices / Co-Directors : Marie-Pier Luneau, Josée Vincent

Département des lettres et communications

Faculté des lettres et sciences humaines

Université de Sherbrooke, Québec, Canada

J1K 2R1

Appel à communications – 11e colloque étudiant du GRÉLQ

Bonjour,

Pour la 11e édition de son colloque étudiant, le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) invite les chercheuses et chercheurs de la relève à réfléchir aux processus collectifs de publication et de diffusion dans le monde du livre.

Intitulé « Livrer ensemble : les rouages collectifs de la chaîne du livre » et organisé par Karol’Ann Boivin, Mylène Fréchette et Virginie Mailhot, ce colloque aura lieu le vendredi 1er mars 2019 au Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke. Les propositions de communication devront être envoyées au plus tard le 16 novembre 2018.

Pour plus de détails sur cet appel, veuillez consulter le site Internet du GRÉLQ, ici : https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/actualite-du-grelq/nouvelles-details/article/38264/

Bien à vous,

Virginie Mailhot

Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec
Université de Sherbrooke
J1K 2R1
(819) 821-8000, poste 67696

New release – Simone Murray, « The Digital Literary Sphere. Reading, Writing, and Selling Books in the Internet Era »

The Digital Literary Sphere. Reading, Writing, and Selling Books in the Internet Era

Simone Murray

John Hopkins University Press

ISBN: 9781421426099

256 p.

39,95£

PRESENTATION

Reports of the book’s death have been greatly exaggerated. Books are flourishing in the Internet era—widely discussed and reviewed in online readers’ forums and publicized through book trailers and author blog tours. But over the past twenty-five years, digital media platforms have undeniably transformed book culture. Since Amazon’s founding in 1994, the whole way in which books are created, marketed, publicized, sold, reviewed, showcased, consumed, and commented upon has changed dramatically. The digital literary sphere is no mere appendage to the world of print—it is where literary reputations are made, movements are born, and readers passionately engage with their favorite works and authors.

In The Digital Literary Sphere, Simone Murray considers the contemporary book world from multiple viewpoints. By examining reader engagement with the online personas of Margaret Atwood, John Green, Gary Shteyngart, David Foster Wallace, Karl Ove Knausgaard, and even Jonathan Franzen, among others, Murray reveals the dynamic interrelationship of print and digital technologies.

Drawing on approaches from literary studies, media and cultural studies, book history, cultural policy, and the digital humanities, this book asks: What is the significance of authors communicating directly to readers via social media? How does digital media reframe the « live » author-reader encounter? And does the growing army of reader-reviewers signal an overdue democratizing of literary culture or the atomizing of cultural authority? In exploring these questions, The Digital Literary Sphere takes stock of epochal changes in the book industry while probing books’ and digital media’s complex contemporary coexistence.

Table of contents


SIMONE MURRAY

Simone Murray is an associate professor (reader) in literary studies and the director of the Centre for the Book at Monash University. She is the author of Mixed Media: Feminist Presses and Publishing Politics and The Adaptation Industry: The Cultural Economy of Contemporary Literary Adaptation.

Appel à contributions – « Les transferts culturels : paradoxes et malentendus »

Appel à contributions
Les transferts culturels : paradoxes et malentendus

Université catholique de Louvain, 22-24 Mai 2019

Établie au cours des années 1980 dans un positionnement critique par rapport aux études comparées, la notion de transfert culturel couvre un ensemble de phénomènes de circulation, transformation et resémantisation entre différents espaces géoculturels. En tant que méthode de recherche supposée dépasser les cadres nationaux, l’étude des transferts culturels a inspiré un nombre croissant de travaux interdisciplinaires à la croisée des études littéraires (v. Lüsebrink 2008, Roland 2016), des études de la traduction (v. Göpferich 2007, Roig-Sanz & Meylaerts 2018), de l’histoire culturelle et de l’histoire de l’art (v. Espagne 2013, Middell 2014). Au-delà de la seule idée de déplacement de textes et d’objets entre une culture source et une culture cible, les transferts culturels visent à rendre compte de l’hétérogénéité de chaque sphère culturelle impliquée dans l’échange, ainsi que des logiques d’intersection et d’hybridité en identifiant notamment les enclaves, réseaux et vecteurs de circulation. Grâce aux perspectives offertes par l’histoire croisée (Werner & Zimmermann 2003) – qui tient compte de la réciprocité et de la dimension multidirectionnelle des transferts –, des études récentes se sont penchées sur la diversité, l’imbrication et la non-linéarité d’un large spectre de pratiques de transfert (dont les traductions) faisant ainsi l’écho d’instances et d’activités de médiation encore ignorées jusque-là (v. D’hulst 2012).

Malgré leur pertinence conceptuelle et la prolifération d’études de cas portant sur des médiateurs et phénomènes transfrontaliers, les études de transfert semblent avoir atteint un tournant. D’une part, Werner et Zimmermann (2003) ont déjà démontré que les objets, entités et pratiques issus de croisements n’échappent pas au piège des catégorisations (nationales) préétablies. D’autre part, tant l’effacement méthodologique de frontières, parfois aux dépens de l’historicité, que la constatation récurrente de l’imprédictibilité des transferts tendent vers un relativisme improductif. Ces incertitudes, accompagnées d’un manque de consensus parmi les théoriciens (v. Joyeux 2003), nous invitent à remettre en question la plus-value des transferts vis-à-vis de concepts connexes provenant e.a. des études postcoloniales, des études de traductions, de l’historiographie transnationale ou encore des études transculturelles.

Quelle/s spécificité/s peuvent encore revendiquer les transferts culturels ? Comment ces derniers peuvent-ils être pensés en dehors du contexte ouest-européen ? La notion de transfert peut-elle encore aider à surmonter/éliminer les frontières disciplinaires, linguistiques et nationales ? Ou, au contraire, les renforce-t-elle? Comment le chercheur doit-il aborder la non-linéarité et l’asymétrie des processus de transferts au travers des espaces et époques ? Est-il possible de mesurer l’impact d’un transfert et son « succès » relatif ?

Face aux paradoxes et malentendus que le concept engendre, ce colloque a pour objectifs de (re)penser la viabilité des transferts culturels et de questionner leurs outils, objectifs et cadres épistémologiques dans une perspective interdisciplinaire. Les enjeux principaux que nous entendons aborder sont associés – mais pas limités – à quatre thèmes : (1) linéarité, (2) frontières/limites, (3) concepts connexes/concurrents et (4) impact/succès.

(1) (Non-)linéarité : Si les transferts impliquent plusieurs sources et cibles mouvantes (institutions, langues, cultures, médiateurs/agents, etc.), comment aborder leur spatialité, directionalité et temporalité dans (ou en dehors) de la binarité source-cible ?

(2) Frontières/limites : Est-ce que les transferts et les traductions créent (Pym 1998), renforcent (Leerssen 2014) ou au contraire dépassent les frontières ? Quel est l’impact du positionnement du chercheur sur la manière dont il/elle conçoit les frontières et les limites ?

(3) Concepts connexes/concurrents : Le transfert est un phénomène culturel omniprésent, souvent mis en relation avec d’autres concepts issus de disciplines voisines (comme par exemple l’hybridité, le métissage, l’entre-deux, la transculturalité, la pluriculturalité, la traduction, les réseaux, le tiers-espace, etc.). Ces concepts connexes dépassent-ils les divergences de nature purement conceptuelle ? Sont-ils capables de jeter un nouvel éclairage sur les études de transfert, et vice-versa ?

(4) Impact/succès : Peut-on évaluer la/les fonction/s, l’impact et le succès des transferts à travers le temps ? Selon quels critères ? Quelles sont les conséquences des malentendus, et comment les inclure dans le champ de la recherche ? Quand et comment peut-on définir un transfert comme réussi, ou raté ? Que nous enseignent les transferts manqués ?

Nous attendons des contributions qui abordent une ou plusieurs de ces questions méthodologiques et/ou théoriques. Les langues de travail sont l’anglais et le français.
Les propositions de maximum 200 mots, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer aux deux adresses suivantes, Julie.crombois@uclouvain.be et elies.smeyers@uclouvain.be, avant le 30 octobre 2018.

Conférenciers confirmés :

  • Elke Brems (KU Leuven)
  • Diana Roig-Sanz (Universitat Oberta de Catalunya)

Comité d’organisation :

  • Julie Crombois (FNRS, UC Louvain)
  • Dirk Delabastita (U Namur)
  • Maud Gonne (FNRS, U Namur/UC Louvain)
  • Hubert Roland (FNRS, UC Louvain)
  • Elies Smeyers (FNRS, UC Louvain/U Gent)
  • Stéphanie Vanasten (UC Louvain)

Comité scientifique :

  • Marnix Beyen (U Antwerpen)
  • Lieven D’hulst (KU Leuven)
  • Jaap Grave (Westfälische Wilhelms-Universität Münster)
  • Joep Leerssen (Universiteit van Amsterdam)
  • Reine Meylaerts (KU Leuven)
  • Lut Missinne (Westfälische Wilhelms-Universität Münster)
  • Helga Mitterbauer (ULB)
  • Francis Mus (U Liège)
  • Arvi Sepp (VUB/U Antwerpen)

Lieu :

Collège Érasme
Place Blaise Pascal 1
1348, Louvain-la-Neuve
Belgique/Belgiumhttps://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/ecr/actualites/appel-a-contributions-les-transferts-culturels-paradoxes-et-malentendus.html

Maud GONNE
Chargée de recherche du FNRS
Langues et littératures germaniques – Traductologie

maud.gonne@unamur.be
http://staff.unamur.be/mgonne

Université de Namur ASBL
Rue de Bruxelles 61 – 5000 Namur
Belgique

Appel à communications : « Raconter l’Internet et les réseaux socionumériques »

« Raconter l’Internet et les réseaux socionumériques »

Appel à communications

Journée d’étude

3 mai 2019

Les technologies numériques occupent une place de plus en plus importante dans le roman contemporain. Les nouvelles habitudes de communication du 21e siècle, largement fondées sur des échanges par le biais de courriels, de messages textes, d’entrées de blogues ou de statuts et commentaires sur les réseaux sociaux, se voient incorporées à l’intrigue, qu’elles contribuent à faire progresser. La somme d’informations accessibles aux personnages à partir d’un moteur de recherche (ou, de manière plus pointue, de compétences en hacking) permet d’intégrer des données factuelles sans recourir à une omniscience de la narration ou à une quelconque figure de spécialiste. Le rapport renouvelé au temps créé par l’exploration à rebours d’un fil Facebook ou d’un compte Instagram ouvre des possibilités inédites au récit mémoriel. L’espace virtuel mais réel que déploient Google Earth ou Google StreetView invite à repenser de manière similaire la relation de voyage. Au plan thématique, ces innovations sont un prétexte à interroger les modalités contemporaines de socialité, de communication, de connaissance ou de perception, ainsi que leur incidence sur les identités et les représentations de soi. Elles suscitent également des questionnements plus vastes sur les notions de vérité et de mensonge à l’ère des flux d’information décentralisés, de même que sur les rôles et les pièges du numérique dans la prolifération de rumeurs ou l’alimentation de théories du complot. Au plan formel, l’intégration à la trame narrative de conversations ou de données telles que formatées par diverses plateformes et interfaces (Twitter, WhatsApp, Snapchat, etc.) confère à ces fragments médiatiques le statut de genre intercalaire, si ce n’est de quasi mise en abyme, dont l’écriture, la forme, le style contrastent et alimentent ceux de l’œuvre en son ensemble.

Cette journée d’étude vise à réfléchir à la présence du numérique dans le roman et à ses implications sur l’imaginaire contemporain. Les interventions, que nous souhaitons fondées sur des études de cas, chercheront à émettre quelques hypothèses sur ce que « peut » la littérature, pour reprendre la célèbre formule de Sartre, lorsque confrontée aux effets sémiotiques ou rhétoriques des innombrables dispositifs, applications, réseaux et logiciels qui balisent désormais le quotidien.

La journée d’étude, organisée dans le cadre des activités de Figura-NT2-Concordia, aura lieu le 3 mai 2019 à l’Université Concordia (Montréal). Jean-Jacques Pelletier, écrivain et philosophe, prononcera la conférence d’ouverture.

Les propositions de communication d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève notice biobibliographique, devront être soumises par courriel à Sylvain David (sylvain.david@concordia.ca) et Sophie Marcotte (sophie.marcotte@concordia.ca) au plus tard le 1er décembre 2018. Les réponses seront envoyées avant la pause des Fêtes.

URL : http://figura-concordia.nt2.ca/appel-raconter-linternet 

Appel à communications – « Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques »

Appel à communications pour un colloque que le Laboratoire Littératures,
Espaces et Sociétés de l’Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo organisera les 13 et 14 juin 2019 sur études culturelles africaines.


Prof. Salaka SANOU
Directeur du Laboratoire Littératures, Espaces et Sociétés
Université Ouaga I Pr Joseph KI-ZERBO
Burkina Faso