Archives mensuelles : octobre 2018

Séminaire – « Histoire et littérature, 1800-1950 »

Séminaire de Judith Lyon-Caen, EHESS

Histoire et littérature, 1800-1950

 

2018-2019

 

Les vendredis de 11 h à 13 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2018 au 7 juin 2019. Pas de séance le 14 décembre 2018

Comment faire de l’histoire avec de la littérature ? Que fait-on, en histoire et en sciences sociales, quand on prend pour objet cette réalité aux contours instables et constamment discutés qui est désignée comme « littérature » ? Ce séminaire s’intéresse aux formes de présence et de dissémination de la littérature dans le monde social depuis l’époque romantique jusqu’aux lendemains de la Seconde guerre mondiale. On y explore les voies d’une histoire du recours à la littérature, qui concerne des écrits littéraires reconnus aussi bien que des formes inaperçues de présence du littéraire, qui s’intéresse aux producteurs de la littérature comme à ses lecteurs, qui cherche à décrire l’ensemble des gestes qui inscrivent la « littérature » dans le monde social, comme activité sociale, réalité matérielle, ensemble pratiques dotées de valeur, horizon possible de l’écriture. Cette histoire s’interroge sur ce que ce qui est désigné comme littérature fait au monde, sur la ressource qu’elle constitue pour ceux qui y recourent, en particulier, sur la manière dont elle oriente, structure le monde social dans lequel elle s’inscrit. Le séminaire interroge de manière globale les relations entre histoire et littérature, dans toutes les dimensions de la question, mais le travail s’organise aussi autour de deux principaux terrains d’enquête, dont l’exploration, pour des raisons de calendrier, pourra s’entremêler : le premier concerne la modernité du XIXe siècle. Ici il s’agit de comprendre comment la littérature a pu être investie pour formuler l’expérience socio-historique des femmes et des hommes du XIXe siècle – certes selon des amplitudes sociales et locales variables. Cet investissement, individuel et collectif dans la littérature, s’éprouve intensément autour de la révolution de 1848, dont le séminaire de 2018-2019 explorera particulièrement l’après-coup. Le second terrain d’enquête concerne le recours à la littérature dans les camps et les ghettos de l’Europe occupée par les nazis. Des poèmes composés et lus dans le ghetto de Varsovie à la littérature du retour des camps, l’écriture de littérature a été intensément investie face à la destruction nazie, pour résister et témoigner. C’est à partir de ces pratiques qu’on se propose de revenir sur les questions d’histoire et de littérature relatives au témoignage, et de réfléchir sur une manière d’intégrer l’histoire des écrits et du fait littéraire à l’historiographie de la Shoah.
Un certain nombre de séances seront consacrées à des présentations de travaux de chercheurs et d’étudiants. Elles seront annoncées en cours d’année.

Programme indicatif

9, 16, 23 novembre 2018 : La littérature à la trace. Introduction, problématiques, méthodes.

 

30 novembre, 7 et 21 décembre : Autour de 1830. Instituer la littérature, instituer le social.

 

11, 18 et 25 janvier 2019 : Autour de 1848. La littérature dans l’événement. Visibles engagements, invisibles ralliements

 

1er février. « Littérature au camp » : introduction d’un objet de recherche

 

8 février : séance donnée dans le cadre du séminaire La guerre transmise. « Prises d’écriture en temps de catastrophe »

 

15 février. Interlude : matérialités (XIXe siècle)

 

22 février : colloque international « La nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah »

 

Vacances d’hiver

 

15, 22 mars. Les Règles de l’art et leur dossier historique.

 

29 mars, 5 et 12 avril, 19 avril. Enquêter sur l’administration de la littérature, 1850-1870

 

Vacances de printemps

 

10, 17, 24, 31 mai. « Littérature au camp ». Histoire de l’écrit et historiographie de la Shoah

 

7 juin. Bilan

 

Séminaire – « Savoirs du témoignage, XXe-XXIe siècles »

Savoirs du témoignage

XXe-XXIe siècles

Frédérik Detue, maître de conférences à l’Université de Poitiers,

Charlotte Lacoste, maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine,

Judith Lyon-Caen, directrice d’études à l’EHESS (CRH-GRIHL, CRH-HHS) – Cette enseignante est référente pour cette UE.

2e et 4e vendredis du mois de 15h à 17h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 14 juin 2018

Ce séminaire collectif s’intéresse aux pratiques et aux formes de l’écriture de témoignage depuis le début du XXe siècle, selon une approche interdisciplinaire qui considère la production d’écrits, leurs modalités de publication, leurs circulations et leurs appropriations comme autant d’actions dans l’histoire, et comme autant d’événements, et non pas seulement comme des sources possibles sur ces événements. Actions dans l’histoire, événements d’écriture, bien des écrits ne sont désignés comme « testimoniaux » qu’à distance de leur première effectuation. Les cadres matériels, moraux, institutionnels (judiciaires ou disciplinaires par exemple) de ces premières effectuations, mais aussi l’ensemble des opérations qui qualifient tel ou tel écrit comme « témoignage » sont au cœur de nos questionnements. Ainsi nous interrogeons-nous par exemple sur les idiomes du témoignage, ses épistémologies et les temporalités qu’elles dessinent, sur l’émergence et les usages de catégories contemporaines comme « littérature de témoignage » ou « genre testimonial », ou encore « littérature documentaire ».

De la Première guerre mondiale au génocide des Tutsi au Rwanda, de la Shoah à la guerre d’Algérie, la question du témoignage occupe une place croissante dans les savoirs sur les violences extrêmes de notre temps. Ce séminaire cherche à faire dialoguer des « savants du témoignage », des chercheurs qui s’intéressent au témoignage dans des contextes historiques multiples et selon les horizons disciplinaires variés des sciences sociales. Il s’ouvre aussi à des praticiens du témoignage, dans les arènes artistique, littéraire ou judiciaire, qui se tiennent parfois à la charnière des champs et des postures. Car le propre de la question du témoignage – comme catégorie utilisée par les acteurs et/ou construite par les chercheurs ou les institutions – est souvent de produire du brouillage dans les catégorisations, les positions, les discours. De produire de l’inclassable. D’où l’intérêt, à notre sens, de chercher à esquisser des perspectives, de partage ou de clivage, qui n’écrasent pas la spécificité des pratiques, des gestes, des objets testimoniaux envisagés.

Séminaire bi-mensuel ouvert aux étudiant.e.s de master, 6 ECTS

 

Programme de l’année 2018-2019

 

SÉANCE 1. 9 novembre.

Introduction, par Charlotte Lacoste et Judith Lyon-Caen

 

SÉANCE 2. 23 novembre.

Cycle Témoignage et roman, 1.

Témoignage et fiction, par Frédérik Detue, Charlotte Lacoste et Judith Lyon-Caen

 

SÉANCE 3. 14 décembre.

Cycle Témoignage et roman 2.

Mathilde Zbaeren (Université de Lausanne) : « Délégation du témoignage ou invisibilisation du témoin ? Ce que le roman contemporain fait au témoignage »

 

SÉANCE 4. 11 janvier.

Cycle Témoignage et roman 3.

Jonathan Barkate (Univ. Paris-Est MLV) : « Témoignage et roman chez Joseph Kessel et Romain Gary » 

 

SÉANCE 5. 25 janvier.

Cycle Témoignage, justice et droit, 1.

Franck Leibovici et Julien Seroussi : « Des dispositifs poétiques à la Cour pénale internationale »

 

SÉANCE 6. 8 février.

Atelier : des mémoires multidirectionnelles

 

SÉANCE 7. 22 février

Colloque EHESS : « La nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah »

 

SÉANCE 8. 22 mars.

Cycle Témoignage au cinéma, 1.

Olga Byrska, Malena Chinski, Judith Lyon-Caen : « Le temps du ghetto (Frédéric Rossif, 1961), des voix à l’écran »

 

SÉANCE 9. 12 avril

Cycle Témoignage, justice et droit, 2.

Olivier Leclerc (CNRS) : « ‘Qui mieux abreuve, mieux preuve’ ? Le témoignage en justice et les raisonnements probatoires »

 

SÉANCE 10. 10 mai

Cycle Témoignage au cinéma, 2.

Marc Weymuller : « Le témoignage dans La Promesse de Franco, 2013 » (séance animée par Jonathan Barkate et Claire Laguian)

 

SÉANCE 11. 24 mai

Cycle Témoignage au cinéma, 3.

Frédérik Detue : « Témoignage et re-enactment dans Tadmor (2016) de Monika Borgmann et Lokman Slim »

 

Séance 12. 14 juin

Bilan et conclusions

Colloque – « Documenter les ‘expériences du choc’ de la migration »

Bonjour,

 

je vous prie de trouver ci-joint le programme du colloque international pluridisciplinaire « Documenter les ‘expériences du choc’ de la migration » qui se déroulera à la MSHS de Poitiers, ainsi que sur deux sites de la ville de Poitiers (l’Espace Mendès-France et le cinéma Le Dietrich), du 7 au 9 novembre 2018.

 

Ce colloque clôture le programme de rencontres scientifiques « Représenter l’expérience de la migration » (2016-2018). La problématique des représentations et des savoirs sur les migrations a été abordée sous l’angle des récits et des images que produisent les personnes migrantes pour documenter leurs expériences (Journées d’étude en mars et en novembre 2016) ; puis sous celui des discours, des récits et des images qui, depuis un siècle, ont représenté de manière dissensuelle la figure du.de la « réfugié.e » (Journée d’étude, avril 2017). Le colloque a pour ambition à la fois d’approfondir et d’étendre les réflexions engagées au cours de ces différentes étapes, en gardant le cap établi à partir de la notion d’expérience : en ouvrant la parole aux personnes migrantes, en l’ouvrant également à différents acteurs sociaux, il se situera du côté de ces personnes en situation de migration qui, le plus souvent exilées et « illégalisées », ont vécu des expériences « où le choc est devenu la norme » (Walter Benjamin).

 

Le colloque réunira des expert.e.s venu.e.s de France, de Suisse, du Royaume-Uni, du Maroc et du Canada : personnes migrantes, militant.e.s associatif.ive.s, écrivain.e.s, metteures en scène, réalisateur.rice.s et chercheur.euse.s de différentes disciplines (anthropologie, cinéma, droit, géographie, histoire, linguistique, littérature, sciences politiques, sociologie, théâtre) y échangeront leurs observations et leurs analyses avec le public.

 

Les personnes qui souhaitent y participer sont invitées à s’inscrire : http://paiementenligne.univ-poitiers.fr/FoReLLIS-Migration2018/inscription/etape1.php

 

Outre le programme, vous trouverez toutes les informations relatives à l’événement, et notamment l’argumentaire, sur la page dédiée au colloque sur le site du laboratoire FoReLLIS de l’Université de Poitiers :

http://forell.labo.univ-poitiers.fr/non-classe/documenter-les-experiences-du-choc-de-la-migration-international-conference-documenting-the-shock-experiences-of-migration/

 

Des informations complémentaires sur les travaux des différent.e.s intervenant.e.s sont par ailleurs diffusées régulièrement sur la page Facebook de l’événement :

https://www.facebook.com/events/359274648144527/

Colloque_Flyer-site-FoReLLIS

En vous remerciant de votre attention,

 

bien cordialement,

 

Frédérik Detue

MCF Littérature générale et comparée

Codirecteur du master Littératures, arts et sciences sociales

Université de Poitiers / Laboratoire FoReLLIS (B3)

forell.labo.univ-poitiers.fr/membres/detue-frederik/

https://univ-poitiers.academia.edu/FrédérikDetue

Journée d’étude – « L’instruction littéraire au Royaume-Uni et en France »

Bonjour,

 

L’équipe de l’axe « Institutionnalisation des Disciplines » du groupe de recherche IDEA a le plaisir de vous adresser le programme de notre demi-journée d’études sur « L’instruction littéraire au Royaume-Uni et en France : poids de l’histoire, enjeux actuels« , qui se tiendra sur le CLSH vendredi 16 novembre prochain, salle A 329b, à partir de 13h.
Certaines communications seront en anglais, d’autres en français ; les intervenants prendront des questions dans les deux langues (avec un peu d’aide si nécessaire!). La demi-journée d’études présentera un éventail intéressant de perspectives sur sa thématique, que ce soit parce que la dimension historique est creusée, ou parce que nous bénéficions de la participation d’enseignants-chercheurs issus à la fois de départements de lettres, et de départements de langues vivantes, en France et au Royaume-Uni. Nous aurons également le plaisir d’entendre une sociologue française sur l’histoire de l’enseignement de l’anglais en France depuis le XVIIIe siècle.
Au plaisir de vous y retrouver,
Matthew Smith
Pour l’équipe « Institutionnalisation des Disciplines » (Vanessa Boullet, Marilyne Brun, Matthew Smith, Richard Somerset)
Matthew Smith
MCF dépt LCE (anglais) | UFR Arts, Lettres et Langues

Site CLSH de Nancy, Université de Lorraine
23 Bd Albert 1er Roi des Belges
54000 NANCY
Bureau A317

Colloque – « La veine satirique de la littérature française contemporaine »

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme du colloque international du Namur Institute of Language, Text and Transmediality (NaLTT) La veine satirique de la littérature française contemporaine, qui se tiendra à l’Université de Namur les 15 et 16 novembre prochains. Vous trouverez en pièces jointes un bref argumentaire présentant les enjeux du projet, le programme et l’affiche de l’événement.

En espérant vous y voir nombreux,

David Vrydaghs et Denis Saint-Amand

Argument_et_programme_Colloque_satire Affiche_colloque_Satire

Parution – « Coups de griffe, prises de bec. La satire dans la presse des années trente »

Amélie Chabrier et Marie-Astrid Charlier (dir.)

Coups de griffe, prises de bec. La satire dans la presse des années trente

GriffeEXTRAIT

https://groups.openedition.org/sympa/arc/listesocius/2018-10/msg00016/CoupsdegriffeCOUV.jpeg

Les Impressions Nouvelles, collection « Réflexions faites », 2018

EAN13 : 9782874496366

 

PRÉSENTATION

De quoi riait-on dans l’entre-deux guerres ? Quelles frontières peut-on tracer entre l’humour, la satire et l’insulte ?  Un livre qui rejoint bien des débats actuels sur la caricature et la presse satirique, la place des femmes, le racisme et l’homophobie.

 

Les auteurs

Coordonné par Amélie Chabrier et Marie-Astrid Charlier, Coups de griffe, prises de bec. La satire dans les années trente réunit une équipe internationale de chercheurs (Belgique, Canada, France) qui travaillent depuis plusieurs années sur la presse francophone de cette période. Ce collectif a déjà publié des travaux autour de ces questions : « Les Jeux Olympiques de Berlin de 1936 dans la presse internationale », Belphégor (2017), et Roy Pinker, faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique (Agone, 2017).

Le livre

Coups de griffe, prises de bec se présente comme un beau livre sur la satire, textuelle et visuelle, dans la presse francophone des années trente, replacée dans une histoire longue du rire dans la presse, depuis la petite presse du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit de réfléchir à la particularité du rire des années 1930 : de quoi riait-on dans cette période d’entre-deux-guerres ? De qui en particulier ? De quelles manières ?

Responsable : Benoît Peeters
Adresse : 84, av. Albert1190 Bruxelles

Appel à articles – « Le “Brésil littéraire” vu de l’étranger »

APPEL A CONTRIBUTIONS

Le “Brésil littéraire” vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

REVUE Les cahiers de Framespa
La revue Les cahiers de Framespa (https://journals.openedition.org/framespa/) lance un appel à contribution pour son numéro 2019/3.
Le dossier, coordonné par Jefferson Agostini Mello (Université de São Paulo) et moi-même (Université Toulouse Jean Jaurès), s’intitule : Le “Brésil littéraire” vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)
Vous trouverez en PJ un argumentaire détaillé ainsi que les modalités de soumission. L’appel est disponible en français, en portugais et en espagnol. Les articles pourront être écrits en français, anglais, espagnol ou portugais.

La date fixée pour l’envoi des propositions d’articles est le 10 décembre 2018.

Bien cordialement,

Sébastien Rozeaux

Parution – Nicolas Valazza, « La Poésie délivrée. Le Livre en question du Parnasse à Mallarmé »

Nicolas Valazza, La Poésie délivrée. Le Livre en question du Parnasse à Mallarmé, Genève, Droz, 2018.
Comment se fait-il que nombre de poètes parmi les plus influents de la seconde moitié du XIXe siècle, des maîtres du Parnasse à Mallarmé, aient eu tant de mal à publier des livres ? Situé au croisement de l’histoire de l’édition et de l’analyse littéraire, ce livre tâche de répondre à cette question, parmi d’autres, en considérant le contexte éditorial de l’époque, caractérisé par le triomphe du roman aux dépens de la poésie, et en examinant les cas singuliers de quelques poètes, en particulier Verlaine, Rimbaud et Mallarmé. Confrontés à des difficultés croissantes, devenues souvent insurmontables, dans leurs tentatives respectives de publier des livres, ces poètes ont été contraints de trouver d’autres supports d’inscription et de diffusion pour leurs œuvres (le volume collectif, la petite revue, l’album, le livre d’artiste, etc.), en marge de l’édition régulière. Le propos de ce livre est de montrer que cette multiplication des supports a grandement contribué au renouvellement des formes poétiques à la fin du siècle et, en définitive, à la réinvention du livre de poésie.

Parution – Tristan Leperlier, « Algérie, Les écrivains dans la décennie noire »

Tristan Leperlier,

Algérie, Les écrivains dans la décennie noire

CNRS éditions, collection « Culture & Société », 2018.

EAN13 : 9782271120755.

 

Il y a trente ans, en octobre 1988, le monde arabe connaissait son premier «Printemps » en Algérie, suivi d’une guerre civile d’une rare violence qui saigna le pays, par l’assassinat ou par l’exil, d’une grande partie de son intelligentsia. L’une des premières victimes, le poète et journaliste de langue française Tahar Djaout tomba, en 1993, sous les balles de djihadistes islamistes.

 

Entre études littéraires et sociologie des intellectuels, ce livre montre les conséquences de cette crise politique sur les écrivains algériens. Cette guerre civile a-t-elle été une guerre des langues, opposant anti-islamistes francophones soutenus par la France, et pro-islamistes arabophones, choc de civilisations qu’un certain discours de l’époque s’est plu à diffuser ? Il est vrai que l’ancienne puissance coloniale est redevenue à l’occasion de cette «décennie noire » un espace central pour l’exil, le débat politique, et la  reconnaissance littéraire des Algériens. C’est plus largement la place de ces écrivains dans les sociétés algérienne et française qui est interrogée.

Exceptionnelle par l’ampleur et la diversité de ses sources, cette étude s’adresse aux lecteurs curieux de découvrir une littérature à la fois si proche et lointaine (de langue française ou arabe : Rachid Boudjedra, Mohammed Dib, Assia Djebar, Tahar Ouettar…) ; et qu’intéressent les enjeux particulièrement actuels de l’engagement politique en période de censure religieuse, de migrations intellectuelles, et d’identités postcoloniales à l’heure de la mondialisation.

Normalien et docteur en sociologie et littérature, Tristan Leperlier est chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique (EHESS-CNRS) et au laboratoire Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (Paris III-CNRS).

 

Table des matières

Abréviations     7

Chronologie      9

Introduction      13

CHAPITRE 1. L’écrivain, parangon de l’intellectuel ?     37

Du silence à l’âge d’or : les écrivains algériens face à la libéralisation du régime      39

  • Les forces politiques à l’aube d’Octobre       39
  • « Octobre » et le « silence des intellectuels » 44
  • Un âge d’or des intellectuels  63

Concurrences politiques et intellectuelles pendant la guerre   73

  • Représentation du champ littéraire algérien pendant la décennie noire       74
  • Deux rapports à l’État           79
  • Les facteurs d’opposition dans le champ littéraire    85
  • Intellectuels généralistes et intellectuels spécifiques  90
  • Rachid Boudjedra, le « Voltaire d’Alger » : formation transnationale d’un intellectuel prophétique         94

CHAPITRE 2. Une guerre des langues ?    105

Les fondements de l’opposition : Autonomie et internationalité       107

  • Islamistes vs communistes : des littératures politiques          108
  • Écrivains et imams : des religions concurrentes       114
  • Le facteur déterminant : l’internationalité littéraire  118
  • Le facteur déclencheur : les institutions nationales   120

Entre deux puretés ? Tahar Ouettar et Tahar Djaout  123

  • Le clivage linguistique            124
  • La résistance au clivage linguistique 131
  • L’affaire Tahar Ouettar : vers une « guerre des langues »   137

Une prophétie auto-réalisatrice            148

  • « C’est l’intelligence qu’on assassine »         148
  • Une bipolarisation      155

CHAPITRE 3. Des écrivains témoins ? Littérature et engagement politique     163

Typologie des engagements des écrivains algériens    165

L’Attestation : Témoins d’actualité     169

  • Rachid Mimouni : de la littérature à la politique       169
  • Yasmina Khadra : Sociologie et autochtonie 180
  • Malika Boussouf, Aïssa Khelladi et Maïssa Bey : Journalisme, témoignage et littérature   187

L’Évocation : Témoins de l’invisible   198

  • Ahlam Mosteghanemi et Soumya Ammar-Khodja : l’évocation des écrivaines       199
  • Assia Djebar : Évoquer les disparus de l’histoire     208
  • Camus et le « mythe andalou » de l’Algérie coloniale          216

L’Interrogation : Témoins du doute                                       225

  • Mohammed Dib : l’engagement d’un moderne        226
  • Salim Bachi : les doutes de la fin de guerre               235

CHAPITRE 4. Une France algérienne ? Entre marché et autonomie     243

L’opportunité et le ghetto : les écrivains exilés en France      244

  • Violence et opportunité littéraire de l’exil      244
  • Des conditions d’accueil favorables? Identifications contradictoires           250

La littérature algérienne soumise au marché français ? Le cas de Timimoun de Rachid Boudjedra 258

  • Des œuvres « opportunistes » ?         259
  • Une édition et une réception « ethnocentriques » ?   269

La revue Algérie Littérature/Action : construire l’autonomie littéraire entre France et Algérie         280

  • Construire un espace autonome et une revue centrale          280
  • La difficile exportation de l’autonomie          286

Fin de la guerre : Avec et contre la France      293

  • Politique et géopolitique de la littérature       294
  • La construction d’un pôle autonome d’avant-garde en Algérie        306

Conclusion        321

Annexes                        329

Remerciements 341