Archives mensuelles : novembre 2018

Parution – Jean-Marie Gouanvic, « Hard-boiled fiction et Série noire. Les métamorphoses du roman policier anglo-américain en français (1945-1960) »

Jean-Marie Gouanvic

Hard-boiled fiction et Série noire. Les métamorphoses du roman policier anglo-américain en français (1945-1960)

Paris, Classiques Garnier

  • Résumé: Cet essai propose une étude sociologique des productions de la Série noire (NRF/Gallimard) de 1945 à 1960, en s’appuyant sur les archives de la collection. Il présente une analyse du mode d’organisation de la Série noire dans le champ français du roman policier et de la sémiotique des romans hard-boiled anglo-américains.
  • Nombre de pages: 281
  • ISBN: 978-2-406-06317-9
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-06319-3
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Translatio, n° 1
  • Série: Problématiques de traduction, n° 1
  • Date de parution: 24/10/2018
  • Année de publication: 2018

Appel à communications – « Isolement des individus ; Isolement des groupes ; Isolement des genres et des formes »

Appel à communications

Isolement des individus ; Isolement des groupes ; Isolement des genres et des formes.

Le GEO (Groupe d’Études Orientales, slaves et néo-helléniques – EA 1340) de l’Université de Strasbourg organise un colloque qui s’adresse aux doctorants en sciences humaines à l’échelle nationale. Cette manifestation, consacrée à l’Isolement, sera concentrée autour de trois axes :

Isolement des individus ; Isolement des groupes ; Isolement des genres et des formes.

Ces trois axes qui viennent d’être évoqués, peuvent dégager les pistes ci-après pour l’organisation de notre colloque :

  • l’isolement comme combinaison de mesures (préventives ou a posteriori) visant à écarter un individu ou un groupe d’individus pour préserver une communauté ou le corps social d’un risque connu, présumé ou fantasmé ;
  • l’isolement volontaire comme stratégie individuelle marquant le rejet d’une société ou de rapports perçus comme dénaturés et aliénants, ou comme protection, « auto-exclusion » d’individus encourant un danger face au reste du monde ;
  • l’isolement comme source d’un processus créatif susceptible de donner lieu à des productions intellectuelles ou artistiques.
  • l’isolement par l’insularité d’un groupe social ou d’une communauté (constituée ou instituée) au sein d’un corps collectif (communauté fermée ou privilégiée) ;
  • l’isolement par l’exclusion, la marginalisation, la ségrégation, la mise au ban ou la discrimination d’un groupe social ou d’une communauté (constituée ou instituée) à l’extérieur d’un corps collectif (déportation, ségrégation, exil) ;
  • l’isolement comme instrument/moyen/levier de l’action politique ou comme résultat/conséquence de l’action politique ;
  • l’isolement d’un groupe politique de la scène politique nationale, ou d’une nation ou d’un territoire national vis-à-vis de la communauté internationale ;
  • l’isolement d’une communauté par le discours, les images, la langue et les éléments de langage (discrimination, racisme, essentialisme, stéréotypes) ;
  • l’isolement d’un groupe par l’isolement de sa langue (et de ses locuteurs) et de ses pratiques culturelles (identité collective isolée) ;
  • la catégorisation comme vecteur de l’isolement.
  • les origines de l’isolement d’une catégorie (aussi bien de langue que de genre) ;
  • la place de ces cas isolés dans notre représentation d’un champ divisé en catégories (et la remise en cause ou la réévaluation de notre représentation le cas échéant) ;
  • l’existence et la persistance de l’isolement générique dans une perspective diachronique ;
  • l’histoire des littératures et des langues, leurs contacts, leurs évolutions au regard des éclairages qu’apportent les études sur les cas isolés ;
  • l’impact des exceptions dans l’interprétation d’une langue en tant que système et le dégagement de régularité linguistiques.
  • le sens de l’originalité et de l’élaboration d’isolats littéraires par opposition aux références et aux lieux communs dans l’écriture littéraire.

*

Modalités de participation :

Le colloque est ouvert seulement aux doctorants en sciences humaines. Les communications doivent être présentées en français. Les abstracts devront contenir 300-500 mots et être accompagnés d’une courte biographie permettant de retracer le parcours du doctorant. Les propositions devront être envoyées par e-mail jusqu’au 15 janvier 2019 à l’adresse suivante :

Nader NASIRI-Moghaddam

Professeur des universités

Directeur du Département d’études persanes

Tél : +33 (0)3 68 85 65 34

nasiri@unistra.fr

*

Lieu du colloque : Université de Strasbourg

Date du colloque : 4-5 mars 2019

Le temps de communication : 30 minutes (20 minutes de présentation + 10 minutes de discussion)

url de référence

Appel – Proust et les célibataires de l’art, Revue d’études proustiennes

« Proust et les célibataires de l’art »

Revue d’études proustiennes, no 12

Dossier sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Guillaume Pinson et Mélodie Simard-Houde

Aussi combien s’en tiennent là qui n’extraient rien de leur impression, vieillissent inutiles et insatisfaits, comme des célibataires de l’art !

— Marcel Proust, Le Temps retrouvé

Ce douzième numéro de la Revue d’études proustiennes souhaite éclairer une _expression_-clé du Temps retrouvé, celle, placée ici en exergue, des « célibataires de l’art ». Moins commentée que l’image qui la précède, où le narrateur compare la tâche de l’écrivain à celle d’un traducteur, cette métaphore souligne aussi a contrario la difficulté d’« être » de l’artiste proustien. Là où l’enivrement du créateur devant une sensation porteuse de vérité cède aussitôt sa place au dur labeur d’approfondissement qui lui succède, les célibataires de l’art laissent libre cours à leur exaltation superficielle devant l’objet d’art qui, comme le note le narrateur, « empourpre leur visage ». Cette dialectique se retrouve partout dans À la recherche du temps perdu : l’acte de création authentique est invisible, alors que toute forme d’amour factice multiplie naturellement les signes ostentatoires. En ce sens, Sainte-Beuve, tel que décrit par Proust, serait le plus grand célibataire de l’art.

Mais faut-il réellement tracer une ligne si distincte entre les deux approches ? La pensée proustienne de la création est-elle à ce point teintée de manichéisme et d’intransigeance ? Est-il absolument nécessaire de bâtir une cathédrale ou d’écrire un chef-d’œuvre pour s’inscrire dans la sphère esthétique ? L’amateur, le collectionneur, le journaliste, le mondain, le demi-habile et le snob ne sont-ils pas au contraire des dispositifs essentiels de la machine romanesque de Proust, peut-être plus encore que les artistes de génie ? Non seulement incarnent-ils aussi de puissants vecteurs comiques, mais, en fin de compte, c’est d’abord par eux que l’art existe, circule et se transforme dans la Recherche. Les célibataires de l’art sont également une des principales figures de la correspondance, où les enjeux reliés à la création sont rarement abordés de front, mais toujours par de tels détours comiques et complexes. Enfin, dans une époque où les frontières de la création sont de plus en plus étudiées et théorisées, il est peut-être temps de reconnaître que la philosophie proustienne de la création n’est pas seulement à trouver dans quelques modèles privilégiés, mais qu’elle se ventile à travers autant de formes « mineures » d’auctorialité et de désir esthétique.

*

Nous attendons ainsi des articles qui s’intéressent aux définitions, aux rôles et à l’actualité de la notion de « célibataires de l’art ». Sans restriction et sans exclusivité, les propositions pourront entre autres développer l’un ou l’autre des sujets suivants :

  • Les principales figures romanesques des célibataires de l’art : collectionneurs, dandys, journalistes
  • L’analyse des enjeux sociologiques et symboliques soulevés par les célibataires de l’art
  • Les préoccupations auctoriales dans la correspondance
  • Proust journaliste et critique d’art
  • Mémoire et caricature de l’idéal romantique
  • L’auteur à l’ère médiatique
  • L’auteur comme personnage mondain
  • Les auteurs sans œuvre
  • Les outils mondains de l’autorité artistique : potin, anecdote, cousinage, mot d’esprit
  • Les personnages mécènes
  • Proust et la recherche-création

Accompagnées d’une courte bibliographie ainsi que d’une notice biobibliographique (150 mots), les propositions d’articles, d’environ 500 mots, devront être envoyées à Thomas Carrier-Lafleur (thomascarrierlafleur@gmail.com) et Mélodie Simard-Houde (melodie.houde@gmail.com) avant le 1er mars 2019. Les articles seront à remettre avant le 1er décembre 2019.

L’appel peut également être consulté en ligne sur Fabula en cliquant ici.

Séminaire – « Droit et Littérature »

Chers collègues,

Vous trouverez ci-joint le programme du séminaire « Droit et Littérature » pour l’année universitaire 2018-2019.

S__minaire__Droit_et_litt__rature_programme_2018-2019

Vous y êtes toutes et tous les bienvenus.

Bien cordialement,

Anna Arzoumanov

Anna Arzoumanov

MCF Université Paris-Sorbonne
EA STIH

Appel à communications – « Le Retour de l’auteur »

Le Retour de l’auteur

SFS Postgraduate Conference 2019

Date et lieu: Samedi 27 avril 2019, Durham University

Date limite de soumission: Dimanche 27 janvier 2019

Date limite d’inscription: Vendredi 12 avril 2019

 

Keynote speakers: Delphine Grass (Lancaster) et Ashley Harris (Queen’s Belfast)

 

Dans son article fondateur « La Mort de l’auteur », Roland Barthes déclare que « la naissance du lecteur doit se payer de la mort de l’auteur » (Barthes, 1967). À la suite de la « disparition élocutoire du poète » de Mallarmé, la French theory proclame ainsi que l’auteur n’est rien de plus qu’une voix anonyme, une simple « fonction » (Foucault, 1969).

Pourtant, la figure de l’auteur et l’importance de la biographie ont depuis ressurgi (Burke, 1992), au point que l’auteur postmoderne peut désormais être défini comme une figure culturelle multidimensionnelle – voire comme sa propre marque (Wrona, 2017). Il existe donc une importance épistémologique à réévaluer la notion d’auctorialité à l’ère numérique, alors que la domination culturelle des médias de masse et des nouvelles technologies ne cessent de donner lieu à de nouvelles stratégies auctoriales : ethos, postures, transfictionnalité et transmédialité (Harris 2018). De l’auctor médiéval et l’auteur comme œuvre (Montaigne) à l’auteur comme sujet (modernité) ou comme marque culturelle (Houellebecq), en passant par les entreprises d’auteurs anonymes et/ou collectifs comme le Comité Invisible, cette conférence entend questionner le statut, le role, les représentations et la réception de la figure de l’auteur dans la culture française et francophone à travers les époques.

La Society for French Studies Postgraduate Conference 2019 est ravie de recevoir des propositions pour une présentation d’une vingtaine de minutes, en français ou en anglais, sur le thème « Le Retour de l’auteur », en lien avec le champ interdisciplinaire des études françaises et francophones. Nous encourageons l’envoi de contributions couvrant toutes les périodes et disciplines aussi variées que, par exemple, la littérature, le théâtre, le cinéma, les études queer, les études postcoloniales, la sociologie, la performance, la traduction ou les cultural studies.

Les thèmes envisagés incluent, sans s’y limiter :

La présence et l’absence de l’auteur
Identité(s)
Fiction et réalité
L’auteur imaginaire
L’écrivain-journaliste
Ethos et posture
Voix et sujet
Les représentations visuelles de l’auteur
Les collectifs d’auteurs (antisystème)
Autobiographie et autofiction
Mystification(s)
L’écrivain médiatique
Autorité et interprétation
« Soi-même comme un autre »
Pseudonymes et noms de plume
Le plagiat
La participation à la conférence et la collation sont gratuites, mais il est demandé au participant de recourir à l’aide de leur institution de rattachement pour couvrir les frais de déplacement.

Les étudiants membres de la Society of French Studies peuvent postuler à une « Research Support Grant » pour les aider à couvrir leurs frais de déplacement.

Les propositions de communication de 20 minutes (250-300 mots), en français ou en anglais, accompagnées du nom de votre institution, du titre de votre thèse et de votre année de doctorat, sont à envoyer à thereturnoftheauthor@gmail.com avant le 27 janvier 2019.

 

Organisateurs : Sarah Budasz et Alexandre Burin
Responsable :
Alexandre Burin
adresse
Durham, Royaume-Uni

[Socius] Appel à communications – « Le Retour de l’auteur », Anthony Glinoer, 15/11/2018

Archives gérées par MHonArc 2.6.19+.

Parution – « Vie de bohème et petite presse du XIXe siècle »

Parution

Alain Vaillant et Yoan Vérilhac (dir.),

Vie de bohème et petite presse du XIXe siècle,

Presses universitaire de Paris Nanterre,

collection « Orbis litterarum », 2018. EAN13 : 9782840163121.

372 p., 22 €.

 

 

La bohème est l’un des mythes les plus populaires du xixe siècle : il a inspiré des romans, des poèmes, des opéras et, plus récemment, de nombreux ouvrages érudits. On s’est familiarisé avec ses figures pittoresques, sa géographie parisienne, ses rites initiatiques. Mais on manque souvent l’essentiel : si la bohème constitue une collectivité si identifiable – unie par des liens très puissants de camaraderie –, c’est qu’elle est l’émanation directe de la petite presse littéraire et artistique qui, de l’époque romantique jusqu’à la fin de siècle, est le cœur vivant de la vie culturelle, en France.

Il faut donc oublier la légende de la bohème pour se tourner vers la réalité : l’organisation concrète de cet univers médiatique, le tissu étroit des solidarités professionnelles et amicales. Surtout, cette complicité collaborative de la presse influe directement sur les formes de l’écriture (désormais saturée par l’ironie et la parodie) et, dérangeant la solitude sacrée de l’auteur, met en jeu la conception même de la littérature.

 

Sommaire

Sociabilités littéraires et “petite presse” : questions de méthode.

Alain Vaillant et Yoan Vérilhac

1e Partie : La camaraderie de la petite presse, de lOUIS-PHILIPPE à Napoléon III 

La petite presse : le régime de la communauté universelle ?

Nathalie Preiss

La communauté charivarique de la blague.

Valérie Stiénon

Le cénacle et le boulevard : l’envers et l’endroit.

Corinne Saminadayar-Perrin

La Brasserie des Martyrs : Un lieu commun de la Bohème.

Anthony Glinoer et Vincent Laisney

2e partie : solitaire, solidaire                                                                                                                                         

Le clan Lepoitevin « en silhouette ».

Fanny Bérat-Esquier

« Un pour tous, tous pour un ». Sociabilités et réseaux du journal Le Mousquetaire.

Sarah Mombert

Les poètes de l’entresol : Théophile Gautier et la petite presse.

Martine Lavaud

Le cas Baudelaire : esquisse d’une poétique de la camaraderie.

Alain Vaillant

3e partie : Sociabilités fumistes                                                                                                                         

Socialités des petits médias. L’arène de Lutèce ou vivre ironiquement la littérature.

Jean-Didier Wagneur

Des Hydropathes au Chat Noir. Stratégies d’émergence et sociabilité.

Caroline Crépiat et Denis Saint-Amand

Pratiques fumistes de la dédicace dans Le Chat noir. Formes et enjeux d’une poétique en réseaux.

Solenn Dupas

Le Chat Noir ou l’expérience inédite d’un journal de cabaret.

Bénédicte Didier

 4e Partie : De la petite presse a la petite revue                                                                                        

« La diffusion par le verbe ».  La forme revuiste comme matrice du réseau de sociabilités de La Plume.

Philippe Leu

Du cercle aux revues : genèse sociale de l’espace discursif de quelques périodiques fin-de-siècle.

Julien Schuh

Fini de rire : la petite revue ou la petite presse qui argumente.

Yoan Vérilhac

Bibliographie

 

Lire l’introduction de l’ouvrage…  

 

Réédition – Susan Rubin Suleiman, « Le Roman à thèse ou l’autorité fictive »

Réédition

Susan Rubin Suleiman, Le Roman à thèse ou l’autorité fictive

Classiques Garnier

Théorie de la littérature, n° 19

ISBN: 978-2-406-07138-9
EAN: 9782406071389

274 pages – Livre broché – 32 €

 

Cet ouvrage démonte les procédés rhétoriques et poétiques d’œuvres de fiction qui cherchent à inculquer des « vérités » idéologiques aux lecteurs. Ce genre littéraire moderne, qui remonte jusqu’aux paraboles du Nouveau Testament, comprend des œuvres aussi diverses que celles de Barrès, Bourget, Malraux et Nizan.

TABLE DES MATIÈRES

PRÉFACE À LA RÉÉDITION

Trente ans après     9

INTRODUCTION    13

LE RÉCIT « EXEMPLAIRE »    35

La parabole comme exemplum    38

Épreuve du modèle : la fable    57

Récit exemplaire et roman à thèse    63

LA STRUCTURE D’APPRENTISSAGE    71

Bildungsroman et roman à thèse : L’Étape    72

L’apprentissage exemplaire positif    82

L’apprentissage exemplaire négatif    92

LA STRUCTURE ANTAGONIQUE   109

Le modèle « mythique » : Le Cheval de Troie   110

Le héros antagonique   114

Les contraintes du réel : Le Roman de l’énergie nationale   126

Le modèle dialogisé : L’Espoir   140

Le rôle du lecteur   150

REDONDANCE ET LISIBILITÉ   159

La notion de redondance en linguistique   161

Redondances du roman réaliste   164

Classification des types de redondances possibles
dans le roman réaliste   170

Redondances du roman à thèse   180

La « haute cohésion » : degré de redondance   180

Types privilégiés   190

L’investissement sémantique : le procédé de l’amalgame   195

La redondance et le problème de l’évaluation   200

FAILLES, OU LA REVANCHE DE L’ÉCRITURE   205

La non-pertinence   209

Le débordement   212

La réticence   225

CONCLUSION   239

OUVRAGES CITÉS   255

NOTE BIBLIOGRAPHIQUE SUR LES PROLONGEMENTS
DU ROMAN À THÈSE OU L’AUTORITÉ FICTIVE   263

INDEX DES NOMS   267

INDEX DES ŒUVRES   271

 

Parution – Bernabé Wesley, « L’oubliothèque mémorable de L.-F. Céline. Essai de sociocritique »

Bernabé Wesley, L’oubliothèque mémorable de L.-F. Céline,

Presses Universitaires de Montréal, collection « Cavales », 2018.

EAN13 : 9782760639850.

 

Nous attendons d’un livre qu’il nous mette en garde contre les dangers diététiques du bifteck, qu’il revienne sur l’histoire du scoubidou et qu’il évoque les raffinements de la dentelle. Les derniers romans de Céline, soit D’un château l’autre, Nord et Rigodon, font tout cela. Mais leur interrogation première concerne l’amnésie de la société française d’après-guerre. Comment une nation réécrit-elle le passé en fonction des intérêts du présent ? Et comment un « salaud » aurait-il des choses intéressantes à dire sur la mémoire d’un peuple ? Sans chercher à condamner ni à réhabiliter l’auteur, cet essai se veut une analyse des symboles, des motifs et des usages de l’amnésie collective telle qu’elle est mise en scène dans ses derniers romans. Ceux-ci racontent une version illégitime de la Seconde Guerre mondiale au prisme de genres désuets, d’intertextes issus du patrimoine littéraire, d’archaïsmes linguistiques et d’allusions historiques. Ces lignées littéraires perdues sont réactualisées par l’écriture afin de révéler les trous de mémoire collectifs.

 

Ce livre propose une lecture originale des derniers textes romanesques de Céline. Il examine leur inventivité linguistique, leur humour, leur étrangeté, parfois, et surtout leur portée critique à l’égard des représentations de la mémoire d’une société qui veut oublier la guerre qui vient de s’achever, tout en en gardant à jamais le souvenir.

Bernabé Wesley est chercheur postdoctoral à l’UQAM, en littératures de langue française. Membre actif du Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST), de Figura et de la Société des études céliniennes, il a publié dans la Revue des Sciences humaines, @nalyses, les Cahiers Figura, Études littéraires, les Cahiers ReMix et plusieurs autres.

Feuilleter l’ouvrage…

Url de référence :
https://pum.umontreal.ca/catalogue/loubliotheque-memorable-de-l_-f_-celine

 

https://groups.openedition.org/sympa/arc/listesocius/2018-11/msg00009/87943.jpg

Parution – revue COnTEXTES, n°21, « L’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux »

Cher.e.s collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 21 de la revue Contextes, consacré à l’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux. Il est disponible en ligne intégralement à l’adresse https://journals.openedition.org/contextes/6494.

Veillez trouver ci-dessous le sommaire de ce numéro.

Bien cordialement,
Matthieu Letourneux et Valérie Stiénon

L’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux

Revue COnTEXTES, n°21 : https://journals.openedition.org/contextes/6494

Précédant la science-fiction, dont l’émergence est identifiée aux premières collections éditoriales spécialisées apparues dans les années 1950, la littérature d’anticipation francophone est rarement considérée pour elle-même au-delà des figures de Jules Verne, Rosny aîné et Maurice Renard. Les études rassemblées dans ce numéro étudient cette production en l’inscrivant dans ses multiples contextes. Elles soulèvent ainsi des questions cruciales : quelle est la part éditoriale, médiatique et collective du genre ? En quoi l’inscription des textes dans des supports de diffusion et des cohérences discursives (feuilleton, livre de prix, littérature pour la jeunesse, vulgarisation) engage-t-elle des discours de sens et de valeurs différents ? Peut-on rendre compte des dynamiques intertextuelles et architextuelles qui organisent et définissent cette production ? Comment les discours sociaux prennent-ils sens dans leurs actualisations médiatiques ?