Archives mensuelles : janvier 2019

Parution – « 1969 : MICHEL FOUCAULT ET LA QUESTION DE L’AUTEUR »

1969 : MICHEL FOUCAULT ET LA QUESTION DE L’AUTEUR 

« Qu’est-ce qu’un auteur ? » 

Texte, présentation, et commentaire

RIBARD DINAH

Honoré Champion

coll. Textes critiques français

Date de publication 25/01/2019

EAN139782745348326

112 p.

Michel Foucault donne en 1969 à Paris, puis en 1970 aux États-Unis, une conférence sur la question de l’auteur dont la formule-clé, « Qu’importe qui parle », est empruntée à Samuel Beckett. Il existe plusieurs manières de donner un contexte aux propositions avancées dans ce texte qui fit événement, de raconter l’histoire de son impact sur la théorie, la critique, l’histoire du fait littéraire, d’y réagir enfin. On s’efforce ici d’éclairer ces interprétations, ces récits, leurs évolutions et leurs enjeux, en s’intéressant notamment à leur caractère contradictoire, ainsi qu’à l’importance qu’ont eue, pour l’évolution des études littéraires, des choses que Foucault ne dit pas dans « Qu’est-ce qu’un auteur ? ».

Dinah Ribard est directrice d’études à l’EHESS et membre, au Centre de recherches historiques, du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire. Elle a notamment publié Histoire littérature témoignage. Écrire les malheurs du temps avec Christian Jouhaud et Nicolas Schapira (2009) et participé au livre du Grihl, Écriture et action XVIIe-XIXe siècle. Une enquête collective (2016).

Parution – « Où en sommes-nous avec la Théorie esthétique d’Adorno ? »

Collectif

Pontcerq éditions, 2018

512 p. — ISBN 978-2-919648-24-5​ — Parution : 6 décembre 2018 — Prix : 24 €

Ouvrage dirigé par Christophe David et Florent Perrier.

« Il est devenu évident que tout ce qui concerne l’art, tant en lui-même que dans sa relation au tout, ne va plus de soi, pas même son droit à l’existence.» (T. W. Adorno)

Dans le « monde administré », l’autonomie de l’art est, selon Adorno, l’autonomie de référence : celle à partir de laquelle on peut penser l’autonomie morale et politique. C’est que toute œuvre, même la plus sublimée, « cache quelque chose comme il faut changer le monde ».​

Dans sa Théorie de l’avant-garde publiée à peine cinq ans après la Théorie esthétique, Peter Bürger considérait l’esthétique d’Adorno comme « la norme de toute théorie contemporaine de l’esthétique ». Que reste-t-il de cette « norme » plus de quarante ans après la publication d’Ästhetische Theorie ?​

Ce volume, issu d’un colloque tenu à Rennes à l’automne 2017, a pour ambition de faire le point sur notre relation à ce texte majeur de la théorie de l’art, ses avancées ou ses apories. L’ensemble est suivi d’un entretien avec Jacques Rancière et de plusieurs textes rares ou inédits d’Adorno.​

Avec des contributions de : Marc Jimenez, Tom Huhn, Justin Neville Kaushall, Christoph Haffter, Henri Lonitz, Lucie Wezel, Calixte Kaboré, Joao Pedro Cachopo , Daniel Payot, Sonia Dayan-Herzbrun, Joana Desplat-Roger, Vincent Chanson, Marina Muñoz, Jacques-Olivier Bégot, Jean-Paul Olive, Anne Boissière, Wilfried Laforge, André Krebber, James Hellings, Stefanie Baumann.​

Url de référence : 
http://www.pontcerq.fr/livres/ou-en-sommes-nous-de-la-theorie-esthetique-dadorno/

Appel à communications – Colloque « Écrivaines et mondialisation »

87e Congrès de l’ACFAS «Engager le dialogue savoirs-société»

Université du Québec en Outaouais, Canada

27 – 31 mai 2019

Carolina Ferrer, Université du Québec à Montréal: ferrer.carolina@uqam.ca

Roxane Maiorana, Université du Québec à Montréal: maiorana.roxane@courrier.uqam.ca

Licia Soares, Universidade do Estado da Bahia: liciasos@hotmail.com

Depuis la chute du Mur de Berlin, qui marque la fin de la Guerre froide, nous observons le surgissement d’un nouvel ordre géopolitique, connu sous le nom de mondialisation (Dirlik 2007 ; Freitag 2008 ; Gélinas 2000 ; Lewellen 2002 ; Nancy 2002 ; Sassen 2009). Évidemment, ce changement entraine aussi des métamorphoses culturelles. Nous observons ainsi la fin du postmodernisme, évènement confirmé au début du 21e siècle par plusieurs chercheurs (Hutcheon 2002 ; Hassan 2003 ; Ferrer 2010). Pendant la même période, nous constatons que, du point de vue des études littéraires, de nombreux théoriciens se penchent à nouveau sur le concept de littérature mondiale (Casanova 1999 ; Prendergast 2004 ; Pizer 2006 ; Damrosch 2003, 2011, 2014 ;Miller 2011) et ouvrent les frontières de la recherche afin de dépasser le point de vue occidental en intégrant le concept de mondialisation aux études littéraires (Patil 2006 ; Saussy 2006 ; Damrosch, Melas et Buthelezi 2009 ; Gupta 2009). Dans cette même ligne de pensée, plusieurs chercheurs approfondissent les relations entre littérature mondiale et traduction (Damrosch 2013; Apter 2006 et 2013 ; Dyre 2009 ; Wang 2010 ; Xie and Shi 2011 ; Chaudhuri 2012 ; Henitiuk 2012 ; Emmerich 2013 ; Morgan 2013 ;Casanova 2015 ; Walkowitz 2015 ; Gambier and van Doorslaer 2016) et questionnent le concept de canon littéraire (Insko 2003; Kermode 2004; Fishelov 2010; Algee-Hewitt and McGurl 2015), les poussant même à déclarer la naissance de l’âge hypercanonique (Damrosch 2006). Cependant, ce regain d’intérêt pour étudier la littérature à l’échelle planétaire semble être accompagné d’une tendance contraire par rapport aux écrivaines (Planté 2003 ; Underwood et Bamman 2016 ; Glorieux 2017 ; Langlais 2017). En effet, des publications récentes soulignent un phénomène de « dé-féminisation » (Langlais 2017) de certaines activités, notamment la littérature. De plus, comme le signale Christine Planté (2003), il y aurait « un écart entre la présence de femmes écrivains dans la culture vécue et leur faible visibilité dans l’histoire littéraire » (p. 655). Ainsi, malgré les mouvements féministes survenus depuis l’après-guerre, les écrivaines continueraient de devoir surmonter de nombreux obstacles afin de faire rayonner leurs œuvres.

En faisant suite à ces constats, ce colloque se propose de susciter un regard critique francophone sur les enjeux actuels qui caractérisent la place des écrivaines dans la littérature mondiale. En particulier, nous voulons souligner non seulement le travail de certaines écrivaines, mais les relations entre celles-ci, surtout dans une perspective internationale. En ce sens, une attention spéciale sera portée aux voix féminines au-delà des frontières linguistiques et géographiques afin de déterminer quelle est la place de la littérature au féminin dans le contexte culturel de la mondialisation. À titre d’exemple, nous vous suggérons les thématiques suivantes :

Femmes et mondialisation versus femmes et marginalisation

La place des écrivaines dans la littérature mondiale

La littérature au féminin à l’âge hypercanonique

Diffusion et réception internationales des œuvres d’écrivaines

Réseaux d’écrivaines

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos propositions de communication, rédigées en français et d’un maximum de 200 mots, d’ici le 10 février 2019 àmaiorana.roxane@courrier.uqam.ca. Veuillez indiquer votre nom, adresse courriel et affiliation institutionnelle et accompagner votre proposition d’une courte note bio-bibliographique. Les décisions du comité de sélection seront communiquées au plus tard le 22 février 2019.

Le colloque « Écrivaines et mondialisation » se déroulera dans le cadre du 87e Congrès de l’ACFAS, Association francophone pour le savoir, qui aura lieu à l’Université du Québec en Outaouais du 27 au 31 mai 2019. La langue du colloque est le français. Les communications seront de 20 minutes. Une fois la proposition acceptée, le conférencier devra s’inscrire et payer les frais d’inscription du congrès sur le site de l’ACFAS :http://www.acfas.ca/evenements/congres. Les frais d’inscription, de voyage et de séjour devront être couverts par les participants. Des options de soutien financier sont disponibles directement à l’adresse du congrès :http://www.acfas.ca/evenements/congres/soutien-financier.

Bibliographie citée

Casanova, Pascale. La langue mondiale. Traduction et domination. Paris : Seuil, 2015.

Casanova, Pascale. La république mondiale des lettres. Paris : Seuil, 1999.

Chaudhuri, Supriya. «Translation and World Literature.»Literature Compass, 9.9 (2012) : 593-598.

Damrosch, David (ed.). World literature in Theory. Malden: Wiley Blackwell, 2014.

Damrosch, David. «World Literature in a Postcanonical, Hypercanonical Age.» In Saussy, Haun (ed.). Comparative Literature in an Age of Globalization. Baltimore : Johns Hopkins University Press, 2006, 43-53.

Damrosch, David. How to Read World Literature. Chichester : Wiley-Blackwell, 2011.

Damrosch, David. What is World Literature? Princeton University Press, 2003.

Damrosch, David. World Literature in Theory. Malden : John Wiley, 2014.

Dharwadker, Vinay. Cosmopolitan Geographies : New Locations in Literature and Culture. New York : Routledge, 2000.

Dirlik, Arif. «Contemporary Challenges to Marxism: Postmodernism, Postcolonialism, Globalization», Amerasia Journal 33.3 (2007): 1-17.

Dyre, Éric. L’absolu comparé. Littérature et traduction. Paris : Hermann, 2009.

Emmerich, Michael. The Tale of Genji: Translation, Canonization, and World Literature, Columbia University Press, 2013.

Ferrer, Carolina. «Postmodernité, postcolonialisme et globalisation : changement de paradigme, biais disciplinaire et virage idéologique», Protée «Les concepts aux frontières du savoir contemporain» 38.3 (2010) : 29-37.

Fishelov, David. Dialogue with/and Great Books. The Dynamics of Canon Formation, Brighton: Sussex Academic Press, 2010.

Freitag, Michel. L’impasse de la globalisation. Montréal : Écosociété, 2008.

Gambier, Yves, and Luc van Doorslaer (eds.). Border Crossings. Translation Studies and Other Disciplines. Amsterdam : John Benjamins, 2016.

Gélinas, Jacques B. La globalisation du monde. Laisser faire ou faire? Montréal : Écosociété, 2000.

Glorieux, Frédéric. «Femmes de lettres, démographie (data.bnf.fr2017)», J’attends des résultats. Fouille de documents, expériences réussies et ratéesOpenEdition2017, https://resultats.hypotheses.org/1048.

Gupta, Suman. Globalization and Literature. Cambridge : Polity, 2009.

Hassan, Ihab. « Beyond Postmodernism – toward an Aesthetic of Trust », Angelaki-Journal of the Theoretical Humanities, 8.1 (2003): 3-11.

Hutcheon, Linda. The Politics of Postmodernism, 2nd edition, New York : Routledge, 2002.

Insko, J. «Generational Canons», Pedagogy, 3.3 (2003) : 341-358.

Kermode, F. Pleasure and Change. The Aesthetics of Canon, Oxford: Oxford University Press, 2004

Langlais, Pierre-Carl. «Les femmes ont-elles disparu de la littérature en 1830?», Sciences communes, 2017,https://scoms.hypotheses.org/824.

Lewellen, T. C. The Anthropology of Globalization. Cultural Anthropology Enters the 21st Century, Westport: Bergin and Garvey, 2002.

Miller, J. H. «Globalization and World Literature.»Neohelicon: Acta Comparationis Litterarum Universarum 38.2 (2011) : 251-265.

Morgan, Peter. «Translating the World: Literature and Re-Connection from Goethe to Gao.»Revue de Littérature Comparée, 1.345 (2013) : 63-79.

Nancy, Jean-Luc. La création du monde ou la mondialisation.Paris : Galilée, 2002.

Palumbo-Liu, David, Bruce Robbins, and Nirvana Tanoukhi (eds.).Immanuel Wallerstein and the Problem of World. System, Scale, Culture. Durham : Duke University Press, 2011.

Palumbo-Liu, David. The Deliverance of Others: Reading Literature in a Global Age. Durham : Duke University Press, 2012.

Pizer, John. The Idea of World Literature: History and Pedagogical Practice Louisiana State University Press, 2006.

Planté, Christine. « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », Revue d’histoire littéraire de la France 103.3 (2003) : 655-668.

Prendergast, Christopher (ed.). Debating World Literature. London: Verso, 2004.

Sassen, Saskia. La globalisation. Une sociologie. Paris : Gallimard, 2009.

Saussy, Haun. Comparative Literature in an Age of Globalization. Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 2006.

Underwood, Ted and David Bamman. «The Gender Balance of Fiction, 1800-2007», The Stone and the Shell, 2016,https://tedunderwood.com/2016/12/28/the-gender-balance-of-fiction-1800-2007/.

Van Dijk, N. «Research into canon formation: nationalism, literature, and an institutional point of view.» Poetics Today, 20.1 (1999) : 121-132.

Walkowitz, Rebecca L. Born Translated: The Contemporary Novel in an Age of World Literature, Columbia University Press, 2015.

Xie, Tianzhen, and Zhikang Shi. «The Essential Role of Translation in the Remapping of World Literature in China.»Neohelicon: Acta Comparationis Litterarum Universarum, 38.2 (2011) :411-417.

Parution – « Sociologie de la lecture »

Centre de recherche sur les médiationsCommunication, langue, art, culture(EA 3476, Université de Lorraine, France)

Sociologie de la lecture

Claude Poissenot

Armand Colin2019, 192 pages, 17,90 € (format papier), 12,99 €(format numérique)

https://www.armand-colin.com/sociologie-de-la-lecture-9782200621513

PRÉSENTATION

La lecture fait l’objet de nombreux discours pour en vanter les qualités ou en pointer les enjeux. Nombreux sont ceux qui s’inquiètent à son sujet. Pourtant, pratique très largement diffusée, elle relève d’évidences non questionnées. Qu’est-ce que la sociologie peut apporter à la connaissance de la lecture ?
Il s’agit d’abord de s’interroger sur la définition de la lecture et surtout sur le statut qu’elle occupe dans notre société contemporaine et son évolution. Il s’agit aussi de saisir la différenciation sociale de cette pratique. Qui sont les lecteurs ? Quelles différences dans leurs pratiques selon leurs appartenances sociales ? De nombreuses enquêtes mettent en évidence les effets de l’âge, du genre et du milieu social sur le rapport à la lecture et la manière dont elle est pratiquée. Enfin, la sociologie se doit aussi d’entrer dans l’expérience de la pratique, dans la manière dont elle fait sens non seulement pour le lecteur lui-même mais aussi pour ceux qui l’entourent comme pour la collectivité dans son ensemble. 

Sommaire

Qu’est-ce que  la lecture?

 Une pratique longtemps rare et contrôlée

 Le livre de poche  : entre diffusion et banalisation de  la lecture

 De l’alphabétisation de la France à l’invention de l’illettrisme

 L’érosion générationnelle des usages de l’imprimé et son interprétation

 La lecture dans le renouvellement générationnel


La différenciation sociale des pratiques de lecture 

 Les jeunes et la lecture

 La lecture,  pratique féminine ?

 Différenciation et hiérarchisation sociale des pratiques de lecture


L’expérience de la lecture

 À  l’échelle des références collectives

 À l’échelle du groupe restreint

 La lecture à l’échelle de l’individu

Conférence – « Conference Merchants, Artisans & Literati – Los Angeles, March 1-2, 2019 »

In the early stage of printing, Erasmus from Rotterdam provided a vivid account of his experience with the renowned humanist and publisher Aldus Manutius. In his 1508 Adagia, Erasmus described himself torn between Aldus’s rich library and his frantic printing shop where, allegedly, Erasmus was pressured by the publisher and his craftsmen to release the last-minute draft s of his texts moments before having them sent to press. Whether fictitious or real, this stresses an often-overlooked aspect of the early modern print world. Books took shape in a varied environment where intellectuals, merchants and artisans worked side by side in the common effort to produce competitive commodities for a growing market of readers.

Merchants, Artisans & Literati: The Book Market in Renaissance Europe
A Conference Organized by Angela Nuovo (University of Milan – EmoBookTrade Project)
Friday-Saturday, March 1-2, 2019
https://cmrs.ucla.edu/event/book-market-in-renaissance-europe/
In this conference, organized by Angela Nuovo of the University of Milan and the EMoBookTrade Project, experts of historical bibliography, intellectual history and economic history will investigate the Renaissance book trade as the ideal marketplace where authors, publishers, merchants and readers met.

Only recently has scholarship followed up on Erasmus’s lead to fully recognize the early modern book world as an organic system in which authors, publishers, sellers and readers shared responsibilities in shaping content, form and context of books. From this perspective, material features of books mingle with economic aspects, and they all merge into consideration of social, cultural and political relevance.

Advance registration is requested. Click here to register for the conference. No fee. Limited seating.
Campus parking information is posted at main.transportation.ucla.edu/campus-parking/visitors.

Funding for this conference is provided by the Ahmanson Foundation, the Armand Hammer Endowment for the UCLA Center for Medieval and Renaissance Studies, and the EMoBookTrade Project.

FRIDAY, MARCH 1, 2019
UCLA Humanities Conference Room, Royce Hall 314

8:30 AM
Coffee, pastries, fruit

9:00
Welcoming Remarks
Massimo Ciavolella, Director, UCLA –CMRS
Valeria Rumori, Director, Italian Cultural Institute Los Angeles
Angela Nuovo, Conference Organizer (University of Milan)

9:15
Ann Blair (Harvard University)
The Role of Paratexts in Selling Books

SESSION I — Moderator: Massimo Ciavolella (UCLA)
10:30
Angela Nuovo (University of Milan, EMoBookTrade Project)
It’s madness to waste time in this book business!’: Mapping the Gabianos’ Network (1522)

Kevin Stevens (University of Nevada, Reno)
“Purchasing Books from Cologne (and the Frankfurt Fairs): A Contract between the Antoni Book Firm from Milan and the Birckmann Publishers in Cologne (1573)

12:00 PM
Lunch Break

SESSION II — Moderator: Matthew Fisher (UCLA)
2:00
Flavia Bruni (Central Institute for the Union Catalogue of Italian Libraries and Bibliographic Information, Rome)
An Early Modern Business Plan: Facing up the Challenge of Printing in the Sixteenth Century Through Mobility, Ephemera and Official Mandates

Caroline Duroselle-Melish (Folger Shakespeare Library)
« On the Margins of the Book Trade: How to Sell a Book of Secrets in Renaissance Bologna »

Andrea Ottone (University of Udine, EMoBookTrade Project)
A Venetian Bookseller’s Craft: the Stockbook of Bernardino Giunti (1600-c. 1618)

SATURDAY, MARCH 2, 2019
UCLA Humanities Conference Room, Royce Hall 314
9:30 AM
Coffee, pastries, fruit

SESSION III — Moderator: Ann Blair (Harvard University)
10:00
Bronwen Wilson (UCLA)
What’s in a Name?: Giacomo Franco and the Business of Illustrated Printed Books in Venice, c. 1600

Stefania Tutino (UCLA)
Saints, Authors, and Printers: Theology, Spirituality, and Propaganda in Early Modern Catholicism

Katherine Rose McKenna (Vanderbilt University)
More Epic than Actium: Venetian Myth, Spectacular Print, and Female Authorship in the Age of Lepanto

12:30 PM
Lunch Break

SESSION IV — Moderator: Angela Nuovo (University of Milan)
2:00
Goran Proot and Francesco Ammannati (University of Udine, EMoBookTrade Project)
Book Prices from the Officina Plantiniana in a Comparative Perspective (1586–1641)

Renaud Milazzo (University of Udine, EMoBookTrade Project)
In the Mind of a Publisher: Determining the Price of Emblem Books in Antwerp Throughout the Sixteenth Century

Stijn van Rossem (John Carter Brown Library)
Why Books Lie. The Editorial Strategies of Early Modern Printers: The Case of the Verdussen Family (1590-1690)

4:30
Closing Remarks
Angela Nuovo, Conference Organizer (University of Milan)

The ERC-funded EMo BookTrade Project (G.A. No 694476) explores the idea that the so-called printing revolution does not consist in a change in book-making technology but in the process, prolonged over the course of the early modern age, of the formation of the printed book market and the creation of readers as purchasers and consumers of books. In order to demonstrate this, the project is reconstructing the economic and legal framework of the European book market by applying an interdisciplinary approach to the economic study of book history.

By using unique and hitherto unexplored documentary evidence, this project addresses four fundamental questions relating to the growth of a fully developed book trade and the rise of a society of book consumers within the social and religious context of early modern Europe:
–    the economic issue of book prices;
–    the juridical and political issue of the book privilege system (which in turn influenced the process of book pricing);
–    the management of the bookselling business (focusing on businesses in two major cities in the European book trade, Venice (Bernardino Giunti) and Antwerp (Christopher Plantin); and,
–    the technique of building and managing a transnational network for book distribution and sale (analyzing groundbreaking new evidence, an entire year (1522) of correspondence from a Venetian wholesale bookseller, Giovanni Bartolomeo Gabiano).

These four research areas feed into an overarching project which examines the impact of books and the access of readers to them, together with the development in patterns of cultural consumption which meant that printed books lost the luxury status which they had had throughout the incunabula period to become transformed into ‘popoluxe’ goods.

Angela Nuovo is Principal Investigator of the EMoBookTrade project and professor at the University of Milan in the Department of Economics, Management and Quantitative Methods.

Appel à communications – Colloque interdisciplinaire « Identités du chercheur et narrations en SHS »

Centre de recherche sur les médiations

Communication, langue, art, culture
(Université de Lorraine, France)

Appel à communications

Colloque interdisciplinaire

Identités du chercheur et narrations en SHS

Nancy, 5-6 juin 2019

Pour en savoir plus, lire le fichier joint

(date limite de réponse : 23 mars 2019)