Archives mensuelles : février 2019

Parution – « La fiction contemporaine face à ses pouvoirs », 22e numéro de la revue COnTEXTES

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 22e numéro de la revue COnTEXTES, codirigé par Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse et Justine Huppe, et intitulé « La fiction contemporaine face à ses pouvoirs ».

À la question « Que peut la littérature ? », les contributions rassemblées répondent en préférant aux paradigmes totalisants l’étude de cas particuliers. Il s’agit donc d’interroger ce qu’un certain nombre d’œuvres contemporaines disent de leur propre grandeur sociale, à travers ce qu’elles font effectivement et/ou ce qu’elles ambitionnent d’avoir pour effet. Le dossier se veut ainsi le lieu d’interactions franches entre ce que les textes littéraires disposent et proposent, et ce que les chercheurs peuvent à leur tour en faire en convoquant aussi bien les outils et concepts d’une théorie littéraire ayant renoué avec la question de l’agentivité, que ceux d’une sociologie (pragmatique) de la littérature.

Dans cette perspective, la livraison réunit des articles de Christine Baron, Elisa Bricco, Olivier Caïra, Frédéric Claisse, Laurent Demanze, Justine Huppe, Estelle Mouton-Rovira, Nancy Murzilli, Rachel Nadon, Danielle Perrot, Nicolas Thirion, et une interview de Florent Coste. L’ensemble est disponible intégralement sur le site de la revue, à l’adresse suivante: https://journals.openedition.org/contextes/6814

Le comité de rédaction de COnTEXTES

Parution – « Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir »

Buata B. Malela

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

préface de Jean Bessière

Paris, Anibwe, coll. Liziba poche

2019

320p

ISBN : 9782916121192

PRÉSENTATION

À partir de l’exemple d’Aimé Césaire, Buata Malela propose une mise en situation des écrivains antillais et africains qui ont dominé la scène littéraire francophone depuis la seconde guerre mondiale et une relecture de leurs œuvres. Il ne propose ni biographies, ni monographies des uns et des autres, ni des lectures directes de leur abondante production romanesque, poétique, dramatique. […] Son propos relève d’une sociologie de la littérature, entendue de manière spécifique : écrivains et œuvres se comprennent selon leurs positions comparées au regard des faits du pouvoir colonial et de l’aliénation, et selon les rapports d’accord, de désaccord, manifeste ou implicites, qu’ils entretiennent entre eux et à travers leurs idéologies et leurs œuvres.

Url de référence : 
https://www.anibwe.com/produit/buata-b-malela-aime-cesaire-et-la-relecture-de-la-colonialite-du-pouvoir/

Appel à communications – « Home away from home »

— English version below —

HOME II : Home Away From Home

[Mots clés : Réinstallation ; Foyer d’adoption ; Espace ; Errance ; Exil ; Migration ; Transit ; Limbes ; Quête identitaire]

Appel à communications

Après avoir exploré la relation du sujet aux lieux d’origine dans les narrations contemporaines au cours d’un premier cycle de conférences Home : Heaven and HellHOME pousse cette fois l’enquête du côté de la reconstruction d’un imaginaire domestique. Quel est ce nouveau foyer qui suit l’errance, l’exil ou la migration ?

Portant cette fois le titre Home Away From Home, ce deuxième cycle de séminaires souhaite interroger les représentations littéraires et artistiques contemporaines des espaces adoptés afin de comprendre comment ceux-ci se construisent en interaction avec un sujet qui voit aboutir sa quête d’un territoire.

À quel point cette réappropriation de l’espace, qui fait suite au mouvement, agit-elle sur la définition même de « home » – si tant est qu’un tel concept soit possible? Loin du foyer familial idéal ou infernal qu’il a quitté – volontairement ou non –, quels rapports le sujet entretient-il avec ce lieu de (ré)enracinement ? En quoi ces relations sont-elles constituantes ou déstructurantes pour l’individu ? Quelle relation esthétique, sensorielle et mémorielle noue-t-il avec ce domicile qu’il tente de faire sien ? Quels aménagements entreprend-il en termes d’espace psychique ou physique ? Quels changements, en retour, sa réinstallation produit-elle sur son nouvel environnement au niveau tant organisationnel, social qu’idéologique ? Et, enfin, quels rôles jouent la littérature et les arts dans cette appropriation d’une spatialité autre ?

Portées sur un imaginaire littéraire et artistique contemporain à la recherche d’un nouvel enracinement dans un lieu donné ou souhaité, toutes ces questions ne sont qu’indicatives, et chacune d’elles nécessite l’étude d’un corpus précis. Dans le sillage de la première édition de HOME, l’interdisciplinarité est vivement encouragée. Toute proposition de communication en sciences humaines et sociales sera la bienvenue.

Le séminaire Home Away From Home aura lieu le 29 à l’Université Saint-Louis – Bruxelles et le 30 avril 2019 à l’Université libre de Bruxelles. Les langues de travail seront le français et l’anglais. Une publication des actes est envisagée.

Les propositions de communication (en anglais ou français) devront comporter un titre, un résumé de 200 mots maximum qui précise clairement le corpus étudié, une bibliographie critique, une notice bio-bibliographique de 5 lignes (comprenant le nom, l’appartenance institutionnelle et l’adresse électronique). Elles sont à envoyer par courriel électronique à Seminaires.Home@ulb.ac.be d’ici le 25 mars 2019.

Responsables du projet : Justine Feyereisen (ULB), Rosanna Gangemi (ULB / Paris 3), Dag Houdmont (ULB) et Matthieu Sergier (USL-B).

Sous la responsabilité académique de Dorota Walczak (ULB).

Avec le soutien des centres de recherche Philixte (ULB) et Prospero. Langage, image et connaissance (USL-B).

HOME II: Home Away From Home

[Key words: Resettlement; Adopted home; Space; Wandering; Exile; Migration; Transit; Limbo; Identity quest]

Call for presentations

After a first series of seminars called Home : Heaven and Hell that explored the relations of a subject to his places of origin in contemporary narratives, a next series of HOME will dwell on the reconstruction of an imagined home. What characterizes this new home that follows the wandering, exile or migration?

This time under the title of Home Away From Home, a second series of seminars wishes to examine present-day literary and artistic representations of adopted spaces as to understand how these representations emerge in interaction with a subject who is confronted with a territorial quest that is coming to an end.

At what point does this post-movement reappropriation of space starts to alter the very definition of « home » – if such a concept, a post-movement home is conceivable at all? Far away from the ideal or infernal family home, left behind, voluntarily or not, what kind of relationships does the subject have with this new place of (re-)settlement? To what extend are these relations constituent, formative or destabilizing, destructive for the individual? What kind of aesthetic, sensory or memory bonds does the subject establish with this residence that he tries to make his? What kind of arrangements does he make to both the physical or psychic spaces ? What impact does his resettlement have on his new surroundings, organizational, social or ideological ? And, finally, what kind of roles do literature and the arts play in the appropriation of a different kind of spatiality?

The focal point for this second series of seminars is the present-day literary and artistic imagination aiming for a new rootedness in an actual or desired place. Yet, the above-mentioned questions are merely indicative, and each of them requires the study of a precise corpus. As for the first edition of HOME, interdisciplinarity is strongly encouraged. All proposals from the fields of the humanities and social sciences are warmly welcomed.

The seminars Home Away From Home will take place at Université Saint-Louis – Bruxelles (Monday 29/04) and at Université libre de Bruxelles (Tuesday 30/04). Working languages will be English and French. A publication of the proceedings will be considered.

Proposals in French or English should consist of: a title, an abstract of 200 words that clearly states the corpus studied, a critical bibliography and a 5 lines bio-bibliographic record mentioning name, institution of affiliation and e-mail address. Proposals should be send to Seminaires.Home@ulb.ac.be before 25 March 2019.

Organizing committee: Justine Feyereisen (ULB), Rosanna Gangemi (ULB / Paris 3), Dag Houdmont (ULB) and Matthieu Sergier (USL-B).

Under the academic responsibility of Dorota Walczak (ULB).

With the support of research centers Philixte (ULB) and Prospero. Langage, image et connaissance (USL-B). 

Parution – « Les imaginaires de la traduction », nouveau numéro de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures

Nous avons le plaisir de vous informer de la publication en ligne et en accès ouvert du nouveau numéro de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures, « Les imaginaires de la traduction »dirigé par Christina Bezari, Riccardo Raimondo et Thomas Vuong: https://journals.openedition.org/itineraires/4504

Présentation du numéro

Comment décrire et identifier l’ensemble des caractéristiques d’une traduction ? Comment le critique peut-il sonder tout ce qui existe au-delà et en deçà du texte traduit ? On propose ici de nouveaux outils théoriques pour distinguer les « imaginaires de la traduction » qui permettent d’envisager, d’un côté, la subjectivité de qui traduit (imaginaires des traducteurs et traductrices), de l’autre, les diverses conceptions et représentations de la traduction (imaginaires du traduire) impliquées dans le transfert et la transmission de textes d’un univers linguistique à l’autre. Dans les articles rassemblés ici, cette notion a été étudiée au prisme des langues européennes au sens large et des plus importantes théories traductologiques.

Appel à communications – « De la culpabilité. Une notion aujourd’hui bafouée? »

7-8 décembre 2019

Trent University (Peterborough, Ontario, Canada)

 De la culpabilité. Une notion aujourd’hui bafouée ?

« Responsable mais pas coupable ! » [1] La formule de Georgina Dufoix a fait fureur en son temps, reposant la question de la distinction entre culpabilité et responsabilité. Elle identifie, ce faisant, un des enjeux majeurs de la responsabilité ainsi formulé : peut-on, sans dommage, se penser l’auteur des actes posés et de leurs conséquences tout en dissociant cette responsabilité de la perception de sa propre culpabilité à l’égard des personnes victimes ? En d’autres termes, la reconnaissance de la faute peut-elle effectivement se concevoir indépendamment de tout rapport à la responsabilité ? Dans le cas précité, il en est résulté que si Georgina Dufoix a effectivement reconnu être l’auteure des décisions prises dans l’affaire du sang contaminé, elle a, cependant, refusé d’en assumer les conséquences dommageables, n’ayant, à ses yeux, commis aucune faute légale puisque les décisions prises étaient, en elles-mêmes, non répréhensibles. Un acte sans faute donc, alors même qu’il a causé des dommages graves et fait de nombreuses victimes.

La question ici posée est d’une importance fondamentale, car, si le fait de se dire responsable d’un acte implique nécessairement de s’en reconnaître l’auteur, cela n’a-t-il pas pour conséquence naturelle d’accepter d’en être imputable et, partant, de reconnaître aussi la faute commise dès lors que cet acte a été la cause de dommages. Mais alors pourquoi cette revendication de responsabilité et de non-culpabilité, notamment du point de vue juridique ? Pouvons-nous, à la fois et sans vider de leur contenu les notions de responsabilité, de faute et de culpabilité, nous reconnaître responsable d’actes et de leurs conséquences et ne pas en assumer la faute, donc ne pas nous reconnaître coupable ? N’est-ce pas en quelque sorte dénaturer l’idée même de responsabilité qui présuppose que l’acte posé et ses conséquences puissent être imputés à son auteur ? N’est-ce pas donner une place démesurée à l’idée d’imprévisibilité des conséquences d’un acte, et donc à l’impossibilité, voire à l’incapacité, des acteurs de réfléchir en termes de conséquences ? N’y a-t-il pas, derrière cette idée, une esquive aussi facile qu’éhontée et irrespectueuse des victimes, de leurs droits comme de leurs souffrances ? N’y a-t-il pas danger d’exonération excessive et, partant pernicieuse, lorsque la faute en vient à se confondre avec le seul acte illégal et se trouve, dès lors, atténuée, voire annihilée, au nom de l’enchevêtrement des responsabilités, de la complexité des systèmes décisionnels, de l’impossible action, ou pire encore, au nom d’une idéologie [2] ?

Notre intention, ici, n’est pas de questionner de manière large et indiscriminée le lien entre responsabilité et culpabilité, mais d’étudier la notion de culpabilité dans le cadre de la mise en œuvre de politiques systémiques usant de la violence extrême (génocides, crimes de masse, crimes contre l’humanité, recours à la torture…). Dans cette perspective, nous entendons conduire une lecture de la culpabilité à partir de trois axes de recherche différents :

  • À l’occasion d’un premier colloque (Trent University, 2019), nous chercherons à relier culpabilité, responsabilité et violence politique extrême, dans un effort de compréhension du passage à l’acte que la discrimination systémique d’un groupe de citoyens rend possible.
  • Un deuxième colloqueabordera la conception juridique et judiciaire de la culpabilité, autrement dit comment le droit et la justice pensent-ils et mettent-t-ils en œuvre responsabilité et culpabilité, comment en parlent-ils et, partant, quelle est la valeur politique et symbolique du jugement au regard de leur reconnaissance ou de leur non-reconnaissance.
  • Le troisième et dernier colloque (Université de Fribourg, 2021), fort des enseignements des deux premiers, élargira la réflexion à partir d’une vision davantage axée sur la sociologie et l’éthique. Elle reprendra les notions de responsabilité et de culpabilité en les centrant sur l’idée d’une culpabilité « métaphysique » qui nous rend responsable face « à toute injustice et tout mal commis dans le monde » (Carl Jaspers).

L’appel ci-après concerne exclusivement le colloque de 2019.                                                                             

La culpabilité dans les cas de violence extrême

Ce colloque entend se pencher sur les diverses modalités de la culpabilité lorsque celle-ci s’inscrit dans un contexte de violence extrême (génocides, crimes contre l’humanité), où les persécutions et massacres sont commis sur fond d’antagonismes religieux, raciaux, nationaux ou ethniques, en vue de satisfaire un projet politique délirant reposant sur la construction d’une nouvelle cohésion sociale, exclusive de l’Autre étranger au groupe à refonder.

Ce type de criminalité politique extrême, généralement mise en œuvre par un État, se distingue de la violence née de guerre par la très grande disparité des forces en présence qui oppose, d’un côté, la toute-puissance du criminel à même de mobiliser l’entièreté d’un système d’État au service de la violence et, de l’autre, l’extrême vulnérabilité du groupe victime, constitué de civils totalement désarmés et intégralement persécutés sans discrimination de sexe ni d’âge. En ce sens, cette criminalité de l’extrême apparaît comme étant l’envers radical de la guerre, laquelle met en présence, de chaque côté de la violence, des combattants, dans la mesure où, en l’occurrence, la victime est totalement inoffensive ; elle ne représente, en aucun cas, en aucune circonstance ni d’aucune façon, une menace autre que celle, fantasmée, du criminel. Dès lors, pour amener toute une société à accepter passivement le crime et, plus encore, à participer activement à sa commission, il est nécessaire, voire même impératif, pour les planificateurs et donneurs d’ordres, de déculpabiliser les criminels, complices et spectateurs potentiels, en culpabilisant les futures victimes, érigées pour l’occasion en « ennemi » à abattre. « Eux ou Nous », telle est la logique au fondement de la justification du déferlement potentiel de la violence, telle est la distorsion et le travestissement de la réalité qui aboutissent à ériger en coupable la victime et en victime le coupable au terme d’un pervers mais effectif renversement des rôles.

Cette préparation des esprits au passage à l’acte, le caractère systémique du crime qui implique dans sa commission tous les services d’État (armée, police, justice, médias, éducation…), de même que son caractère massif, parce que nécessairement commis par des centaines, des milliers, des dizaines de milliers et plus d’exécutants, et accepté sans protestation par toute une société, ne peuvent manquer d’interpeler directement les notions de responsabilité et de culpabilité des auteurs de ces crimes. D’autant qu’à écouter ceux-ci, que ce soit lors des procès (Nuremberg, Tokyo, TPIR, TPIY, Procès Eichmann en Israël, Barbie, Papon ou Touvier en France…), des entrevues rarement accordées (Jean Hatzfeld, Une Saison de machettes; 2003) ou des biographies rédigées (Rudolf Höess, Le Commandant d’Auschwitz parle; 1995), ils ne semblent éprouver que très peu, voire aucune culpabilité, tout au plus –parfois –, une vague responsabilité vite escamotée derrière l’obéissance aux ordres, l’absence de haine personnellement éprouvée envers les victimes ou encore « l’air du temps ». Certains vont même jusqu’à chercher à expliquer, voire justifier leurs crimes, sans éprouver, sur le fond, le moindre remords, au nom de la pérennisation des idéaux à l’origine des massacres, leur seule « faute » résidant – éventuellement – dans la « forme » prise par leur réalisation, autrement dit dans les moyens utilisés pour les faire prévaloir. En ce sens, la culpabilité, en tant que modalité énonciative, trouve rarement son logos, y compris au sein des prétoires de justice lorsque les criminels sont poursuivis (plaidoyers de non-culpabilité ou négociation de culpabilité (plea bargaining) en échange d’une réduction de peine).

Il s’agira, dès lors, dans le cadre de ce colloque de chercher à définir et situer la culpabilité/responsabilité :

  • par rapport aux actes commis, sachant que celle-ci recouvre des degrés différents selon l’implication des auteurs dans leur exécution, en distinguant les planificateurs, les donneurs d’ordres, les exécutants – dont ceux qui ont tué « avec gourmandise » pour reprendre une expression des génocidaires hutus parlant des « grands » tueurs –, les complices directs ou indirects, par action ou abstention, et les « spectateurs » passifs à l’intérieur comme à l’extérieur des pays aux prises avec cet type de violence;
  • par rapport, également, à l’attitude des États tiers et de leurs réseaux d’exfiltration, lesquels, au nom de leurs propres intérêts supérieurs, ont soustrait à la justice des grands criminels (nazis exfiltrés aux USA et dans certains pays sud-américains, Hutus exfiltrés en RDC et en France lors des opérations Turquoise ou Amaryllis etc.). Or, en facilitant ces exfiltrations, en accueillant sur leur territoire ces criminels notoires au détriment du droit des victimes à la justice et à la reconnaissance des crimes commis à leur encontre, c’est encore le sens de la culpabilité qui est interpellé, surtout lorsque ces mêmes États exfiltrateurs militent, parallèlement, pour la poursuite en justice de ces crimes de l’extrême.

Il s’agira, également, de centrer la réflexion sur l’appréhension, par les criminels eux-mêmes, de leur responsabilité/culpabilité en fonction de leur degré d’implication et du contexte de commission des actes commis, en essayant de répondre aux questions suivantes, énumérées à titre indicatif mais non exhaustif :

  • Par rapport à quoi ou à qui ces ressentis sont-ils éprouvés et comment les criminels gèrent-ils ces sentiments ? Quelles en sont les causes et les conséquences ?
  • Comment s’organise la doxa et les discours sur soi et sur l’Autre et comment la culpabilité est-elle incorporée ou, au contraire, exclue de ces discours ?
  • Comment se structure la déculpabilisation de soi au regard des intentions criminelles du groupe dominant, lorsque celles-ci visent, à terme, la destruction d’une partie du corps social avec laquelle on avait coexisté jusque-là ?
  • Comment passe-t-on à l’acte tout en sachant que, dans un état de droit, de tels actes sont constitutifs de crimes d’une extrême gravité ?
  • Comment dissocie-t-on culpabilité et responsabilité ?

Comité organisateur :

Catalina Sagarra (Trent University, Canada) : catalinasagarr@trentu.ca

Muriel Paradelle (Université d’Ottawa, Canada) : Murielle.Paradelle@uOttawa.ca

Vivianne Chatel (Université de Fribourg, Suisse) : viviane.chatel@unifr.ch

GenObs@trentu.ca

Informations pratiques :

Les personnes désirant participer à cette première rencontre devront envoyer avant le 15 avril 2019 le titre et le résumé de leur communication (250 mots maximum).

Les propositions pourront être envoyées à l’une ou l’autre des adresses susmentionnées en précisant l’objet « Colloque Trent ». Le comité organisateur fera connaître sa réponse par voie électronique (e-mail) le 30 avril 2019 au plus tard.

Les communications, après évaluation, feront l’objet d’une mise en ligne dans la revue GenObs.

La communication orale ne devra pas dépasser 30 minutes et toute communication nécessitant un appui technique (power point, vidéoprojecteur, etc.) devra être signalée.

Les langues du colloque sont le français et l’anglais.

Frais d’inscription :

Les inscriptions sont ouvertes à toute personne intéressée par la problématique du colloque.

Le coût de l’inscription est de 100 $.

Pour les étudiant.e.s et les accompagnant.e.s, le coût de l’inscription est de 60 $.

Précisions à apporter dans vos propositions de communications :

NOM, prénom :

Institution :

E-mail :

Qualité :

☐ Participant.e   ☐ Étudiant.e   ☐ Accompagnant.e

Titre de la communication :

Mots clés :

Résumé (250 mots maximum) :

Hébergement : Les informations concernant l’hébergement seront transmises ultérieurement et après acceptation de la proposition.

 ________________________________________________________________________________________________

[1]. Pour rappel, la célèbre formule « responsable mais pas coupable » fut prononcée par Georgina Dufoix, lors du procès des responsables gouvernementaux dans la question du sang contaminé en France. Ces derniers ont été mis en cause en raison du retard pris dans la mise en application d’une politique de santé publique visant à protéger les personnes nécessitant des transfusions sanguines de tout risque de contamination, Georgina Dufoix était alors ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale. Dans la même veine, on peut également mentionner le contentieux opposant Bernard Tapie au Crédit lyonnais au sujet de la vente en 1994 du groupe Adidas, alors propriété de Bernard Tapie, par le Crédit lyonnais. En 2008, un tribunal arbitrait en faveur de Bernard Tapie, condamnant l’État français à verser notamment une indemnité pour préjudice moral d’un montant jugé totalement démesuré. En s’abstenant de contester la décision du tribunal arbitral, la Ministre de l’Économie et des Finances, Christine Lagarde, allait être l’objet d’un procès pour « complicité de faux et de détournement de fonds public ». Le procès s’est conclu par une condamnation pour négligence, avec dispense de peine, au nom de la réputation nationale et internationale de l’ex-ministre, devenue directrice du Fonds monétaire international (FMI).

[2]. Paul Ricœur, dans un plaidoyer célèbre, disculpera Georgina Dufoix de toute faute au nom justement de la difficile gouvernance (ou plus précisément des rapports complexes entre ministre et conseillers), de la difficile appréciation de l’état du savoir relativement au sang contaminé, etc. Paul Ricœur, « Citation à témoin : la malgouvernance » in Paul Ricœur, Le Juste 2, Paris, Éditions Esprit, 2001.

Parution – « La littérature comme objet social II. Mélanges offerts à Denis Saint-Jacques »

Beaudet, Marie-Andrée; Cambron, Micheline; Robert, Lucie, La littérature comme objet social II. Mélanges offerts à Denis Saint-Jacques, Éditions Nota bene, Études littéraires, 2019, 252 p.

Prix : 23,95 $

ISBN : 978-2-89518-632-8

L’objectif de ce livre est double. Un peu plus de vingt ans après la tenue à Québec d’un colloque intitulé « La littérature comme objet social », il nous a paru nécessaire de faire le point sur les développements méthodologiques, théoriques et heuristiques déployés ces dernières années par de nouvelles générations de chercheurs qui se réclament diversement d’une tradition qui remonte aux travaux fondateurs de György Lukács et de Lucien Goldmann et qui ont intégré dans leur réflexion les avancées de la sociocritique (depuis Claude Duchet), de l’analyse du discours social (depuis Marc Angenot), de la théorie du champ et de l’institution littéraire (depuis Pierre Bourdieu et Jacques Dubois). Au fil des ans, les recherches se sont développées sur des terrains variés, qui débordent largement la stricte analyse de textes. Elles reflètent ainsi la diversité, la complémentarité et l’intérêt d’une tradition qui n’a cessé de se remettre en question.

Second objectif, lié de très près au premier : nous avons souhaité que cette mise à jour soit l’occasion de souligner l’apport singulier à cette discipline de Denis Saint-Jacques, professeur émérite de l’Université Laval. Les signataires de cet ouvrage ont travaillé avec lui à un titre ou à un autre et savent tous le rôle important qu’il a joué dans le renouvellement des modèles de recherche en études littéraires. La diversité de ses champs d’intérêt l’a conduit à développer des méthodologies issues de différents courants sociologiques et à accueillir des interrogations liées à l’ensemble des pratiques artistiques. Homme d’équipe avant tout, il a su déployer à la fois l’initiative, l’autorité et l’humilité nécessaires au travail collectif. Les textes réunis ici témoignent de cette transmission fondamentale

Avec des textes de Paul Aron, Marie-Andrée Beaudet, Luc Bonenfant, Micheline Cambron, Marie-José des Rivières, Sandria P. Bouliane, Pierre Rajotte, Adrien Rannaud, Lucie Robert, Chantal Savoie, Esther Trépanier, Alain Vaillant et Alain Viala.

Appel à communications – « Classer, déclasser, reclasser » et « Comment s’élaborent les classements des biens symboliques »

Pour rappel, la date fixée par l’AFS pour le dépôt des communications est le 15 février ( = dans 2 jours). 

Vous trouverez via le lien ci-après l’appel à communications du RT 14 – Sociologie des arts et de la culture –  pour le prochain congrès de l’Association Française de Sociologie « Classer, déclasser, reclasser », qui se tiendra à Aix-en-Provence du 27 au 30 août 2019. 

Le dépôt des propositions se fait uniquement via le site de l’AFS, dans un formulaire qui suit l’AAC : https://tinyurl.com/y832u958

Par ailleurs, un autre appel concerne une session commune avec le RT 27 (sociologie des intellectuels et de l’expertise) :https://tinyurl.com/yaghos6s

Appel à communications – « La littérature contemporaine au collectif »

La littérature contemporaine au collectif

Les 21 et 22 novembre 2019, l’Université de Sherbrooke à Longueuil (Montréal) accueillera des journées d’études organisées par Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) et Michel Lacroix (Université du Québec à Montréal).

Dans les années 1970 est apparue une forme de regroupement d’écrivain.e.s et d’intellectuel.le.s : les collectifs. Ils n’ont pas d’organisation hiérarchique, ils évitent les manifestes et autres textes programmatiques, ils ne reposent pas nécessairement sur des rencontres et sur des formes fixes de sociabilité. En revanche, ils pratiquent volontiers la co-écriture et reposent sur des formes de diffusion de l’art et de la pensée, comme des revues et des collections. Ils ont ou ont eu pour nom Wu Ming, le Comité invisible, Perpendiculaire, Inculte, Givre, Ramen, Hétérotrophes ou  encore Zanzibar. Les uns se sont nommés groupe, les autres communauté, ligue, cercle ou encore comité. Tous ont rompu avec la logique d’avant-garde sans renoncer à l’action collective, alors même que domine l’image d’un écrivain redevenu solitaire après plus d’un siècle de mouvements littéraires.

Les deux journées d’études que nous prévoyons veulent rassembler, à partir d’études de cas et de réflexions théoriques, les chercheur.e.s intéressé.e.s par les formes collectives à l’époque contemporaine. Plusieurs questions pourront être abordées :

– Les origines historiques de la configuration du collectif.

– Les liens entre les collectifs littéraires et les collectifs de squatteurs, les collectifs militants, les collectifs d’artistes.

– La morphologie des collectifs : leur composition, leur formation, leur éventuelle dissolution ou dislocation.

– La sociabilité des collectifs : fréquence, durée, localisation des rencontres (si rencontres il y a).

– Le rôle des échanges numériques dans l’internationalisation ou la déterritorialisation des collectifs : les communautés virtuelles, les interfaces, les réseaux socio-numériques. 

– L’infrastructure des collectifs : revues, blogs, collections, festivals.

– L’identité visuelle des collectifs : photographies de groupe, logos, site internet.

– La sociopoétique des collectifs : quels discours unissent les participants ? Adoptent-ils une esthétique, une rhétorique, une thématique cohérentes, voire communes ?

Les propositions (500 mots environ) sont à envoyer à anthony.glinoer@usherbrooke.ca avant le 1er mars 2019. Les frais de logement des participant.e.s seront pris en charge.

Appel à contributions – « Situer la théorie : pensées de la littérature et savoirs situés (féminismes, postcolonialismes) »

Voici le lien vers un appel à contributions pour un prochain numéro de Fabula-LhT : littérature, histoire, théorie, intitulé Situer la théorie : pensées de la littérature et savoirs situés (féminismes, postcolonialismes) : https://www.fabula.org/actualites/fabula-lht-situer-la-theorie-pensees-de-la-litterature-et-savoirs-situes-feminismes_89426.php.

Il s’agira de proposer une relecture de certaines notions et concepts de théorie littéraire, de dresser un bilan des apports spécifiques des théories féministes et postcoloniales pour la lecture et les études littéraires, mais aussi d’interroger les possibles théoriques qu’ouvrent ces approches. 

Les propositions, de 2 à 3 pages rédigées accompagnées d’une bibliographie indicative, devront être adressées avant le 6 mai 2019 à romain.bionda@fabula.org et jeannelle@fabula.org. Elles seront évaluées de manière anonyme, conformément aux usages de la revue. La version définitive des textes sélectionnés sera à remettre au plus tard le 15 novembre 2019. Une journée d’étude pourra réunir les participants à Lyon, en février 2020 (avant la publication du numéro).

Les personnes intéressées sont invitées à prendre contact avec Cyril Vettorato et Marie-Jeanne Zenetti, les directeurs du numéro, en écrivant à : cyril.vettorato@gmail.com et mjzenetti@gmail.com.

Parution – « La maldición literaria. Del poeta andrajoso al genio desdichado »

Pascal Brissette, La maldición literaria. Del poeta andrajoso al genio desdichado

(Traducción y prefacio de Juan Zapata)

Luna libros / Fondo de Cultura Económica , collection « Estudios literarios « , 2018.

EAN13 : 9789588249445.

Présentation de l’éditeur

Una de las figuras más cautivantes del imaginario literario es sin duda alguna la del escritor maldito: ¿en qué época la desgracia y el infortunio se convirtieron en las claves del éxito para los hombres de letras? ¿En qué momento los escritores comenzaron a contabilizar sus sufrimientos y exhibirlos a los ojos del público y de la posteridad? ¿Por qué empezamos a creer que un escritor en la desgracia podía ser más auténtico, más verdadero o más genial que un escritor dichoso y afortunado? ¿Qué autores contribuyeron a enraizar este mito en la conciencia de los lectores? Son las preguntas que Pascal Brissette responde con lucidez en este libro. Considerada desde una perspectiva histórica, sociológica y discursiva, la maldición literaria es abordada simultáneamente como un mito susceptible de alimentar un imaginario (literario y social), como una manera de negociar una posición en el campo literario y como un universo ficcional poderoso capaz de generar prácticas y posturas que pueden servir, en el plano colectivo, como marcas de legitimidad.

Responsable : Pascal Brissette / Juan Zapata

Url de référence : 
https://www.lunalibros.com/all-portfolio-list/la-maldicion-literaria/