Archives mensuelles : février 2019

Parution – « Voyager dans la modernité: des moyens techniques aux supports imprimés de l’aventure / Adventure: From Travel Technology to Print Media »

J’ai le plaisir de vous informer que le dernier numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture vient de paraître.

Placé sous la direction de Mélodie Simard-Houde (Université Paul Valéry Montpellier 3), ce numéro s’intitule « Voyager dans la modernité : des moyens techniques aux supports imprimés de l’aventure / Adventure : From Travel Technology to Print Media ».

Il est accessible à l’adresse suivante :https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2018-v10-n1-memoires04223/

Assistante à la direction / Executive Assistant : Joanie Grenier

Mémoires du livre / Studies in Book Culture

Directeur / Director : Anthony Glinoer

Codirectrices / Co-Directors : Marie-Pier Luneau, Josée Vincent, Marc André Fortin

Appel à candidatures – « Poste de professeur.e adjoint.e en littérature du 19e siècle »

Le Département de langues et littératures modernes, la section d’études françaises, de l’Université de Winnipeg sollicite des candidatures pour un poste de professeur.e adjoint.e en littérature du 19e siècle, menant à la permanence, avec entrée en fonction le 1er juillet 2019, sous réserve d’approbation budgétaire. 

Le Département acceptera des candidatures jusqu’au 10 mars 2019 (ou jusqu’à ce que le poste soit comblé). 

Les dossiers de candidature seront déposés sur le site web de l’Université de Winnipeg, sur la page des Ressources humaines (Employment, UWFA Regular Academic Staff) : https://www.uwinnipeg.ca/hr/employment.html

Veuillez trouver ci-joint l’appel à candidatures. 

Colloque – « Livrer ensemble : les rouages collectifs de la chaîne du livre »

Le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) vous convie à son onzième colloque étudiant, intitulé : « Livrer ensemble : les rouages collectifs de la chaîne du livre ». L’événement aura lieu le 1er mars 2019, entre 8 h 30 et 16 h 15, à l’Agora du Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke.

Vous trouverez la version définitive du programme ainsi que l’affiche officielle du colloque en pièces jointes. Consultez également la page web de l’événement sur le site du GRÉLQ : https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/evenements/evenements-details/e/38777/

Parution – « Balzac, l’invention de la sociologie »

Balzac, l’invention de la sociologie (dir. Andrea Del Lungo, Pierre Glaudes)

Réunissant des littéraires, des historiens et des sociologies, ce volume examine les conditions qui ont permis au roman balzacien de jeter les bases d’une analyse sociologique du réel. Il étudie aussi les liens de ce réalisme sociologique nouveau avec les théories forgées par la sociologie, de la fin du XIXe siècle à nos jours.

Rencontres, n° 374

ISBN: 978-2-406-08342-9
EAN: 9782406083429

345 pages – Livre broché – 39 €

Disponible en version reliée

Responsable : Andrea Del Lungo, Pierre Glaudes

Url de référence: https://classiques-garnier.com/balzac-l-invention-de-la-sociologie.html

Adresse : 6 rue de la Sorbonne, Paris 75005, France

Appel à contributions – « Les amateurs »

Numéro coordonné par Alexandre Gefen

Nouvelle revue d’esthétique n°26

Le discours sur l’art travaille sur une portion mineure des pratiques créatrices réelles. L’élargissement démocratique des publics et l’installation par le tournant numérique de nouvelles formes, de nouveaux acteurs et modèles d’actions ont, depuis la fin des années soixante, transformé la définition de l’art dans son rapport à la vie. Elles ont contesté tout à la fois les conceptions élitistes du « grand art » et le monopole de certains arts récents sur la culture populaire. En amateurs, les utilisateurs des réseaux sociaux diffusent et détournent citations, tableaux, films, spectacles, extraits de vidéos ou musique à des fins d’interaction sociale ; ils produisent des objets et formes relationnelles (fanfictions, autofictions numériques, photographies par millions sur Flickr ou Instagram). Hors ligne, on trouve ateliers d’écriture à finalité de divertissement ou thérapeutique ; Home Movie Days, festivals musicaux ou expositions de quartier, clubs de lecteurs se développent hors des structures institutionnelles et sans les médiateurs traditionnels de la « démocratisation culturelle ». À la manière des Wikipédiens et des activistes du do-it-yourselfen science participative, ces « amateurs » évaluent, discutent, jugent toutes les formes d’expression, produisant des débats critiques et une intelligence collective. L’objectif de ce numéro. Que ce soit du côté de l’activisme amateur ou des pratiques individuelles traditionnelles, en sortant l’art d’une posture esthétisante et autotélique, fondée sur la figure de l’auteur, on assiste à l’entrée en scène d’une nouvelle « création ordinaire » laquelle déplace les frontières conceptuelles de l’art en nous interrogeant tantôt sur l’extension des concepts œuvrecréationartiste tantôt sur la pertinence de la délimitation des disciplines artistiqueset des genres esthétiques. En perdant leur extraterritorialité, les créations ordinaires des amateurs abandonnent l’aura aristocratique de l’art et participent de l’espace commun, déplaçant nos catégories esthétiques. 

Ces phénomènes d’attention à la démocratisation de l’art ont été certes perçus et commentés par des sociologues s’inspirant notamment des travaux de Hoggart (1970) sur « la culture du pauvre », de Becker (1988) sur les mondes de l’art, et ce dans des directions variées (Hennion 2000 et Flichy, 2010 autour de la notion d’amateur ; Heinich (2012) et l’idée de visibilité ; Menger (2009) et le « travail créateur »), par des spécialistes des cultures en réseaux (Cardon, 2008 ou Beuscart 2014), par des observateurs de l’économie du numérique ou des cultures des médias s’efforçant d’établir la légitimité de ces domaines. On peut également évoquer les approches pragmatiques faisant de l’art un concept « ouvert » (Wittgenstein 1953, Danto 2015) et en suivant l’hypothèse, fondée dans « l’art comme expérience » de John Dewey, que l’on peut renouveler l’approche ontologique et esthétique de l’art (Laugier 2006) si l’on y voit une esthétique de la vie ordinaire (Formis 2010). Mais l’art amateur est désormais un fait social, autant que culturel, massif et diversifié qui impose des méthodes et des catégories de recherche inédites en évitant des positions souvent précatégorisées (« art populaire », « art de masse », « écritures mineures », « contre-culture », etc.), le terme « d’amateur » employé dans le titre du numéro méritant au demeurant une historicisation et un examen critique, ne serait-ce que parce que tout artiste a été, un jour, un amateur.

L’objectif ce numéro de la Nouvelle Revue d’Esthétiqueest donc d’étudier les phénomènes de démocratisation  de la création à l’heure du numérique, du point de vue de l’expérimentation, de la production, comme de la réception, en s’intéressant à la figure de l’amateur, dans son histoire comme dans ses formulations contemporaines – il faudra au demeurant autant analyser les productions amateurs dans l’histoire de l’art et leur contribution à nos catégories esthétiques que les formes de réappropriation de l’autorité artistique. 

Modalités de soumission :

Les propositions doivent comprendre :

  • L’article (25000 signes espaces compris ; + ou – 20%)
  • le nom de l’auteur ou des auteurs
  • une présentation succincte de l’auteur ou des auteurs (100 mots maximum)
  • un résumé de 300 mots maximum

Elles seront envoyées au format Word à chateaudominique@mac.com, Carole.TALONHUGON@unice.fr etalexandre.gefen@cnrs.fr

Les propositions de contribution seront examinées et sélectionnées par le comité de rédaction de la NRE.

Date limite d’envoi des propositions : 1erseptembre 2019. Parution : décembre 2019

Parution – « La griffe du temps. Ce que l’histoire peut dire de la littérature »

JUDITH LYON-CAEN

La griffe du temps.

Ce que l’histoire peut dire de la littérature

Collection NRF Essais, GallimardParution : 07-02-2019
Présentation de l’éditeur: Aux devantures des librairies, on ne compte plus les ouvrages d’historiens réfléchissant gravement à leur rapport avec la littérature. Doivent-ils en faire une source de leur savoir, mais en contextualisant la fiction depuis leur surplomb, au risque de ne pas faire mieux que l’histoire littéraire et manquer ce que fait la littérature? Ou bien recourir à l’écriture de la fiction, quitte à s’installer prosaïquement dans l’entre-deux-genres d’une classique monographie? 
Judith Lyon-Caen propose une aventure plus ambitieuse : à partir d’une nouvelle de Jules Barbey d’Aurevilly, «La vengeance d’une femme», l’historienne part de ce qu’est la littérature : une expérience d’être au monde, pour mesurer l’éclairage que sa discipline peut apporter à la mise en écriture romanesque. Ainsi de ces myriades d’objets, de parures, de rues et boulevards ou de lieux parisiens dont la description a pour fonction d’attester la réalité du récit : l’historien décrypte ces traces du temps, que ce soit le temps de la rédaction ou celui de l’action du récit, en retrouve l’origine, réfléchit à la manière dont le romancier en a été affecté. Non pas pour réduire l’écriture romanesque à un ancrage dans une époque, mais, au contraire, pour éclairer comment une époque nourrit le sens d’une écriture. L’historien en «herméneute» du matériau littéraire, en quelque sorte. Une invitation à apprendre à mieux lire ce qui fait la littérature et ce que fait un romancier.304 pages + 8 p. hors texte, 140 x 205 mm

Séminaire – « Fabriques des littératures des Suds »

La séance n° 2 du Séminaire 2018-2019 : « Fabriques des littératures des Suds » aura lieu le vendredi 8 février, de 17h à 20h, autour du programme suivant: 

Présentation de

Algérie, Les écrivains dans la décennie noire (CNRS, 2018) de Tristan Leperlier (CESSP/THALIM),

discuté par Kaoutar Harchi (CERLIS).

Lieu: 
Centre d’Histoire sociale du XXe siècle
9 rue Malher 75004 Paris
Métro : Saint Paul (ligne 1)
Salle 107

Appel à communications – « Pour une critique matérialiste des œuvres littéraires : quoi ? comment ? pourquoi ? »

Université d’Orléans le 29 mai 2019

Journée organisée par Vincent Berthelier (Sorbonne Université), Alix Bouffard (Université de Strasbourg)

Marion Leclair (Université de Cergy), Laélia Veron (Université d’Orléans)

Dans un article publié en 2007 intitulé « Haro sur l’idéologie », et réfléchissant à l’obsolescence dont semblait frappé le terme d’idéologie à l’âge postmoderne dans les études littéraires, Jean-Pierre Bertrand déplorait la tendance de celles-ci, depuis la fin des années 1980, à se « retranche[r] davantage sur des montages rhétoriques ou linguistiques que sur un véritable questionnement de fond1. »

Sans doute la critique littéraire a-t-elle rarement fait entièrement l’économie, hors de l’épisode formaliste des années 1960-1970, comme le rappellent Dinah Ribard et Judith Lyon-Caen, d’une étude du contexte des œuvres – qu’il s’agisse du contexte littéraire dans le cadre d’une histoire des formes et des traditions littéraires d’inspiration lansonienne, ou du contexte historique, politique et social dans lequel s’inscrivent les œuvres2. Mais l’influence du « tournant linguistique » et l’accent porté par celui-ci sur les discours plutôt que sur le monde social3, ou l’influence d’études de réception concevant la réception comme un jeu interprétatif et intertextuel entre le lecteur et l’œuvre plutôt que comme une analyse des conditions effectives de sa diffusion et de sa consommation4, ont eu, de fait, tendance à restreindre le contexte d’étude pertinent des œuvres à un co-texte, constitué par l’ensemble des textes, littéraires et non-littéraires (scientifique, politique, philosophique, esthétique etc.) agrégés autour d’une œuvre et susceptibles d’en éclairer le sens.

Une dizaine d’années et une crise économique mondiale plus tard, force est de constater, en même temps qu’un regain de fortune critique du concept d’idéologie, une résurgence en littérature d’approches critiques soucieuses d’interroger le rapport de l’œuvre à son dehors, son ancrage social compris dans sa matérialité plutôt que dans sa seule textualité. Ancrage très directement matériel dans des travaux qui, prolongeant ceux de Roger Chartier en histoire du livre, s’intéressent aux supports non-livresques de la littérature5, et à leur impact sur la production et la diffusion des œuvres ; mais aussi ancrage sociologique ou politique, dans des travaux en sociologie de la littérature nourris par les concepts bourdieusiens6, ou dans la redécouverte d’une critique littéraire marxiste longtemps frappée de discrédit7. Ces approches matérialistes du texte ont aussi été mises en œuvres en linguistique et en stylistique, dans les travaux de chercheuses et chercheurs soucieux de dépasser le clivage entre approche formelle et approche de la littérature comme fait social.

La présente journée d’études est à la fois tributaire et partie prenante de ce regain d’intérêt critique pour la littérature comme phénomène social, et veut s’intéresser à ses différentes formes. Il s’agirait ainsi de rendre compte, par le biais d’exposés théoriques et d’études de cas, des différentes méthodes critiques ayant pour dénominateur commun d’envisager la littérature comme produit matériel et social. Ces méthodes sont tributaires, ou relèvent directement, de disciplines différentes (l’histoire, la philosophie, la sociologie, etc.). Il nous paraît pertinent de réfléchir aux implications des partis-pris disciplinaires de chacune sur le type d’approche matérialiste de la littérature qu’elle propose. Il s’agirait également d’appliquer réflexivement cette méthode à l’objet même de l’enquête, en s’intéressant à la critique littéraire comme fait social historiquement construit, afin de poser la question de la finalité de cette critique littéraire.

L’objectif de cette journée d’études est donc multiple. Elle espère clarifier le contenu, les moyens et les enjeux d’approches critiques dont il est parfois difficile de cerner les contours, dans une conjoncture intellectuelle encore marquée par l’éclectisme et par une certaine méfiance postmoderne envers la théorie. Elle voudrait aussi mettre au jour des outils, pour certains en partie oubliés, mobilisables dans l’analyse littéraire, en s’interrogeant sur leurs mérites respectifs et leur compatibilité potentielle. Surtout, elle voudrait, contre l’idée que toute analyse de la littérature comme phénomène social serait fatalement monolithique et réductrice, faire droit à la diversité et à la richesse des approches matérialistes de la littérature.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans les axes de réflexion suivants (qui ne sont pas exhaustifs) :

  • L’histoire du livre et ses avatars contemporains : comment un médium détermine-t-il la production littéraire (matérialité du support, circuits de distribution, disponibilité du lectorat, etc.)
  • La sociocritique, la sociologie de la littérature et la sociostylistique (approches et délimitations théoriques, études de cas) : comment faire une sociocritique dynamique, évitant l’écueil d’une simple comparaison entre contenu littéraire et faits historiques ? Peut-on (et doit-on) faire une sociologie qui rende compte du phénomène littéraire, et pas seulement des pratiques et des sociabilités des écrivains ?
  • Les théories littéraires marxistes de la littérature, continentales (G. Lukacs, L. Goldmann, P. Macherey, P. Barbéris) mais aussi anglo-américaines (R. Williams, T. Eagleton, F. Jameson) et latino-américaines (M. Löwy?) : comment penser l’œuvre littéraire comme le produit de déterminations extérieures sans sombrer dans une théorie du reflet simplificatrice ? Quelles médiations sont pertinentes pour penser le rapport entre la « base » que constitue celles-ci et la « superstructure » dont relèverait celle-là ? Quelle place une telle conception de l’œuvre comme produit ménage-t-elle à la singularité de l’œuvre et de l’auteur ?
  • Le néo-historicisme qui se développe aux États-Unis dans les années 1980-1990 et constitue encore le cadre théorique implicite d’une partie de la recherche anglophone actuelle en littérature : quel rapport le néo-historicisme entretient-il avec le marxisme, par lequel il se dit inspiré mais dont il a aussi cherché à se distinguer dans un contexte (géo)politique et culturel peu favorable à celui-ci  ? Quel usage le néo-historicisme fait-il des théories développées par Foucault, dont il se revendique volontiers, dans son effort pour articuler littérature et histoire, et de quel type d’histoire s’agit-il ?
  • Plus généralement, comment l’histoire peut-elle prendre la littérature pour objet, sans tomber dans la simple histoire des idées ? Doit-elle écraser la spécificité littéraire pour la mettre au même rang que les autres faits historiques qu’elle étudie ? Ou peut-elle considérer les écrivains comme les porte-paroles adéquats et plus ou moins conscients d’un moment historique particulier ? Les critiques littéraires peuvent-ils faire valablement une analyse historique sans avoir eux-mêmes une formation d’historien ou un contact direct avec les sources ?
  • Comment la critique littéraire s’est-elle progressivement constituée en discipline autonome ? Quels ont été les critères de scientificité qu’elle a pu avancer, et comment peut-elle perdurer en renonçant (partiellement ou totalement) à ces critères ? Comment justifie-t-elle la coupure entre la pratique littéraire et la pratique critique (qui n’existe pas en philosophie par exemple).


Les propositions (2500 signes maximum) sont à envoyer avant le dimanche 17 mars à :

jematerialisme arobase gmail.com.

* * *

1 Jean-Pierre Bertrand, « Haro sur l’idéologie », COnTEXTES [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 15 février 2007.    

2 Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010.

Ibid., p. 11.    

4 Voir notamment les travaux de Hans Robert Jauss (Pour une esthétique de la réception, 1978), de Wolfgang Iser (L’Acte de     lecture, 1985) et, plus récemment, de Stanley Fish (Quand lire c’est faire : l’autorité des communautés interprétatives, 2007).

5 Voir par exemple Matthieu Letourneux, Fictions à la chaîne : littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Seuil, 2017.

6 Voir notamment Gisèle Sapiro, La sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.    

7 On pense par exemple à la réédition récente de Pour une production de la théorie littéraire (1967) de Pierre Macherey par Anthony Glinoer (Lyon, ENS Éditions, 2014) ou, pour le marxisme anglo-saxon, à la thèse de Daniel Hartley sur Raymond Williams, Terry Eagleton et Fredric Jameson (The Politics of style: towards a Marxist poetics, 2017).