Archives mensuelles : mars 2019

Parution – « Panoramen, Mosaike, Reihen und Serien – aktuelle Formen des Gesellschaftsporträts in Literatur, TV, Radio und Internet / Panoramas, mosaïques, émissions, rubriques et séries – formes actuelles du portrait social dans la littérature, à la télévision, à la radio et sur internet »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du prochain numéro de la revue franco-allemande lendemains  (171/2018) et du dossier 

Panoramen, Mosaike, Reihen und Serien – aktuelle Formen des Gesellschaftsporträts in Literatur, TV, Radio und Internet /Panoramas, mosaïques, émissions, rubriques et séries – formes actuelles du portrait social dans la littérature, à la télévision, à la radio et sur internet 

dirigé par Lisa Zeller et Robert Lukenda (Université de Mayence)

et disponible sous

https://periodicals.narr.de/index.php/Lendemains/issue/view/305

Séminaire – « Digital Books, Digital Readers »

The Open University Digital Humanities and History of Books and
Readers Research Groups are pleased to announce that the next seminar
in our joint seminar series on Digital Books, Digital Readers will
take place on 1 April, 5.30–7.30 pm, in Room 234, Institute of English
Studies, Senate House, London.

All are welcome to attend.

Date: 1 April 2019, 5.30pm – 7.30pm

Venue: Room 234, Second Floor, Senate House, Malet Street, London WC1E 7HU

Speaker: Prof Karina van Dalen-Oskam, Huygens Institute for the
History of the Netherlands and University of Amsterdam

Title: The Riddle of Literary Quality: can we measure literariness?

What is literature, and can we measure it using new methods developed
in the Digital Humanities? That is the key question of the project The
Riddle of Literary Quality. “The Riddle” is a research project of the
Huygens Institute for the History of the Netherlands (Amsterdam) in
collaboration with the Fryske Akademy (Leeuwarden) and the Institute
for Logic, Language and Computation (University of Amsterdam). The
Riddle combines computational analysis of writing style with the
results of a large online survey of readers, completed by almost
14,000 participants. Correlating readers’ opinions and stylometric
analyses makes visible which linguistic features play a role, but also
which biases are in place. Some authors and some works clearly have
more prestige than others. Why? And what does this tell us about
contemporary society?

Short bio:
Karina van Dalen-Oskam is head of the department of literary studies
of Huygens Institute for the History of the Netherlands and professor
in computational literary studies at the University of Amsterdam. Her
research deals with the analysis of literary writing style and builds
on her expertise in literary studies, medieval studies, onomastics and
lexicography. She is an active member of the international digital
humanities community, where she currently serves as chair of the
steering committee of the Alliance of Digital Humanities Organizations
(ADHO, https://adho.org/).

Journée d’étude – « Paris Match, le poids des mots, le choc des photos »

Vendredi 12 avril 2019 (9h-17h) – Université Paul-Valéry Montpellier III (Site
Saint-Charles)

Le projet ANR Numapresse (numapresse.org), qui veut proposer notamment la
constitution d’une histoire culturelle et littéraire de la presse au XXe
siècle grâce à la production d’outils de lecture automatisée de la presse
numérisée, a parmi ses objectifs d’étudier l’importance de la scansion
hebdomadaire dans la presse d’actualité. Cette première journée d’étude prend
pour terrain une décennie de Paris Match de 1949 à 1959 qui recèle bien des
surprises pour la recherche académique, non seulement en termes de traitement
de l’actualité mais aussi du côté des poétiques médiatiques.

Un atelier organisé par Dominique Kalifa les 13 et 14 juin 2019 se
consacrera aux hebdomadaires des années trente (Vu, Voilà, Marianne…) tandis
qu’à l’automne 2019 une nouvelle journée d’étude à Montpellier 3 portera sur
L’Express et France-Observateur/Le Nouvel Observateur.

Programme

9 h00 Marie-Astrid Charlier et Marie-Eve Thérenty, Introduction

9h15 Pierre-Carl Langlais (UPVM, RIRRA21) : Présentation de la base Paris
Match et de la classification automatisée des articles.

Présidence de séance : Yoan Vérilhac (Unîmes, RIRRA21)

9h30 Marie-Astrid Charlier (UPVM, RIRRA21) : Photos chic, photos choc : Paris
Match (1949-1959)

10h00 Adeline Wrona (Paris-Sorbonne, Celsa, Gripic) avec Jean-Philippe Moreux
(BNF) et Pierre-Carl Langlais : Prendre la Une : figures féminines dans le
Paris Match d’après-guerre

Pause

11h00 Claire Blandin (Université Paris 13, LabSIC) : Annonces ordinaires et
courrier des lecteurs… que nous dit la deuxième de couverture de la vie de
la publication ?

11h30 Adriënne Ummels (Université de Nijmegen) : Paris Match et Life : une
perspective comparative (1949-1959)

Déjeuner

Présidence de séance : Amélie Chabrier (Unîmes, RIRRA21)

13h30 Marie-Ève Thérenty (UPVM, RIRRA21) : Paris Match ou le triomphe de la «
gnoséologie romanesque ».

14h00 Pierre-Carl Langlais (UPVM, RIRRA21) et Matthieu Letourneux (Université
Paris-Nanterre, CSLF) : Crimes réels, styles fictionnels : Paris Match entre
imaginaires médiatiques et discours sociaux

Pause

15h00 Alexis Lévrier (Université de Reims, Gripic) : De l’ermite de Colombey
au Président de la Cinquième République : de Gaulle au miroir de Paris Match
(1949-1959)

15h30 Laure Demougin (UPVM, RIRRA21) : Paris Match et les colonies

16h00 Denis Ruellan : Paris-Match et l’armée : des reporters multi-
positionnés.

Contact : Marie-Astrid Charlier (marieastrid.charlier@gmail.com) et Marie-Ève
Thérenty (marieeve.therenty@sfr.fr)

Appel à communications – « Discours, espace(s) et médiation(s) face à la mondialité : usages et perspectives pluridisciplinaires »

Colloque international

Université de Tlemcen / Laboratoire de recherche LLC

Discours, espace(s) et médiation(s) face à la mondialité : usages et perspectives pluridisciplinaires

Colloque international

03 et 04 décembre 2019

Colloque organisé par le laboratoire de recherche L.L.C avec le soutien de l’Université Abou Bekr Belkaid – Tlemcen, l’Université Bordeaux Montaigne/IUT et la Faculté des Lettres et des Langues.

Argumentaire

Ce colloque s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire préconisant des questionnements relatifs aux phénomènes de la mondialisation/mondialité, aux identités mouvantes et à l’entrecroisement des  cultures et des langues. La mondialité, selon E. Glissant, est cet état de mise en présence des cultures vécu dans le respect du Divers. La notion désigne donc un enrichissement intellectuel, spirituel et sensible (Glissant, 2004). Revendiquant l’ouverture et la pluralité, ce troisième millénaire voit une intervention croissante d’une réalité fondée sur la diversité des interactions sociales et des usages multiples des langues et des discours. Produit d’une longue sédimentation historique, la diversité émerge de toutes parts et s’impose grâce à un pluralisme qui prend de l’ampleur. Les premiers acteurs de cette diversité sont les migrations successives, et ce, depuis la période coloniale. Il faut reconnaitre aussi que les nouvelles technologies et les progrès scientifiques ont conduit les sociétés à se confronter à une situation complexe qui est celle de la gestion de l’efficacité de ces diversités. Elles semblent a priori marquées par des divergences et des transformations dues à l’intersection des langues, des cultures et des genres. En effet, le défi représente un fait incontournable notamment dans les espaces dont la pluralité identitaire et linguistique est bien affirmée par les mouvements migratoires et par la transmission des idées. Dans un monde global où s’intensifie la circulation des transferts linguistiques et culturels, nous assistons à l’aube de ce XXIe siècle à l’émergence d’une nouvelle architecture sociale ouverte et interactive et à l’épanouissement d’un véritable réseau riche de cette diversité.

Sur cet arrière-plan, plusieurs formes de production et de diffusion des informations, des discours, des savoirs et des connaissances sur les sociétés et sur les espaces publics et sociaux suscitent des interrogations et nécessitent, par ailleurs, une étude approfondie des pratiques discursives et culturelles des usagers (selon les espaces). La réflexion pourra se concentrer en l’occurrence sur les mécanismes de médiation issus de la diversité, mis en œuvre  dans le processus de transmission de ces usages.

Selon Jean Caune la médiation est un concept essentiel qui permet de décrire et comprendre les relations entre les hommes et les relations des hommes aux groupes qu’ils constituent. La médiation pose la question des rapports entre les membres d’une collectivité et le monde qu’ils construisent (Caune, 2017). À ce propos, nous considérons les langues, les discours, les textes littéraires, les médias ou toutes formes d’expression comme moyens de médiation reliant le sujet et le monde. Dans cette perspective, une interrogation qui pourra s’étendre sur l’émergence de  nouvelles pratiques linguistiques, culturelles et discursives contribuant à la construction d’un espace. On s’intéressera, par exemple, à la manière dont ces pratiques évoluent et se développent dans les sphères publiques, les réseaux sociaux, virtuels et culturels, ou encore à la manière dont les usagers se positionnent dans ces espaces, représentent leur environnement social et s’identifient comme acteurs et médiateurs de leur identité linguistique et culturelle.

Nous proposons dans ce colloque de réfléchir à la spécificité de ces espaces,  à l’identification des genres de discours qui en relèvent, à la description des pratiques discursives
associées à l’observation des formes que prennent la représentation et la configuration du discours dans ces espaces. Dans cette perspective, les organisateurs du colloque encouragent les chercheurs (en socio/linguistique, littérature, arts, anthropologie, sociologie, socio-didactique, analyse du discours et en sciences de l’information et de la communication) à exposer leur réflexion sur les nouveaux usages et les nouvelles pratiques et stratégies discursives, linguistiques, littéraires et artistiques comme moyens de médiation dans des contextes et des espaces diversifiés.

Le colloque s’articulera autour des axes suivants (la liste n’est pas exhaustive) :

Les discours sociaux et les représentations collectives dans l’espace maghrébin et  méditerranéen.

– Les pratiques de communication et les interactions linguistiques et discursives et leurs apports dans la formation des espaces publics, sociaux, virtuels…

– Les usages littéraires et artistiques comme facteurs de configuration de nouvelles formes de production (ex : humanités numériques) et de nouveaux espaces de médiation (espaces culturels, virtuels ou numériques).

– Les médias comme acteur important dans la médiation, leur influence sur les modes de pensée et leur contribution à la diffusion des discours et des cultures dans la sphère publique.

– Les pratiques éducatives dans l’espace scolaire (didactique intégrée, compétences plurilingue et pluriculturelle) comme moyen de médiation notamment dans les sociétés à identités plurielles, plurilingues et pluriculturelles.

Bibliographie

Adam, J.-M. (2005), Analyse de la linguistique textuelle – Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris : Armand Colin.

Amossy, R. (1999), Images de soi dans le discours. La Construction de l’ethos, Paris-Lausanne, Delachaux & Niestlé.

Anscombre, J-C. & Ducrot O. (1983), L’argumentation dans la langue, Mardaga, Coll. Philosophie et Langage.

Anscombre, J-C. & Gomez-Jordana Ferary, S. (2012), Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l’argument d’autorité.  ENS Editions, Coll. Langages.

Burger, M. (2008), L’analyse linguistique des discours des médias. Entre sciences du langage et sciences de la communication, Québec : Nota Bene.

Candelier M. (2008). « Approches plurielles, didactiques du plurilinguisme : 
le même et l’autre ». Les Cahiers de l’Acedle no 5.

Candelier, M. (2000). La sensibilisation à la diversité linguistique. In : Mélanges Pédagogiques N°25, 107-127. Nancy : CRAPEL, Université Nancy 2.

Candelier, M & Macaire, D. (2000). L’éveil aux langues à l’école et la construction de compétences – pour mieux apprendre les langues et vivre dans une société multilingue et multiculturelle. Bruxelles : De Boek.

Castellotti V. Coste D. & Duverger J. (2008). Propositions pour une éducation au plurilinguisme en contexte scolaire. Tours : Université François Rabelais/ADEB.

Charaudeau, P. (1984), Aspects du discours radiophonique, Paris : Didier érudition.

Charaudeau, P. (2005), Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Paris-Bruxelles : DeBoeck.

Charolles, M. (1997). L’encadrement du discours. Univers, champs, domaines et espaces. Cahiers de recherche linguistique, 6:1-73. LanDisCo, Université Nancy 2.

Caune, J. (2017), La Médiation culturelle. Expérience esthétique et construction du Vivre-ensemble, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, Coll. Communication médias et sociétés.  

Glissant, E. (2004), Mondialisation et Mondialité, Revue Les périphériques vous parlent.

Jensen, K. B. (2002) (ed.), A Handbook of Media and Communication Research. Quali­tative and Quantitative Methodologies, London/New York: Routledge.

Kerbrat-Orecchioni, C. et V. Traverso (2004), Types d’interactions et genres de l’oral, in Bouquet, S. (dir.), Langages, 38/153.

Maingueneau, D. (2004), Le Discours littéraire, Paris, Armand Colin.

Müller, J. E. (2006), Vers l’intermédialité. Histoires, positions et options d’un axe de pertinence, Médiamorphoses 16.

Perrin, L. (2006), Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, Recherches linguistiques 28, Université de Metz.

Porcher L. (1978). L’interculturalisme en Europe. Strasbourg : Conseil de l’Europe.

Semprini, A. (1996). Analyser la communication. Comment analyser les images, les médias, la publicité. Paris: L’Harmattan.Vigner G. (2007). « Tous plurilingues ? ». Le français dans le monde n° 355. Paris : Clé International.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication (en français), accompagnées d’un résumé de 300 mots environ (titre, axe choisi, mots clés, bibliographie) et d’une brève notice bio-bibliographique, doivent être envoyées aux adresses suivantes :

labolanguesllc@gmail.com    medialangues2019@gmail.com

Les propositions seront examinées par le comité scientifique du colloque. Les participants préciseront l’axe dans lequel ils inscrivent leur projet de communication. Le programme définitif sera arrêté le 30 septembre 2019. À l’issue du colloque, le comité scientifique sélectionnera les communications qui feront l’objet d’une publication.

Formulaire de participation

Nom et Prénom :

Université/Institution :

Adresse postale :

Téléphone :

E-mail :

Directeur de thèse (si vous êtes doctorant) :

Titre de la contribution :

Résumé (300 mots) :

Mots clés (05)/axe :

Références bibliographiques :

Notice biobibliographique :

Calendrier :

  • date limite d’envoi des propositions : 10 juin 2019 ;
  • résultats de l’évaluation scientifique des propositions : 25 juin 2019 ;
  • Programme définitif du colloque : 30 octobre 2019 ;
  • envoi de la communication : 20 novembre 2019 ;
  • date du colloque : 03-04 décembre 2019.

Frais d’inscription

6000 DA pour les enseignants chercheurs et 4000 DA pour les doctorants (Algériens).

70 euros pour les enseignants chercheurs et 50 euros pour les doctorants (hors d’Algérie).

Comité scientifique

ALI BENCHERIF Mohamed Zakaria (Univ. Tlemcen)

ANSCOMBRE Jean-Claude (CNRS-LDI, France)

BARBARA Rahma (Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès)

BENGHABRIT Mohamed Tewfik (Univ. Tlemcen)

BOUDJELLA Abdelmadjid (Univ. Tlemcen)

CALINON Anne-Sophie (Univ Franche-Comté)

DENOOZ Laurence (Univ. Lorraine)

HAILON Fred (Univ. Poitiers)

HAMIDOU Nabila (Univ. Oran 2)

MAHIEDINE Azeddine (Univ. Tlemcen)

PICHON Alban (Univ. Bordeaux-Montaigne)

PLOOG Katja (Univ. Orléans)

SARI M. Latifa (Univ. Tlemcen)

SAYAD Abdelkader (Univ. Mostaganem)

SINI Lorella (Univ. Pise, Italie)

THAMIN Nathalie (Univ Franche-Comté)

TROVATO Loredana (Univ. Enna Kore, Italie)

Comité d’organisation 

Latifa SARI, Fatima Zohra DALI YOUCEF, Leila SARI, Ghouti KHERBOUCHE, Smain BENMANSOUR, Zineb CHAOUCHE RAMDANE, Elamine ABDELKRIM, Souhila BRAHIMI, Anissa MECHERBET, Amina MEZERREG, Fethi BOUDGHENE STAMBOULI, Lilya BOUDJELLABA, Abdelmadjid KHELFOUN, Feriel KAZI TANI.

Responsable scientifique : Latifa SARI M.

URL: https://dlelic.univ-tlemcen.dz

Adresse : Université de Tlemcen

Journée d’étude – « Évaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique »

Lundi 25 mars aura lieu à l’Université Paris 8 la première rencontre autour du projet « Évaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique ».

Site du projet :https://evalge.hypotheses.org/

Présentation du projet : Sous l’effet du néolibéralisme et de la révolution numérique, les activités d’évaluation s’emballent, se généralisent, deviennent frénétiques et paradoxales. Le projet de recherche « Evaluation générale : l’Agence de Notation comme dispositif artistique » réunit un groupe d’artistes, éditeurs, théoriciens des arts, critiques littéraires, philosophes, sociologues, politologues et spécialistes en sciences de gestion, en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève la généralisation de l’évaluation. Il se constitue autour de l’« Agence de Notation », dispositif artistique et d’enquête appelé à intervenir en situations institutionnelles réelles afin de désinvisibiliser non seulement ce qu’est l’activité d’évaluation-notation mais aussi ses effets concrets immédiats. Il est soutenu par l’EUR ArTeC (ComUE UPL) et développé en partenariat avec le Centre Pompidou, le Centquatre Paris, l’EA LHE (U. Paris 8), l’EA Scènes du monde (U. Paris 8),  l’UMR CRESPPA CNRS – U. Paris 8 – U. Paris 10),  le groupe de recherche de l’ARGEC (U. de Gênes), les Éditions Questions théoriques.
Programme de la journée :

Matin 9h-13h, Salle des thèses, Espace Deleuze, 1er étage bâtiment A

9h30
Présentation du projet Évaluation générale et de l’Agence de Notation
Nancy Murzilli et Christophe Hanna
10h
Tous notables ! De la recherche du profit à la quête du crédit
Michel Feher, discutant Yves Citton
11h30
Valuations Studies : état de l’art
Valérie Pihet, discutant Olivier Quintyn
12h15
Le rôle des agences de notation du point de vue des gestionnaires
Sabrina Alioui, discutante Bérengère Voisin

Après-midi 14-18h, Salle G1, bâtiment G

14h-17h
Atelier de travail
Construction d’une boîte à outils en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, à travers des lectures, dont on extraira des thèses, hypothèses ou propositions.

17h-18h
Recherche de terrains et réflexion sur les dispositifs à mettre en œuvre pour mener une recherche-création sur l’évaluation générale.

Parution – « Les manuels de langue et de culture étrangères comme médiateurs culturels : Québec-Canada-Europe/ Lehrwerke für Sprache und Literatur als kulturelle Mittler im Fremdsprachenunterricht: Québec-Kanada-Europa »

Sophie Dubois, Julia Montemayor Gracia,Vera Neusius (dir.), 

Les manuels de langue et de culture étrangères comme médiateurs culturels : Québec-Canada-Europe/ Lehrwerke für Sprache und Literatur als kulturelle Mittler im Fremdsprachenunterricht: Québec-Kanada-Europa

Éditeur : Universitätsverlag (St. Ingbert, Allemagne)  

Lien : https://www.roehrig-verlag.de/shop/item/9783861106333/lehrwerke-fur-sprache-und-literatur-als-kulturelle-mittler-im-fremdsprachenunterricht-quebec-kanada-europa

Résumé :

La connaissance d’une culture étrangère repose sur des personnes et des objets qui jouent un rôle de médiateur culturel entre la culture source et la culture cible. Conformément à leur orientation didactique spécifique, les manuels de langue, de culture et d’histoire remplissent cette fonction médiatrice : ils constituent, dans leur quête de rencontre avec l’Autre, un lieu de contact entre les cultures.

Partant de ce postulat, cet ouvrage concernant Les manuels de langue et de littérature étrangère comme médiateurs culturels: Québec-Canada-Europe / Lehrwerke für Sprache und Literatur als kulturelle Mittler imFremdsprachenunterricht: Quebec-Kanada-Europa se consacre à l’étude des processus de transfert culturel et à leurs représentations dans un choix de manuels scolaires publiés au Canada et en Europe.  Il s’agit, entre autres, de présenter et d’examiner les relations interculturelles mises en scène dans les manuels dans le but à la fois de révéler la qualité d’outils d’acquisition de connaissances et de compétences interculturelles de ce type de publications et d’interroger l’influence d’une telle fonction sur leur didactisation.

Un intérêt particulier est porté au contexte canadien et se penche sur la culture canadienne dans ses relations avec les autres cultures, tant dans les manuels interculturels que dans le contexte d’enseignement-apprentissage.  

Table des matières : 

Sophie Dubois, Julia Montemayor Gracia, Vera Neusius (Montréal/Saarbrücken), « Introduction »

PREMIÈRE PARTIE : Les manuels de langue et de littérature étrangères comme objet d’étude

Sophie Dubois (Montréal), « Qui parle? Configurations discursives dans les manuels de langue-culture étrangère »

DEUXIÈME PARTIE : Les manuels de FLE dans le monde

Bruno Maurer (Montpellier), « La dialectique du Même et de l’Autre au miroir de manuels de FLS : trois positionnements différents Tunisie, Maroc, Sénégal »

Mélanie Buchart (Helsinki), « La matérialité discursive des représentations de l’altérité française dans les manuels de FLE finlandais : axiologie de la description, subjectivèmes et généralisations. »

Catherine Gravet (Mons), « Entendons-nous, une méthode de FLE à la belge. Quelle place pour la littérature ? »

TROISIÈME PARTIE : Les relations franco-allemandes dans les manuels

Susanne Geiling-Hassnaoui (Saarbrücken/Reims), « Das interkulturelle Potential literarischer Texte in Deutschlehrbüchern für die Oberstufe in Frankreich »

Corinna Koch und Christine Adammek (Paderborn), « Werbung als kultureller Mittler im Französischunterricht: Lehrbuchanalyseergebnisse und erweiternde Vorschläge »

QUATRIÈME PARTIE : Le Québec et le Canada français en Allemagne, en ligne et en anglais

Stefanie Fritzenkötter (Koblenz),  » Die Akadie (Kanada) und Acadiana (USA) im Oberstufenunterricht: Literaturschau und Unterrichtsvorschläge »

Edith Szlezák (Regensburg), La représentation du Québec dans les manuels scolaires de Bavière: perspectives culturelles et linguistiques »

Anne Trépanier (Ottawa), « Enseigner le Québec en anglais et en ligne : entre traduction et interprétation »

Conférence – « L’emprise du bien »

La prochaine séance du séminaire « droit et littérature », organisé dans le cadre du Labex Obvil, avec le soutien du CRLC, du CERDI et de STIH, se tiendra vendredi 22 mars de 10h à 12h, à la Maison de la recherche (28 rue Serpente, métro Odéon), ensalle D116.

Nous aurons le plaisir d’accueillir Nicolas Dissaux (Université de Lille) et Yves-Edouard Le Bos (Sorbonne Nouvelle), pour une conférence intitulée: « L’emprise du bien », dont vous trouverez l’affiche et la présentation ci-dessous.

Le Bien est-il dangereux pour la pensée ? La thèse paraît saugrenue. Certains ne l’ont pas moins défendue avec talent : l’invocation du Bien serait désormais, bien souvent, le paravent d’une piètre dogmatique. Et la tendance minerait non seulement la littérature mais aussi le droit. Au nom du Bien, la censure oeuvrerait avec bien plus d’efficacité qu’en brandissant d’autres valeurs.
Le Bien représente ainsi une belle occasion de croiser Droit & Littérature. D’autant que le remède, si mal il y a, tient peut-être justement en partie au croisement de ces deux disciplines…Yves-Edouard Le Bos et Nicolas Dissaux n’ont pas forcément de réponses à donner. Ils pensent toutefois qu’il serait bien d’y réfléchir ensemble.

Appel à contributions – « Débattre une fiction »

Voici le lien vers un appel pour un prochain numéro de Fabula-LhT intitulé Débattre d’une fiction : https://www.fabula.org/actualites/fabula-lht-debattre-d-une-fiction_90053.php.Ce numéro sera dirigé par Marc Escola, Françoise Lavocat et Aurélien Maignant (pour les contacter, écrire à : aurelien.maignant@gmail.com).

Prenant acte du fait que la fiction n’est pas seulement l’objet d’une expérience individuelle vouée à rester silencieuse, mais est aussi ce dont on parle avec d’autres lecteurs ou spectateurs, ce qu’on partage à condition d’en débattre, de confronter des opinions et de soumettre un jugement à la discussion, il s’agira dans ce numéro de Fabula-LhT de se demander de quoi l’on discourt lorsqu’on s’interroge (par exemple) sur la conduite d’un être de papier, qu’on débat d’une situation fictive ou qu’on revient sur un dénouement arbitraire.

Les proposition, de 2 à 3 pages rédigées accompagnées d’un bibliographie indicative, devront être adressées avant le 1er décembre 2019 à: romain.bionda@fabula.org et jeannelle@fabula.org

Elles seront évaluées de manière anonyme, conformément aux usages de la revue. Une première version aboutie des textes sélectionnés sera à remettre au plus tard le 30 avril 2020. Une journée d’étude pourra réunir les participants à Paris et/ou à Lausanne à l’automne 2020, avant la publication du numéro.

Appel à contributions – « Revista Pontos de Interrogação: Revista de Crítica Cultural »

Revista Pontos de Interrogação: Revista de Crítica Cultural

Revista do Programa de Pós-Graduação em Crítica Cultural da UNEB

Vol 9, n° 2, jul./dez. 2019

ISSN 2178-8952

Indexador: http://www.revistas.uneb.br/index.php/pontosdeint

Écrivaines et mondialisation. 

Carolina Ferrer Université du Québec à Montréal ferrer.carolina@uqam.ca 

Roxane Maiorana Université du Québec à Montréal maiorana.roxane@courrier.uqam.ca 

Licia Soares de Souza,  Universidade do Estado da Bahia, CNPq liciasos@hotmail.com 

PRÉSENTATION

Ce numéro thématique de Pontos de Interrogação: Revista de Crítica Cultural se propose de susciter un regard critique sur les enjeux actuels qui caractérisent la place des écrivaines dans la littérature mondiale. En particulier, nous voulons souligner non seulement le travail de certaines écrivaines, mais les relations entre celles-ci, surtout dans une perspective internationale. En ce sens, une attention spéciale sera portée aux voix féminines au-delà des frontières linguistiques et géographiques. 

AXES

À titre d’exemple, nous vous suggérons les thématiques suivantes: 

  • Femmes et mondialisation versus femmes et marginalisation 
  • La place des écrivaines dans la littérature mondiale 
  • La littérature au féminin à l’âge hypercanonique 
  • Diffusion et réception internationales des œuvres d’écrivaines 
  • Réseaux d’écrivaines 

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos textes –en français, anglais, espagnol ou portugais– d’ici le 1er septembre 2019. Les contributions doivent être soumises directement à travers le site https://www.revistas.uneb.br/index.php/pontosdeint/index. Veuillez aussi envoyer une copie à maiorana.roxane@courrier.uqam.ca, ainsi qu’une courte note bio-bibliographique en indiquant votre nom, adresse courriel et affiliation institutionnelle. 

Le protocole de rédaction est disponible à : 

https://www.revistas.uneb.br/index.php/pontosdeint/about/submissions#authorGuidelines​

Colloque – « Les francophonies dans la mondialisation : entre transmission et recherche »

Veuillez trouver ci-joint l’annonce et le programme (détaillé, en PJ) du Colloque international USPC qui se tiendra en Sorbonne à l’Amphi Durkheim les 28 et 29 mars 2019 :« Les francophonies dans la mondialisation : entre transmission et recherche » http://www.univ-paris3.fr/les-francophonies-dans-la-mondialisation-entre-transmission-et-recherche-549259.kjsp

Dans le cadre de ce colloque, j’animerai le jeudi 28 mars, de 16h15 à 18h15, une Table ronde, Littératures francophones, langues du monde, formes de vie,en compagnie de 4 écrivains francophones :Silvia BARON SUPERVIELLE, Leïla SEBBAR, Maryam MADJIDI et YING Chen.

A l’écoute de différentes aires culturelles multilingues – Amériques, Europe, Maghreb et Méditerranée, Proche et Moyen-Orient, Chine – quatre écrivains témoins d’exils, de guerres ou de révolutions interrogent leur expérience des relations du français avec les autres langues ou « phonies » du monde, en ce qu’elles engagent et confrontent des histoires, des gestes et des formes de vie, des cultures, des littératures et des mondes multiples. Quels modes de négociation, d’hybridation et de réinvention du français au contact des langues dans le tiers espace de l’écriture ? Selon quels partages du sensible et des mondes, quelles articulations entre l’esthétique, le politique et l’éthique ? Quels regards sur le devenir des langues et des francophonies dans les dynamiques enchevêtrées et concurrentes des mondialisations– migrations, colonisations et interconnexions des mondes ?

– Silvia Baron Supervielle (Argentine/France), poète, romancière, essayiste, traductrice de J. L. Borges, J. Cortazar, R. Juarroz, V. Ocampo, I. Vitale, M. Yourcenar. Auteur de : Lectures du vent, Paris, José Corti, 1988 ;L’Eau étrangère, José Corti, 1993 ; Le Pays de l’écriture, Paris, Seuil, 2002, Prix Tristan Tzara 2003 ;L’Alphabet du feu. Petites études sur la langue, Paris, Gallimard, « Arcades », 2007 ; Journal d’une saison sans mémoire, Gallimard, 2009 ; Un autre loin, Gallimard, 2018. Prix de littérature francophone Jean Arp 2012.

– Maryam Madjidi (Iran/France), enseignante de français langue étrangère en Chine, en Turquie et à la Croix Rouge française ; auteur de Marx et la poupée, Paris, Le nouvel Attila, 2016, rééd. J’ai lu, 2017, Prix Goncourt du premier roman et Prix Ouest France Etonnants Voyageurs. Livre audio, Audiolib, 2018.

– Leïla Sebbar (Algérie/France), auteur de récits, nouvelles, carnets de voyage, correspondances et ouvrages collectifs : Lettres parisiennes (1986), avec Nancy Huston, rééd. J’ai lu, 2014 ; Une enfance d’ailleurs, 17 écrivains racontent, avec N. Huston (1993), rééd. J’ai lu, 2002 ; Le Silence des rives (1993), Prix Kateb Yacine, rééd. Tunis, Elyzad Poche, 2018. L’Orient est rouge, Elyzad, 2017. Je ne parle pas la langue de mon père, suivi de L’arabe comme un chant secret, rééd. Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, 2016.

– Ying Chen (Chine/Canada/France), romancière, poète, essayiste. Auteur de : La Mémoire de l’eau, Montréal, Leméac, 1992, rééd. Arles, Actes Sud, « Babel », 2006 ; Les Lettres chinoises (1993), rééd. Actes Sud, « Babel », 1998 ; Le Champ dans la mer, Montréal, Boréal/Paris, Seuil, 2002 ; Querelle d’un squelette avec son double, Boréal/Seuil, 2003 ; Quatre Mille Marches. Un rêve chinois, Montréal, Boréal/Paris, Seuil, 2004 ;La Lenteur des montagnes, Montréal, Boréal, 2014 ; Impressions d’été, haïkus, trad. chin./fr., MEET, 2008.Entrée libre.