Archives mensuelles : avril 2019

Colloque – « Les transferts culturels : paradoxes et malentendus »

Établie au cours des années 1980 dans un positionnement critique par rapport aux études comparées, la notion de transfert culturel couvre un ensemble de phénomènes de circulation, transformation et resémantisation entre différents espaces géoculturels. En tant que méthode de recherche supposée dépasser les cadres nationaux, l’étude des transferts culturels a inspiré un nombre croissant de travaux interdisciplinaires à la croisée des études littéraires (v. Lüsebrink 2008, Roland 2016), des études de la traduction (v. Göpferich 2007, Roig-Sanz & Meylaerts 2018), de l’histoire culturelle et de l’histoire de l’art (v. Espagne 2013, Middell 2014). Au-delà de la seule idée de déplacement de textes et d’objets entre une culture source et une culture cible, les transferts culturels visent à rendre compte de l’hétérogénéité de chaque sphère culturelle impliquée dans l’échange, ainsi que des logiques d’intersection et d’hybridité en identifiant notamment les enclaves, réseaux et vecteurs de circulation. Grâce aux perspectives offertes par l’histoire croisée (Werner & Zimmermann 2003) – qui tient compte de la réciprocité et de la dimension multidirectionnelle des transferts –, des études récentes se sont penchées sur la diversité, l’imbrication et la non-linéarité d’un large spectre de pratiques de transfert (dont les traductions) faisant ainsi l’écho d’instances et d’activités de médiation encore ignorées jusque-là (v. D’hulst 2012).

Malgré leur pertinence conceptuelle et la prolifération d’études de cas portant sur des médiateurs et phénomènes transfrontaliers, les études de transfert semblent avoir atteint un tournant. D’une part, Werner et Zimmermann (2003) ont déjà démontré que les objets, entités et pratiques issus de croisements n’échappent pas au piège des catégorisations (nationales) préétablies. D’autre part, tant l’effacement méthodologique de frontières, parfois aux dépens de l’historicité, que la constatation récurrente de l’imprédictibilité des transferts tendent vers un relativisme improductif. Ces incertitudes, accompagnées d’un manque de consensus parmi les théoriciens (v. Joyeux 2003), nous invitent à remettre en question la plus-value des transferts vis-à-vis de concepts connexes provenant e.a. des études postcoloniales, des études de traductions, de l’historiographie transnationale ou encore des études transculturelles.

Quelle/s spécificité/s peuvent encore revendiquer les transferts culturels ? Comment ces derniers peuvent-ils être pensés en dehors du contexte ouest-européen ? La notion de transfert peut-elle encore aider à surmonter/éliminer les frontières disciplinaires, linguistiques et nationales ? Ou, au contraire, les renforce-t-elle? Comment le chercheur doit-il aborder la non-linéarité et l’asymétrie des processus de transferts au travers des espaces et époques ? Est-il possible de mesurer l’impact d’un transfert et son « succès » relatif ?

Face aux paradoxes et malentendus que le concept engendre, ce colloque a pour objectifs de (re)penser la viabilité des transferts culturels et de questionner leurs outils, objectifs et cadres épistémologiques dans une perspective interdisciplinaire. Les enjeux principaux que nous entendons aborder sont associés – mais pas limités – à quatre thèmes : (1) linéarité, (2) frontières/limites, (3) concepts connexes/concurrents et (4) impact/succès.

Programme

Mercredi 22 Mai
Lieu : Sénat académique

08.30 – 09.00 : Inscription & Café

09.00 – 09.30 : Accueil & ouverture officielle

09.30-10.30 : Keynote Elke Brems (KULeuven): Reluctant rendezvous. The curious lack of literary transfers in Belgium

10.30-11.00 : Pause Café & Thé

11.00-13.00 : Panel 1 Alternative approaches and perspectives to (re)write cultural history: defying borders and linearity

  • Núria Codina (KULeuven)Generation and Rhizome: Two Complementary Approaches to Transcultural Literary History
  • Raluca Tanasescu (University of Ottawa)Translation and Network Science: Or How Can we Measure the Effects of Transfers in Cultural Diplomacy?
  • Petra Broomans (University of Groningen)Translators’ Dictionaries as Instrument and Source for the Writing of Cultural Transfer History
  • Antje Dietze (Universität Leipzig)Cultural mediators and global history

13.00-14.00 : Lunch

14.00-15.30 : Panel 2 Multi-/trans- & heterolingualism: multicultural contexts against the background of 19th-century nationalism

  • Beatrijs Vanacker & Tom Verschaffel (KULeuven)Multilingual patterns and cultural transfer in Flemish journals in the 18th century Southern Low Countries
  • Marjet Brolsma & Francis Mus (ULiège / KULeuven)Cultural transfers in literary internationalism. The case of De Nieuwe Europeesche geest in kunst en letteren (1920)
  •  Svetlana Cecovic (Université Nationale de Recherche – École Supérieure d’Économie, Moscou)Conflit vs. conciliation: quelques cas particuliers de la médiation culturelle franco-belgo-russe

15.30-16.00 : Pause Café & Thé

16.00-18.00 : Panel 3 Translating/transferring knowledge, science and philosophy: impact and success

  • Martin Dutron (UCLouvain) : La théologie comme objet de circulation, transformation et resémantisation dans la Revue des Sciences Religieuses de l’Université de Strasbourg dans l’entre-deux-guerres (1921-1933). Malentendus et « transferts culturels » des savoirs théologiques entre Allemagne et France.
  • Stefania Caristia (Sorbonne Université)Succès, anomalies, malentendus. Quelques réflexions sur les transferts culturels à partir du cas de Sartre théoricien et critique littéraire dans l’Italie de l’après-guerre (1945-1970)
  • Laurent Béghin (Université Saint-Louis / UCLouvain) : La création de la slavistique italienne et belge : un transfert culturel réussi.
  • Arno Gimber (Universidad Complutense de Madrid) : Les intellectuels espagnols en dialogue avec Friedrich Nietzsche. Moments d’un transfert culturel asymétrique

18.00 : Drink au Sénat académique (salle de la Tapisserie)

Jeudi 23 Mai
Lieu: Musée L

09.00-10.00 : Keynote Hans-Jürgen Lüsebrink (Universität des Saarlandes)Penser l’échec d’un transfert culturel – malentendus, résistances, réinterprétations

10.00-10.30 : Pause Café & Thé

10.30-12.00 : Panel 4 Translating/transferring philosophical thought: multi-directionality and non-binarity

  • Thomas Franck (ULiège/ Humboldt-Universität zu Berlin)Pour une rhétorique des échanges culturels (Kulturaustausch) : la cas d’Adorno en France
  • Charlotte Bollaert (UGent)Sartre Sovieticus or the early fate of Jean-Paul Sartre in the USSR
  • Antoine Monemou (Chaire Unesco, Université Félix Houphouet-Boigny de Cocody, Abidjan)Les rites de la forêt sacrée : expression philosophique du peuple Konon de la Guinée qui a influencé la culture Yacouba (Côte d’Ivoire) de sacré

12.00-13.00 : Lunch

13.00-15.00 : Panel 5 From Post- to Trans-colonial. Conceptual questions and methodological reconfigurations

  • Anne-Claire Collier (Conservatoire National des Arts et Métiers)Les transferts culturels comme pratique sociale : retour d’enquête
  • Valentina Tarquini (Université de Rome 3/ Université de Marconi de Rome/ Université de MacerataLa circulation du discours africain dans le canon littéraire français : le sujet anticolonial et transnational
  • Evelyne Shamier (UCLouvain)‘Yua olwees in mai haat’: Transcolonial perspectives on Javanese Dutchness in Pramoedya Ananta Toer’s Djongos + Babu (1948)
  • Najib Sadikou (Europa-Universität Flensburg)Irritation et transfert culturel. Réflexions à travers la littérature contemporaine africaine et allemande

15.00-15.30 : Pause Café & Thé

15.30-17.00 : Table ronde

  • Lieven D’hulst (KU Leuven)
  • Sébastien Fevry (UCLouvain)
  • Maud Gonne (UNamur)
  • Helga Mitterbauer (ULB)
  • Wim Weymans (UCLouvain)

18.00 : Conference dinner

Vendredi 24 Mai
Lieu: Musée L

09.00-10.00 : Keynote Diana Roig-Sanz (Universitat Oberta de Catalunya)Shaping International Literary Exchanges. Ibero-American Modernity as a Case Study

10.00-10.30 : Pause Café & Thé

10.30-12.00 : Panel 6 Competing/Connected concepts: Reconsidering Transfer

  • Pieter Boulogne (KULeuven)The road from one jail to another. The arson of the Bank of France by the Russian artist Pavlensky as self-translation and cultural transfer
  • Pierre-Alexis Delhaye (Université Polytechnique des Hauts-de-France)Transferts culturels et comparatismes : une opposition (in)dépassable ?
  • Grâce Ranchon (Université Jean Monnet, CELEC)Apprendre et enseigner une langue-culture non-linéaire ou paradoxale

12.00-13.00 : Lunch

13.00-14.30 : Panel 7 The Limits of language: exploring the conditions of success and failure of cultural transfers

  • Boyden Michael (Uppsala University)Babel in Reverse: Postvernacularity as Cultural Transfer
  • John D. Sanderson (Universidad de Alicante)Screen Translation Sociolects and Cultural Boundaries: Transversal Film Genres and Socio-Linguistic Consequences

14.30-15.00 : Pause Café & Thé

15.00-16.30 : Panel 8 Transfer Through Film: Cultural Memory and Traveling Concepts

  • Alexandra Sanchez (KULeuven)PBS, Éxodocs, and Cultural Transfer: How to Map the Gap?
  • Sara F. Hall (University of Illinois, Chicago)The Entanglement of Historical Reckoning in the German-American Transfer Film
  • Sophie Dufays (UCLouvain)Réception et discussion du concept de transfert culturel dans les études culturelles latino-américaines. Réflexion à partir du cas du mélodrame filmique mexicain

16.30 : Conclusions

L’inscription est obligatoire, et ce avant le 5 mai 2019, via le site https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/ecr/evenements/transferts-culturels.html

Responsable :

UCLouvain, Centre de recherche écriture, création, représentation : littératures et arts de la scène

url de référence

https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/ecr/evenements/transferts-culturels.html​

Journée d’études – « Que peut le récit ? Pouvoir des narrations et narrations du pouvoir – perspectives franco-allemandes »

Journée d’études organisée par Antonino Sorci et Eva Sabine Wagner

2 – 3 mai 2019

Salle Germaine Tillion – Centre Marc Bloch – Friedrichstrasse 191 – 10117 Berlin 

« Malgré tous les livres anciens sur la narrativité et tous les essais récents sur le storytelling, nul n’est encore parvenu à déterminer ce que peut un récit» : le constat d’Yves Citton, plutôt que nous décourager, nous invite à renouveler avec plus de conviction nos essais d’éclaircir ce qu’un récit serait capable de réaliser. Ces tentatives sont d’autant plus légitimes de nos jours si on pense qu’on assiste, depuis une trentaine d’années, à ce que Martin Kreiswirth appelle le « tournant narratif » en sciences humaines et sociales. Ce regain d’intérêt que les études du récit ont connu et continuent à connaître se traduit par une « omniprésence des récits » dans tout contexte, académique ou non. En réalité, les thèses de Paul Ricœur et de Hayden White à propos de l’existence d’une « structure pré-narrative de l’expérience » ont exercé une influence si grande et si généralisée au point qu’aujourd’hui il ne serait guère possible d’analyser notre rapport avec le monde sans considérer, au préalable, le pouvoir structurant des narrations. À travers cette journée d’études nous souhaitons inviter les participants à la réflexion au sujet tant des pouvoirs des récits que des modalités d’appropriation et de diffusion de ceux-ci de la part des détenteurs du pouvoir.

PROGRAMME

Donnerstag, 2. Mai 2019

Ab 12:30 Uhr

Empfang der Teilnehmer*innen │ Accueil des participants

13:15 – 13:45 Uhr

Begrüßung durch Dr. Katia Genel, stellvertretende Direktorin des CMB

Mots de bienvenue de Katia Genel, directrice adjointe du CMB

Eröffnung des Kolloquiums durch die Organisatoren, Antonino Sorci (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Eva S. Wagner (Universität zu Köln)

Ouverture de la journée d‘étude par les organisateurs, Antonino Sorci (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Eva S. Wagner (Universität zu Köln)

Forschungsachse 1 │ Axe de recherche 1 :

(Ré-) Écritures sociales et interculturelles dans les récits littéraires de l’extrême-contemporain │ Erneuerung gesellschaftlicher und interkultureller Narrative in literarischen Erzählungen der Gegenwart

13:45 – 15:15 Uhr

Martina Stemberger (Universität Wien): « ‹ … prendre soin des autres, raconter leurs histoires ›: Narrato-Ethik, Politik und Poetik in der französischsprachigen Reiseliteratur der Gegenwart»

Anna Weber (Freie Universität Berlin): « ‹ Stranger Than Fiction›: Vier Verfahren zum Umschreiben sozialer Narrative durch fiktionale Geschichten »

15:15 – 15:30 Uhr

Kaffeepause │ Pause café

15:30 – 16:15 Uhr

Julia Pfeiffer (Universität Konstanz): « ‹ Titicarabi ou le mirage des belles paroles › : Scholastique Mukasongas Auseinandersetzung mit der Wirkmacht des Wortes »

Forschungsachse 2 │ Axe de recherche 2:

Potentiels sociopolitiques de différents genres narratifs au XIXe et XXe siècle │

Soziopolitische Potenziale verschiedener narrativer Gattungen im 19. und 20. Jahrhundert

16:15 – 17:45 Uhr

Philipp Hubmann (Universität Zürich): « Kolportage!!! Der populärkulturelle Institutionenroman ‹ um 1900 › »

Beate Pittnauer (Hochschule für Bildende Künste Braunschweig): « Unlocked histories. Das ‹ Fotobuch › als Narrativ gesellschaftlicher Aushandlungsprozesse »

17:45 – 18:00 Uhr

Kaffeepause │Pause café

18:00 – 18:45 Uhr

Expertenvortrag I │ communication chercheur invité I :

Jan Alber (RWTH Aachen): « Erzählung und Ideologie » (« Récit et idéologie »)

Ab 19:00 Uhr

Gemeinsames Dinner│ Dîner

Freitag, 3. Mai 2019

9:30 – 10:00 Uhr

Empfang der Teilnehmer*innen │ Accueil des participants

10:00 – 11:30 Uhr

Lea Liese (Universität Basel/Wien): « Anekdotisches Erzählen und deutsch-französische Traumata: Zur Poetik und Politik gefühlter Wahrheiten bei Achim von Arnim und Clemens Brentano »

Adrien Valgalier (Université Paul-Valéry-Montpellier): « Le récit comique ou la zone de pressurisation »

11:30 – 11:45 Uhr

Kaffeepause │ Pause café

Axe de recherche 3 :

Cohérence psychique et collective: le récit entre puissance et impuissance │

Psychische und kollektive Kohärenz : die Erzählung zwischen Macht und Ohnmacht

11:45 –13:15 Uhr

Despina Jderu (Université de Bucarest): « Que peut le récit face au deuil? Le récit comme ‹ forme contemporaine de tombeau › »

Cécile Chatelet (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3): « Récuser la narration sociale de la maîtrise de son destin: l’impuissance dans les récits de Marie Ndiaye »

13:15 – 14:30 Uhr

Buffet

14:30 – 15:15

Matthias Grüne (Bergische Universität Wuppertal): « Das ‹ stille Geschehen › erfahren. Zum Wirkungspotential von Narrativen der langen Dauer »

15:15 – 15:30

Kaffeepause │ Pause café

15:30 – 16:00 Uhr

Expertenvortrag II │ communication chercheuse invitée II :

Liesbeth Korthals Altes (Université de Groningue): « Ethos et éthique: pour une perspective métaherméneutique » (« Ethos und Ethik : für eine metahermeneutische Perspektive »)

16:00 – 16:30 Uhr

Expertenvortrag III │ communication chercheuse invitée III :

Gisèle Sapiro (EHESS/CNRS): « Dévoiler la violence symbolique: la littérature et ses pouvoirs » (« Enthüllung symbolischer Gewalt : die Literatur und ihre Mächte »)

16:30 – 17:30 Uhr

Podiumsdiskussion der Expert*innen 

Table ronde des chercheurs invités

17:30 Uhr

Fazit  Conclusion

Responsable :

Antonino Sorci et Eva S. Wagner

url de référence

https://cmb.hu-berlin.de/fr/agenda/evenement/que-peut-le-recit-pouvoir-des-narrations-et-narrations-du-pouvoir-perspectives-franco-allemandes/

adresse

Centre Marc Bloch​

Séminaire – « La forme et le social : jalons d’une approche matérialiste du style »

Séance du séminaire SLAC

La séance aura lieu de 9h à 12h. Elle est ouverte à toutes et à tous.

Introduction (Laélia Véron, MCF à l’université d’Orléans)

L’école du style (Pauline Bruley, MCF à l’université d’Angers)
On sait combien les modèles scolaires, avec leurs enjeux politiques et sociaux jouent un rôle de formant pour l’écriture littéraire. Cette interaction constitue un champ d’investigation et de réflexion très riche, à la croisée de plusieurs approches. L’imbrication entre formation de l’écrivain et formation du style à la fin du XIXe siècle sera examinée pour cette séance de façon plus précise dans le cas de Péguy. On pourra remettre celui-ci en perspective en présentant quelques aspects de la recherche menée au sein de l’équipe dirigée par Martine Jey, « L’écrivain, l’institution scolaire et la littérature. L’écrivain face aux modèles scolaires (1840-1940) » (OBVIL).

Le style comme signal et condition sociale de littérarité (Vincent Berthelier, doctorant à Sorbonne Université, Paris IV)
À partir de l’intention inaugurale de Barthes de faire une histoire des signes de la littérature, un courant de la stylistique se consacre à l’étude de ces signes, micro ou macrotextuels (figures, tournures grammaticales, patrons stylistiques), par lesquels la littérature se donne à voir et se constitue comme une production linguistique à part. Condition ou conséquence de son statut social singulier, la littérature ainsi conçue implique que les signes qu’elle produit soit reconnus socialement comme tels, reconnaissance que nous pourrons analyser à travers le concept bourdieusien d’illusio.

Pour une théorie stylistique marxiste : lecture de The Politics of Style (2017), de Daniel Hartley(Marion Leclair, ATER à l’université de Cergy)

L’exposé s’attachera à présenter dans ses grandes lignes The Politics of Style: towards a Marxist Poetics (2017) de Daniel Hartley. L’ouvrage constitue d’abord un effort pour extraire de la critique littéraire marxiste anglophone (en particulier des écrits de Raymond Williams et de Fredric Jameson), où la question du style est rarement frontalement abordée, les éléments d’une théorie marxiste du style : contre un fétichisme du style consistant à abstraire celui-ci de toute relation sociale, elle pose résolument le style comme historiquement et socialement déterminé, et s’attache à retracer l’histoire de son autonomisation progressive au cours du XIXe siècle. Hartley ébauche ensuite à partir des concepts empruntés à Williams et Jameson une théorie unifiée, qui est même temps méthode en cinq temps pour l’analyse stylistique des textes littéraires – de l’échelle de la phrase à celle de l’œuvre entière, de l’identification des sous-styles et des sous-genres qui la composent et des micro-contradictions qui la travaillent à celle de son fonctionnement idéologique et utopique.

Responsable :

Séminaire de Lettres des Armes de la Critique (SLAC)

url de référence

ADRESSE

ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur (sous-sol)​

Appel de prix – « Prix de l’Association internationale des études françaises »

Vous trouverez ci-joint l’appel pour le concours du Prix de l’Association internationale des études françaises. Le prix récompense un premier article exceptionnel. Cette année le concours est ouvert aux étudiant.e.s issu.e.s d’une université canadienne. Date limite 31 mai.

Parution – « Hégémonies et minorités littéraires en Francophonie »

Nous sommes ravis de vous informer que votre ouvrage  « Hégémonies et minorités littéraires en Francophonie » vient de paraître en ligne et nous pouvons passer à l’étape de diffusion. 

Diffusion de l’ouvrage entier :   http://eac.ac/books/9782813003324

Ce lien ne changera jamais et il permet d’atterrir directement sur la page web consacré à l’ouvrage complet. Nous comptabilisons le nombre de visites.

C’est important aussi de rappeler à vos correspondants l’existence du bloc citation sur la barre latérale de la page web du livre dans lequel figure son « doi » (10.17184/eac.9782813003324  ), élément clé lors d’une citation du livre.

Flyer : ci-joint un flyer en format PDF que vous pouvez imprimer aussi si nécessaire. Attention : l’envoi des flyers par email est souvent bloqué par le firewall du correspondant

Version papier : les ventes de la version papier ne sont plus un paramètre d’impact. Le mode open access nous permet de diffuser plus largement. Cependant, la version papier de l’ouvrage sera quand-même à la vente sur amazon et imprimée à la demande. (Pour commander des exemplaires, vous devez nous adresser vos commandes directement àdiffusion@archivescontemporaines.com)

Service de presse : Nous vous invitons à envoyer le lien, plutôt qu’un exemplaire papier, à toute personne susceptible de faire un compte rendu. La publication étant entièrement accessible. Nous comptabilisons le nombre de visites.

Appel à contributions – « Penser les représentations de l’« idéal féminin » dans les médias contemporains »

Numéro coordonné par Sebastien Haissat 

http://www.revue-interrogations.org/Penser-les-representations-de-l

Selon leurs cultures, les sociétés humaines construisent des normes qui prescrivent ce que doit être un homme ou ce que doit être une femme (Mead, 1963). D’une part, la famille, principalement les parents proches, mais aussi l’entourage social de la personne, participent à la transmission d’attitudes, de comportements et d’attentes sociales qui définissent des modèles de la féminité et de la masculinité auxquels il faudrait se conformer. Une étude de Curt Hoffman et Nancy Hurst montre que les parents ont des attentes différentes selon le sexe de l’enfant : ils souhaitent davantage que leur fils soit volontaire, travailleur, intelligent et ambitieux et que leur fille soit plutôt aimable, gentille, attirante et devienne une bonne mère (Hoffman & Hurst, 1990). D’autre part, les médias contemporains, particulièrement présents dans nos sociétés de consommation, véhiculent également des stéréotypes (Biscarrat, 2013) qui exercent une influence normative culturelle. Ainsi, la télévision, le cinéma et la presse par exemple, constituent des instances de socialisation non négligeables qui agissent dans la construction des identités de genre (Julliard, Quéméner, 2014), notamment à travers les discours qu’ils véhiculent (Courbières, 2013).

Cet appel à contribution propose de réfléchir plus particulièrement sur les modèles de l’idéal féminin diffusés à travers les médias contemporains, de la littérature aux jeux vidéos, en passant par les bandes dessinées, le cinéma et les séries télévisées. On entend par idéal le fait qu’ils soient présentés comme des exemples de perfection, en raisons de leurs qualités et de leurs caractéristiques, que ces modèles soient possibles à atteindre ou non. Plus précisément, il s’agit d’engager un regard critique sur la façon dont l’idéal féminin est représenté par les médias et/ ou sur la manière dont ces représentations sont reçues par le public. Les travaux proposés pourront s’appuyer sur des personnages réels (femmes sportives, politiciennes, actrices, pop stars, etc.) ou des personnages de fiction (super-héroïnes, avatars de jeux vidéos, etc.).

Dès lors, plusieurs pistes sont envisageables pour décrire, analyser et expliquer comment ces modèles de l’idéal féminin sont exprimés dans les médias contemporains : quels messages et significations diffusent-ils ? Existe-t-il des modèles dominants, des standards ? Comment ces modèles ont-ils évolués ? Selon quelles normes ou caractéristiques sont-ils présentés comme des idéaux de référence ? Dans quelles mesures constituent-ils des guides de conduites et de savoirs pratiques ? Quelles sont ses représentations iconographiques (comment, par exemple, les héroïnes de fiction ou les pop stars sont-elles mises en scène) ? Dans quelles mesures ces modèles sont-ils rattachés à des figures mythiques et historiques ou se font-ils l’écho d’un discours idéologique sur le monde et l’ordre social ?

Une attention particulière peut également être apportée à la réception de ces modèles afin d’éviter une analyse trop empreinte de déterminisme médiatique (Hall, 1980 ; Certeau, 1980) : comment sont-ils interprétés selon les caractéristiques sociales des publics concernés ? Sont-ils vécus comme des contraintes ? Quel est le degré d’appropriation et d’intériorisation de ces modèles ? Dans quelle mesure sont-ils relativisés, bricolés, reconfigurés ou détournés ? Enfin, est-il possible d’ignorer ou de s’opposer aux diktats associés à ces figures idéales de la féminité présentées comme des sources d’inspiration, sans risquer le dénigrement, voire l’exclusion par les pairs ? Par exemple, les femmes peuvent-elles se permettre de prendre pour référence des modèles qui valorisent la combativité et la violence ou qui s’écartent des normes de beauté féminines dominantes sans risquer la stigmatisation ?

Modalités de soumission des articles

Les articles, rédigés aux normes de la revue, devront être envoyés jusqu’au 31 août 2019 à l’adresse suivante :

sebastien.haissat@univ-fcomte.fr

Ils ne doivent pas dépasser 50 000 (notes et espaces compris) et doivent être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés en français et en anglais.

Les articles devront répondre aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

Publication du numéro : décembre 2020.

Références bibliographiques

Biscarrat Laetitia (2013), « L’analyse des médias au prisme du genre : formation d’une épistémè », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n°3, juillet 2013, [En ligne]https://journals.openedition.org/rf…

Certeau Michel (de) (1990 [1980]), L’Invention du quotidien I. Arts de faire, Paris, Seuil.

Courbières Caroline (2013), « Représentations du féminin : sexe, concept et définitions », Communication & langagesn° 175, novembre 2013, pp. 141-152.

Hall Stuart (1980 [1973]), « Encoding/decoding », Culture, Media, Language : Working Papers in Cultural Studies, 1972-79, London, Hutchinson,pp.128-138.

Hoffman Curt & Hurst Nancy (1990), « Gender stereotypes : Perception or rationalization », Journal of Personality and Social Psychology, n° 58, march 1990, pp. 197-208.

Julliard Virginie & Quemener Nelly (2014), « Le genre dans la communication et les médias : enjeux et perspectives », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 4, novembre 2014, [En ligne]https://journals.openedition.org/rf…

Mead Margaret (1963), Mœurs et sexualité en Océanie, Paris, Plon.

Appel à contributions permanent

La revue accueille également des articles pour ses différentes rubriques, hors appel thématique à contributions.

♦ La rubrique « Des travaux et des jours » est destinée à des articles présentant des recherches en cours dans lesquels l’auteur met l’accent sur la problématique, les hypothèses, le caractère exploratoire de sa démarche, davantage que sur l’expérimentation et les conclusions de son étude. Ces articles ne doivent pas dépasser 25 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Émilie Saunier : emiliesaunier@yahoo.fr.

♦ La rubrique « Fiches pédagogiques » est destinée à des articles abordant des questions d’ordre méthodologique (sur l’entretien, la recherche documentaire, la position du chercheur dans l’enquête, etc.) ou théorique (présentant des concepts, des paradigmes, des écoles de pensée, etc.) dans une visée pédagogique. Ces articles ne doivent pas non plus dépasser 25 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Agnès Vandevelde-Rougale : a-vandevelde@orange.fr

♦ La rubrique « Varia », par laquelle se clôt tout numéro de la revue, accueille, comme son nom l’indique, des articles qui ne répondent pas aux différents appels à contributions thématiques en cours ni aux rubriques précédentes. Ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Audrey Tuaillon Demésy (audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr) ET Laurent Di Filippo (laurent@di-filippo.fr).

♦ Enfin, la dernière partie de la revue recueille des « Notes de lecture » dans lesquelles un ouvrage peut être présenté de manière synthétique mais aussi critiqué, la note pouvant ainsi constituer un coup de cœur ou, au contraire, un coup de gueule ! Chaque note de lecture peut aller jusqu’à 12 000 signes (notes et espaces compris) et doit être adressée à Florent Schepens :schepens.f@wanadoo.fr. Par ailleurs, les auteurs peuvent nous adresser leur ouvrage pour que la revue en rédige une note de lecture à l’adresse suivante : Sébastien Haissat, UPFR Sports, 31 Chemin de l’Epitaphe – F, 25 000 Besançon. Cette proposition ne peut être prise comme un engagement contractuel de la part de la revue. Les ouvrages, qu’ils soient ou non recensés, ne seront pas retournés à leurs auteurs ou éditeurs.

La politique éditoriale de la revue

  • ¿ Interrogations  ? est une revue à comité de lecture. Tous les articles reçus sont d’abord soumis à une pré-expertise interne au comité de rédaction, qui évalue leur pertinence scientifique, ainsi que leurs qualités rédactionnelles. Ils sont ensuite soumis à une double expertise à l’aveugle, réalisée anonymement par le comité de lecture ou par des chercheurs sollicités à l’extérieur.
  • La revue est indépendante de toutes institutions (universités, laboratoires, etc.) et de toutes écoles. Elle défend la pluridisciplinarité et le croisement des regards épistémologiques et méthodologiques.
  • Dans un souci de diffusion de la connaissance, l’ensemble des numéros est en libre accès sur le site internet de la revue (http://www.revue-interrogations.org), dès leur mise en ligne et ce, sans aucune restriction.

Ateliers du livre – « Le roman graphique »

Le mardi 16 avril 2019 | 9h – 17h
Bibliothèque nationale de France – site François-Mitterrand (Paris 13è)

Les « Ateliers du livre » de la Bibliothèque nationale de France proposent des rendez-vous réguliers autour de l’histoire du livre et de ses enjeux contemporains. 

Qu’on le considère comme une forme esthétique ou un objet éditorial, le roman graphique s’est imposé ces dernières années dans le paysage de la bande dessinée. Catégorie d’ouvrages protéiformes aux contours encore mal définis, il est devenu l’un des éléments structurants d’une offre éditoriale abondante et variée. Au cœur des enjeux de légitimation qui travaillent un secteur dont le dynamisme ne s’est pas démenti au cours des deux dernières décennies, il fournit des opportunités de médiation nouvelles et stimulantes en librairie, en bibliothèque ainsi que dans des expositions.

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre

Entrée libre

Programme

9h: Ouverture par Cécile Rabot, sociologue, maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre (Centre européen de sociologie et de science politique) et le Directeur général de la Bibliothèque nationale de France ou son représentant

LE ROMAN GRAPHIQUE ET SON CADRE : HISTORIQUE, FRONTIÈRES, DÉFINITIONS

9h30: Le roman graphique du point de vue de l’auteur
Par Tiphaine Rivière, auteure de Carnets de thèse (Seuil, 2015) et de L’invasion des imbéciles (Seuil, 2019).

10h: Du roman en estampes au roman graphique. Généalogie d’une catégorie éditoriale
Par Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine (Institut de recherches historiques du septentrion, Université de Lille).

10h30: Le « graphic novel » comme étiquette nouvelle : des premiers usages américains de la catégorie dans les années 1970 aux premiers usages français dans les années 1980
Par Jean-Matthieu Méon, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine).

11h à 11h30: Pause

11h30: Le récit mémoriel historique en bande dessinée, un roman graphique consacré à la mémoire
Par Isabelle Delorme, docteure en histoire contemporaine, chercheuse associée au Centre d’Histoire de Sciences Po (Lauréate de la bourse Mark Pigott et chercheuse invitée de la BnF en 2016-2017).

12h à 14h: Déjeuner libre

LE ROMAN GRAPHIQUE ET SES EDITEURS

14h: Structuration des catalogues : comment les éditeurs alternatifs mobilisent (ou non) la catégorie roman graphique
Par Kévin Le Bruchec, Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication (Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13 Villetaneuse).

14h30: L’édition alternative de bandes dessinées
Par Serge Ewenczyk des éditions Ça et là.

15h:Roman graphique et stratégies éditoriales
Par Benoît Mouchart, directeur éditorial en charge de la bande dessinée chez Casterman.

15h30 à 15h40: Pause

15h40: Les médiations du roman graphique : bibliothèques, librairies, expositions
Table-ronde introduite et modérée par Jean-Marie Compte, directeur du département Littérature et art à la Bibliothèque nationale de France.
Avec Jean-Christophe Boudet, libraire, maître de conférences associé au Pôle métiers du livre de l’Université Paris Nanterre, Thierry Groensteen, spécialiste de la bande dessinée et commissaire de l’exposition « Roman graphique » à la Fondation Jan Michalski du 3 novembre 2018 au 6 janvier 2019, Antoine Torrens, directeur des bibliothèques de la ville de Compiègne.

17h: Fin de l’atelier du livre

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France
Salle 70
Quai François-Mauriac
Paris 13e

Accès Métro :
Ligne 14 – Bibliothèque François Mitterrand
Ligne 6 – Quai de la gare

Parution – « Umberto Eco et les théories du complot – Contre le complotisme. Au-delà de l’anticomplotisme »

Alessandro Leiduan, Umberto Eco et les théories du complot – Contre le complotisme. Au-delà de l’anticomplotisme
Editeur : Ovadia

Isbn : 978-2-36392-319-6

Prix : 22,00 €

Nb de pages : 242 pages

Genre : Philosophie

Présentation
Cet ouvrage étudie le phénomène du complotisme à partir de l’oeuvre de l’écrivain italien Umberto Eco. La vitrine principale de ses idées sur le sujet est constituée par l’ensemble de ses romans: Eco y étudie les implications entre les croyances complotistes et certains mécanismes psychologiques et culturels ayant permis, à toutes les époques de l’histoire,  d’identifier de faux coupables en leur imputant la responsabilité du mal qui sévit dans le monde, afin de se libérer de tout remords ou de toute responsabilité. Eco considère les théories du complot comme une «variante moderne» d’une forme d’irrationalité très ancienne, dont les principales préfigurations historiques seraient, selon lui, l’hermétisme et le gnosticisme. Mais la rationalité au nom de laquelle il condamne les théories du complot est peut-être plus irrationnelle encore que celle qu’il dénonce…S’il ne fait aucun doute, en effet, que les théories du complot témoignent d’une forme d’irrationalité, il est évident aussi qu’elles ne sont pas le seul avatar de l’irrationalitécontemporaine et que ses autres ramifications (y compris celles qui se nichent dans le modèle d’organisation économico-politique actuellement dominant) mériteraient d’être examinées avec autant de rigueur critique.
L’auteurAlessandro Leiduan est agrégé d’italien et enseigne à l’université de Toulon en qualité de maître de conférences. Fondateur du «Réseau pour l’étude du complotisme», il a traduit pour les éditions Ovadia, Encore Marx ! Le spectre revient de Diego Fusaro.

Parution – « Mémoires en jeu (Memories at Stake) »

Sortie du n° 8 de Mémoires en jeu (Memories at Stake), revue traitant des questions de mémoire et de témoignage liées, notamment, aux violences collectives aussi bien contemporaines qu’historiques.

Dans ce premier numéro de l’année 2019 : des critiques de livres, de films et d’expositions, un dossier consacré à l’Encyclopédie critique du témoignage et de la mémoire (http://memories-testimony.com/), projet d’envergure adossé à la revue, un entretien avec Meïr Waintrater mené par Philippe Mesnard en juillet 2018 sur la mémoire de la Shoah et l’antisémitisme du temps présent, un débat sur le « multidirectionnel » à partir de la lecture du livre de Michael Rothberg Multidirectional Memory (récemment traduit en français par Luba Jurgenson), et bien plus encore…

Le site internet de Mémoires en jeu (https://www.memoires-en-jeu.com/) propose des contenus complémentaires à la revue papier, notamment une série d’entretiens filmés avec des personnalités du monde académique et artistique (https://www.memoires-en-jeu.com/videos/). En écho à ce n° 8, vous pourrez retrouver l’interview de Michael Rothberg enregistrée en 2016 à Berlin.

Contact : memoires.en.jeu@gmail.com

Retrouvez les sommaires des anciens numéros :  http://www.memoires-en-jeu.com/sommaires/

Pour vous abonner ou vous réabonner à la revue : https://www.memoires-en-jeu.com/commander-la-revue/

Suivez-nous sur Facebook https://www.facebook.com/memoires.en.jeu/ et Twitter https://twitter.com/RevueMemoiresEJ

Parution – « La Galanterie, une mythologie française »

La Galanterie, une mythologie française

Alain Viala

Seuil

coll. La Couleur des idées
Date de parution 04/04/2019
24.00 € TTC
400 pages
EAN 9782021412314

Comment la galanterie, idéal social de distinction sous l’Ancien Régime, est-elle devenue un sujet de polémique qui défraie régulièrement la chronique ? Reprenant le fil de l’enquête menée dans l’ouvrage La France galante là où il l’avait arrêtée, à la période révolutionnaire, Alain Viala retrace plus de deux siècles d’évolution d’une notion éminemment plastique, qui qualifie des comportements ou des objets dans les domaines variés, dont l’amour n’est qu’une des facettes.

Proscrite par les révolutionnaires, tour à tour décriée comme étant l’expression de la misogynie et d’un idéal bourgeois dominateur et étriqué, regrettée comme forme ancienne d’étiquette disparue, louée comme une facette d’un art de vivre à la française, la galanterie a été le sujet de débats constants depuis le milieu du XVIIe siècle. C’est qu’elle laisse entrevoir des enjeux sociaux et politiques de poids, tels que la civilité, la morale amoureuse, la condition féminine, la définition du style et des bonnes manières et même l’identité nationale…

Professeur émérite à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et à l’Université d’Oxford, Alain Viala a publié de nombreux livres consacrés à la sociologie littéraire (Naissance de l’écrivain, Minuit, 1985), mais aussi à la littérature classique ou au théâtre, dont : La France galante (PUF, 2008), Histoire du théâtre (PUF, 2010) et Le Théâtre (coécrit avec Daniel Mesguich, PUF, 2011).