Archives mensuelles : septembre 2019

Annonce de poste – « Urgent : ingénieur.e d’étude – CDD 16 mois »

La revue Biens symboliques/Symbolic Goods recherche une coordinatrice ou un coordinateur pour le programme TRANSIENS (programme d’expérimentation et de réflexion autour du multilinguisme dans l’édition en SHS, porté par la revue en partenariat avec OpenEdition)

Le poste est à pourvoir de manière urgente (candidatures jusqu’à lundi 30/09 minuit, nos excuses pour ce délai…)

Vous trouverez toutes les informations sur ce poste à cette adresse : https://bssg.hypotheses.org/547

Appel à communications – « Enquête sur les enquêtes : tableaux, parnasses, panoramas de l’histoire littéraire »

Enquête sur les enquêtes : tableaux, parnasses, panoramas de l’histoire littéraire

Colloque organisé par Alexandre Gefen et Guillaume Métayer

UMR THALIM (CNRS-Paris 3-ENS) & UMR CELLF (CNRS-Sorbonne université)

14-15 septembre 2020

Maison de la recherche de l’université Paris 3 (rue des Irlandais) et Maison de la recherche de Sorbonne Université (rue Serpente)

Du Tableau de l’esprit de nos écrivains de Sabatier de Castres en 1772 au Tableau de la littérature française de la NRF en 1929 en passant par le Tableau historique de l’état et des progrès de la littérature française depuis 1789 de Marie-Joseph Chénier (1818), de L’Enquête sur l’évolution littéraire de Jules Huret de 1891 à l’enquête « Pourquoi écrivez-vous ? » de la revue Papiers en 2019 en passant par la célèbre enquête de la revue Littérature de 1919, tableaux, bilans, enquêtes, panoramas jalonnent l’histoire littéraire en fournissant autant de points d’arrêt et de comparaison que de vues synoptiques. Passant de la modalité sérieuse du rapport (Rapport sur le progrès des lettres et des sciences en France de Silvestre de Sacy) à des formes plus enjouées et intimes (le questionnaire de Proust), distincts des entreprises historiennes par leur volonté de proposer une coupe instantanée du présent, souvent produits par les écrivains eux-mêmes et recourant à partir de la fin du XIXe siècle à la modalité spécifique de l’entretien et de l’enquête, ces tableaux synchroniques sont une modalité à part de la critique littéraire. Or ces tentatives de bilan, parfois rééditées, toujours objets de curiosité, n’ont jamais été étudiées en tant que telles. Ce colloque fera le pari qu’elles offrent des points d’observations exceptionnels, à la fois pour les résultats de synthèse qu’elles proposent que pour les présupposés qui les animent. Leurs auteurs, leurs modalités (tableaux de synthèse, schémas, listes, réponses des écrivains eux-mêmes, etc.), leurs frontières chronologiques et leurs choix sociologiques nous semblent aussi riches d’informations que les conclusions qu’elles recueillent sur des moments de l’histoire des lettres. Après l’âge des représentations allégoriques, telles que le Voyage au Parnasse de Cervantès (1614) ou encore le Temple du goût de Voltaire (1733), comment la littérature donne-t-elle d’elle-même une vue synoptique et, le plus souvent, synchronique ? À quelles images et à quels instruments recourt-elle pour mettre en lumière, et parfois en scène, ses grands tendances esthétiques, ses hiérarchies et ses valeurs ? En proposant de revenir de près sur les nombreux exemples de ces enquêtes littéraires, et en réfléchissant sur les formes et la signification du genre lui-même, on se proposera ainsi de réfléchir à l’histoire de l’histoire littéraire, mais aussi aux systèmes de valeurs accompagnant l’idée même de littérature.

 

Les propositions d’interventions (1 page accompagnée d’une brève bio-bibliographie) sont à envoyer à gefen@fabula.org et gme.metayer@gmail.com avant le 31 mars 2020.​

Parution – « Médiamorphoses. Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication »

Pascal Durand, Médiamorphoses. Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication, Liège, Presses Universitaires de Liège, coll. « Situations », 2019, 323 pages.
ISBN : 978-2-87562-218-1

Quatrième de couverture :

Anecdotique ou survoltée, l’analyse des rapports entre littérature et journalisme et, plus largement, entre culture et médias a longtemps été réservée aux historiens de la presse ou aux théoriciens de la communication. Ces rapports alimentent un nombre croissant de travaux dans le domaine des études littéraires. Objets de langage, les œuvres étaient enfermées dans leurs propres contours. Voici qu’elles sont de plus en plus envisagées comme les produits de vastes configurations discursives, sociales et techniques, dont les variations à travers l’histoire font aussi varier leur perception et leur interprétation.

Le mot-valise médiamorphoses résume assez bien les choses et la conversion de notre regard sur ces choses. Adhésion des objets culturels à leurs supports. Relation circulaire des uns avec les autres. Mais aussi changements de perspective quant à ces objets, par effet de l’univers médiatique contemporain sur nos schémas de compréhension.

Ces processus sont abordés ici d’un triple point de vue. Point de vue historique, des années 1830 à nos jours : Lamartine, Mallarmé ou Dumas, Le Bon ou Tarde, Gramsci, Benjamin ou McLuhan sont tour à tour convoqués, acteurs autant que témoins des mutations de la sensibilité en régime journalistique puis médiatique. Point de vue analytique, sur des objets divers : de la poésie au roman-feuilleton, de la littérature à la publicité, des débats sur le reportage naissant aux formes journalistiques actuelles, des langages du pouvoir à la rhétorique réactionnaire. Point de vue théorique enfin, articulant esthétique et critique des médias : moyen d’entrevoir, derrière la rationalité des dispositifs et des théories de la communication, les fantasmagories que celle-ci recouvre, entre contrôle des esprits et évasion imaginaire.

Pascal Durand est professeur ordinaire à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège. Parmi ses publications figurent La Censure invisible (Actes Sud, 2006), Mallarmé. Du sens des formes asens des formalités (Seuil, 2008) et Histoire de l’édition en Belgique (avec T. Habrand, Les Impressions Nouvelles, 2018).

SOMMAIRE

 

INTRODUCTION

 

PREMIERE PARTIE

DE LA PRESSE AUX MEDIAS

 

CHAPITRE PREMIER

 

Question de concepts

D’un siècle à l’autre

 

CHAPITRE II

 

Temps et Don

Le Présent des médias

 

CHAPITRE III

 

Crise de presse

Le journalisme au péril du reportage

 

CHAPITRE IV

 

Poésie et sphère publique

Le cas du Figaro

 

CHAPITRE V

 

Une descente dans le Maelstrom

McLuhan quarante ans après

.

DEUXIEME PARTIE

MEDIAS ET CULTURE MEDIATIQUE

 

CHAPITRE VI

 

La « culture médiatique » au xixe siècle

Essai de définition et de périodisation

 

CHAPITRE VII

 

Culture populaire, culture de masse

ou culture de mass-médias ?

Le regard d’Antonio Gramsci

 

CHAPITRE VIII

 

Utopie et contre-utopie

Allégorie de la communication

dans Le Comte de Monte-Cristo

 

CHAPITRE IX

 

L’« aura » et la chose écrite

Une mise au point

 

CHAPITRE X

 

Les avenirs du livre

Visions rétrospectives

 

CHAPITRE XI

 

La trahison des images

Rhétorique de Benetton

 

TROISIEME PARTIE

COMMUNICATION ET LANGAGES DU POUVOIR

 

CHAPITRE XII

 

Censure et sens commun professionnel

Sur quelques contraintes du discours journalistique

 

CHAPITRE XIII

 

Lieu commun et communication

Essai de typologie critique

 

CHAPITRE XIV

 

Soma ou novlangue

À propos des nouveaux mots du pouvoir

 

CHAPITRE XV

 

Le marché des radicaux libres

Avatars contemporains du discours réactionnaire

 

CONCLUSION

Des « communications » à « la communication »

 

INDEX DES NOMS

 

REFERENCES

 

TABLE DES MATIERES

Parution – « PUN – Éditions Universitaires de Lorraine : Book Practices & Textual Itineraries »

Les PUN – Éditions Universitaires de Lorraine vous informent que trois volumes de la collection « Book Practices & Textual Itineraries » viennent de paraître:

  • BPTI 7 : Illustrating History / Illustrer l’histoire
  • BPTI 9 : L’Habillage du livre et du texte aux XVIIe et XVIIIe siècles
  • BPTI 11 : Mark SaFranko : The Creative Itineraries of a ‘Renaissance Man’

Vous trouverez ci-joint des flyers concernant ces nouvelles parutions.

BPTI_7_Illustrating_history_-_Illustrer_l_histoire

BPTI_9_L_Habillage_du_livre_et_du_texte_aux_XVIIe_et_XVIIIe_si__cles

BPTI_11_Mark_SaFranko

Colloque – « Écritures urbaines, écritures exposées » Paris 11/10 – Marseille 18/10 »

Le colloque pluridisciplinaire « Écritures urbaines, écritures exposées » organisé à l’initiative de la revue Biens symboliques/Symbolic Goods en partenariat avec le Mucem se tiendra les 11 et 18 octobre prochains, à la MSH Paris Nord (11/10) et au MUCEM, à Marseille (18/10). 
 
Vous en trouverez le programme à l’adresse suivante : https://bssg.hypotheses.org/528
 
Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter :  ecritures.exposees@gmail.com 
 
Au plaisir de vous y retrouver !

Appel à communications – « Dans un monde d’hommes : femmes, archives et histoire de l’imprimé au Québec »

Dans un monde d’hommes :

femmes, archives et histoire de l’imprimé au Québec

Proposition de colloque pour l’ACFAS

 

Université de Sherbrooke

4 au 8 mai 2020

 

Comité organisateur : Marie-Andrée Bergeron (Université de Calgary), Anthony Glinoer et Marie-Pier Luneau (Université de Sherbrooke). 

 

La question des archives du livre a suscité, au cours des dernières années, plusieurs colloques et projets de recherche. Les chercheures et chercheurs qui s’y sont confrontés n’ont pu que constater la présence évanescente et feutrée des femmes et de leurs trajectoires au sein de ces masses de documents. C’est précisément cette question que ce colloque souhaite soulever de manière frontale : quelles sont les traces laissées par les femmes dans les archives du livre et de l’imprimé?

Longtemps écartées de tout poste à responsabilité, les femmes ont développé des stratégies alternatives, qui nous obligent à penser autrement la recherche sur leurs pratiques. La mise à la marge des femmes dans le monde de l’imprimé au Québec et l’obligation de renouveler nos approches de la recherche seront les deux axes autour desquels s’organisera le colloque. L’objectif principal de l’événement consistera à comprendre les modalités de l’émergence et de la consolidation de la présence des femmes dans l’histoire du livre et de l’imprimé au Québec, laquelle s’est organisée sur le mode associatif puis, avec les féministes de la 2e vague, par la création de collectifs à objectifs politiques (maisons d’édition, collections, revues, librairies, œuvres en collaboration).

Axe 1. Questions institutionnelles

Le récit de l’histoire du livre et de l’imprimé au Québec, au moins jusqu’aux années 1970, est celui d’un monde d’hommes. Nier cette réalité reviendrait à s’aveugler, néanmoins il y eut des femmes dans l’histoire de la littérature et de l’imprimé. Si notre connaissance de l’histoire des femmes écrivaines et journalistes s’affine de plus en plus, reste à éclairer celle de leur présence au sein des maisons d’édition, du monde de l’illustration, des imprimeries, des librairies, des associations. Et qu’en est-il également de leur implication dans les périodiques, en particulier les publications spécialisées s’adressant aux femmes —et, pour cette raison même, souvent désaffectées par la recherche—, comme les revues de mode, de couture, de cuisine, ou les catalogues de robes de mariées et autres vêtements?  Les communications se situant dans cet axe pourront, à partir de matériaux d’archives, viser à :

·        Mettre au jour la trajectoire de femmes méconnues dans l’histoire de l’imprimé;

·        Étudier les conditions de travail des femmes dans le monde du livre, au moyen des documents d’archives laissés par les différentes entreprises qui les emploient;

·        Cerner et interroger les phénomènes de mise à l’écart des femmes, dans une perspective diachronique ou synchronique;

·        Réfléchir aux types de postes occupés par les femmes dans l’histoire de l’imprimé, en fonction des époques et, dans la foulée, cerner les différents secteurs de production qui leur sont dévolus (ex. écrits pour la jeunesse, écrits intimes, etc.);

·        Mesurer, dans l’histoire du livre et de l’imprimé au Québec, les effets de la double marginalisation des femmes éloignées du grand centre qu’incarne Montréal, que ces femmes résident en région ou ailleurs au Canada français;

·        Réfléchir aux conséquences de la relégation des femmes et des féministes dans des collections précises, dans les pages de catalogues de maisons généralistes, dans les listes et palmarès, etc.

Axe 2. Questions de méthode

Où trouver les traces du travail des femmes dans le milieu du livre et de l’imprimé? Plus leur action est éloignée dans le temps, plus les chercheures et chercheurs doivent faire preuve d’inventivité pour débusquer même les faits biographiques les plus banals.  Les communications se situant dans cet axe pourront, à partir de matériaux d’archives, viser à :

·        Proposer des démarches méthodologiques permettant d’appréhender pleinement la présence des femmes dans l’histoire de l’imprimé;

·        Lancer des interrogations sur la façon spécifique de manipuler des types de documents encore peu utilisés en recherche (ex. agendas, calendriers, carnets de notes, mémoires de famille, témoignages);

·        Réfléchir à la valorisation des archives des femmes en histoire de l’imprimé, laquelle est souvent entravée par l’infériorité hiérarchique des postes occupés et par la dévaluation des types de documents qu’elles ont laissés.

 

Les propositions de communication de 100 mots maximum, de même qu’une notice biographique de 100 mots maximum doivent être envoyées à Marie-Pier.Luneau@USherbrooke.ca, avant le 20 octobre 2019.

Parution – « L’Artiste en revues. Arts et discours en mode périodique (L. Brogniez, C. Dessy, Cl. Sadoun-Édouard, dir.) »

L’Artiste en revues. Arts et discours en mode périodique


Laurence Brogniez, Clément Dessy, Clara Sadoun-Édouard (dir.), 

Presses Universitaire de Rennes, collection « Interférences », 2019.

EAN13 : 9782753577282.

Depuis le XIXe siècle, le journal ou la revue jouent un rôle fondamental dans la promotion des artistes. Ils constituent un lieu d’échange et de rencontre avec le public, avec d’autres artistes, avec l’actualité, et surtout, avec l’écriture. À la suite des recherches menées sur les écrits d’artistes et sur les liens qu’entretient la presse avec les arts et la littérature, le présent ouvrage prend pour objet les contributions des artistes aux supports périodiques, sur les plans de l’écriture, de la direction et de la gestion.  
Sous la désignation d’« artiste » sont pris en compte tant peintres que sculpteurs, compositeurs ou metteurs en scène. Les périodiques abordés incluent revues artistiques et littéraires, mais aussi journaux et revues généralistes, « petite presse » et magazines. Chaque chapitre metainsi au jour le rôle des revues et de la presse quotidienne dans la structuration de la vie artistique et les trajectoires individuelles des artistes.Des figures notoires sont étudiées, aussi diverses qu’Honoré Daumier, Nadar, Auguste Rodin, Paul Gauguin, Jacques Copeau, Salvador Dalí ou Pierre Boulez, ainsi que des titres particuliers, comme L’ArtisteMusicaValori Plastici ou Aspen. Ce livre envisage le recours aux périodiques comme une porte ouverte sur le monde pour les artistes, l’accès à un espace de confrontations et d’influences multiples, en plaçant cette expérience en perspective avec l’œuvre artistique.

Avec les contributions de Sarah Barbedette, Cecilia Braschi, Marco Consolini, Laurence Corbel, Anne-Marie Christin, Laurence Danguy, Alexandre De Craim, Daphné de Marneffe, Borys Delobbe, José-Luis Diaz, Michel Duchesneau, Rachel Esner, Fabienne Fravalo, Debra Kelly, Simon-Pier Labelle-Hogue, Françoise Lucbert, Sophie Lucet, Véronique Mattiussi, Violeta Nigro Giunta, Johan Pas, Romain Piana, Pierre Pinchon, Angelica Rigaudière, Joël Roucloux, Julien Schuh, Évanghélia Stead, Marie-Ève Thérenty, Karel Vanhaesebrouck, Érika Wicky, Audrey Ziane Quessada.

Laurence Brogniez est professeure à l’Université libre de Bruxelles. Elle s’intéresse aux rapports entre peinture et littérature à l’époque symboliste, à la critique d’art et aux écrits d’artistes en Belgique (xixe-xxe siècles). 
Clément Dessy est professeur à l’Université de Warwick. Ses recherches portent sur les rapports entre littérature et arts visuels et les échanges culturels transnationaux entre les espaces francophones et anglophones à la fin du xixesiècle.
Clara Sadoun-Edouard est docteure de l’Université libre de Bruxelles. Elle est spécialiste des relations entre presse, littérature et mondanité (1860-1913) et s’intéresse au naturalisme en France et en Belgique.
 

Colloque – « Fiction Politique – 10 et 11 octobre (Nancy) »

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous le programme du colloque International et Interdisciplinaire Jeunes Chercheurs du Laboratoire LIS, intitulé « Fiction Politique » ;

Programme : https://www.fabula.org/actualites/fiction-politique_92200.php

Appel à contributions : https://www.fabula.org/actualites/colloque-fiction-politique_89425.php

L’événement aura lieu du jeudi 10 au vendredi 11 octobre 2019 , à Nancy, sur le campus de Sciences Humaines (Salle A104).

Monsieur Patrick Boucheron, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle), nous fera l’honneur de sa présence le jeudi 11 octobre 2019 pour une conférence intitulée « Fictions Politiques et politique-fiction : remarques sur quelques cas de préfigurations narratives. »

Le colloque se terminera par une table-ronde, sur le thème de la postvérité et des fake news , qui se déroulera le vendredi 11 octobre 2019, entre 14 h 30 et 16h30, à Nancy, en salle A104 (bâtiment A, premier étage).

Pour débattre avec nous et répondre aux questions du public, quatre intervenants nous feront le plaisir de leur présence ;

    * Mme Estelle Faye, auteure, scénariste ;

    * M. Christophe Bouriau, philosophe, professeur de philosophie à l’Université de Lorraine ;

    * M. Dominique Bourg, philosophe, professeur à l’Université de Lausanne, engagé auprès d’Urgence écologie ;

    * M. Paul Aubriat, journaliste à l’AFP et enseignement à Sciences Po ;

L’entrée est libre et gratuite.

Nous espérons vous y voir nombreux !

Prolongement d’appel à communication – « Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung »

Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung

Vendredi 6 et samedi 7 décembre 2019, Université Paris – Nanterre

 

 

En mai 2015, dans un article du quotidien Le Monde, Abdourahman Waberi se demandait « Comment dit-on “roman africain” en japonais ? » Présent au Japon à l’occasion de la traduction de trois de ses ouvrages, il y faisait la liste des rares auteur.e.s du continent africain à avoir connu cet honneur. La parution de Balbala, Transit et Passage des larmes est à mettre en lien avec un projet plus vaste émanant de la diplomatie culturelle pour permettre le rayonnement de la francophonie littéraire en Asie. En témoignent la remise chaque année du Prix Fu Lei de la traduction et de l’édition créé en 2009 à l’initiative de l’Ambassade de France en Chine ou encore la liste des « 30 auteurs francophones à traduire » diffusée par l’Institut français du Japon. Parmi ces derniers figuraient, entre autres, Sony Labou Tansi, Mongo Beti, Ferdinand Oyono ou encore Aminata Sow Fall, autant d’écrivain.e.s que l’institution désirait faire connaître en soutenant financièrement les traducteurs intéressés.

            L’exemple d’Abdourahman Waberi rend compte d’un phénomène mal connu, celui des circulations littéraires et intellectuelles contemporaines entre l’Asie et l’Afrique. Si le développement des liens commerciaux entre la Chine et de nombreux pays subsahariens a donné lieu à un grand nombre de publications récentes, il n’en a pas été de même concernant le domaine de la culture. Pourtant, plusieurs initiatives témoignent de la vitalité de ces échanges. Ainsi, en 2015, la maison d’édition Twaweza Communications faisait paraître en kiswahili un recueil du poète yi Jidi Majia tandis que la China Translation and Publishing Corporation sortait l’année dernière une traduction de Demain j’aurai vingt ans d’Alain Mabanckou. De même, la revue panafricaine en ligne Jalada accueillait dans les pages de son numéro 4 des contributions d’Aryanil Mukherjee ou de Linda Ashok, tous deux originaires du sous-continent indien. Les œuvres ne sont néanmoins pas les seules à circuler, les artistes et universitaires participent eux aussi directement à cette mobilité entre les deux espaces comme le prouvent les exemples de Biodun Jeyifo et de Femi Osofisan, qui ont animé ces dernières années des séminaires sur le théâtre africain à l’Université de Pékin, ou encore d’Arundathi Roy faisant la promotion en Afrique du Sud de son dernier titre, The Ministry of Utmost Happiness. Enfin, citons la réception du Prix Park Kyung-ni par Ngũgĩ wa Thiong’o en 2016, dernière étape d’un compagnonnage de l’auteur kényan avec la Corée du Sud amorcé dès les années 1980, époque où il prit la défense du poète Kim Chi Ha.

 

Des congrès panafricains du début du XXe siècle aux conférences panasiatiques de Nagasaki et de Shanghai, nombreuses furent les initiatives précoloniales réunissant des ressortissants de territoires des deux continents. Néanmoins, à partir de la conférence de Bandung en 1955 et, surtout, du premier congrès de l’Afro-Asian Writers Association tenu à Tachkent en 1958, leurs liens prirent un nouveau visage. Au sortir des indépendances, l’ambition de concourir à l’émergence d’une troisième voie internationale poussa en effet des personnalités africaines et asiatiques à établir des contacts. Ngũgĩ wa Thiong’o a ainsi plusieurs fois insisté sur l’importance de développer un axe afro-asiatique capable de concurrencer la modernité euro-américaine. Parmi les initiatives y ayant contribué, le théâtre fut très certainement la plus célèbre. Quant à la Chine communiste, elle chercha dans les années 1980 à promouvoir ses liens avec le Tiers-Monde, elle eut pour cela notamment recours aux traductions. La Foreign Literature Publishing House fit par exemple traduire des textes de Léopold Sédar Senghor, de Wole Soyinka et de Mouloud Mammeri.

La présence de part et d’autre de l’océan Indien d’importantes diasporas très implantées localement explique encore aujourd’hui la vitalité des échanges et de la création. En Afrique de l’Est, beaucoup de figures de la vie culturelle sont ainsi issues des rangs de la communauté indienne comme, par exemple, Peter Nazareth, Rajat Neogy, Abraham Verghese, Bahadur Tejani ou encore M.G. Vassanji. D’autres, émergentes, doivent être analysées plus en détail tant elles sont amenées à prendre de l’importance dans la décennie à venir, tel est le cas par exemple des étudiants africains en Chine puisque le pays est devenu la seconde destination la plus prisée par ces derniers.

Mal connues, les circulations littéraires et intellectuelles entre l’Afrique et l’Asie ne sont donc pas récentes. Sans remonter aux connexions précoloniales et coloniales, ce colloque interdisciplinaire voudrait interroger leurs formes postcoloniales et les enjeux qui en découlent. Ces circulations ont en effet trop souvent été oubliées par la critique au profit des seuls liens que chacun de ces espaces avait tissés avec l’Occident. Sans remettre en cause l’importance de ces mouvements, nous voudrions adopter une autre perspective en privilégiant une approche comparative qui prendrait au mot Dipesh Chakrabarty quand il en appelait à provincialiser l’Europe. Nous proposant de mettre en évidence les formes contemporaines prises par ces relations, nous invitons les personnes intéressées à présenter leurs recherches consacrées à ces phénomènes. Plusieurs axes pourront ainsi être abordés. Sans être exhaustifs en voici quelques-uns :

 

– les trajectoires individuelles d’auteur.e.s ou d’intellectuel.le.s impliqué.e.s dans ces dynamiques,

– le rôle des traducteur.rice.s et des traductions dans ces circulations, le rôle du multilinguisme dans la création,

– les questions relatives à la diplomatie culturelle et au soft power,

– les réseaux et les solidarités s’étant tissés au cours de l’histoire récente,

– le rôle joué par des espaces et des institutions annexes dans ces relations (campus américains, maisons d’éditions occidentales…),

– les hybridations et branchements que ces circulations génèrent,

– la question des échanges et des transferts, sous forme d’hybridation ou de reconfiguration, des motifs, traditions/corpus, genres littéraires,

– la Réunion, Maurice et Madagascar comme espaces d’hybridations entre l’Asie et l’Afrique,

– la question des mondialités littéraires/culturelles sans l’Europe,

–  …

 

Nous invitons les chercheur.se.s issu.e.s des études littéraires, mais aussi des autres disciplines des sciences humaines et sociales à nous faire parvenir leurs propositions de communications (300 mots maximum) pour le 1er octobre 2019 à circulationsafroasiatiques@gmail.com.

 

Bibliographie indicative :

 

Banham, Martin, Gibbs, James et Osofisan, Femi (eds.), African Theatre 15: China, India and the Eastern World, Woodbridge, James Currey, 2016.

 

Batchelor, Kathryn et Zhang, Xialoing (eds.), China-Africa Relations. Building Images through Cultural Co-operation, Media Representation, and Communication, Londres, Routledge, 2017.

 

Brisson, Thomas, Décentrer l’Occident. Les Intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018.

 

Chetty, Rajendra (ed.), South African Indian Writings in English, Durban, Madiba, 2002.

 

Courmont, Barthélémy, Chine, la grande séduction. Essai sur le soft power chinois, Paris, Choiseul, 2009.

 

Clavaron, Yves et Dieterle, Bernard (dir.), Métissages littéraires, actes du XXXIIe Congrès de la SFLGC, Saint-Étienne, 8-10 septembre 2004, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005.

 

Desai, Gaurav (ed.), « Asian African Literatures », in Research in African Literatures, vol. 42, n° 3, 2011.

 

Gilbert, Catherine, « Chinese literature in Africa: meaningful or simply ceremonial? », in The Conversation, 17 novembre 2016. [en ligne] URL :http://theconversation.com/chinese-literature-in-africa-meaningful-or-simply-ceremonial-63416

 

Halim, Hala, « Lotus, the Afro-Asian Nexus, and Global South Comparatism », in Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, n° 32, 2012, p. 563–583.

 

Hofmeyr, Isabel, « Universalising the Indian Ocean », in PMLA, vol. 125, n° 3, p. 721-729, 2010.

 

Hofmeyr, Isabel et Williams, Michelle (eds.), South Africa and India: Shaping the Global South, Johannesburg, Witwatersrand University Press, 2011.

 

Humes, Bruce, « Can Literary Imports Change Chinese Perceptions of Africa? », in Sixth Tone, 7 mai 2018. [en ligne] URL : https://www.sixthtone.com/news/1002159/can-literary-imports-change-chinese-perceptions-of-africa%3F

 

Issur, Kumari R. et Hookoomsing, Vinesh Y. (dir.), L’océan Indien dans les littératures francophones : pays réels, pays rêvés, pays révélés, Paris-Reduit, Karthala-Presses de l’Université de Maurice, coll. « Lettres du Sud », 2002.

 

Lee, Christopher, Making a World after Empire: The Bandung Moment and Its Political Afterlives, Athens, Ohio University Press, 2010.

 

Marimoutou, Jean-Claude Carpanin et Vergès, Françoise, Amarres. Créolisations india-océanes, Paris, L’Harmattan, 2005.

 

Mignolo, Walter, « Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé)colonialité, pensée frontalière et désobéissance épistémologique », in Mouvements, n° 73, 2013, p. 181-190.

 

Paravy, Florence et Moura, Jean-Marc (dir.), Littératures africaines et comparatisme, Metz, Université Paul-Verlaine, Centre Écritures, coll. « Littératures des mondes contemporains », 2012.

 

Rabault-Feuerhahn, Pascale (dir.), Théories intercontinentales, voyages du comparatisme postcolonial, Paris, Demopolis, coll. « Quaero », 2014.

 

Raharimanana, Jean-Luc (dir.), Identités, langues et imaginaires dans l’océan Indien, Interculturel Francophonies, n° 4, Lecce, Alliance française, 2003.

 

Ravi, Slirata, Rethinking Global Mauritius. Critical Essays on Mauritian Literatures and Cultures, Trou d’eau douce (Maurice), L’Atelier d’écriture, coll. « Essais et critiques littéraires », 2013.

 

Singh, Jaspal et Chetty, Rajendra (eds.), Indian Writers: Transnationalisms and Diasporas, New York, Peter Lang, 2010.

 

Tsuchiya, Satoru, « African Literature in Japan », in Research in African Literatures, vol. 6, n° 2, 1975, p. 232-236.

 

Yoon, Duncan M., « The Global South and Cultural Struggles: On the Afro-Asian People’s Solidarity Organization. », in Journal of Contemporary Thought , n° 35, 2012, p. 40-46.

 

Yoon, Duncan M., Cold War Africa and China: The Afro-Asian Writers’ Bureau and the Rise of Postcolonial Literature,  Thèse de Phd, UCLA, 2014.

 

Yoon, Duncan M., « Our Forces Have Redoubled’: World Literature, Postcolonialism, and the Afro-Asian Writers’ Bureau », in Cambridge Journal of Postcolonial Literary Inquiry 2, n° 2, 2015, p. 233-252.

 

Yoon, Duncan M., « Bandung Nostalgia and the Global South », in Russell-West Pavlov (ed.), The Global South and Literature, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, p. 23-33.

 

Comité scientifique :

 

Nathalie Carré, MCF, Inalco

Anne Castaing, Chargée de Recherche, CNRS

Yves Clavaron, PU, Université de Saint-Étienne

Muriel Détrie, MCF, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Claire Gallien, MCF, Université Paul Valéry, Montpellier

Claudine Le Blanc, MCF HDR, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Jean-Marc Moura, PU, Université Paris – Nanterre

Dominique Ranaivoson, MCF HDR, Université de Lorraine

Linda Rasoamanana, MCF, Centre Universitaire de Mayotte

Rémi Armand Tchokothe, Assistant Professor, Université de Bayreuth

 

Organisateur :

 

Pierre Boizette (Paris Nanterre) avec le soutien de l’École doctorale 138 et du centre de recherche LIPO (Littérature et Poétiques Comparées).

 

Calendrier prévisionnel :

 

Les propositions de communications (en anglais ou en français) d’une longueur maximum de 300 mots ainsi qu’une présentation de l’auteur (100 mots maximum) sont à envoyer au plus tard le 1er octobre 2019 à l’adresse circulationsafroasiatiques@gmail.com. Les réponses seront données à partir du 20 octobre et le colloque se tiendra les 6 et 7 décembre à l’Université Paris – Nanterre.