Archives mensuelles : octobre 2019

Appel – « Politique de la fiction (charge de cours) »

Le Nouveau collège d’études politiques, formation transdisciplinaire commune aux universités Paris Nanterre et Paris 8, recherche un.e chargé.e de cours pour dispenser un module de 20h sur « Politique de la fiction » (au niveau L2), soit sous forme de cours accéléré la semaine du 6 janvier soit au second semestre de cette année. Les enseignements se déroulent sur le campus de l’université Paris Nanterre. Le recrutement nécessite d’avoir un statut compatible avec celui de chargé.e de cours (soit doctorant.e, soit salarié.e au moins à mi-temps). 
 
Merci de me contacter pour toute information ou candidature. 
 
Violaine Roussel
Professeure de sociologie, Université Paris 8/CRESPPA-Labtop
vroussel@univ-paris8.fr

Appel à communication – « Colloque Avatars de l’objet culturel underground »

Vous trouverez ci-joint un appel à communication pour un colloque organisé par les laboratoires LIS (Littérature, Imaginaire, Société -EA 7305) et CERCLE (EA 4372) qui aura lieu, à Nancy, les 1er et 2 avril 2020.
Les propositions de communication sont à renvoyer, avant le 20 décembre 2019, à : matthieu.remy@univ-lorraine.fr etdider.francfort@univ-lorraine.fr
 

Appel à contributions – « Revue Marges : Circulation des idées dans les mondes de l’art »

Je vous fait part de l’appel à contributions de la revue Marges en vue de sa prochaine journée d’étude et de son prochain numéro. Ceux-ci porteront sur la « Circulation des idées dans les mondes de l’art » : vous pouvez trouver le détail de l’appel en pièce jointe ou sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/circulation-des-idees-dans-les-mondes-de-l-art_93233.php. Les propositions sont à envoyer d’ici le 6 décembre, la journée d’étude aura lieu le 22 février 2020 à l’Institut National d’Histoire de l’Art (Paris). La revue Marges (éditée aux Presses Universitaires de Vincennes) se consacre principalement à l’art contemporain mais dans une perspective interdisciplinaire, mêlant à l’histoire de l’art, l’esthétique, la sociologie de l’art, l’histoire culturelle, les études littéraires, théâtrales ou cinématographiques, etc.

Appel_Marges_n.32_-_Circulation_des_id__es_dans_les_mondes_de_l_art

Appel à communications – « La chambre de travail, la chambre de l’esprit (Atelier APFUCC 2020) »

Appel à communications: La chambre de travail, la chambre de l’esprit :
l’imaginaire artistique dans les littératures d’_expression_ française (Atelier
9, APFUCC, Congrès 2020, Western University London, ON., 30 mai – 5 juin)

La chambre de travail, la chambre de l’esprit : l’imaginaire artistique dans
les littératures d’_expression_ française

Comment l’espace clos, que ce soit la chambre ou encore l’abri, peut-il d’un
côté pousser à la rêverie et de l’autre côté inquiéter et mener au cauchemar?
Pourquoi certaines demeures sont-elles directement liées à notre imaginaire et
à nos rêves, se demandait Gaston Bachelard dans son traité sur la poétique de
l’espace. Et plus précisément, comment l’espace clos, protégé, à l’abri du
bruit et de la foule pourrait-il devenir l’endroit privilégié où l’écrivain(e)
peut poursuivre son travail?

De nombreux auteurs se penchent sur cette image prise littéralement ou
métaphoriquement.  Ainsi, après avoir passé une bonne partie de sa vie dans
des fonctions publiques, Michel de Montaigne choisit une retraite dans la
bibliothèque de sa maison pour pouvoir écrire son œuvre. L’essayiste précise
qu’il nous faut une arrière-boutique toute nôtre, toute franche, dans laquelle
nous établissons notre véritable liberté et solitude.  En 1794, condamné à
quarante-deux jours d’arrêt dans la citadelle de Turin, Xavier de Maistre
passe ce temps à écrire Voyage autour de ma chambre : ce récit de
conversations de l’auteur avec lui-même, ouvrant tout un univers de sentiments
et souvenirs, le rapproche de Montaigne et sera admiré par Proust. Au début du
XXe siècle, sous l’angle féministe, Virginia Woolf fait l’éloge de la chambre
à soi : une femme a besoin d’une chambre qui ait une porte et une clé à
l’intérieur, privilège évident pour les femmes à l’époque, si elle veut se
plonger dans un processus de réflexion et de création littéraire.  Le poète
acadien Serge Patrice Thibodeau avoue qu’il écrit assis dans son fauteuil, «
apaisé par le simple confort du quotidien » qui crée un rideau entre lui et le
monde externe, rideau nécessaire, cependant perméable puisqu’il reste «
assailli » sans répit par les images menaçantes et furieuses du monde
extérieur.

La chambre, vue comme lieu d’isolation voulue (ou imposée) envisage deux côtés
complémentaires de l’espace qui dévoilent aussi la nature humaine : le
familier/ le confortable et le bizarre/étranger (Freud). En effet, la
perméabilité entre familier/habituel et non-familier/effrayant fait surface
aussi chez Marcel Proust qui nous montre que la transformation du menaçant en
familier est possible à travers l’imagination et encore par l’écriture. Ainsi,
dans l’espace intime, se « loge » la boutique de nos souvenirs (et nos
oublis).

Ouvert à toute approche, genre ou époque littéraire, cet atelier accueille des
propositions qui se penchent sur les représentations diverses de l’espace
clos; de la représentation concrète de la chambre, de la mansarde, du chalet
au milieu de la forêt ou de l’île perdue au milieu d’un océan, allant jusqu’à
l’espace abstrait, à savoir l’espace créé dans l’esprit d’un auteur/d’une
auteure où l’inspiration peut arriver, rester et s’allier au travail ardu.

Les propositions sont à envoyer au plus tard le 15 décembre 2019 par courriel
à : Sanda Badescu (sbadescu@upei.ca) et à Corina Sandu (csandu@uwo.ca).

Les propositions doivent préciser le nom de leur auteur.e, son affiliation,
son adresse, et présenter un titre et un texte de proposition de 250 à 300
mots (il est inutile d’envoyer un CV).

Les personnes ayant soumis une proposition de communication recevront un
message des organisateurs de l’atelier avant le 15 janvier 2020 les informant
de leur décision. L’adhésion à l’APFUCC est requise pour participer au
colloque. Il est également d’usage de régler les frais de participation au
Congrès des Sciences humaines ainsi que les frais de conférence de l’APFUCC.
Ils doivent être réglés avant le 31 mars 2020 pour bénéficier des tarifs
préférentiels. La date limite pour régler les frais de conférence et
l’adhésion est le 10 avril 2020 au-delà de quoi le titre de votre
communication sera retiré du programme. Vous ne pouvez soumettre qu’une seule
proposition de communication pour le colloque de 2020. Toutes les
communications doivent être présentées en français (la langue officielle de
l’APFUCC) en personne, même dans le cas d’une collaboration.

Bibliographie sélective

Bachelard, Gaston. La Poétique de l’espace. Paris : PUF, 2012.
Freud, Sigmund. « L’inquiétante étrangeté ». L’inquiétante étrangeté et autres
essais. Paris: Gallimard, 1985.
Maistre, Xavier de. Voyage autour de ma chambre, avec une Notice biographique
et littéraire de Jules Claretie, Paris: Jouaust, 1877.
Montaigne, Michel de. Œuvres complètes. Édition présentée par Albert Thibaudet
et Maurice Rat. Paris: Gallimard, 1976
Proust, Marcel. À la recherche du temps perdu. Tome II. 1. Paris: Gallimard,
Bibliothèque de la Pléiade, 1987.
—. Lettres choisies. Paris : Plon, 2004.
Thibodeau, Serge Patrice. Lieux cachés: récits de voyage. Moncton : Éditions
Perce-Neige, 2005.
Virginia Woolf. Une chambre à soi. Paris : 10/18, 2001.

Parution – « Dossier « Seuils/Paratexts, trente ans après » »

Interférences littéraires/Literaire interferenties, n°23 :
Seuils/Paratexts, trente ans après
dir. Guido Mattia Gallerani, Maria Chiara Gnocchi, Donata Meneghelli, Paolo Tinti
 
 
Nous attirons l’attention sur plusieurs articles de ce dossier.

Parution – « Promenades au pays de l’écriture »

Armando Petrucci

Promenades au pays de l’écriture

Traduction de Jacques Dalarun

Préface d’Attilio Bartoli Langeli

éd. Zone sensible

160 p. ISBN 978 293 0601 40 3. 16 euros.

Septembre 2019

 

Parution – « Contextes – Lucien Goldmann »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 25 de la revue Contextes, qui peut intéresser des membres de cette liste. Il est consacré à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, à ses méthodes et à ses héritages contemporains, et a été coordonné par Quentin Fondu, Laélia Véron et Lucile Dumont. 
Il est disponible en ligne ici: https://journals.openedition.org/contextes/8373 

Appel à communications – « Colloque « La conceptualisation du récit » (littérature et enseignement) »

Dans le cadre des activités scientifiques du CRILCQ et du CRIFPE se tiendra, le 3 avril 2020 à l’Université Laval (Québec), le colloque étudiant La conceptualisation du récit à la croisée des chemins. La littérature, entre analyse et enseignement.

Le colloque se veut l’occasion d’une rencontre interdisciplinaire entre chercheurs-étudiants en études littéraires et en didactique du français. Il vise une réflexion sur les points d’intersection qui unissent les deux disciplines en prenant pour noyau l’étude et l’enseignement du récit.

Appel à communications

 

La conceptualisation du récit à la croisée des chemins
La littérature, entre analyse et enseignement

Colloque étudiant organisé dans le cadre
des activités scientifiques du CRILCQ et du CRIFPE

Présenté par Alexandra Gagné et Mélanie Grenier, doctorantes
Université Laval (Québec)

Vendredi 3 avril 2020

Ricœur disait de la littérature qu’elle « porte au langage des aspects, des qualités, des valeurs de la réalité, qui n’ont pas d’accès au langage directement descriptif » (Ricœur, 1986, p. 27). Au-delà du plaisir que procure leur lecture, les récits constituent un mode de transmission de connaissances particulièrement efficace, et ce, non seulement par leur contenu (l’histoire, les personnages, les actions), mais aussi par leur forme. De fait, de plus en plus de disciplines s’intéressent au lien étroit qui unit notre habileté à produire des histoires et notre compréhension du monde. À travers la notion d’intelligence narrative, laquelle postule que le récit est le mode fondamental par lequel nous donnons un sens à notre existence et à celle d’autrui (Molino et Lafhail-Molino, 2004), la narrativité est devenue un sujet de recherche prisé bien au-delà des limites du champ littéraire et artistique, donnant lieu à des réflexions riches tant en psychologie que dans le domaine de l’intelligence artificielle, pour ne citer que ceux-là.

Pourtant, bien qu’il s’agisse d’une avenue de recherche florissante, les outils sur lesquels on s’appuie pour enseigner le récit n’ont que très peu évolué. Au Québec, le schéma quinaire (Larivaille, 1974), axé sur la transformation de la situation d’un personnage à travers un enchainement d’actions, constitue un outil largement utilisé depuis plusieurs décennies (Falardeau, 2004). Dès la quatrième année du primaire et jusqu’à la fin du secondaire, on invite les élèves à en repérer les composantes dans divers textes, sans égard au genre, faisant ainsi du modèle une grille de lecture réductrice. Or, l’un des enjeux de l’enseignement des récits, et plus largement des œuvres littéraires, consiste à donner les moyens aux sujets lecteurs (Rouxel et Langlade, 2004) de mieux se comprendre eux-mêmes et de mieux comprendre les autres grâce à la médiation privilégiée des textes. En devenant plus habiles pour identifier et interpréter les moyens par lesquels l’œuvre littéraire permet la figuration d’actions individuelles et collectives (Ricœur, 1986), les élèves affinent leurs compétences à comprendre la vie sociale et à y prendre part.

À l’aune de cette conception herméneutique et socialement construite de la lecture, il convient de réfléchir à des modèles plus ouverts, susceptibles d’inspirer des dispositifs d’analyse, d’enseignement et d’apprentissage où peuvent s’échanger et se négocier les interprétations diverses, voire divergentes, des élèves et de l’enseignant.

Ce colloque se veut l’occasion d’une rencontre interdisciplinaire entre la didactique de la littérature et les études littéraires dans le but d’explorer des conceptions dépassant le schéma quinaire, d’une part, et de réfléchir à des façons de renouveler son utilisation, d’autre part. Les propositions peuvent s’inscrire dans l’un des axes de réflexion suivants (ou en explorer d’autres) :

  • De quelle façon les œuvres narratives contemporaines qui déjouent cette attente d’un enchainement d’actions et d’une transformation de la situation du personnage remettent-elles en question le schéma quinaire?
  • Qu’apporte la narratologie dite « postclassique » (narratologies cognitive, naturelle, non naturelle, féministe, transmédiale, etc.) à la conception que nous avons de l’organisation et de la lecture du récit?
  • Que reste-t-il des approches méthodologiques issues des études littéraires (narratologie, sociologie de la littérature, sociocritique, critique féministe ou postmoderne, etc.) dans l’enseignement des œuvres narratives au primaire, au secondaire ou au collégial?
  • Quels outils conceptuels pour accompagner la lecture de récits dans les classes?

 

Les communications, d’une durée de 20 minutes, seront suivies d’une période de discussion de 10 minutes. Les propositions de communication doivent comprendre les éléments suivants :

  • Un titre;
  • Un résumé de 250 à 300 mots;
  • Une notice biobibliographique.

Les propositions doivent être envoyées par courriel à l’adresse suivante, au plus tard le lundi 2 décembre 2019 : litteratureetenseignement@gmail.com

*Veuillez noter que les frais reliés aux déplacements seront à la charge des participants.

Bibliographie

Falardeau, É. (2004). La place des lecteurs dans les classes de littérature. Québec français(124), 38-41. Repéré à http://id.erudit.org/iderudit/55544ac

Larivaille, P. (1974). L’analyse (morpho)logique du récit. Poétique, 19, 368-388.

Molino, J. et Lafhail-Molino, R. (2004). Le récit, un mécanisme universel. Sciences Humaines, 4(148), 23-31. Repéré à https://www.scienceshumaines.com/le-recit-un-mecanisme-universel_fr_3981.html

Patron, S. (2018). Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit. Villeneuves d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Ricœur, P. (1986). Du texte à l’action. Essai d’herméneutique II. Paris, France : Éditions du Seuil.

Rouxel, A. et Langlade, G. (2004). Le sujet lecteur : lecture subjective et enseignement de la littérature : actes du colloque sujets lecteurs et enseignement de la littérature. Rennes, France : Presses universitaires de Rennes.

 

Colloque – « « Les Temps de l’anticipation » et dernières publications de l’ANR Anticipation »

Nous avons le plaisir de vous inviter au colloque « Les Temps de l’anticipation » qui se tiendra les 10 et 11 octobre à la Maison des Sciences de l’Homme de Lyon.
En voici le programme en pièce jointe.

J’en profite pour vous signaler les deux dernières publications de l’ANR Anticipation :

Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), sous la direction de Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay, Presses Universitaires de Montréal, 2019.
https://pum.umontreal.ca/catalogue/le-roman-des-possibles
Vous trouverez en pièce jointe un code fourni par l’éditeur, permettant de commander l’ouvrage sans frais de port.

et le numéro de la revue COnTEXTES, L’Anticipation dans les discours médiatiques et sociaux : genres, supports, valeurs, sous la direction de Matthieu Letourneux et Valérie Stiénon.
https://journals.openedition.org/contextes/6597

Prog-collTempsAnticipation

Affiche-Le_roman_des_possibles

Appel à contributions – « Revue ¿Interrogations? N° 31 – Penser les représentations de l’  »idéal féminin » dans les médias contemporains (30 novembre) »

L’équipe de la revue ¿ Interrogations ? vous annonce le prolongement de son appel à contributions :

Appel à contributions n° 31 – Penser les représentations de l’« idéal féminin » dans les médias contemporains

Numéro coordonné par Sebastien Haissat

http://www.revue-interrogations.org/Penser-les-representations-de-l

Selon leurs cultures, les sociétés humaines construisent des normes qui prescrivent ce que doit être un homme ou ce que doit être une femme (Mead, 1963). D’une part, la famille, principalement les parents proches, mais aussi l’entourage social de la personne, participent à la transmission d’attitudes, de comportements et d’attentes sociales qui définissent des modèles de la féminité et de la masculinité auxquels il faudrait se conformer. Une étude de Curt Hoffman et Nancy Hurst montre que les parents ont des attentes différentes selon le sexe de l’enfant : ils souhaitent davantage que leur fils soit volontaire, travailleur, intelligent et ambitieux et que leur fille soit plutôt aimable, gentille, attirante et devienne une bonne mère (Hoffman & Hurst, 1990). D’autre part, les médias contemporains, particulièrement présents dans nos sociétés de consommation, véhiculent également des stéréotypes (Biscarrat, 2013) qui exercent une influence normative culturelle. Ainsi, la télévision, le cinéma et la presse par exemple, constituent des instances de socialisation non négligeables qui agissent dans la construction des identités de genre (Julliard, Quéméner, 2014), notamment à travers les discours qu’ils véhiculent (Courbières, 2013).

Cet appel à contribution propose de réfléchir plus particulièrement sur les modèles de l’idéal féminin diffusés à travers les médias contemporains, de la littérature aux jeux vidéos, en passant par les bandes dessinées, le cinéma et les séries télévisées. On entend par idéal le fait qu’ils soient présentés comme des exemples de perfection, en raisons de leurs qualités et de leurs caractéristiques, que ces modèles soient possibles à atteindre ou non. Plus précisément, il s’agit d’engager un regard critique sur la façon dont l’idéal féminin est représenté par les médias et/ ou sur la manière dont ces représentations sont reçues par le public. Les travaux proposés pourront s’appuyer sur des personnages réels (femmes sportives, politiciennes, actrices, pop stars, etc.) ou des personnages de fiction (super-héroïnes, avatars de jeux vidéos, etc.).

Dès lors, plusieurs pistes sont envisageables pour décrire, analyser et expliquer comment ces modèles de l’idéal féminin sont exprimés dans les médias contemporains : quels messages et significations diffusent-ils ? Existe-t-il des modèles dominants, des standards ? Comment ces modèles ont-ils évolués ? Selon quelles normes ou caractéristiques sont-ils présentés comme des idéaux de référence ? Dans quelles mesures constituent-ils des guides de conduites et de savoirs pratiques ? Quelles sont ses représentations iconographiques (comment, par exemple, les héroïnes de fiction ou les pop stars sont-elles mises en scène) ? Dans quelles mesures ces modèles sont-ils rattachés à des figures mythiques et historiques ou se font-ils l’écho d’un discours idéologique sur le monde et l’ordre social ?

Une attention particulière peut également être apportée à la réception de ces modèles afin d’éviter une analyse trop empreinte de déterminisme médiatique (Hall, 1980 ; Certeau, 1980) : comment sont-ils interprétés selon les caractéristiques sociales des publics concernés ? Sont-ils vécus comme des contraintes ? Quel est le degré d’appropriation et d’intériorisation de ces modèles ? Dans quelle mesure sont-ils relativisés, bricolés, reconfigurés ou détournés ? Enfin, est-il possible d’ignorer ou de s’opposer aux diktats associés à ces figures idéales de la féminité présentées comme des sources d’inspiration, sans risquer le dénigrement, voire l’exclusion par les pairs ? Par exemple, les femmes peuvent-elles se permettre de prendre pour référence des modèles qui valorisent la combativité et la violence ou qui s’écartent des normes de beauté féminines dominantes sans risquer la stigmatisation ?

Modalités de soumission des articles

Les articles, rédigés aux normes de la revue, devront être envoyés jusqu’au 30 novembre 2019 à l’adresse suivante :

sebastien.haissat@univ-fcomte.fr

Ils ne doivent pas dépasser 50 000 (notes et espaces compris) et doivent être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés en français et en anglais.

Les articles devront répondre aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

Publication du numéro : décembre 2020.

Références bibliographiques

Biscarrat Laetitia (2013), « L’analyse des médias au prisme du genre : formation d’une épistémè », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n°3, juillet 2013, [En ligne] https://journals.openedition.org/rf…

Certeau Michel (de) (1990 [1980]), L’Invention du quotidien I. Arts de faire, Paris, Seuil.

Courbières Caroline (2013), « Représentations du féminin : sexe, concept et définitions », Communication & langages, n° 175, novembre 2013, pp. 141-152.

Hall Stuart (1980 [1973]), « Encoding/decoding », Culture, Media, Language : Working Papers in Cultural Studies, 1972-79, London, Hutchinson, pp. 128-138.

Hoffman Curt & Hurst Nancy (1990), « Gender stereotypes : Perception or rationalization », Journal of Personality and Social Psychology, n° 58, march 1990, pp. 197-208.

Julliard Virginie & Quemener Nelly (2014), « Le genre dans la communication et les médias : enjeux et perspectives », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 4, novembre 2014, [En ligne] https://journals.openedition.org/rf…

Mead Margaret (1963), Mœurs et sexualité en Océanie, Paris, Plon.

 Appel à contributions permanent

La revue accueille également des articles pour ses différentes rubriques, hors appel thématique à contributions.

♦ La rubrique « Des travaux et des jours » est destinée à des articles présentant des recherches en cours dans lesquels l’auteur met l’accent sur la problématique, les hypothèses, le caractère exploratoire de sa démarche, davantage que sur l’expérimentation et les conclusions de son étude. Ces articles ne doivent pas dépasser 25 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Émilie Saunier : emiliesaunier@yahoo.fr.

♦ La rubrique « Fiches pédagogiques » est destinée à des articles abordant des questions d’ordre méthodologique (sur l’entretien, la recherche documentaire, la position du chercheur dans l’enquête, etc.) ou théorique (présentant des concepts, des paradigmes, des écoles de pensée, etc.) dans une visée pédagogique. Ces articles ne doivent pas non plus dépasser 25 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Agnès Vandevelde-Rougale : a-vandevelde@orange.fr

♦ La rubrique « Varia », par laquelle se clôt tout numéro de la revue, accueille, comme son nom l’indique, des articles qui ne répondent pas aux différents appels à contributions thématiques en cours ni aux rubriques précédentes. Ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Audrey Tuaillon Demésy (audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr) ET Laurent Di Filippo (laurent@di-filippo.fr).

♦ Enfin, la dernière partie de la revue recueille des « Notes de lecture » dans lesquelles un ouvrage peut être présenté de manière synthétique mais aussi critiqué, la note pouvant ainsi constituer un coup de cœur ou, au contraire, un coup de gueule ! Chaque note de lecture peut aller jusqu’à 12 000 signes (notes et espaces compris) et doit être adressée à Florent Schepens : schepens.f@wanadoo.fr. Par ailleurs, les auteurs peuvent nous adresser leur ouvrage pour que la revue en rédige une note de lecture à l’adresse suivante : Sébastien Haissat, UPFR Sports, 31 Chemin de l’Epitaphe – F, 25 000 Besançon. Cette proposition ne peut être prise comme un engagement contractuel de la part de la revue. Les ouvrages, qu’ils soient ou non recensés, ne seront pas retournés à leurs auteurs ou éditeurs.

 La politique éditoriale de la revue

  • ¿ Interrogations  ? est une revue à comité de lecture. Tous les articles reçus sont d’abord soumis à une pré-expertise interne au comité de rédaction, qui évalue leur pertinence scientifique, ainsi que leurs qualités rédactionnelles. Ils sont ensuite soumis à une double expertise à l’aveugle, réalisée anonymement par le comité de lecture ou par des chercheurs sollicités à l’extérieur.
  • La revue est indépendante de toutes institutions (universités, laboratoires, etc.) et de toutes écoles. Elle défend la pluridisciplinarité et le croisement des regards épistémologiques et méthodologiques.
  • Dans un souci de diffusion de la connaissance, l’ensemble des numéros est en libre accès sur le site internet de la revue (http://www.revue-interrogations.org), dès leur mise en ligne et ce, sans aucune restriction.