Archives mensuelles : novembre 2019

Parution – « Zoé Carle, Poétique du slogan révolutionnaire »

Zoé CARLE, Poétique du slogan révolutionnaire, Presses Sorbonne Nouvelle, 2019

ISBN : 978-2-87854-980-5

Formes brèves modernes issues des cortèges de manifestants ou bombées à la va-vite sur les murs des villes insurrectionnelles, les slogans se situent à la frontière de la littérature et de la politique. Menaces, revendications, mots d’esprit, calembours ou rêveries utopiques forment la partition des multitudes révolutionnaires qui élaborent dans ces performances vocales ou scripturaires le sujet collectif « peuple ». Contre les slogans autoritaires des dictateurs et les slogans publicitaires des annonceurs, ces slogans inventent une langue commune de combat à l’heure où le peuple se manifeste pour réclamer un transfert de souveraineté. Longtemps négligé par les études théoriques, le slogan révolutionnaire a connu un regain d’intérêt à la faveur des mouvements révolutionnaires des années 2010 et suivantes : créations polyphoniques, trouvailles scripturaires, les slogans révolutionnaires ont émergé comme un genre à part, difficilement à saisir en raison de la fluidité de son cadre énonciatif et de son statut de matériau éphémère de lutte. Littérature du « nous » par excellence, les slogans révolutionnaires font advenir un sujet pluriel par l’énonciation – profération, inscription – et par la création. Ils offrent le cas d’une poéticité singulière, une poéticité matricielle, qui inscrit l’acte de création dans un horizon discursif collectif, où l’invention est une façon pour l’individu de s’inscrire dans un mouvement public. En ce sens, ils constituent un cas exceptionnel de littérature politique faisant advenir un sujet collectif : leur langue formulaire est ainsi ce qui donne son texte au rassemblement des corps sur la place publique.

Cet ouvrage, issu d’une thèse conduite entre 2011 et 2016, prend le parti d’examiner à la fois les caractéristiques formelles et matérielles, les modalités d’élaboration et les vies sociales des slogans. Au-delà des différentes manifestations physiques, il s’agit ici de proposer une poétique d’un genre de discours contemporain, informé par ses usages sociaux et politiques, empruntant aux outils de l’anthropologie, de la rhétorique et de la littérature.

Congrès – « La Fiction change-t-elle le monde ? »

La Société Internationale des Recherches sur la Fiction et la Fictionnalité (S.I.R.F.F.) / The international Society for Fiction and Fictionality Studies (I.S.F.F.S.) a pour but de mettre en relation les chercheurs et les chercheuses sur la fiction dans le monde. Elle vise à promouvoir les études sur la fiction, à favoriser les échanges, dans un esprit résolument comparatiste et interdisciplinaire. Elle réunit des spécialistes de littérature et de théorie littéraire, de cinéma, de jeux vidéo, des philosophes, des psychologues et des spécialistes de neurosciences. Les langues de communication sont le français et l’anglais. Le site de la société est bilingue. Le projet initial est issu de la collaboration de Françoise Lavocat (Université Sorbonne nouvelle, France), Alison James (Université de Chicago, Etats-Unis), et Akihiro Kubo (Université de Kwansei Gakuin, Japon). L’objectif est d’étendre ce réseau collaboratif au plus grand nombre possible de sphères culturelles et linguistiques. Les colloques de la société auront lieu tous les deux ans. Dans la mesure du possible, la société organisera des séminaires au sein des manifestations scientifiques d’autres grandes sociétés internationales (AILC, MLA, ISSN….). Le premier colloque de la S.I.R.F.F./ I.S.F.F.S. aura lieu du 28 au 30 novembre 2019 à Paris. Les résumés des interventions sont disponibles à l’adresse : https://fiction.hypotheses.org/1295

La Fiction change-t-elle le monde ?

Does Fiction Change the World ?

Congrès de fondation de la Société internationale de recherches sur la fiction et la fictionnalité (SIRFF)

Founding Conference of the International Society for Fiction and Fictionality Studies (ISFFS)

Organisé par Françoise Lavocat, Alison James, Akihiro Kubo

28-30 novembre 2019/ 28-30 November 2019

Jeudi 28 novembre 2019/Thursday 28 November 2019

EHESS 105 Boulevard Raspail 75006 Paris

La Fiction, différents sens, différents mots ?

Fiction: Different Meanings, Different Words?

MATIN / MORNING — Amphithéâtre Furet

8h45 : Accueil des participants / Arrival and Welcome

Discours de bienvenue / Introduction :  Françoise Lavocat, Alison James, Akihiro Kubo

9h15 – 10h10 :  Keynote address / conférence plénière

Richard Walsh : Premises for the Diachronic and Comparative Study of Fictionality

PAUSE

ATELIER A : Amphi Furet

Différents mots pour la même chose ou différentes choses sous le même mot? 

 Different Words for the Same Thing, or Different Things by the Same Name?

10h30 : Claude Calame : Formes poétiques de la fiction et pragmatique: poêin – pláttein – práttein

11h00: Daniel Struve : Les mots de la fiction dans le Dit du Genji    

11h30 : Judit Arokay  : The Fiction of Factuality (Pre-modern Japanese Perspectives) 

12h00 : Veronika Altashina : Les notions de “fait littéraire” et de “liternaturnost” chez les formalistes russes

ATELIER B : Salle 7

Le mot et le concept de fiction: significations, usages, figures

 Fiction as Word and Concept: Meanings, Uses, Figures

10h30 : Marion Renauld : Une fiction, en quel(s) sens ?

11h00 : Simona Zetterberg Gjerlevsen : Interpreting  “Fiction” and Inventing  “The Novel”  

11h30 :  Larissa  Muravieva: La mise en abyme : figure de la fiction?

12h00 : Iwamatsu Masahiro : Chô-kyokô (sur-fiction) et meta-mystery : Deux notions métafictionnelles dans les années 1980-90 au Japon

12h30 – 14h00 : Pause déjeuner /Lunch Break

Atelier C: Amphi Furet

Perspectives diachroniques,  transculturelles, interdisciplinaires

Transcultural, Diachronic and Interdisciplinary Perspectives

14h00: Otto Pfersmann : Is a Revolutionary Change of the Legal System Able to Change the World?

14h30 : Henriette Korthals Altes : A Few Remarks on the ‘Law and Literature’ Movement or How to do Law with Fiction

15h00 : Frank Zipfel : The Role of Imagination in Fiction. Diachronic and Transcultural Reflections

Atelier C : Salle 7

Intermedialité et performance

Intermediality and Performance

14h00: Raphaël Baroni : De quoi les bandes dessinées sont-elles capables ? Médiagénie et pouvoirs de la fiction.

14h30 : Oura Yasusuké : Pour une théorie de la fiction comme show, performance, entertainment

15h00 : Alexander Bareis : The Margins of Fiction in an Intermedial Perspective

PAUSE

Amphithéâtre Furet

15h45-16h40: Conférence plénière/Keynote Address:

Gregory Currie

A Promise of Knowledge: Literature as Thought Experiment

17h00 – 18h30 : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE / GENERAL MEETING

 

Vendredi 29 Novembre/Friday 29 November

Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

La Fiction change-t-elle le monde?

Does Fiction Change the World?

MATIN/MORNING

ATELIER E (Athéna) :

Modification des idées collectives

Modification of Collective Ideas

9h00 : Simone Mueller : Etiquette to Change the World ? Fiction and Reality of Temporal Procedures at the Imperial Court in Medieval Japan

9h30 : Nicolas Correard : Lucianic Fictions and the Development of Unbelief (XVth-XVIIIth centuries)

10h00 : Charles Vincent: Fiction politique des années 1770: Mercier, Diderot, Marmontel

PAUSE

10h45: Anne Duprat : Fiction et modélisation du hasard

11h15 : Nathalie Kremer : De l’Eve future au “Geminoid HI” de Ishiguro : le cas d’une métalepse réelle ?

11h45 : Monique Villen :  Cyberespace: De la science fiction à l’informatique avec Neuromancien de William Gibson.

ATELIER F (Salle du conseil):

Fiction et action politique

SESSION F: Fiction and Political Action

9h00 : Victoria Garcia : The potentialities and limits of fiction. Patricio Pron’s narrative in Argentina’s post-dictatorial period.

9h30 : Victoria Saramago: Mario Vargas Llosa and the Amazon: Fiction, Ecology, Politics

10h00 : Annick Louis: La fiction ou la mort

PAUSE

10h45 : Anne-Isabelle François: Résistances féministes et pouvoirs de la fiction

11h15 : Charlotte Krauss : La construction de la nation par la fiction théâtrale

11h45 : Anne Besson : Engagement et enchantement : usages éthiques et politiques des fictions de l’imaginaire contemporain

12h15-13h45 : Pause déjeuner / Lunch break

APRÈS-MIDI / AFTERNOON

14h-14h55: Conférence plénière/Keynote Address 

Salle Athéna

Anna Abraham 

The World in My Mind

PAUSE

ATELIER G : Salle Athéna

Fiction et non-fiction, connaissances et culture

Fiction/Nonfiction, Knowledge and Culture

15h15 : Manuel Garcia-Carpintero Sánchez-Miguel  : Acts of Fiction-Making : Can Fiction Convey Knowledge ?

15h45 : Nancy Murzilli : La fiction comme instrument d’action

16h15 : Maja Djikic: Effect of Fiction on Self-Change:  On how Beauty Breaks into the World

PAUSE

17h00 :  Erika Fülöp : Towards an Ontology of Social Media

17h30: Nir Evron : Fragile Fictions : The Rise of Culturalism and the Novel

18h: Mario Slugan: Revisiting the Solution to the Paradox of Fiction: An Alternative to Thought Theory

ATELIER H: Salle du conseil

Représentation des effets de la fiction dans la fiction

SESSION H: Fiction’s Effects in/on Fiction

15h15 :   John Pier : The Theory of Fiction and Modeling of Plot

15h45 : Alberto Voltolini : Real Authors and Fictional Agents (Fictional Narrators, Fictional Authors)

16h15 : Alexandra Effe: Literary Accounts of Fiction as (Self-)Transformation                                                         

PAUSE

17h00: Yen-Maï Tran Gervat: Le donquichottisme comme réflexion sur les effets de la fiction (littérature et cinéma)

17h30: Maxime Decout : Peut-on tuer le lecteur ?  À propos de quelques effets secondaires regrettables de la lecture

18h : Frank Wagner : Quand la fiction change le monde… de la fiction

 

Samedi 30 Novembre/Saturday 30 November

University of Chicago Center in Paris, 6, rue Thomas Mann, 75013 Paris

9h00 : Accueil

Présentation des projets collectifs

Presentation of collective projects

09h15 : Alberto Voltolini: Projet COST: Applying a Sort of Imagination in Fiction

10h00 : Takahashi Kohei : Seminar of Japanese Literature and Fictionality

PAUSE

11h00 : Gregory Currie, Heather Ferguson, Stacie Friend and Lena Wimmer : Learning from Fiction

11h45 : Anne Duprat, Alison James, Sébastien Wit : Projet ALEA

12h30-14h : Déjeuner (sur place)/ Lunch break (on site)

14h00 : Monika Fludernik : The Freiburg Graduate School Factual and Fictional Narration (GRK 1767) and the Collaborative Research Centre (SFB 1015) Otium

14h45 : Françoise Lavocat:  Populations of Characters: Statistics and Demography

PAUSE

15h45 :  Sylvie Patron : Optional-Narrator Theories: Attempts at Unification

16h30 : Henrik Skov Nielsen: Centre for Fictionality Studies – Past, Present and Future Research

17h15-18h00 : Conclusions

Parution – « Préhistoire de la lusophonie »

Cher.e.s collègues,

J’ai le plaisir de vous faire part de la récente parution aux éditions Le poisson volant d’un ouvrage intitulé : Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au XIXe siècle.

Ce livre interroge la nature, les modalités et les dynamiques d’un espace littéraire original, parce qu’international, dont les contours se dessinent plus nettement dans la 2de  moitié du 19e siècle, lorsque le Portugal et le Brésil, désormais indépendant, tissent des relations culturelles à la fois privilégiées et conflictuelles, compte tenu du passé colonial qui les unit.

Dans ce cadre atlantique et par de multiples jeux d’aller-retour, ce livre permet de mieux cerner les ressorts et les ambiguïtés de cette idée luso-brésilienne, de cette fraternité affichée dont les gens du livre, qu’ils soient écrivains, journalistes, éditeurs, critiques et/ou libraires, ont été les principaux relais. A la croisée de l’histoire culturelle transnationale, de l’histoire intellectuelle et d’une socio-histoire du fait littéraire, cette recherche met en lumière sur le temps long la part d’utopie à l’oeuvre dans ces échanges culturels entre les deux principaux pays de langue portugaise, et ce bien avant l’institutionnalisation de la lusophonie, à la fin du 20e siècle. 

Vous trouverez ci-après le sommaire de l’ouvrage et, ici, le lien vers le site de l’éditeur.

Cordialement,

Sébastien Rozeaux

 

Introduction : Aux origines de l’idée luso-brésilienne           

1e partie : L’espace littéraire luso-brésilien, une utopie ?      

Chap. 1 : Aux origines de l’espace littéraire luso-brésilien         

Chap. 2 : L’histoire littéraire au Brésil, un enjeu mémoriel symbolique 

Chap. 3 : Fraternité ou paternalisme ? Camilo Castelo Branco et le Brésil en 1879

Chap. 4 : La « Belle-Époque » des relations culturelles luso-brésiliennes ?

2e partie : Le Brésil, « terre d’avenir »   

Chap. 5 : La colonie portugaise de Rio de Janeiro, porte-étendard de la fraternité luso-brésilienne     

Chap. 6 : De quoi la presse « luso-brésilienne » est-elle le nom ?          

Chap. 7 : Les correspondants portugais de la presse de Rio de Janeiro  

Chap. 8 : Légaliser les droits d’auteur au Brésil, un enjeu international

Conclusion : une préhistoire de la lusophonie 

Bibliographie générale         

Index des noms 

Couv._Pr__histoire_de_la_lusophonie

Journée d’études – « Les longs formats dans la presse »

Nous diffusons le présent message qui a des liens indirects mais intéressants avec l’écriture littéraire dans ses déterminants sociaux.
 

Bonjour,

Dans le cadre de l’ANR Numapresse, se tiendra le 22 novembre 2019, au CELSA, une journée d’études sur les longs formats dans la presse. […]

Cordialement,

Violaine Sauty, Oriane Deseilligny, Valérie Jeanne Perrier
 
 

Atelier – « La « guerre des épistèmes » : le rapport entre littérature et science dans la fiction francophone contemporaine » 

APFUCC (Association des Professeurs de français des Universités et Collèges canadiens) – Congrès 2020, 30 mai – 2 juin 2020

Université Western, London, Ontario, Canada :

ATELIER 10 :

La « guerre des épistèmes » : le rapport entre littérature et science dans la fiction francophone contemporaine

 

Le rapport entre littérature et science est sans doute l’un des plus épineux qui soit, ces deux modes de connaissance du monde étant généralement perçus comme diamétralement opposés. La littérature, subjective par essence, appartiendrait ainsi au domaine de l’imaginaire, alors que la science, réputée objective, relèverait quant à elle de la raison. Et pourtant textes littéraires et savoirs scientifiques ont bien plus en commun qu’on ne le croit. Nous pensons ici à ce que Mudimbe a appelé la « bibliothèque coloniale » (1988 : 181), cet ensemble de savoirs anthropologiques, ethnologiques, linguistiques, historiques, géographiques ou encore théologiques nés de l’entreprise coloniale et qui ont contribué à la légitimer.

En effet, ces savoirs, qui avaient avant tout pour mission de servir les objectifs de la colonisation, relevaient davantage de la fiction que de la réalité. En ce sens, ils illustrent ce que Barthes appelle « l’une de nos servitudes majeures », à savoir « le divorce accablant de la connaissance et de la mythologie » (1957 : 63). Les savoirs qui peuplent cette bibliothèque et, plus largement, les disciplines qui les portent sont perçus comme étrangers non seulement parce qu’ils découlent de la colonisation, mais aussi par leur caractère étrange, fictionnel. Ils constituent ainsi un terreau fertile pour l’écrivain francophone dit du « Sud » qui partage avec le colonisé son statut d’être de fiction, de superstition mû par son imagination, alors que l’Occidental serait quant à lui du côté de la raison.

Cet atelier se propose d’étudier la mise en fiction de ces savoirs dits « scientifiques » dans les littératures francophones contemporaines qui ont pour particularité de s’être constituées par rapport à ces derniers. L’objectif est d’interroger la manière dont les écrivains francophones contemporains cherchent à démythifier, à décoloniser le rapport aux savoirs dits « occidentaux » pour mieux les rejeter ou, au contraire, se les (ré)approprier par le truchement de la fiction. À l’ère médiatique de la désinformation et des « fake news », il nous semble particulièrement intéressant d’étudier la manière dont la fiction francophone participe elle aussi à cette « guerre des épistèmes » (Maria-Benedita Basto, 2014 : 12).

Les axes de réflexion et les modalités de participation sont ici : https://www.fabula.org/actualites/la-guerre-des-epistemes-le-rapport-entre-litterature-et-science-dans-la-fiction-francophone_92486.php

Colloque – « Race, racisme et colonialité: France, Belgique, Suisse, Québec »

Colloque : « Race, racisme et colonialité: France, Belgique, Suisse, Québec »

Mount Royal University, Calgary, Canada, 16 avril 2020

 

Date limite de soumission des propositions : 13 décembre 2019

Date de notification des propositions retenues : 20 décembre 2019

 

Responsables :

Antoine Eche aeche@mtroyal.ca

Justine Huet jhuet@mtroyal.ca

 

PRÉSENTATION

La question de la race s’avère plus impérieuse que jamais dans l’espace francophone. Les pays économiquement dominants de cet espace, la France en tête, se sont illustrés avec éclat mais surtout avec fracas dans les médias au cours des trois dernières années.

A la sortie en 2017 du film d’Amandine Gay Ouvrir la voix, qui donne l’occasion aux femmes noires issues de la colonisation d’évoquer leur quotidien et les discriminations subies de par leur intersectionnalité, semble ironiquement répondre le retrait du mot “race” dans la constitution française en 2018. La disparition souhaitée de ce terme mise en branle sous le quinquennat de François Hollande n’effaça cependant en rien le racisme et les pratiques racialistes du quotidien ni ne corrigea l’ignorance conceptuelle à l’oeuvre dans les débats publics sur cette question. Les accusations de racialisme à l’encontre de la mise en scène des Suppliantes à la Sorbonne en mars 2019, les accusations de “racisme anti-blanc” dont a fait l’objet le footballeur Lilian Thuram en septembre 2019, les photographies du Premier ministre canadien Justin Trudeau grimé en “Blackface” sorties en pleine campagne électorale, “le Sauvage” de la Ducasse d’Ath en Belgique (carnaval classé à l’Unesco depuis 2008), les accusations de profilage racial en Suisse portées par le guide touristique Lonely Planet dans son édition 2017, les huées racistes régulièrement proférées par les supporteurs de football dans les stades européens ou à l’encontre des joueurs de l’équipe de baseball du Québec lors d’un match au Nouveau-Brunswick en août 2019, pour ne citer que ceux-ci, montrent que la question est au centre de nos sociétés et des plus actuelles. Il ne faudrait cependant pas croire que l’éclat et le fracas ne concernent que des événements contemporains. L’historiographie s’est vue elle-aussi l’objet d’éclat, comme avec le récit par Afua Cooper de l’exécution de l’esclave noire Marie Joseph Angélique, jugée responsable de l’incendie de Montréal de 1732 (The Hanging of Angélique, 2006) mais aussi de fracas comme lors des polémiques suscitées par l’ouvrage de Louis Sala-Molins en 1989, Le Code Noir, ou le calvaire de Canaan, ou lors de l’affaire Pétré-Grenouilleau en 2005.

Ces débats houleux et ces récritures salutaires d’événements fondateurs au prisme d’une perspective décentrée du cadre traditionnel épistémologique occidental et blanc montrent à quel point les notions de race et de racisme sont ancrées dans ce que les penseurs sud-américains (Quijano, Mignolo, Grosfoguel, etc.) nomment la colonialité, où la race et le racisme sont perçus comme les principes organisateurs de la classification sociale et universelle de la population mondiale. Pour ces penseurs, la colonialité englobe à la fois la période dite coloniale ainsi que celle dite postcoloniale. On voit mieux ainsi comment le domaine de la traduction se voit concerné par cette question au point que traduction et colonisation ont fait depuis les années 1990 l’objet de nombreux travaux. Et on peut aussi interroger sous ce prisme les “événements” que constituent l’entrée d’écrivaines et écrivains francophones dans les cénacles culturels que sont le Collège de France et l’Académie française ou bien encore de la place allouée aux auteurs francophones installés au Québec comme Dany Laferrière et qui se voient rangés sous l’étiquette d’auteurs “néo-québécois” au sein d’une littérature nationale définie comme telle lors de la Révolution tranquille.

Cette journée d’étude souhaite interroger ces problématiques dans leurs manifestations artistiques, littéraires et sociales dans une période allant de la mise en place de la colonialité à nos jours.

 

Parution – « Impression, projection. Une histoire médiatique entre cinéma et journalisme »

L’ouvrage ci-dessous s’inscrit dans le décloisonnement du discours littéraire et des autres sphères discursives et médiatiques. Si son objet est d’étudier les rapports entre cinéma et journalisme, ceux-ci sont saisis par le prisme des études littéraires, en termes de poétiques journalistiques et d’imaginaires sociaux. Nous en diffusons donc l’annonce de parution sur notre liste.
 
Paul Dirkx
 
 
——————————————————
Annonce de parution – ouvrage collectif

Impression, projection. Une histoire médiatique entre cinéma et journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «Littérature et imaginaire contemporain», 2019. ISBN: 9782763745787

Sous la direction de Richard Bégin, Thomas Carrier-Lafleur et Mélodie Simard-Houde

Résumé

Le cinéma et la presse ont toujours possédé un grand nombre d’affinités électives, de même qu’ils ont toujours été en compétition. Leurs canaux de diffusion et leurs plateformes ne cessent de se croiser, depuis les actualités filmées du début du XXe siècle jusqu’au journalisme participatif du Web 2.0. Leurs matériaux et leur langage connaissent également des hybridités et des échanges foisonnants, que le journalisme investisse petit et grand écrans ou que le cinéma absorbe la matière journalistique. De nouveaux genres cinématographiques – tels le reportage cinématographique et le film-enquête –, et genres journalistiques – telle la critique cinématographique – en sont nés. À ces remédiations s’ajoutent les représentations réciproques, le cinéma ayant continuellement mis à l’épreuve le journalisme, le journalisme ayant participé à l’avènement comme à l’institutionnalisation du cinéma. À travers les alliances et les rivalités, les correspondances et les contradictions, les simultanéités et les renversements, ce volume propose ainsi d’explorer la redéfinition continuelle de nos médias et de leurs identités.

Table des matières

Introduction: Richard Bégin, Thomas Carrier-Lafleur et Mélodie Simard-Houde, Cinéma et journalisme: les affinités médiatiques

PREMIÈRE PARTIE : Le Cinéma écrit par le journalisme

Chapitre premier: Karine Abadie, Les Nouvelles littéraires et le cinéma. Comment le sujet «cinéma» investit un journal littéraire

Chapitre 2: Evelyne Coutel, Popular Film face à la féminité. Une étude des éditoriaux (1926-1937)

Chapitre 3: Thomas Carrier-Lafleur, Voir l’Amérique, écrire le cinéma. La mécanique du reportage hollywoodien chez Blaise Cendrars et Joseph Kessel

DEUXIÈME PARTIE: Le Journalisme vu par le cinéma

Chapitre 4: Grégoire Halbout, «Love Is News». Newspaper pictures et romcom à l’âge classique hollywoodien

Chapitre 5: Toufic El-Khoury, Les Newspaper comedies des années 1930-1940. La représentation des médias écrits et la transmission mimétique du désir dans le cinéma hollywoodien classique (1931-1943)

Chapitre 6: Baptiste Creps, L’œuvre de Dieu, la part du diable. Le mythe du journaliste au tournant des années 1980 dans le cinéma américain

Chapitre 7: Sandrine Lévêque et Denis Ruellan, Métier d’homme, métier de femme? Le sexe (et le genre) du journalisme au cinéma

TROISIÈME PARTIE : Le Cinéma comme journalisme

Chapitre 8: Mélodie Simard-Houde, Le «Tourneur de manivelle» ou l’entrée d’un reporter technicien dans l’imaginaire médiatique

Chapitre 9: Johanna Cappi, Les Combattants de l’insolence (1984). Une enquête filmée de Christophe de Ponfilly dans le conflit soviéto-afghan

Chapitre 10: Fabien Landron, Mafia, Sicile et cinéma. Ré-élaboration(s) formelle(s) du film-enquête dans les films de Pierfrancesco Diliberto (La Mafia uccide solo d’estate, 2013 et In Guerra per amore, 2016)

Chapitre 11: Laurent Pineault, Témoin 2.0 et humiliation. Le cas des vidéos de fail

QUATRIÈME PARTIE : Le Cinéma contre le journalisme
 

Chapitre 12: Jeremy Hamers, L’Alternative «Television». Enzensberger, vom Bruch et le (non-)montage

Chapitre 13: Katarzyna Lipinska, Krzysztof Kieślowski. Auteur-documentariste sous le communisme polonais

Chapitre 14: Xavier Bittar, Les Revues clandestines cinématographiques (1943-1944). Entre engagement politique et recherche de légitimité

 

Pour plus d’information, consultez le site de l’éditeur.

Parution – « Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à Florence Aubenas »

L’équipe de communication Numapresse a le plaisir de vous annoncer la parution
de l’ouvrage « Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à
Florence Aubenas », de Marie-Ève Thérenty aux éditions CNRS.

« Alors que l’histoire de la presse célèbre volontiers ses grands hommes, elle
n’a jusqu’ici accordé quasiment aucune place aux femmes journalistes, qu’elles
aient été célèbres en leur temps comme Delphine de Girardin, Séverine ou
Titaÿna, ou des écrivaines reconnues comme George Sand ou Colette. Pourtant,
dès le XVIIIe siècle, des femmes créent et dirigent des feuilles périodiques.
Les femmes journalistes du XIXe siècle, qui écrivent un journalisme de
chronique directement issu du bel esprit des salons, sont leurs héritières.

Cet ouvrage raconte la progression des femmes dans les journaux généralistes
et la manière dont elles ont réussi à s’infiltrer et parfois à s’imposer dans
l’article politique, dans la chronique judiciaire, dans la chronique des
sports et dans le grand reportage. Ces femmes ont dû inventer des pratiques,
créer des postures et imposer des écritures. Pour faire passer leur prose dans
le journal, elles ont pu privilégier la narration, la fiction, l’écriture
intime aussi. Subalternes elles-mêmes, elles ont par ailleurs souvent choisi
d’enquêter sur les exclus de la société.

Cet essai montre aussi combien il serait caricatural d’affirmer l’existence
d’un modèle unique de la femme journaliste qui s’opposerait à son pendant
normatif masculin. Car il existe une infinité de façons d’être femme
journaliste.

Marie-Ève Thérenty nous présente ici un panorama des femmes journalistes, du
XIXe siècle et de l’entrée dans l’ère médiatique à 1944. Après l’octroi du
droit de vote aux femmes françaises, les contraintes professionnelles et les
enjeux ne sont plus tout à fait les mêmes. Néanmoins, dans un univers de
presse encore hiérarchisé et discriminant, les femmes journalistes ont
continué parfois de mobiliser les dispositifs décrits dans cet ouvrage qui se
conclut donc par l’observation de trois cas plus contemporains : Françoise
Giroud, Marguerite Duras et Florence Aubenas. »

Journée d’hommage à Pascale Casanova (1959-2018) – « « La littérature au-delà des nations »- 4 décembre »

Cher-e-s collègues,
La journée d’hommage à Pascale Casanova aura lieu au 105 et non au 54 boulevard Raspail; une petite erreur s’était malheureusement glissée dans mon envoi précédent, erreur que je corrige au plus vite. Vous trouverez en pièce jointe le programme de la journée actualisé pour conservation et diffusion.
Bien cordialement,
Claire Ducournau
 
 

La littérature au-delà des nations

Hommage à Pascale Casanova (1959-2018)  

Mercredi 4 décembre 2019, 9h-17h30

EHESS Paris, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, Amphithéâtre François Furet

 

Pascale Casanova nous a quittés le 29 septembre 2018, à l’âge de 59 ans. Critique littéraire et sociologue, longtemps animatrice d’émissions sur France Culture, qui ont été saluées comme « l’un des lieux les plus stimulants pour la littérature* », puis professeure à l’Université de Duke aux États-Unis, elle est devenue une référence dans le monde entier avec son livre La République mondiale des lettres (Seuil, 1999 ; traduit en anglais chez Harvard UP en 2004). Elle laisse une œuvre importante, traversée par la question de l’autonomie de la littérature (Beckett l’abstracteur. Anatomie d’une révolution littéraire, Seuil, 1997) et de sa « connexion avec la politique » (Kafka en colère, Seuil, 2011), scrutant des écritures singulières replacées dans les coordonnées socio-historiques et relationnelles de leur conception, élucidant les inégalités entre langues et cultures (La Langue mondiale, Seuil, 2015). Cette journée d’hommage organisée en France, où cette intellectuelle n’a pas obtenu de son vivant la reconnaissance institutionnelle qu’elle méritait, sera l’occasion d’évoquer sa mémoire et de discuter ses travaux, qui ont inspiré et nourri aussi bien des réflexions théoriques que des recherches empiriques.

 

Programme de la journée :

 

9h – Accueil des participants

 

9h25 – Ouverture de la journée par Cécile Rabot, directrice adjointe du CESSP

 

9h30 – Introduction par Gisèle Sapiro, Claire Ducournau, Tristan Leperlier

 

9h45–11h15 : Session 1 – Une conception de la littérature ouverte sur le monde (modératrice : Gisèle Sapiro)

 

Franco Moretti (EPFL, Lausanne) « Uncommon Encounter »

 

Françoise Lavocat (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle) « Sur le comparatisme de Pascale Casanova » (sous réserve)

 

Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier 3) « Une écriture critique »

Pause

 

11h30–13h : Session 2 – Des circulations inégales (modératrice : Cécile Rabot)

 

Tiphaine Samoyault (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) « Pour une théorie des traductions-relais »

 

Christophe Charle (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) « République mondiale des lettres, discordance des temps et dérégulation culturelle »

 

Julien Duval (EHESS) « Une république mondiale du film »

 

Déjeuner

 

14h30–16h : Session 3 – Transnationalisme et postcolonialisme (modératrice : Claire Ducournau)

 

Joseph Slaughter (Columbia University) « World Literature Is Burning »

 

Tristan Leperlier (CNRS, THALIM) « Penser un champ littéraire transnational avec Pascale Casanova »

 

Mélanie Bourlet (INALCO, LLACAN) « Les littératures combatives au prisme de l’espace littéraire peul » 

 

Pause

 

16h30–17h30 : Session 4 – Témoignages : une trajectoire combative (modérateur : Tristan Leperlier)

 

Laurent Jeanpierre (Université Paris 8) « Pascale Casanova face à l’exil »

 

Gisèle Sapiro (CNRS-EHESS) « Les engagements de Pascale Casanova »

 

Cette journée d’hommage est organisée par Gisèle Sapiro (CNRS-EHESS), Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier 3 / Institut Universitaire de France), et Tristan Leperlier (CNRS, THALIM), avec le soutien des laboratoires CESSP, THALIM et RIRRA21.

Hommage_Casanova_programme_14_11_19

Parution – « Actes du colloque – « Écrivains en performance » »

Écrivains en performances

 Actes du colloque tenu à l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3

les 31 janvier, 1er et 2 février 2018

Performance… le terme, courant dans le lexique des arts du spectacle, a, depuis les années 1970, pris un sens spécifique dans les champs, souvent perméables l’un à l’autre, des arts plastiques et de la poésie où il recouvre des interventions d’artistes ou de poètes relevant de l’art-action. Il est toutefois possible d’y entendre, plus largement, la désignation d’un ensemble de pratiques littéraires (poème-action, lecture publique, interview, interventions publiques atypiques) qui impliquent une mise en scène de l’écrivain et soulèvent diverses questions sur les frontières de la littérature, de l’auctorialité et des genres.

Inassignables à notre immédiate contemporanéité, ces pratiques dont nous ferons commencer l’histoire en 1830, date que l’on peut retenir comme celle de l’entrée des écrivains dans la médiatisation, mettent en vue le corps de l’auteur, incitant à questionner son rapport à l’œuvre, à interroger la relation de la performance d’écrivain à la littérature, à en examiner les poétiques.

Retour au texte ou consentement à sa dilution, revitalisation ou adultération de la littérature, stratégie publicitaire ou geste poétique authentique, qu’en est-il de la performance d’écrivain à l’ère médiatique ?

Textes réunis par Catherine Soulier (Université Paul-Valéry – Montpellier3/RIRRA21), Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier3/RIRRA21) & Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan University/ADARR) et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Introduction
Catherine Soulier, Marie-Eve Thérenty et Galia Yanoshevsky La performance d’écrivain à l’ère de la modernité, entre communion et mystification
Alain Vaillant  « PERFormance C’EST… » (si ça eXiste !)
Jean-Pierre Bobillot Magie différée et chute de guillemets.
Nathalie Quintane La voix intérieure
Vincent Laisney « Lire ce qui est écrit comme ce qui est imprimé »
Michel Murat Dire sans lire : une leçon de lecture publique (Christophe Tarkos, cipM, 18 avril 1997)
Céline Pardo Lire son théâtre pour le faire jouer : performances de dramaturges devant le comité de lecture de la Comédie-Française (XIXe – début du XXesiècle)
Olivier Bara Le monodrame : brève histoire d’un genre méconnu
Paul Aron Nomi Nomi : à cheval sur la frontière linguistique
Jérôme Meizoz L’Hydropathe en scène : quand l’auteur devient interprète
Violaine François Un poète « dans ses œuvres » au cabaret montmartrois : Jehan Rictus
Élisabeth Pillet La performance académique sous les sunlights : Marcel Pagnol, cinéaste irrévérencieux
Marion Brun Houellebecq performeur de soi : la littérature comme performance médiatique
Adeline Wrona Cartographie de la conférence dans la littérature française contemporaine
Agnès Blesch L’interview manquée
David Christoffel et Galia Yanoshevsky URL + IRL = LittéraTube en performances
Gilles Bonnet « Habiter seul la ville totale et ouverte ». Performances de l’être-là chez Joy Sorman, Philippe Vasset et François Bon
Violaine Sauty Écrivains et danseurs au corps à corps : l’expérience chorégraphique de la littérature
Clément Dessy Phrazzer
Enzo Cormann La littérature au corps. Histoire de ma vie de George Sand
Corinne Saminadayar-Perrin La « performance de ténèbres » selon Pascal Quignard. Notes de lecture.
Annick Jauer Le corps, la voix, le geste et l’objet texte (Peux-je ? de Charles Pennequin et Dominique Jégou, Mon corps n’obéit plus de Yoann Thommerel)
Benoît Cottet Le corps en lecture publique : techniques et « re-physication de la pensée »
Jeff Barda À L’HÔTE DU BOCAL
Christian Prigent Le document est mon corps. Le corps est un document
Muriel Pic Le personnage de l’écrivain dans le roman-photo
Jan Baetens Modernist Types. Typography as Reading Instructions
Nana Ariel