Archives mensuelles : novembre 2019

Colloque – « “Les réalismes de Georg Lukács” – Nanterre, 14-15 nov. 2019 »

Colloque international

« Les réalismes de Georg Lukács »

Université Paris Nanterre, les 14 et 15 novembre 2019

Malgré l’influence durable qu’Histoire et conscience de classe a exercée sur plusieurs générations de pensées critiques, les recherches portant sur l’œuvre de Georg Lukács restent marginales. Qu’il s’agisse des textes consacrés aux questions esthétiques, des réflexions politiques formulées au feu de l’événement, des interventions dans les débats philosophiques de son temps, ou encore de l’Ontologie de l’être social, son opus magnum, l’œuvre du philosophe hongrois est inégalement connue, lue, et même traduite.

L’ambition de ce colloque est de contribuer à pallier cette carence, en proposant l’hypothèse selon laquelle le problème du réalisme permet non seulement d’interroger l’unité et l’évolution de l’œuvre de Lukács, puisqu’il traverse ses interventions philosophiques aussi bien que politiques et esthétiques, mais aussi d’en évaluer l’intérêt pour la discussion contemporaine, puisqu’on assiste aujourd’hui à une nouvelle « querelle du réalisme » en philosophie et en esthétique.

Deux approches seront ainsi privilégiées : d’une part, une approche historique ou contextuelle, qui permettra de situer les prises de positions lukácsiennes en faveur du réalisme dans leurs conditions d’élaboration, d’en éclairer les enjeux spécifiques souvent codés et de mettre au jour les dialogues et les confrontations sous-jacents qui leur confèrent leur sens ; d’autre part, une approche plus conceptuelle, voire actualisante, qui se concentrerait sur les différents traitements réservés par Lukács au thème du réalisme et sur la manière dont ils permettent d’intervenir dans les débats actuels autour de cette notion, ou encore de déplacer les enjeux qui leurs sont associés. 

Jeudi 14 novembre  — de 9h30 à 17h

Bâtiment Max Weber, Salle Séminaire 2

Université Paris Nanterre

Vendredi 15 novembre — de 9h45 à 16h30

Bâtiment Max Weber, Salle des conférences

Université Paris Nanterre 

Organisation

·       Alix Bouffard, doctorante en philosophie à l’université de Strasbourg.

·       Vincent Charbonnier, docteur en philosophie, enseignant-formateur à l’ÉSPÉ de l’université de Nantes.

·       Christian Lazzeri, professeur des universités en philosophie à l’université Paris Nanterre.

·       Frédéric Monferrand, post-doctorant en philosophie à l’université de Namur.

·       Daria Saburova, doctorante en philosophie à l’université Paris Nanterre.

Avec le soutien du Sophiapol, de l’École doctorale Connaissance, langage, modélisation (ED139) et du département de philosophie. 

  PROGRAMME

Première journée – jeudi 14 novembre 2019

Bâtiment Max Weber, Salle Séminaire 2

9h30 : Accueil des participant.e.s et présentation du colloque 

9h45h-10h30

– Adam Takács (Université Loránd Eötvös, Hongrie): « En quête d’une « nouvelle réalité politique » : démocratie, fascisme et la question de la société socialiste dans les écrits politiques de Georg Lukács (1945-1950) » 

10h30-10h45 : Pause

10h45-12h15

– Dan Hartley (Université de Durham, Royaume-Uni) : « Goethe in Moscow: Lukács’s 1930s Writings on German Literary and Intellectual History »

– Károly Tóth (Université d’Europe centrale, Hongrie): « Necessity and Actuality: A Critico-Comparative Reading of the Text Versions of György Lukács’ “Art and Objective Truth” (1934–1970) »

12h15-13h45h : Déjeuner

13h45-15h15

– Paula Alves (Université de São Paolo, Brésil) : « The ‘‘triumph of realism’’ in the context of the Lukácsian theory of realism and its limits ».

– Vincent Chanson (Université Paris Nanterre, France) : « Pour un réalisme critique. Perec lukácsien, et au-delà. »

15h15-15h30 : Pause 

15h30-17h

– Veronika Darida (Université Loránd Eötvös, Hongrie): « Entre modernité et métaphysique (la théorie du théâtre selon le jeune Georg Lukács) »

– Vivien Giet (Université de Namur, Belgique): « Drame et réalisme chez Benjamin : un itinéraire lukácsien »

Deuxième journée – Vendredi 15 novembre 2019

Bâtiment Max Weber, Salle des conférences

9h45-11h15

– Clément Paradis (Université Jean-Monnet-Saint-Étienne, France) : « Allan Sekula et le mythe du réalisme en photographie »

– Konan Arsène Kanga (Université Alassane Ouattara, Côte d’Ivoire) : « L’esthétique du réalisme lukácsien. Pour une lecture critique des romans africains »

11h15-11h30 : Pause

11h30-13h

– Jérémy Elalouf (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France) : « Le problème politique des conceptions du monde internes aux œuvres d’art : une tentative de confrontation entre les approches de Georg Lukács et de Philippe Descola. »

– Timothée Haug (Université de Strasbourg, France): « Le naturalisme ontologique de Lukács à l’épreuve de la crise écologique. »

13h-14h30 : Déjeuner 

14h30-16h30

– Juliette Farjat (Université Paris Nanterre, France) : « Lukács contre Searle : une analyse comparée des approches réaliste et constructiviste en ontologie sociale. »

– Matteo Polleri (École Normale Supérieure de Pise, Italie) : « Lukács et Foucault : parallèles et paradoxes »

– Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre, France) : « Sartre et Lukács »

Journées d’études – « La littérature contemporaine au collectif »

Chères et chers collègues, 

J’ai le plaisir de vous convier aux journées d’études que je coorganise avec Michel Lacroix (UQÀM) sur le thème « La littérature contemporaine au collectif ». 

Vous en trouverez le programme ci-dessous et en pièce jointe. 

Bien cordialement, 

Anthony Glinoer.

—————-

La littérature contemporaine au collectif Université de Sherbrooke, campus de Longueuil   Organisation – Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) et Michel Lacroix (UQÀM)   Jeudi 21 novembre, salle L1-11305   9h – Anthony Glinoer et Michel Lacroix, « Introduction : groupes et collectifs littéraires »   9h30 – Jean-François Hamel (UQÀM), « Le demain joueur du Comité d’action étudiants-écrivains »   10h15 – Pause   10h45 – Collectifs littéraires et politiques   Rémi Astruc (Université Paris-Seine), « Anatomie de Tiqqun, autopsie d’une époque » Olivier Bissonnette-Lavoie (Université de Montréal), « Le degré zéro de la révolte : les (im)possibilités du collectif infondé et destituant »   12h15 – Repas   14h00 – Collectifs littéraires et politiques (suite)   Léo Vesco (École des Hautes Études en Sciences sociales), « Mise en récit collective des luttes sociopolitiques contemporaines (Mauvaise Troupe) » Philippe Theophanidis (York University), « Imaginer le collectif littéraire : Examen du trait iconographique chez Tiqqun et le Comité invisible »   Vendredi 22 novembre, salle L1-15705   9h – Collectifs informels   Nathalie Wourm (University of London), « Une nébuleuse de post-poètes : communauté et déconstruction » Robert Lukenda (Université d’Innsbruck), « Problèmes de représentation : les œuvres collectives en France entre littérature, journalisme et sociologie »   10h30 – Pause   11h – Écritures collectives   Mathilde Zbaeren (Université de Lausanne), « Le Collectif Hétérotrophes : écritures situées et protéiformes » Denis Saint-Amand (FNRS, Université de Namur), « Hit the words, jazz !  Émergence et logiques du Groupe Chromatique »   12h30 – Repas   14h – Écritures collectives (suite)   Irene Cacopardi (Université Clermont Auvergne), « Entre narrations, mouvements politiques et engagement collectif : Wu Ming, une forme de militantisme littéraire dans la modernité liquide » Izabeau Legendre (Queen’s University), « Le collectif et la communauté derrière les Bêtes d’hier : la redéfinition du « nous » comme démarche artistique et politique » Jean-Marc Baud (ENS de Lyon), « Les camaraderies contemporaines du collectif Inculte » Björn-Olav Dozo (Université de Liège), « Écrire serrés les uns contre les autres : « désincarcérer le futur » avec le collectif Zanzibar, pour ne pas terminer en boîtes à sardines »   17h – Conclusions et fin des journées d’études    

19_10_Au_collectif_programme_VA

Appel à communication – « Journée d’études – GREMLIN « Trajectoires du texte littéraire : figuration et médiatisation » – Mars 2020 »

Le GREMLIN (Groupe de recherches sur les médiations littéraires et les institutions) organise une journée d’études le 6 mars 2020. Les propositions de communication sont attendues pour le 15 janvier 2020. N’hésitez pas à diffuser cet appel.

Trajectoires du texte littéraire : figuration et médiatisation

Journée d’étude du GREMLIN

Vendredi 6 mars 2020

Université McGill

Les travaux menés par le GREMLIN (Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions, voir le site http://legremlin.org) ont, depuis 2008, sondé la dimension sociale de la production littéraire dans les œuvres de fiction. Explorant les figurations littéraires et les configurations de la vie littéraire, les travaux issus des recherches du GREMLIN ainsi que la riche base de données portant sur plus d’une centaine de romans francophones ont ouvert la voie à des réflexions nouvelles sur l’interdépendance du littéraire et du social.

Une grande partie des recherches du groupe ont été consacrées aux figurations du personnel qui anime la vie littéraire. Or, comme l’écrivain, le texte se voit aussi représenté, depuis sa projection jusqu’à sa circulation dans le monde. Le texte connaît une trajectoire à part entière, franchissant ses propres étapes. Cette journée d’étude se donne pour objectif de faire un changement de focale : il s’agira moins de penser la figuration du personnel littéraire que la mise en fiction des textes littéraires, en tant qu’ils connaissent différents modes d’existence, différents états, médiatisés dans les œuvres littéraires. Le parcours d’un texte littéraire fictif est, comme celui d’un écrivain fictif, porteur de sens et d’une vision de la littérature en général. La base de données du GREMLIN, dédiée aux figurations dans le roman de la vie littéraire, a accordé une place de choix à ce cheminement du texte : les onglets “œuvres projetées”, “scènes d’écriture”, “œuvres publiées” et “médiatisations” retracent les grandes étapes de la trajectoire du texte littéraire figurée dans les ouvrages. Il s’agit donc d’étudier en contexte romanesque, puis social, les usages, les significations et les valeurs associées aux parcours des textes fictifs.

C’est principalement en tant que signifiant pris dans une matérialité que nous appréhendons la notion de texte. En dehors de toute “théorie du texte” le concevant comme un espace clos, nous nous proposons d’interroger le texte comme objet culturel. Dans ces conditions, notons que ce que nous appelons “texte” n’est ni le premier jet, ni le brouillon, ni le manuscrit, ni les différentes épreuves, ni le bon à tirer, ni le livre : il peut être tout cela à la fois, et plus encore. Le texte à l’état de projet, le texte déclamé sont encore des modes d’existence de celui-ci, ce sont des étapes parmi d’autres de la trajectoire propre à chaque texte. Suivre la vie du texte, c’est ainsi suivre ses pratiques en contexte social : écrit, corrigé, relu, lu à voix haute, déclamé, annoncé dans les journaux et sur les murs, imprimé, édité, réédité, commenté, critiqué, évalué, le texte passe de main en main, de bouche en bouche, d’oreille en oreille et devient, dans son parcours, une réalité littéraire ainsi qu’un objet de discours. Il peut connaître ainsi de très nombreuses formes de publications, c’est-à-dire d’accès à une dimension publique, de mises en circulation dans l’espace public. À travers des institutions, aussi bien matérielles qu’immatérielles, il acquiert une valeur sur le marché des biens culturels. L’“étagère hypothétique1” d’Italo Calvino est-elle son seul lieu de consécration ? Dans ces mises en fiction, la publication écrite du texte n’est pas nécessairement l’étape la plus déterminante dans sa trajectoire en littérature. Pensons par exemple aux improvisations ensorceleuses de l’héroïne de Corinne ou l’Italie de Germaine de Staël qui forcent l’admiration de ses pairs.

Ce sont ces figurations du texte au cœur des sociabilités littéraires que nous souhaitons explorer, en ouvrant la réflexion à tous les corpus, sans limitation géographique, chronologique, ni générique. Comment sont représentées les trajectoires du texte dans les textes littéraires ? Quels sont les passages obligés, les topiques du texte figuré ? Les relectures du texte par d’autres écrivains, comme dans le roman Les yeux bleus de Mistassini de Jacques Poulin, où le personnage principal expose les premières lignes du roman de son mentor à la vedette Philippe Rollers, font-elles partie d’un scénario attendu dans la vie du texte ? À l’instar des figures idéal-typiques du personnel littéraire, une typologie des « vies » des textes est-elle possible ? Il va de soi que le premier article de Bel-Ami, portant sur la campagne d’Algérie, écrit avec Madeleine Forestier, ne connaît pas le même parcours que la féérie de Gérard, dont la première a lieu à la fin des Aventures de Mademoiselle Mariette de Champfleury. Y a-t-il par exemple des spécificités dans les modalités d’impression et de diffusion du livre de Cydalise dans Les Philosophes de Palissot ? Si les figurations du texte renseignent sur ses pratiques, elles interrogent encore les discours auctoriaux portés sur l’œuvre : en quoi peut-on penser les représentations du texte comme le reflet des convictions esthétiques de l’auteur ? Un texte longuement élaboré, projeté de longue date, ne signifie pas la même chose qu’un texte spontané, inspiré par un événement, quel qu’il soit. Ces figurations sont encore le lieu d’un discours sur le champ littéraire. L’écrivain, dans un geste réflexif, se représente à travers ces imaginaires, met en scène ce que c’est que faire œuvre et semble en cela légitimer son acte de création. Comment sont représentés les processus de légitimation et d’évaluation, voire de consécration du texte littéraire ? Quelle forme prend la « montée en objectivité2 » du texte littéraire ? Le mystérieux poème de Cendrars, La Légende de Novgorode, représenté dans ses poèmes et romans, mais qui semble perdu, nourrit le mythe de l’auteur. Réalité ou facétie de Cendrars, quoi qu’il en soit, le texte ainsi figuré par ce jeu d’intertextualité constitue un enjeu promotionnel particulièrement efficace. Comment alors aborder les passerelles entre texte et auteur du point de vue du texte fictif et de ses trajectoires ? Le texte est-il présenté comme toujours soumis aux visées que son auteur lui prête (promotionnelle, affective, etc.) ou au contraire pris dans un procès d’autonomisation ? Telles seront quelques-unes des questions qui pourront être abordées au cours de cette journée d’étude, qui mêlera les échanges et la réflexion collective aux études de cas.

Les propositions (400-500 mots) devront être accompagnées d’une courte biographie de leur auteur (200 mots) et sont à envoyer avant le 15 janvier 2020 àviolaine.francois@mail.mcgill.ca et marceau.levin@usherbrooke.ca.

 

1 « Pour qui écrit-on un roman ? Pour qui écrit-on un poème ? Pour des gens qui ont lu certains autres romans, certains autres poèmes. On écrit un livre pour qu’il puisse être placé à côté d’autres livres, pour qu’il entre sur une étagère hypothétique et, en y entrant, la modifie en quelque manière, chasse de leur place d’autres volumes ou les fasse rétrograder au second rang, provoque l’avancement au premier rang de certains autres […] » Italo Calvino, La Machine littérature, Paris, Seuil, 1984.

2 Voir Nathalie Heinich, Être écrivain. Création et identité, La Découverte, 2000.

Appel à communication – « Rappel – Congrès Médias 19 – Numapresse »

Nous vous rappelons que l’appel à communication pour le congrès Médias 19 – Numapresse (8-11 juin 2020) est ouvert. Nous attendons vos propositions avant le 1er décembre 2019 à l’adresse congresM19Numapresse@gmail.com. N’hésitez pas à diffuser cet appel.

Congrès Médias 19 – Numapresse

Presses anciennes et contemporaines, a l’heure du numérique

Centre culturel canadien et bibliothèque nationale de France, Paris, 8 au
11 juin 2020

Après un premier congrès en juin 2015, Médias 19 et Numapresse organisent une deuxième grande manifestation qui se tiendra à Paris, du 8 au 11 juin 2020, et veut faire état de la recherche actuelle sur la presse, à l’heure de la numérisation des corpus.

Le projet scientifique franco-québécois Médias 19, articulé autour de la plateforme numérique www.medias19.org, a été le cadre de développement d’une réflexion, depuis 2011, sur les pratiques journalistiques au XIXe siècle, sur la valorisation et l’analyse des corpus, ainsi que sur l’étude du développement de la culture médiatique dans l’espace francophone. Depuis 2017, le projet scientifique international Numapresse, financé par l’Agence Nationale pour la Recherche française (www.numapresse.org), ambitionne de proposer une nouvelle histoire culturelle et littéraire de la presse française, du XIXe siècle à nos jours, en mobilisant les grands corpus de presse numérisés et les nouveaux outils de text et data mining. Ce congrès, organisé par Guillaume Pinson (Université Laval) et Marie-Ève Thérenty (Université Montpellier 3, Paul Valéry) est l’occasion de convier les chercheurs à faire état de la recherche actuelle. Organisé en quatre journées de travail, il se fonde sur des grands axes qui ont été au cœur des recherches historiques et littéraires sur la presse de ces dernières années. Le congrès se déroulera à Paris, entre la BNF et le centre culturel canadien.
Les communications seront de 20 minutes. Les propositions en français ou en anglais (250 mots, quelques lignes de curriculum vitae, coordonnées complètes et mention de l’institution d’attache) seront à envoyer par courriel à l’adresse suivante, avant le 1er décembre 2019 : congresM19Numapresse@gmail.com
Les chercheurs intéressés à soumettre une proposition sont informés que, pour tous les axes du congrès, les études transversales et générales seront préférées aux sujets purement monographiques. Par ailleurs, les propositions qui ne relèvent pas d’un de ces axes seront aussi examinées. Le congrès donnera lieu à publication.

Axe 1. Viralités et circulations


Responsable : Guillaume Pinson

La vogue de l’histoire mondiale et des transferts culturels, liée aux campagnes massives de numérisation de la presse, a ouvert la voie ces dernières années à des études décloisonnées des corpus médiatiques. Ceux-ci sont envisagés dans leur capacité à échanger des textes et à souder des communautés de lecteurs sur des zones géographiques tantôt très denses (au sein des grandes métropoles médiatiques), tantôt très étendues (axes atlantiques Europe-Amériques, ou encore liaisons coloniales, par exemple). Les outils numériques ont en outre ouvert la voie à des études de circulation et de « viralité » (Cordell) sans commune mesure avec les modes habituels de lecture et de dépouillement. On peut ainsi repérer automatiquement des pratiques largement répandues de réimpression d’articles, dont certains sur des intensités et des espaces considérables. Le succès planétaire des Mystères
de Paris (1842-1843) d’Eugène Sue, rapidement imité et donnant lieu à une matrice récupérée dans tous les coins du globe, comme l’a bien montré un projet de recherche conduit par l’équipe de Montpellier de Médias 19, n’est que la partie la plus visible de l’iceberg. Nous avons désormais la capacité de détecter automatiquement des formes de circulations et de viralités de corpus beaucoup plus furtifs à nos yeux, mais majeurs dans l’intensité de leurs reprises : des œuvres littéraires aujourd’hui oubliées, des essais, des anecdotes, des faits divers, des actualités variées… Cet axe invite donc les chercheurs à penser toutes les formes de circulation et de viralité au XIXe siècle. On privilégiera ici les approches de synthèse sur l’expérience liée à l’usage des outils numériques, mais les études plus classiques de circulations et de transferts sont aussi les bienvenues, si elles permettent d’éclairer
largement ces phénomènes de décloisonnement des corpus. La perspective d’une histoire mondiale de la presse en français (projet dirigé par G. Pinson et D. Cooper-Richet du réseau Transfopress) sera aussi envisagée dans cet axe, parmi d’autres enjeux : trajectoires d’écrivains-journalistes, contacts et transferts linguistiques dans la presse, relations entre la presse et les formes émergentes de la mobilité (essor du chemin de fer, développement des lignes maritimes, mise en place des réseaux de télégraphie électrique), études culturelles de la viralité (discours contemporains sur l’espace-temps, valeurs et débats sur les nouvelles mobilités), transformation matérielle et poétique de la presse (ouverture des rubriques de télégraphie, revues de presses
internationales), etc.

Axe 2. Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse au XXe siècle

Responsable : Marie-Ève Thérenty

De nombreux travaux récents sur la presse, de La Civilisation du journal (2011) aux études conduites par Médias 19, ont pris comme terrain de recherches un long XIXe siècle. Mais un objectif important des études de presse actuelles est aussi de parvenir à une compréhension générale des poétiques et imaginaires médiatiques du XXe siècle. Le XXe siècle est un moment crucial pour l’expansion de la presse, sa professionnalisation, sa politisation. C’est aussi le moment où le support écrit, perdant son caractère
exclusif, est concurrencé par d’autres médias (cinéma, radio, télévision) qui l’influencent aussi. Une nouvelle temporalité, la scansion hebdomadaire, vient s’ajouter au rythme quotidien pour le traitement de l’actualité, à travers la création de magazines d’importance dès la fin des années vingt et le début des années trente (Candide, Gringoire, Marianne) et puis après-guerre (L’Express, Le Nouvel Observateur, Le Point). Les contenus aussi évoluent : de nouveaux sujets, comme le sport, le cinéma ou la télévision, s’imposent à côté de l’actualité politique ou culturelle traditionnelle. La refonte complète de la presse à la Libération s’appuie sur de nouvelles exigences éthiques et donc poétiques véhiculées par un Hubert Beuve-Méry ou un Albert Camus qui ont des conséquences sur l’auctorialité des journalistes. Globalement pour remédier à ce qu’on identifie comme les débordements des années trente, s’imposent, notamment dans les écoles de journalistes, des écritures dites objectives dont certains journaux, comme Le Monde, prétendent se faire le véhicule. Pourtant, nous faisons l’hypothèse que la littérarisation des écritures de presse ne
disparaît pas et qu’il existe des titres (France-Soir après-guerre, Libération) ou des formules (l’hebdomadaire, puis le mook) qui continuent à favoriser l’hybridation des poétiques. Parmi d’autres, ces différents sujets pourraient être abordés : les écrivains-journalistes, le rapport de la presse écrite avec la radio et la télévision, les rythmes et les périodicités de l’information, la question de l’hebdomadaire et du magazine, la place du sport, du cinéma, de la télévision… dans la presse écrite et les poétiques
afférentes, la formation des journalistes et la question des écoles de journalisme, l’émergence de nouveaux genres et de nouveaux formats, le développement du reportage, l’illustration de presse (photographie, dessin, bandes dessinées…), les transformations des représentations sociales, culturelles, politiques, induites par la presse écrite, la comparaison du système de presse français avec d’autres pays, la question des femmes et du genre (gender) dans la presse… Ici encore, on fera un accueil particulier aux
approches mobilisant des outils numériques mais les communications plus classiques seront aussi les bienvenues.


Axe 3. Culture médiatique et culture numérique ou l’atelier des geeks

Responsables : Pierre-Carl Langlais et Julien Schuh

Depuis vingt ans, la presse ancienne a été massivement numérisée. Ces corpus se sont progressivement imposés comme un terrain d’expérimentation idéal pour des approches scientifiques hybrides croisant histoire, sociologie, analyse littéraire, infrastructures informatiques, approches statistiques et traitement automatique du langage naturel. L’hétérogénéité du journal et l’ampleur des archives numérisées ont favorisé l’émergence de nouveaux espaces interdisciplinaires (bibliothèques numériques, humanités numériques, littérature computationnelle…) et de nouvelles circulations d’outils, de méthodes et de concepts entre les disciplines et ont rendu plus légitime une forme de lecture distante, autorisant des approches multiples : topics modeling, classification supervisée, détection des reprises, indexation d’entités nommées, analyse de mise en page… Les techniques de deep learning et
de classification automatisée, de plongement de mots, ouvrent des fenêtres nouvelles sur un gigantesque ensemble de textes et d’images encore très peu exploré. Ce troisième axe vise à interroger l’émergence d’un nouvel écosystème de la presse numérisée, depuis le processus d’élaboration de l’archive numérique jusqu’aux nouvelles formes de remédiations et de projections
expérimentales de ces corpus. Il sera également l’occasion d’interroger l’incidence méthodologique de ces nouvelles pratiques sur la conceptualisation de l’objet de recherche et la construction du terrain et des corpus. Ce retour réflexif croisant humanités numériques et digital studies pourrait s’exercer sur les sujets suivants : construction de l’archive numérique (effets transformatifs des OCRs, mobilisation du digital labor, nouvelles infrastructures de mise en circulation du texte numérisé), pratiques de lecture distante (classification des genres, études de la viralité et des réseaux de reprises, histoire longue des poétiques visuelles), extraction de données historiques (signatures, annonceurs publicitaires, cours de la bourse…) remédiation des corpus (rééditorialisation d’articles, de données ou de fiction publiées dans la presse, data visualisations…)

Axe 4. Rééditorialisation des articles de presse : du recueil à l’agrégateur de données

Responsable : Adeline Wrona

Lire la presse numérisée, c’est se donner les moyens de pointer des phénomènes de migration et de recyclage qu’il est difficile de repérer à l’œil nu, et entrer dans une forme de philologie automatisée, qui scrute variantes et reparutions. D’un autre côté, produire l’information en ligne, c’est intégrer dans le fonctionnement ordinaire de la rédaction les gestes de republication
des articles, que ce soit par segmentation, recalibrage, enrichissement ou mise en liste. C’est aussi écrire sous le regard anonyme des moteurs de recherche, et de leur référencement qui impose des consignes d’écriture aléatoires. L’un des phénomènes associés le plus constamment au numérique réside donc dans le repérage et la mise en œuvre d’une diversification des matérialités donnant corps au texte, bien loin du mythe persistant selon lequel le « virtuel » serait synonyme de dématérialisation.

Hier comme aujourd’hui, le propre du texte de presse est d’avoir plusieurs vies, sur plusieurs supports, dans plusieurs régimes de temporalité, en formant des ensembles à géométrie variable. Les communications attendues dans cet axe analyseront différents phénomènes rendant compte de cette logique de rééditorialisation, qui va bien au-delà des seules publications dans le support du quotidien. Dans l’entre-deux guerres, certains magazines tel Détective ont pour vocation de valoriser les grandes plumes des collections éditoriales, au point que c’est finalement le périodique qui intègre d’emblée une logique de recueil.

On interrogera différents enjeux propres à cette question du recueil, dans le journalisme contemporain comme dans l’analyse de la presse des XIXe et XXe siècles ; cela pourra concerner par exemple les modalités renouvelées de la mise en recueil en régime numérique – portfolio, diaporama, et autres newsletters ; les jeux avec les signatures et les droits d’auteurs impliqués par les circulations d’un modèle éditorial à l’autre, de la généralisation des « voleurs » sous la Monarchie de Juillet à la définition complexe des « droits voisins »; on interrogera la valeur de la reprise, généralement considérée comme facteur d’appauvrissement des discours d’information, mais rarement analysée dans sa réalité textuelle voire stylistique.

Comité scientifique

Paul Aron, Université Libre de Bruxelles, Belgique
Catherine Aurerin, Bibliothèque nationale de France, France
Rodney Benson, New York University, États-Unis
Maud Ehrmann, Projet Impresso, EPFL, Suisse.
Stéphane Gerson, New York University, États-Unis
Richard R. John, Columbia University, États-Unis
Dominique Kalifa, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, France
Florence Le Cam, Université Libre de Bruxelles, Belgique
Pierre-Carl Langlais, Numapresse, France
Vincent Larivière, Université de Montréal, Canada
Matthieu Letourneux, Université Paris Ouest Nanterre, France
Jean-Philippe Moreux, Bibliothèque nationale de France, France
Guillaume Pinson, Université Laval, Canada
Sophie-Anne Robert, Bibliothèque nationale de France, France
Julien Schuh, Université Paris Ouest Nanterre, France
Laura Suarez de la Torre, Instituto Mora, Mexique
Marie-Ève Thérenty, Université de Montpellier 3, France
Alain Vaillant, Université Paris Ouest Nanterre, France
Yoan Vérilhac, Université de Nîmes, France
Adeline Wrona, Sorbonne-Université, France

Séminaire – « « Savoirs du témoignage », EHESS, 2019-2020 »

Savoirs du témoignage XIXe-XXIe siècles

Frédérik Detue, maître de conférences à l’Université de Poitiers,

Charlotte Lacoste, maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine,

Judith Lyon-Caen, directrice d’études à l’EHESS

2e et 4e vendredis du mois de 15h à 17h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2019 au 12 juin 2020. La séance du 27 mars se déroulera en salle 1 (même heure, même adresse). Séance supplémentaire le 15 mai (salle 1, même heure, même adresse). Pas de séance le 22 mai.

Ce séminaire collectif s’intéresse aux pratiques et aux formes de l’écriture de témoignage depuis le xixe siècle, selon une approche interdisciplinaire qui considère la production d’écrits, leurs modalités de publication, leurs circulations et leurs appropriations comme autant d’actions dans l’histoire, et comme autant d’événements, et non pas seulement comme des sources possibles sur ces événements. Actions dans l’histoire, événements d’écriture, bien des écrits ne sont désignés comme « testimoniaux » qu’à distance de leur première effectuation. Les cadres matériels, moraux, institutionnels (judiciaires ou disciplinaires par exemple) de ces premières effectuations, mais aussi l’ensemble des opérations qui qualifient tel ou tel écrit comme « témoignage » sont au cœur de nos questionnements. Ainsi nous interrogeons-nous par exemple sur les idiomes du témoignage, ses épistémologies et les temporalités qu’elles dessinent, sur l’émergence et les usages de catégories contemporaines comme « littérature de témoignage » ou « genre testimonial », ou encore « littérature documentaire ».  De l’esclavage en Amérique du Nord à la révolution syrienne, de la Shoah au génocide des Tutsi du Rwanda, la question du témoignage occupe une place croissante dans les savoirs sur les violences sociales et politiques de notre temps. Ce séminaire cherche à faire dialoguer des « savants du témoignage », des chercheurs qui s’intéressent au témoignage dans des contextes historiques multiples et selon les horizons disciplinaires variés des sciences sociales. Il s’ouvre aussi à des praticiens du témoignage, dans les arènes artistique, littéraire ou judiciaire, qui se tiennent parfois à la charnière des champs et des postures. Car le propre de la question du témoignage – comme catégorie utilisée par les acteurs et/ou construite par les chercheurs ou les institutions – est souvent de produire du brouillage dans les catégorisations, les positions, les discours. De produire de l’inclassable. D’où l’intérêt, à notre sens, de chercher à esquisser des perspectives, de partage ou de clivage, qui n’écrasent pas la spécificité des pratiques, des gestes, des objets testimoniaux envisagés.

Séminaire bi-mensuel ouvert aux étudiant·e·s de master, 6 ECTS.

 

Programme de l’année 2019-2020

 

SÉANCE 1. 8 novembre

Frédérik Detue, Charlotte Lacoste et Judith Lyon-Caen : Introduction

 

SÉANCE 2. 22 novembre

Frédérik Detue : « Face au témoignage. La critique littéraire comme science sociale » (1)

 

 

SÉANCE 3. 13 décembre

Frédérik Detue : « Face au témoignage. La critique littéraire comme science sociale » (2)

 

SÉANCE 4. 10 janvier

Michaël Roy (Université Paris Nanterre) : « Les récits d’esclaves au prisme de l’histoire du livre »

Autour de son ouvrage Textes fugitifs. Le récit d’esclave au prisme de l’histoire du livre, Lyon, ENS Éditions, coll. « Métamorphoses du livre », 2018.

 

SÉANCE 5. 24 janvier

Tristan Leperlier (CNRS, THALIM) : « Les écrivain·e·s algérien·enne·s de la décennie noire, des “écrivains témoins” ? »

Autour de son ouvrage Algérie. Les écrivains dans la décennie noire, CNRS Éd., 2018.

 

SÉANCE 6. 14 février

Charlotte Lacoste, avec Matthieu Rémy (Université de Lorraine) : Georges Perec et le témoignage

 

SÉANCE 7. 28 février

Ophir Levy (Université Paris 8) : De la hantise des archives. L’irruption intempestive d’images de la déportation dans les fictions cinématographiques des années 1960

 

SÉANCE 8. 13 mars

Malena Chinski (EHESS, Premec), Constance Pâris de Bollardière (American University of Paris), Simon Perego (Sorbonne Université) : « Écritures de soi dans le quotidien yiddish parisien Naye Prese : le concours “Mon expérience la plus forte pendant la guerre”, 1947-1949 »

 

SÉANCE 9. 27 mars (salle 1)

Judith Lyon-Caen : « Pierre Gascar et le souvenir silencieux du “temps des morts” »

 

Vacances de printemps (Paris) : du 4 au 20 avril.

 

SÉANCE 10. 24 avril

Audrey Kichelewski (Université de Strasbourg) et Judith Lyon-Caen : « La constitution d’un corpus testimonial dans la revue Le Monde juif (1945-1985) »

Autour d’un numéro de la Revue d’histoire de la Shoah à paraître en ce printemps 2020.

 

SÉANCE 11. 15 mai (salle 1)

Nikolay Koposov (Emory University, professeur invité à l’EHESS) : « Guerres de mémoire et lois mémorielles »

Autour de son ouvrage Memory Laws, Memory Wars. The Politics of the Past in Europe and Russia, Cambridge University Press, 2018.

 

SÉANCE 12. 12 juin

Atelier : « Mémoire multidirectionnelle » (Michael Rothberg) et approches du témoignage. Conclusion générale.

Journée d’étude – « Concepteurs, conceptions et créations de mondes ludiques »

Journée d’étude : Concepteurs, conceptions et créations de mondes ludiques

Jeudi 28 novembre 2019

Maison interuniversitaire des sciences de l’homme – Alsace
Allée du Général Rouvillois, 67083 Strasbourg

Les sessions auront lieu en salle des conférences et les pauses dans le hall du bâtiment.

L’inscription est gratuite et obligatoire

Pour vous inscrire : https://www.eventbrite.fr/e/billets-journee-detude-createurs-et-creations-de-mondes-ludiques-75590911451?ref=enivtefor001&utm_source=eb_email&utm_medium=email&utm_campaign=inviteformalv2&utm_term=eventpage

Programme

08h – 08h30 Accueil – Inscription

08h30 – 09h Mot d’introduction

09h – 11h Première session Processus créatifs et conceptions ludiques

  • Marine Macq (Video game art gallery Pixel Life Stories) : Du concept designer au concept artiste : penser les processus de conception dans la création vidéoludique contemporaine
  • Mireille Pacquet (Université Paris 13) : La conception d’un dispositif d’Escape Room entre effets de lieux et effets “waouh”»
  • Dave Hawey (Université de Montréal) : Voir autrement le développement, le design et le studio de jeu vidéo : la perspective de deux développeuses cofondatrices du studio montréalais Epsilon Games
  • Martin Ringot (Aix Marseille Université) : Architecture actantielle et architecture poétique entre Italo Calvino et les mondes vidéoludiques

11h – 11h30 Pause

11h30 – 12h30 Créations amateurs

  • Pierre-Yves Hurel (Université de Lièges) : Le jeu vidéo en amateur : la création comme dégustation, le ludème comme prise vidéoludique
  • Floriane Owczarek, Marion Weckerle et Cyril Lacheze (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Game design et appropriation de l’univers par les joueurs dans deux MMORPG

12h30 – 14h Déjeuner

14h – 15h Session plénière – par Vinciane Zabban

15h – 15h30 Pause

15h30 – 16h30 Professionnalisation des mondes ludiques

  • Maxime Besenval (EHESS-Paris) : Sociologie des mobilisations professionnelles et résistances chez les développeurs
  • Victor Potier (Université de Toulouse) : Entrelacements universitaires et industriels : normalisation du jeu et esprit « start-up »

16h30 – 17h Clôture

Séminaire/atelier – «  »Comprendre et désinvisibiliser les pratiques d’évaluation dans l’art et par l’art » (Séminaire Évaluation générale novembre-décembre 2019) »

« Comprendre et désinvisibiliser les pratiques d’évaluation dans l’art et par l’art » (Séminaire Évaluation générale novembre-décembre 2019)

Séminaire/atelier ouvert au public

Séances du 5 novembre au 10 décembre 2019. Le séminaire sera clôturé par une journée d’études le 19 décembre au Centre Pompidou.

PRESENTATION

Ce séminaire/atelier de recherche-création s’inscrit dans le cadre du projet de recherche-création soutenu par l’EUR ArTeC « Évaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique » (https://evalge.hypotheses.org).

Sous l’effet du néolibéralisme et de la révolution numérique, les activités d’évaluation s’emballent, se généralisent deviennent frénétiques et paradoxales. Ce séminaire a pour but d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève la généralisation de l’évaluation. Son objectif n’est pas de faire simplement communiquer les produits de la recherche théorique et de la pratique artistique, mais de faire en sorte que leurs processus s’interpénètrent dans une pratique expérimentale qui les met en acte. Pour ce faire, seront analysés et mis en place des dispositifs artistiques et d’enquête appelés à intervenir en situations institutionnelles réelles afin de désinvisibiliser non seulement ce qu’est l’activité d’évaluation-notation mais aussi ses effets concrets immédiats.

Il s’agira, avec l’intervention de poètes et d’artistes de se munir d’outils d’évaluation alternatifs à ceux que nous offrent les modèles institutionnels et économiques dominants.

Des activités d’évaluation non orthodoxes seront proposées à toutes les étapes du séminaire.

Le séminaire se conclura par une journée d’études au Centre Pompidou intitulée «Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats», qui mettra en perspective les réflexions menées dans les ateliers, où artistes, chercheurs et acteurs du domaine s’interrogeront sur la façon dont sont évalués les œuvres et les projets artistiques dans le cadre des politiques de financement de l’art, sur la pertinence des méthodes de sélection, et sur les alternatives à une évaluation de l’art soumise aux logiques du marché.

PROGRAMME

Séance 1 – mardi 5 novembre, 14h-18h

« Agence de notation »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h.

Intervenant : Christophe Hanna

Contenu : « Tous évalués ! », c’est à cette injonction, qui nous vise (presque) tous aujourd’hui, que se propose de répondre Agence de notation. Cette agence de notation alternative conçue par Christophe Hanna, se déploie dans le projet de recherche-création « Évaluation générale » dirigé par Nancy Murzilli. Son action consiste à investir des espaces protégés de l’évaluation où n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation d’un autre genre, de façon spectaculaire, sous la forme de performances en public, avec des évaluateurs libres de toute influence et jouant cartes sur table. Durant cet atelier introductif, seront explorées les relations entre écriture et institution à travers l’exemple de l’Agence de notation, dont Christophe Hanna racontera l’histoire. On réfléchira aussi en direct sur ce que peut signifier la notion d’écriture évaluative.

Christophe Hanna est enseignant de littérature et écrivain. Au sein du groupe informel « La Rédaction », il rédige des « rapports » informatifs en inventant des formes procédurielles. Il les publie dans diverses revues (Nioques, Musica falsa, Axolotl, Éc/arts…) ou sous la forme de livres (Valérie par Valérie, Al Dante, 2008 ; Les Berthier. Portraits statistiques, Questions Théoriques, 2012). Christophe Hanna dirige par ailleurs la collection de théorie littéraire « Forbidden Beach » aux éditions Questions théoriques.

Séance 2 – mardi 12 novembre, 14h-18h

« L’addition, s’il vous plaît? »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h.

Intervenant : Antoine Dufeu

Contenu : Derrière une question aussi triviale, l’entité économique qui émet l’addition est légalement tenue de rendre des comptes, essentiellement un compte de résultat et un bilan. En s’intéressant aux grandes masses qui les déterminent, on se demandera comment il serait possible de les faire évoluer.

Ancien contrôleur de gestion et journaliste auto, Antoine Dufeu est poète, écrivain et dramaturge, professeur, éditeur et revuiste. Depuis 2009, il collabore régulièrement avec Valentina Traïanova sous l’entité Lubovda. Il a fondé la plateforme de recherche Lic en 2012. Il a fondé en 2015 et dirige avec Frank Smith la revue RIP. Il est membre du comité rédactionnel de la revue Multitudes depuis 2015. Il a co-fondé et co-dirigé IKKO (2002-2009) et la revue MIR (deux numéros en 2007 et en 2009). Il est responsable du pôle « écrit » et de l’édition de l’école de design Strate. Avec Fabien Vallos, il a co-dirigé les éditions Mix de 2015 à 2018.

Séance 3 – mardi 19 novembre, 14h-18h

« Art without property,(un)valued art? »

Rendez-vous : au DOC ! dans l’atelier d’Eva Barto (26/26bis rue du docteur Potain 75019 Paris), 14h-18h.

Intervenant : Eva Barto

Contenu : « (…) avoiding description, our character deals with ambivalences stemming from property issues, such as broad definitions of what owning could mean (a legal loophole mastery, a misleading language apparatus, an ambiguous philanthropist posture), on what authorship could reclaim (see plagiarism studies), on how power can leak and decrease (unmanaged time, undisplayed images, unexpected downturns) (…) »

Langue de l’intervention : français

Eva Barto remet en cause les enjeux qu’impliquent la propriété en déstabilisant le statut de l’auteur ainsi que l’économie de production et de diffusion des œuvres. Elle constitue des environnements ambigus, des contextes de négociations apparemment dénués de particularités dans lesquels il est difficile de saisir ce qu’il faut considérer ou laisser pour compte. Les objets qu’elle conçoit sont des emprunts au réel qu’elle copie ou modifie pour leur donner une valeur d’imposture. Le pouvoir revient ici aux parieurs, aux falsificateurs et aux coupables de plagiat. Son travail à fait l’objet de plusieurs expositions personnelles à l’IFAL (Mexico,2013), à La BF15 (Lyon,2014), à Primo Piano (Paris, 2015) et plus récemment à la galerie gb agency (Paris, 2016), au Centre d’Art de la Villa Arson (Nice 2016), au Kunstverein Freiburg (2019) et prochainement au Kunstverein Nuremberg, au LVH Pavillion (Berlin) ainsi qu’à la Galerie Max Mayer (Düsseldorf). Depuis 2018 elle mène une série de réflexions et actions sur le milieu de l’art en tant que monde du travail au sein du groupe La Buse ainsi qu’avec Estelle Nabeyrat sous le format de l’émission ForTune, diffusée par la radio Duuu*.

Séance 4 – mardi 26 novembre, 14h-18h

« « J’ai été sous-diagnostiquée ». Révision chronique des protocoles d’examen clinique »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h.

Intervenant : Natacha Guiller

Contenu :  Il sera proposé aux participant-es de revisiter et de détourner des formes de récit et de notation, ainsi que des dispositifs d’évaluation procédant du monde de la santé, dans un souci de recyclage, de réappropriation et d’exploitation poétique, publique et immodérée de données personnelles et intimes, sur l’exemple de multiples formes de hacking exercées sur mon propre dossier patient.

Artiste, poète, performeuse, Natacha Guiller (SNG) explore le monde et l’existence à travers des dispositifs artistiques et de communication protéiformes, autobiographiques et parallèles qui génèrent la rencontre, la transmission et une création-témoignage arborescente basée sur le recyclage, la collecte d’archives, le détournement et la transformation des matériaux, l’hybridation d’univers a priori incompatibles ou paradoxaux et la culture du mélange des genres.

Séance 5 – mardi 3 décembre, 14h-18h

« un dessin pour mieux voir »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h.

Intervenant : Franck Leibovici

Contenu : l’évaluation ne peut être réduite à un effet du néo-libéralisme, de la révolution digitale, ou du contrôle institutionnel. elle est une activité partagée, et routinisée dans nos activités quotidiennes. ainsi, face à une œuvre d’art, pour rendre compte et partager l’œuvre en question avec des amis, nous produisons bien souvent une évaluation en lieu et place d’une description littérale : « j’aime / je n’aime pas », « cela m’intéresse, cela m’ennuie ». ces moments comptent alors parmi les propriétés de l’œuvre, et sont constitutifs de sa présence au monde, au même titre que ses dimensions, son medium, ou son année de création. rendre visible cette propriété, c’est alors non plus partir des intentions de l’artiste, ni du « projet artistique », mais des usages réels des œuvres. mais comment la rendre visible ?

franck leibovici est poète et artiste. il a tenté de rendre compte des conflits dits «de basse intensité», sous la forme d’expositions, de performances et de publications, à l’aide de partitions graphiques et de systèmes de notation issus de la musique expérimentale, de la danse, de la linguistique – un mini-opéra pour non musiciens (mf, 2018). il a également publié des correspondances de spams et des discours de 70 heures (lettres de jérusalem, 2012 ; filibuster, jeu de paume, 2013). son travail sur les écologies de l’œuvre d’art a pu prendre la forme d’albums panini, de transcriptions de conversations ordinaires comme de dessins de visualisation – des récits ordinaires (les presses du réel / villa arson, 2014, avec grégory castéra et yaël kreplak) – ou d’installations – the training, an artwork for later and after, biennale de venise, 2017. depuis 2014, franck leibovici travaille avec julien seroussi, à un cycle d’expositions intitulé «law intensity conflicts» et de publications (bogoro, questions théoriques, 2016) autour de l’invention de la justice internationale contemporaine et du premier procès de la cour pénale internationale (cpi) de la haye.

Séance 6 – lundi 9 décembre 17h-20h

« De la finance algorithmique aux circuits opaques de la finance offshore »

séance commune avec le séminaire ARTS & CRISE. L’ÉCONOMIE À L’ŒUVRE. Production, représentation et réception de l’économie dans les arts, PCAI, animé par Martial Poirson.

Rendez-vous : INHA, salle Walter Benjamin, à partir de 17h

Intervenants : Collectif RYBN, rencontre animée par Marie Lecher (Gaîté Lyrique)

Séance 7 – mardi 10 décembre, 14h-18h

« Rendu public des ateliers »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h

Séance consacrée au rendu public des ateliers au moyen d’une création personnelle ou de groupe  (performance, lecture, présentation d’une création plastique, d’une mini-exposition, etc) qui sera filmée et mise en ligne sur le site (https://evalge.hypotheses.org)

Journée d’études – jeudi 19 décembre, 13h30-19h

« Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats »

Rendez-vous : Centre Pompidou Petite salle (13h30-19h00)

Présentation : https://evalge.hypotheses.org/1546 

CONTACT – DEMANDE D’INFORMATIONS

Nancy MURZILLI, Université Paris 8 : nancy.murzilli@univ-paris8.fr