Archives mensuelles : décembre 2019

Appel à communication – « Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain »

Appel à communication « Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain »
 
Journée d’études doctorales, Vendredi 27 mars 2020 à Paris III – Sorbonne Nouvelle
Organisée par THALIM (UMR 7172, Paris III – Sorbonne Nouvelle), Centre Écritures (EA 3943, Université de Lorraine), Configurations Littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg)
 

Séminaire – « La question de la violence »

Anthropologies de la violence: Rencontre avec Nicole Caligaris


Pour réfléchir aux liens de la littérature à la dimension anthropologique de
la violence, la quatrième séance du séminaire « La question de la
violence » (Paris 3/THALIM – Paris 7/CERILAC) prendra la forme d’une
discussion avec Nicole Caligaris autour de ses romans – dont La Scie
patriotique (1997), Okosténie (2008), Dans la nuit de samedi à dimanche
(2011), Le Paradis entre les jambes (2013) – et quelques textes d’autres
auteurs qui viendront enrichir l’échange.

Pour plus d’information sur le séminaire et la séance :
https://laviolence.hypotheses.org/

Jeudi 16 janvier 2020 – 17h
Salle Claude Simon, Maison de la recherche
4 rue des Irlandais, Paris 5e

Organisateurs:
Tancrède Rivière (Paris 7/CERILAC)
Alice Laumier (Paris 3/THALIM)

Parution – « L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016) »

Sort de presse en ce mois de décembre :

L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016)

par Sandra FEDERICI

« Après des débuts souvent précaires dans leurs pays d’origine, certains auteurs africains de bande dessinée sont arrivés à publier en Europe et, pour quelques-uns, à y bénéficier d’une solide reconnaissance. Mais si les conditions de départ semblent être similaires pour tous les auteurs, pourquoi certains arrivent-ils à publier dans les maisons d’édition qui ont un rayonnement international, alors que d’autres restent dépendant des commandes du secteur associatif, des fanzines ou des publications confidentielles à l’enseigne des « micro-éditeurs » ? L’approche sociologique permet ici une analyse rigoureuse des conditions de production, de circulation et de réception du neuvième art africain. »

Cet ouvrage est tiré d’une thèse soutenue en cotutelle internationale (Un. Lorraine / Un. Statale di Milano)

Référence : Federici, Sandra. L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016). Préface de Pierre Halen et Silvia Riva. Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales – Études culturelles, 2019, 360 p. – ISBN : 978-2-343-15925-6.

Appel à communications – « Les femmes dans le discours colonial avant 1900 (Atelier 3, Association canadienne d’études francophones du XIXe siècle (ACÉF-XIX) »

Association canadienne d’études francophones du XIXe siècle (ACÉF-XIX)

Congrès des sciences humaines, Université Western

London, Ontario, Canada, 31 mai – 2 juin 2020

Atelier 3

Les femmes dans le discours colonial avant 1900

  Au cours du XIXe siècle la France connaît une période de « second souffle colonial lié, en grande partie, au développement du libéralisme, au retour du patriotisme de drapeau et, surtout, aux besoins de la révolution industrielle » (Dulucq et al., 2008). Le monde colonial se révèle essentiellement sous son aspect masculin : soldats, laboureurs, défricheurs, fonctionnaires ou commerçants en sont les premières silhouettes. Un ensemble de documents divers construisent des discours coloniaux dont le pluriel marque la diversité : littérature, journalisme, écrits de voyage, rapports politiques… Dans ces discours à plusieurs facettes, la présence des femmes, considérablement plus effacée que celle des hommes, se signale pourtant par de multiples échos qui portent sur le rôle des compagnes des colons (dont le cas particulier des “créoles”), l’action des missionnaires et des enseignantes, les activités des commerçantes ou des intellectuelles et les migrations féminines – pour n’en donner que quelques exemples.

Qu’elles soient réputées être du côté des “aventurières en crinoline” (Mouchard, 1987) ou des “indigènes”, les femmes sont donc prises en compte par les discours coloniaux et elles contribuent parfois même à les construire. Dans cet atelier, nous aimerions accueillir des réflexions, des commentaires, des présentations sur la manière dont les femmes s’immiscent dans les discours coloniaux tant au niveau physique qu’au niveau social – comme catégorie qui réclame sa place dans ce qui peut finalement être défini comme un discours colonial « dominant et élitiste » (Rodet, 2009). 

Prière d’envoyer votre proposition de communication (250 mots environ) en incluant une brève notice biobibliographique à l’adresse électronique de l’association :acef19e@gmail.com.

Date limite : vendredi 7 février 2020.

 

Bibliographie indicative :  ALLMAN, Jean-Marie, GEIGER, Susan et MUSISI, Nakanyike (dir.), Women in African colonial histories, Bloomington, Indiana University Press, 2002.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François et STORA, Benjamin (dir.),  Les Mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008.

HUGON, Anne (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale, Paris, Karthala, 2004. KNIBIEHLER, Yvonne et GOUTALIER, Régine, La Femme au temps des colonies, Paris, Stock, 1985. 

MONICAT, Bénédicte, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam, Rodopi, 1996.

 MOUCHARD, Christel, Aventurières en crinoline, Paris, Seuil, 1987.

RODET, Marie, Les Migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala, 2009. ROGERS, Rebecca et BOUSSAHBA-BRAVARD, Myriam (dir), Women in International and Universal Exhibitions, 1876–1937, New York, Routledge, 2018. RUSCIO, Alain, Le Credo de l’homme blanc, Bruxelles, Complexes, 1996.

SAAÏDIA, Oissila et ZERBINI, Laurick (dir.),  La Construction du discours colonial. L’empire français aux XIXe et XXe siècles, Paris, Karthala, 2009.

YEE, Jennifer, Clichés de la femme exotique. Un regard sur la littérature coloniale française entre 1871 et 1914, Paris, L’Harmattan, 2000.

Numéros de la revue Clio. Femmes, genre, histoire : 

2011/1, n°33, “Colonisations” : https://www.cairn.info/revue-clio-2011-1.htm 2008/2, n°28, “Voyageuses” : https://www.cairn.info/revue-clio-2008-2.htm

Parution – « L’Écriture du Nord du Nord »

Chères / Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage suivant, fruit d’une collaboration entre les laboratoires CEGIL et LIS :

Annie Bourguignon / Konrad Harrer (éd.), L’Écriture du Nord du Nord. Construction d’images, confrontation au réel et positionnement dans le champ littéraire, Berlin, Frank & Timme, 2019

Vous trouverez de plus amples informations sur le site de l’éditeur :

https://www.frank-timme.de/verlag/verlagsprogramm/buch/page/2/verlagsprogramm/annie-bourguignonkonrad-harrer-edsedhg-writing-the-north-of-the-north-lecriture-du-n/backPID/unsere-neuesten-buecher.html

Bien cordialement

Annie Bourguignon / Konrad Harrer

Inhaltsverzeichnis_Norden_des_Nordens

Parution – « Qu’est-ce que le  »marketing littéraire » »

Cher.e.s collègues et ami.e.s,

Juste vous signaler l’article paru dans AOC ce jour, extrait d’un livre à paraître l’an qui vient :

https://aoc.media/analyse/2019/12/19/quest-ce-que-le-marketing-litteraire/

Bonnes Fêtes et à bientôt,

Jérôme 

Prof. Jérôme Meizoz
Section de français & Formation doctorale interdisciplinaire
Université de Lausanne

 

Report de la journée d’études – « Évaluer l’art: commission, subventionnements, mécénats »

 
Chères et chers collègues,
La journée d’études « Évaluer l’art: commission, subventionnements, mécénats », qui devait avoir lieu au Centre Pompidou ce 19 décembre, est reportée à une date ultérieure en raison des mouvements de grève et des mobilisations qui les accompagnent. 
Plus d’informations à venir. 
Bien cordialement,
 
Pour l’équipe organisatrice,
Nancy Murzilli

Report de la journée d’études – « Actualités de la recherche en édition »

Bonjour à tous.tes,

La JE « Actualités de la recherche en édition », initialement prévue le 20 décembre 2019, est reportée à une date ultérieure en raison des mouvements de grève et de mobilisations. 
 
Plus d’informations à venir. 

Bien à tous.tes,

Lilas Bass
 


Lilas Bass
Doctorante Sociologie EHESS
ATER Sciences Po
Page professionnelle : cessp.cnrs.fr/spip.php?rubrique461 

Journée d’études – « Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats »

Journée d’études « Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats », jeudi 19 décembre 2019, 13h30-19h au Centre Pompidou Lors de cette journée d’études, artistes, chercheurs et acteurs du monde de l’art s’interrogeront sur la façon dont sont évalués les œuvres et les projets artistiques dans le cadre des politiques de financement de l’art, sur la pertinence des méthodes de sélection, et sur les alternatives à une évaluation de l’art soumise aux logiques du marché. Il s’agira de chercher à rendre visible ce qui reste opaque dans les pratiques d’évaluation de l’art, en vue de mieux comprendre ce qui se joue dans nos manières d’attribuer de la valeur.

Le temps où avait cours l’idée que c’est l’artiste qui fait l’art est bel et bien révolu. Du commissaire d’exposition au médiateur de musée, figures qui n’existaient pas il y a quarante ans, en passant par le conservateur de musée, le programmateur, l’expert, le critique d’art, le collectionneur ou les « agences de notation » de l’art (Artprice, Artnet), l’œuvre d’art n’est plus simplement le produit de l’artiste, mais celui d’une action collective impliquant des chaînes de valorisation et d’intermédiaires toujours plus étendues dans l’écosystème artistique. Le pouvoir de ces intermédiaires tient en grande partie au rôle qu’ils jouent dans les processus d’évaluation par lesquels œuvre ou artiste se voient attribuer une valeur, imposant ainsi une normativité qui peut être jugée étrangère ou aliénante relativement à l’acte créateur. Ces médiations sont le lieu de négociations et de rapports de forces entre intermédiaires, commanditaires, institutions et artistes, qui reformulent d’une certaine manière la question de l’autonomie de l’art, dans la mesure où l’évaluation d’une œuvre dépend non d’une logique interne au champ artistique mais de régimes de valeurs hétérogènes.  


Programme

Centre Pompidou – Petite salle

13h30 Introduction

13h45 Valence, valuation, évaluation de l’art contemporain
Table ronde animée par Yves Citton (théoricien des médias), avec Jérome Glicenstein (artiste et théoricien de l’art), Valérie Pihet (sociologue), Joëlle Zask (philosophe).

14h45 Evaluer l’art par l’art
par Franck Leibovici (artiste et poète) et Yaël Kreplak (sociologue).

15h30 Pratiques d’évaluation de l’art : comment se fixe un prix ?
Table ronde animée par Jean-Max Colard (chef du service de la parole au Centre Pompidou, critique d’art et théoricien de la littérature) et Nancy Murzilli (philosophe et théoricienne de la littérature), avec Nicolas Trembley (art advisor et ex-critique d’art), Georges-Philippe Vallois (président du Comité professionnel des galeries d’art), Marc Vaudey, directeur du pôle création au Cnap, Centre national des arts plastiques), Agnès Thurnauer (artiste).

17h00 Pause

18h15 Ranking et big data artistiques, mode d’emploi
Entretien entre Laurent Jeanpierre (sociologue) et Marek Claasen (directeur d’Artfacts.net).

19h00 Clôture

Organisateurs : DCC / Service de la Parole, en partenariat avec l’EUR ArTeC et l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Comité scientifique Jean-Max Colard (DCC/Service de la Parole), Yves Citton (LHE U. Paris 8), Laurent Jeanpierre (CRESPPA, U. Paris 8), Nancy Murzilli (LHE, U. Paris 8).

Cette journée d’études s’inscrit dans le programme de recherche-création « Évaluation générale » (evalge.hypotheses.org) dont le Centre Pompidou est partenaire.

Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’Investissements d’avenir portant la référence ANR-17-EURE-0008. En partenariat avec l’EUR ArTeC et l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

JE-19dec2019-CP-long

Parution – « L’image de l’écrivain dans les collections de monographies illustrées »

NOTTINGHAM FRENCH STUDIES
Volume 58 Number 3 Winter 2019
https://www.euppublishing.com/loi/nfs

L’image de l’écrivain dans les collections de monographies illustrées
Singularités sérielles : l’image des auteurs dans les collections de
monographies illustrées de poche
David Martens et Galia Yanoshevsky

Approche discursive de la généricité des monographies illustrées : le parti
pris des « Albums de la Pléiade » et « Écrivains de toujours »
Pascale Delormas

Image d’auteur et contexte culturel : les écrivains allemands dans la
collection « Poètes d’aujourd’hui » (1948-1957)
Jürgen Siess

Sérialité vs singularité dans les monographies illustrées « Qui êtes-vous ? »
et « Les Contemporains »
Galia Yanoshevsky

‘Nécessité de procéder obliquement : Shaping Michel Butor’s Image
Mathilde Labbé

L’auteur comme produit d’appel : les Figures d’écrivains dans les « Albums de
la Pléiade »
Marcela Scibiorska

Une supercherie collaborative : Claude Bonnefoy et Denis Roche dans l’ombre de
Marc Ronceraille
David Martens

Vie, philosophie, œuvre : les monographies de poche illustrées des philosophes
Frédéric Cossutta

Le « Musée de poche » : collection productrice d’un patrimoine artistique
Colette Leinman