Archives mensuelles : janvier 2020

Colloque – « Chansons/Romans : fréquences croisées (depuis 1968) »

Colloque international « Chansons/Romans : fréquences croisées (depuis 1968) »

17-19 mars 2020

Bibliothèque nationale de France, Maison de la Poésie, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (Hôtel de Lauzun)

Organisé par Bruno Blanckeman et Catherine Brun

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / THALIM

C’est aux interférences de la chanson et du roman de langue française, depuis 1968, que ce colloque s’attachera. Il interrogera ce que le roman demande à la chanson : que font les chansons dans les romans ? quelle(s) place(s), quelle(s) fonction(s), quelles transformations réciproques ? Il se penchera aussi sur ce que les chansons retiennent des romans. Il prêtera une attention particulière aux figures hybrides de romancier.e.s devenus auteur.e.s de chansons et de chanteuses ou chanteurs devenus romancier.e.s. Il examinera enfin la pratique en développement des collaborations artistiques de romancier.e.s et de chanteuses ou chanteurs : quels dispositifs créatifs, quelles interactions, quels déplacements des cultures artistiques d’origine ?

À travers les zones de frottement, les espaces de porosité ainsi ménagés, il s’agira de saisir les enjeux d’une aimantation réciproque et de cerner des singularités irréductibles.

17 mars 2020

BnF, Petit auditorium, Bibliothèque François-Mitterrand, Quai François Mauriac, 75013 Paris

Entrée libre

Matinée

Ouvertures : 9h15 – 9h45

Ouvertures par un représentant de la BnF et par le Président de l’université Sorbonne Nouvelle, M. Jamil Jean-Marc Dakhlia

Session 1 : 9h45-11h15 : Au prisme des romans I. Présidence : Catherine Brun

–       9h45-10h05 : Françoise Zamour (ENS Ulm), « Philippe Djian, La chanson comme mesure de l’écriture »

–       10h05-10h25 : Birgit Mertz-Baumgartner (Université d’Innsbruck), la trilogie noire de Jean-Claude Izzo (Total Khéops, Chourmo, Soléa) et le rôle de la chanson et du rap dans ces romans.

–       10h25-10h45 : Céline Pruvost (Université de Picardie Jules-Verne), « La chanson au service du personnage 
dans la trilogie Vernon Subutex de Virginie Despentes »

–       10h45-11h15 : Discussion

Pause

Table ronde 1 : Romans/chansons : Histoire, politique, 11h30-12h30

Modérateur : Françoise Zamour

Bertrand Dicale, Stéphane Chaudier

Après-midi

Session 2 : 14h15-15h15

Les chanteurs-romanciers I. Présidence : Bruno Blanckeman

–       14h15-14h35 : Mathieu Messager (Université Nantes), « Figuration et défiguration du chanteur pop dans quelques récits exofictionnels (Johnny, Ziggy, Britney & co) »

–       14h35-14h55 : Jean-Pierre Zubiate (Université Toulouse II), « Une histoire de mélancolies : magnétisme des lointains, impressions chantées et circulations romanesques chez Yves Simon »

–       14h55-15h15 : Discussion

Pause

Table ronde 2 : Chansons/romans : expériences, création, 15h30-16h30

Modérateur : Patrice Demailly

Colette Fellous, Michael Ferrier

Débat d’ensemble : 16h30-17h30

Cocktail

Romans/chansons, lectures croisées, par Émeline Bayart : 18h30-19h30

Entrée libre

********

18 mars 2020 :

Hôtel de Lauzun (Salle des gardes)

17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Entrée libre, uniquement sur réservation auprès de romans.chansons@gmail.com

Matinée

Session 3 : 9h45-11h15

Au prisme des chansons. Présidence : Catherine Douzou

–       9h45-10h05 : Stéphane Chaudier (Université de Lille), « La chanson, un romanesque alternatif »

–       10h05-10h25 : Stéphane Hirschi (Université Polytechnique Hauts-de-France), « Les romans catalyseurs de chansons »

–       10h25-10h45 : Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle), « De la chanson comme micro-fiction »

–       10h45-11h15 : Discussion

Pause

Table ronde 3 : 11h30-12h30

Chansons/romans : romances, romanesque, 11h30-12h15

Modérateur : Gilles Bonnet

Joël July, Cécile Prévost-Thomas

Après-midi

Session 4 : 14h30-16h

Au prisme des romans II. Présidence : Stéphane Hirschi

–       14h30-14h50 : Luca di Gregorio (Université de Liège), « Copains d’abord et requiem pour les cons. La droite littéraire et l’« imaginaire français » dans la chanson des Trente Glorieuses »

–       14h50-15h10 : Joël July (Aix-Marseille Université), « La chanson comme déterminisme »

–       15h10-15h40 : Discussion

Pause

Conversation avec Annie Ernaux (Bruno Blanckeman et Catherine Brun) : 16h

********

19 mars 2020 : Maison de la poésie – Scène littéraire

Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris

Entrée libre

Matinée

Session 5 : 9h45-11h15

Les chanteurs-romanciers II. Présidence : Pascal Mougin

–       9h45-10h05 : Audrey Coudevylle-Vue (Université Polytechnique Hauts-de-France), « À la frontière des genres, l’œuvre protéiforme de Brigitte Fontaine »

–       10h05-10h25 : Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle), « Nicole, Sapho, Lola, Mara et les autres. Lumières croisées sur les œuvres des autrices, compositrices, interprètes et romancières francophones »

–       10h25-10h45 : Gilles Bonnet (Université Lyon 3), « En chanson dans le texte »

–       10h45-11h15 : Discussion

Pause

Table Ronde 4 : Chansons/romans : scène de théâtre, scène d’écriture

Modérateur : Stéphane Hirschi

Olivier Chaudenson (directeur de la Maison de la Poésie), Yves Charnet (écrivain)

Après-midi

Session 6 : 14h30-16h30

Œuvres croisées. Présidence : Marc Dambre

–       14h30-14h50 : Catherine Douzou (Université de Tours), « La collaboration entre Patrick Modiano et les Editions musicales Fantasia »

–       14h50-15h10 : Pierre Pichon (BnF), « Stephan Eicher / Philippe Djian. “Tu ne me dois rien” : de l’intime universel »

–       15h10-15h30 : Bernard Jeannot (Université d’Angers), « La pratique d’un roman désenchanté : l’expérience des romans musicaux de Florent Marchet et Arnaud Cathrine »

–       15h30-15h50 : Catherine Brun (Université Sorbonne Nouvelle), « Roman, enquête, photos, chansons : le contre-dispositif d’Alex Beaupain et Isabelle Monnin »

–       15h50-16h20 : Discussion

Scène littéraire, à la Maison de la poésie, à 20h

A la ligne – Feuillets d’usine de Joseph Ponthus, par Michel Cloup Duo et Miossec.

Concert payant. Réservations auprès de la Maison de la poésie.

 

 

 

Appel à communications – « Archives audiovisuelles de la littérature »

Archives audiovisuelles de la littérature

Colloque à l’Université de Montréal, 15-16 avril 2021

L’audiovisuel fait aujourd’hui partie intégrante du patrimoine littéraire. Si la place des sources sonores et filmiques reste marginale dans les archives littéraires, ces documents représentent une part considérable et grandissante de la mémoire du passé littéraire. Des institutions telles que le Centre d’archives Gaston-Miron (CAGM) à Montréal, les Archives et Musée de la littérature (AML) à Bruxelles, les Archives littéraires suisses (ALS) ou l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) en conservent chacune un nombre qui se chiffre en milliers, en majeure partie numérisés. D’autres fonds, d’une ampleur au moins équivalente, se trouvent dispersés dans les archives de chaînes de radio-télévision, dans les archives d’institutions comme l’INA et la Sonuma, ou encore sur des plateformes en ligne (UbuWeb, Pennsound, mais également YouTube, SoundCloud…). La diversité matérielle et générique de ces sources ainsi que l’éclatement des lieux de conservation soulèvent de nombreuses questions, dont celle (non la moindre) de la définition et de l’étendue du concept d’archive littéraire.

À l’heure où la circulation de la parole des écrivains ne se restreint plus au support écrit, les productions audiovisuelles s’imposent en tant que vecteurs de connaissance et opérateurs de patrimonialisation. Or, malgré la richesse des traces archivistiques qui se sont accumulées depuis le début du XXe siècle, et malgré la plus grande facilité d’accès grâce aux avancées de la numérisation, le vaste corpus composé d’entretiens filmés, d’émissions radiophoniques ou télévisées, de reportages ou d’enregistrements audio ou vidéo personnels des auteurs reste encore peu exploré dans les études littéraires. 

Ce colloque se donne pour objectif d’ouvrir un champ de réflexion international sur le sujet, en interrogeant le rapport entre littérature et archives audiovisuelles dans l’espace francophoneLes communications pourront s’inscrire dans les axes suivants, établis à titre indicatif :

Les sources audiovisuelles dans les archives littéraires

On cherchera à sonder les enjeux, les pratiques et les problématiques concrètes de la conservation des sources audiovisuelles dans les archives littéraires. Quelle place occupent-elles dans les collections ? Quels défis posent-elles aux institutions ? Comment penser le rapport entre archive audiovisuelle et archive littéraire ? Ce sera également l’occasion de revenir sur l’évolution des principaux fonds, d’éclairer différents projets ou partenariats qui se sont mis en place autour du patrimoine audiovisuel de la littérature, et de faire état des perspectives qui se dessinent pour l’avenir. 

De plus, on pourra s’intéresser à l’emploi que font les institutions archivistiques des techniques d’enregistrement audiovisuelles dans le contexte de leur mission patrimoniale. En effet, des archives comme les AML effectuent des captations sonores ou filmiques de lectures publiques ou de pièces de théâtre, tandis que l’IMEC réalise et édite des entretiens sur support physique ou numérique. Ces initiatives participent d’une démarche active de constitution d’une mémoire audiovisuelle du fait littéraire et invitent à questionner le rôle et les responsabilités des institutions en la matière.

Circulation et valorisation des sources

Se pose également la question de la circulation et de la valorisation des sources audiovisuelles relatives à la vie et à la production littéraires. On peut citer à ce sujet des entreprises de repérage et de rassemblement de documents issus des archives de radio-télévision, visant à les réunir dans des bases de données spécialisées, comme notamment celles du CAGM ou du projet IMVOCS. En vertu de sa progressive numérisation, l’archive audiovisuelle se distingue non seulement par son caractère dématérialisé mais aussi par son étonnante mobilité ; elle se voit rediffusée dans le cadre d’émissions d’archives, éditorialisée en ligne – où elle voisine avec des productions nativement numériques – ou encore rééditée sur support physique dans des collections d’entretiens patrimoniaux (les « Grandes heures INA / Radio France », la collection « Regards » des Éditions Montparnasse…). Ces pratiques de remédiatisation méritent d’être examinées ; elles témoignent des multiples vies de l’archive, de sa visibilité changeante et de ses résonances dans l’espace culturel.

Les usages de l’archive audiovisuelle dans les études littéraires 

Les archives sonores et filmiques apparaissent comme de véritables mines d’informations historiques, sociologiques, biographiques, métadiscursives et paratextuelles. Toutefois, si ces sources commencent à être citées dans des travaux monographiques et à entrer dans les bibliographies critiques, peu de réflexions ont été menées au sujet de leur statut épistémologique. En ce sens, il y aura tout lieu de s’interroger, d’un point de vue théorique et méthodologique, sur les usages de l’archive audiovisuelle dans les études littéraires. Quel est l’intérêt scientifique et le potentiel heuristique de ces collections ? Quelles sont les spécificités du travail avec ces sources, comparé aux enquêtes menées à partir de corpus exclusivement écrits ? Comment appréhender les contenus qu’elles véhiculent, compte tenu de la complexité de leur structure sémiotique et des contraintes que le support fait peser sur leur production ? Quelles nouvelles connaissances s’élaborent – ou pourront s’élaborer – à partir de ces documents et comment donnent-elles à penser le littéraire à l’heure de sa progressive multimédiatisation ?

L’archive et l’œuvre : frontières et convergences

Enfin, il importe de problématiser le statut des sources sonores et filmiques, marqué par une ambivalence entre document et œuvre autonome. Comment concevoir l’articulation des fonctions documentaire, patrimoniale et esthétique au sein des collections audiovisuelles ? On pourra, dans cette optique, réfléchir au caractère codifié des scénographies médiatiques, aux effets de prisme et de stylisation induits par la représentation filmique, au concept d’« esthétique documentaire » (J. Alison et Ch. Greig), mais aussi à l’imaginaire audiovisuel de la littérature qui se dégage des collections. À l’évidence, les enjeux ne se présentent pas de la même manière dans le cas d’un poème radiophonique, d’une lecture publique ou d’un reportage télévisé. Néanmoins, l’exemple des transcriptions d’entretiens télévisés entrées dans les Œuvres complètes de Marguerite Duras ou celui de l’édition de la bande sonore du portrait documentaire Sartre par lui-même (1976) par Gallimard rendent manifestes la grande porosité des frontières entre espace médiatique et espace littéraire. Ce phénomène invite à considérer l’archive audiovisuelle sous l’angle de son rapport à l’œuvre écrite, mais aussi à l’aune de sa capacité à faire œuvre.

Les propositions de communication (maximum 400 mots), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à Selina Follonier (selina.follonier@unil.ch) avant le 1er juin 2020.

Comité d’organisation

Selina Follonier (Université de Lausanne)

Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)

Karim Larose (Université de Montréal)

Comité scientifique

Laurence Boudart (Archives et Musée de la littérature)

Steven High (Concordia University)

Michel Murat (Sorbonne Université)

Géraldine Poels (INA)

François Vallotton (Université de Lausanne)

Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan University)

Ce colloque est organisé avec le soutien du CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises), du GRELQ (Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec) et du Centre SHC (Centre des Sciences historiques de la culture).

Parution – « Le  » Brésil littéraire  » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours) »

Parution du numéro 33 des Cahiers de Framespa, revue d’histoire en ligne, rattachée à l’UMR 5136 Framespa, à l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

Assiste-t-on à un repli sur soi de la littérature au Brésil ? Tel semble être en tout cas le pari fait par le gouvernement du président Jair Bolsonaro, dont la politique culturelle engage une « Renaissance de l’Art et de la Culture au Brésil ». Un tel repli, au nom de valeurs patriotiques et chrétiennes, va à l’encontre d’une tradition pourtant bien ancrée dans l’histoire de la littérature depuis le XIXe siècle, celle d’une projection du « Brésil littéraire » vers l’extérieur, en quête d’échanges et de consécration. Le dossier réunit cinq articles qui illustrent diverses modalités de l’insertion du Brésil dans l’espace littéraire mondial, depuis les années 1820 jusqu’à nos jours. L’analyse de ces circulations culturelles qui vont à rebours des flux dominants dans l’espace atlantique est une contribution nouvelle pour une histoire transnationale du Brésil à l’époque contemporaine.   

Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

  • Jefferson Agostini Melloet Sébastien Rozeaux

Introduction au dossier Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

  • Rafael Souza Barbosa

Les enjeux de la traduction en tant que pratique d’écriture et opération éditoriale : la mise en disponibilité de la Corografia Brasílica (1817) par la presse française en 1821

  • François Weigel

Musseque, favela, bidonville : traductions de romans centrés sur les espaces marginalisés 

  • Débora Dias

O Brasil como Brasiliana: uma biblioteca portuguesa e sua “república luso-brasileira das letras” em meados do século xx

  • Natália de Santanna Guerellus

« La parole est mon domaine sur le monde » : circulation et réception de l’œuvre de Clarice Lispector au Portugal 

  • Tanize Costa

Divulgar o Brasil civilizado. O uso da imprensa e a divulgação da literatura como meios de remodelar a imagem do Brasil na França (1883-1901) 

Recensions

  • Sébastien Rozeaux

Anne-Marie Thiesse, La Fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 2019, 448 p. 

  • Sébastien Rozeaux

Judith Lyon-Caen, La griffe du temps. Ce que l’histoire peut dire de la littérature, Paris, Gallimard, NRF Essais, 2019, 293 p. 

  • Abisai Pérez

Zoltán Biedermann, (Dis)connected Empires. Imperial Portugal, Sri Lankan Diplomacy, and the Making of a Habsburg Conquest in Asia, Oxford, Oxford University Press, 2018, 272 p. 

  • Gérard Brey

Ramón Villares, Terre de Galice. Histoire d’un finistère européen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, préface de Jean-François Botrel, traduit du galicien par Béatrice Pépin, révision et correction Christine Rivalan Guégo, 505 p.

 

Appel à communications – « Le milieu littéraire au prisme de ses représentations »

Le colloque se déroulera le 28 et 29 mai à l’Université du Luxembourg, Campus Belval (Luxembourg).La langue de travail sera le français.

Chaque participant disposera de 20 minutes pour sa présentation.


La proposition de communication (environ 5 000 signes), au format Word ou PDF, ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique (profession, domaine de recherche, institution, publications) est à faire parvenir aux adresses suivantes :

• carole.bisenius-penin@univ-lorraine.fr
• jeanne.glesener@uni.lu

Calendrier

Date limite de soumission : 24 janvier 2020
Retour aux auteurs : 24 février 2020

Comité d’organisation
Carole Bisenius-Penin (Université de Lorraine, France)
Karen Cayrat (Université de Lorraine, France)
Jeanne E. Glesener (Université du Luxembourg)
Mathilde Labbé (Université de Nantes, France)
Aurore Promonet (Université de Lorraine, France)
Tonia Raus (Université du Luxembourg)
Delphine Saurier (Audencia business school, Nantes, France)


Comité scientifique
Andonova Yanita (Université Paris 13)
Jan Baetens (KU Leuven, Belgique)
Nathalie Denizot (Université de Cergy-Pontoise, France)
Antony Glinoer (Université de Sherbrooke, Canada)
Bernard Lahire (ENS, Université Lumière Lyon 2)
Laetitia Perret (Université de Poitiers, France)
Lucie Robert (Université du Québec à Montréal, Canada)
Nathalie Roelens (Université du Luxembourg)
Fabienne Rondelli (Université de Lorraine, France)
Alain Viala (University of Oxford, Royaume-Uni)
Jacques Walter (Université de Lorraine, France)

Voir appel dans ce fichier : aac-colloque OBSLIT-5

Parution – COnTEXTES – « Polémique autour d’un « blasphème ». Regards croisés sur l’affaire Golgotha picnic »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 26e numéro de la revue COnTEXTES : codirigé par Anna Arzoumanov et Mathilde Barraband, il est intitulé Polémique autour d’un « blasphème ». Regards croisés sur l’affaire Golgotha picnic et est disponible intégralement en ligne.

Sommaire :

    Les réceptions de Golgotha picnic

    Revendiquer l’autonomie de l’art en régime contemporain

  • Mathilde Barraband : « Incroyable GarcíaGolgotha picnic ou le vacillement référentiel »

    L’hétéronomie à la française

  • Arnaud Latil : « Exprimer, provoquer ou exhorter. L’affaire Golgotha picnic à la lumière de la mutation du délit de provocation à la haine »

Entretien – « Writers and Politics in France »

John Raimo, a founding editor of the JHI Blog and PhD candidate at New York University, interviews Professor Gisèle Sapiro, director of research at the Centre national de la recherche scientifique and the director of studies at the École des hautes études en sciences sociales. They discuss her new book, Les écrivains et la politique en France: De l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie (Seuil, 2018) : https://jhiblog.org/2020/01/22/in-theory-john-raimo-interviews-gisele-sapiro-on-writers-and-politics-in-france/.

Parution – « Fictions « françaises »»

FICTIONS “FRANÇAISES”

N° 19 de Revue critique de fixxion française contemporaine (2019)

Numéro coordonné par Alexandre Gefen, Cornelia Ruhe et Oana Panaïte

Etudes

Entretien

Carte blanche

 

Appel à communications – « Littérature et télévision en Belgique francophone »

Journée d’études Textyles, organisée en partenariat avec les AML (Archives et Musée de la littérature) – Bruxelles, 4 décembre 2020

La question des relations entre littérature et télévision, qui, en France, a fait l’objet de travaux significatifs, reste à être explorée dans le contexte de la Belgique francophone. C’est dans cette perspective que cette journée d’études se donne pour objectif de mettre en lumière les formes de médiatisation du littéraire à la télévision belge ainsi que de cerner les modalités de la représentation audiovisuelle des écrivains et de leurs œuvres. 

Dès ses débuts, la télévision belge francophone se montre soucieuse d’ouvrir une plateforme et un espace critique dédiés à la littérature. Conformément à sa mission culturelle, la chaîne de service public RTBF diffuse des programmes spécialisés sous forme d’entretiens, de portraits, de chroniques, de reportages ou de tables rondes. Des émissions comme ÉcrituresEn toutes lettresSi j’ose écrire ou plus récemment Mille-feuilles et Livrés à domicile s’emploient à rendre compte de l’actualité éditoriale ou des œuvres du patrimoine, et nombreuses sont celles qui accordent une place de choix aux auteurs indigènes.

Grâce aux avancées en matière de numérisation du patrimoine audiovisuel, ces sources sont aujourd’hui plus accessibles aux chercheurs, notamment à travers la base de données de la Sonuma, une entreprise chargée de la sauvegarde et de la valorisation des archives institutionnelles de la RTBF. L’examen de ces collections invite à s’interroger sur les dispositifs mis au service de la médiation télévisuelle du littéraire : quels genres et formats sont mobilisés par les émissions et comment évoluent-ils au fil des décennies ? Qui sont les acteurs, instances et réseaux professionnels impliqués dans leur production ? Quel éclairage les sources audiovisuelles jettent-elles sur la vie littéraire en Belgique et comment informent-elles la mémoire du passé littéraire récent ?

Conjointement, il conviendra de s’intéresser à la présence des écrivains belges à la télévision. Comment ces auteurs investissent-ils la scène d’expression que déploie le nouveau média ? Dans le sillage de récents travaux portant sur les figurations médiatiques de l’écrivain et sur l’entretien littéraire, on cherchera à examiner les scénographies, les stratégies discursives et les démarches d’auto-présentation, ainsi que la manière dont ces interventions publiques donnent à penser l’articulation entre pratique littéraire et culture médiatique. Au-delà de la tribune qu’offrent les chaînes télévisées de leur pays d’origine, ces enjeux concernent également les passages des écrivains belges à la télévision française (voire plus généralement étrangère), de même que les apparitions d’écrivains français sur les plateaux de la RTBF.

Enfin, il y aura tout lieu de questionner les modes de convocation des œuvres littéraires au petit écran ainsi que l’imaginaire du littéraire qui se dégage du prisme cathodique. Au-delà des citations ou des références présentes dans les émissions, le corpus des adaptations télévisées d’œuvres littéraires belges mérite à ce titre d’être considéré. Inversement, on pourra réfléchir aux échos que suscite la télévision dans la sphère de l’écrit. Car, pour constituer une voie de diffusion et un outil de promotion privilégié, la télévision, symbole par excellence de la médiaculture contemporaine, ne manque pas de devenir à son tour un objet de représentation et d’alimenter la création littéraire.

En sollicitant des contributions qui pourront se focaliser sur un format, sur une série d’émissions, sur la trajectoire médiatique d’un écrivain ou d’un critique, ou encore sur une œuvre (documentaire, adaptation…) spécifique, et en favorisant le croisement des approches disciplinaires entre études littéraires, sociologie, analyse du discours et histoire culturelle, nous souhaitons développer une réflexion permettant d’apporter un éclairage diversifié sur un des aspects incontournables du fonctionnement de l’institution littéraire de la Belgique francophone dans la seconde moitié du XXe siècle.

Les propositions de communication (400 mots maximum, ainsi qu’une courte bio-bibliographie) sont à envoyer conjointement à Selina Follonier (selina.follonier@unil.ch), David Martens (david.martens@kuleuven.be) et Laurent Demoulin, directeur de Textyles (ldemoulin@ulg.ac.be), au plus tard le 15 avril 2020. Les réponses seront envoyées le 1er juin 2020 au plus tard.

Organisation : Selina Follonier (Université de Lausanne) et David Martens (KU Leuven)

Bibliographie sélective

BEYLOT Pierre, BENASSI Stéphane (dir.), « Littérature et télévision », CinémAction, n° 79, mars 1996, p. 171-231.

BOILLAT Alain, « Le déni de l’écrit à l’écran : l’écrivain, son œuvre et l’univers filmique », Décadrages, n° 16-17, 2010, p. 9-46.

BRASEY Édouard, L’Effet Pivot, Paris, Ramsay, 1987.

CHARAUDEAU Patrick, La Télévision : les débats culturels : « Apostrophes », Paris, Didier Érudition, 1992.

CLOSETS Sophie de, Quand la télévision aimait les écrivains : Lectures pour tous, 1953-1968, Bruxelles, De Boeck, 2004.

COHEN Nadja (dir.), « Écrivains à l’écran », Captures, vol. 2, n° 1, mai 2017, revuecaptures.org/dossier/écrivains-à-l’écran.

DELARUE Frédéric, À la croisée des médiations : les émissions littéraires de la télévision française de 1968 à 1990, thèse de doctorat en Histoire contemporaine, sous la dir. de Christian Delporte, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2010.

DELAVAUD Gilles, L’Art de la télévision : histoire et esthétique de la dramatique télévisée (1950-1965), Bruxelles ; Paris, De Boeck ; INA, 2005.

DUCAS Sylvie, « À défaut de génie… : la panthéonisation de Bernard Pivot », Communication et langages, n° 135, 2003, p. 73-86.

FOLLONIER Selina, « Audiovisuel et littérature », Fabula : Atelier de théorie littéraire, 2019, www.fabula.org/atelier.php?Audiovisuel_et_etudes_litteraires.

HÉRON Pierre-Marie, Écrivains au micro : les entretiens feuilletons à la radio française dans les années cinquante, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2010.

KAUFMANN Vincent, Dernières nouvelles du spectacle : (ce que les médias font à la littérature), Paris, Seuil, 2017.

LEJEUNE Philippe, « L’image de l’auteur dans les médias », Pratiques, n° 27, 1980, p. 31-40.

MARTENS David, MEURÉE Christophe, Secrets d’écrivains : enquête sur les entretiens littéraires, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014.

MARTENS David, MEURÉE Christophe, « L’intervieweur face au discours littéraire : stratégies de positionnement chez Madeleine Chapsal, Jacques Chancel et Bernard Pivot », Argumentation et Analyse du discours, n° 12, 2014, journals.openedition.org/aad/1639.

MEIZOZ Jérôme, La Littérature « en personne » : scènes médiatiques et formes d’incarnation, Genève, Slatkine, 2016.

PERONI Michel, De l’écrit à l’écran : livres et télévision, Paris, Centre Georges Pompidou, 1991.

PEYTARD Jean, « La médiacritique littéraire à la télévision », Semen, n° 5, 1993, journals.openedition.org/semen/7843.

PLISNIER Flore, Une histoire de la Radiodiffusion-télévision francophone belge de 1960 à 1977 : entre pluralisme, autonomie culturelle et tutelle politique, Bruxelles, Archives de l’État, « Studies in Belgian History », 2018.

PRIEUR Jérôme (dir.), « Littérature et télévision », Dossiers de l’audiovisuel, n° 29, janvier-février 1990.

TUDORET Patrick, L’Écrivain sacrifié : vie et mort de l’émission littéraire, Paris ; Latresne, INA ; Le Bord de l’eau, « Penser les médias », 2009.

YANOSHEVSKY Galia, L’Entretien littéraire : anatomie d’un genre, Paris, Classiques Garnier, « Études de littérature des XXe et XXIe siècles », 2018.

YANOSHEVSKY Galia (dir.), « L’entretien littéraire », Argumentation et Analyse du discours, n° 12, 2014, journals.openedition.org/aad/1622.

 

Appel à communications – « La Belle Époque a-t-elle été virale ? Circulation, diffusion, reproduction des images et des textes dans les périodiques au tournant du siècle (1870-1930) »

Université Paris Nanterre, 25-26 juin 2020

Date limite d’envoi des propositions : 6 avril 2020

Argumentaire

La fin du XIXe siècle peut être considérée comme l’achèvement d’un ensemble de
processus de systématisation et de rationalisation des techniques de
production et de diffusion de l’imprimé : au niveau technique, la mise au
point des procédés de reproduction photomécanique rendant possible la
reproduction à faible coût et sans perte d’information des images et des
textes ; au niveau rhétorique, le journalisme valorise des formes simples,
directes, qui augmentent l’efficacité communicationnelle.
Ces processus donnent naissance à des pratiques de réappropriation et de
rediffusion des images et des textes à une échelle massive à travers la
presse. On retrouve les mêmes récits, les mêmes illustrations, dispersées dans
des périodiques et des ouvrages différents, par un phénomène de dissémination
qui semble adopter les mécanismes de la contagion. Pour parler de ces
phénomènes, certains chercheurs ont alors délibérément choisi de transposer le
terme de viralité sur des objets culturels anciens ; c’est par exemple le cas
du projet « Viral Texts » de Ryan Cordell qui propose de s’intéresser au
phénomène de la « viralité » dans la presse du XIXe siècle en repérant de
manière automatisée toutes les reproductions textuelles d’une certaine ampleur
dans les journaux américains. Cette notion de viralité est liée à notre
culture numérique contemporaine : elle désigne la diffusion d’images et de
textes dans les réseaux sociaux (en particulier dans les médias non
conventionnels comme facebook ou twitter), impliquant une forme de circulation
épidémique : l’information serait comme un virus qui se propage de proche en
proche, avec des foyers de contamination, sans aucune stratégie globale de
communication puisque ce sont les usagers mêmes des réseaux qui choisissent ou
non la diffusion.
Le terme est fort, mais ne tend-il pas à effacer les particularités des
différentes formes de reproduction, de réappropriation, de variation sérielle
autour de quelques modèles qu’on retrouve à une échelle globale dans les
médias depuis le XIXe siècle ? La question que souhaite soulever ce colloque
est celle de la pertinence de l’application de la notion de viralité à la
culture (et plus particulièrement la culture de la presse) au tournant des
XIXe et XXe siècles, à travers l’étude de diverses problématiques :

Mécanismes de la viralité

Le concept de viralité recouvre des phénomènes qui ne relèvent pas forcément
du même niveau d’analyse. On tentera de multiplier les approches pour mieux
définir ces phénomènes :
– définitions de la viralité : quels sont les noms que l’époque attribue à ces
pratiques, et comment se distinguent-elles ? Comment le cadre législatif
s’adapte-t-il à ces phénomènes ? On tentera de distinguer le plagiat, la
reprise, la citation, le collage, l’hommage, l’imitation…
– rhétorique de la viralité : la pratique de la reprise, de la répétition
implique des choix de sélection, de transformation, de recontextualisation des
matériaux réutilisés. Assiste-t-on à l’émergence de normes collectives du
réemploi ?
– esthétique de la viralité : les formes les plus susceptibles d’être reprises
sont souvent des formes courtes, simples, frappantes ; la culture virale a-t-
elle des conséquences sur les valeurs esthétiques d’une époque ?
– sociologie et psychologie de la viralité : la reprise de textes et d’images
est un acte social ; qu’est-ce qui explique le potentiel viral de certains
contenus médiatiques ?

Typologie des objets viraux

Qu’est-ce qui fait l’objet de reproductions, de réappropriations, d’une
diffusion non contrôlée au XIXe siècle ? S’agit-il d’information, de message,
d’images, de modèles ? Les réalités sont multiples ; on cherchera à multiplier
les cas d’étude :

– fausses nouvelles (canards, serpents de mer, etc.)
– formes courtes (citations, formules, blagues…)
– récits (contes et nouvelles, faits divers)
– informations (journaux voleurs, faits divers)
– images (caricatures, illustrations, modèles graphiques)
– circulations transmédiatiques

Circuits de la viralité

On tentera de reconstruire les écosystèmes médiatiques qui autorisent la
viralité :

– acteurs : quelles sont les personnes qui produisent, se réapproprient et
font circuler les textes et les images ?
– techniques : quelles évolutions des techniques de reproduction matérielle
(clichage, stéréotypage, copier-coller) et aussi des techniques de
communication (télégraphie, messageries, radio) permettent la viralité ?
– réseaux : quels sont les circuits des objets viraux ?  quelles géographies
sociale, économique, médiatique émergent de l’analyse de ces circulations ?
– rythmes : à quelle vitesse sont diffusés les objets viraux ? que nous
apprennent ces rythmes sur les structures médiatiques de ces époques ?

Imaginaires de la contagion culturelle

Quels modèles sont utilisés pour penser ces phénomènes à l’époque ? On pourra
s’intéresser à l’imitation sociale chez Gabriel Tarde ou Gustave Le Bon, à
l’application du darwinisme à l’analyse de la communication, à l’imaginaire de
la colle et des ciseaux dans le journalisme, à l’identification de la rumeur à
une forme de contagion sociale…

Les propositions de communication (2000 signes maximum) devront être envoyées
à Julien Schuh (jschuh@parisnanterre.fr) avant le 6 avril 2020, accompagnées
d’une courte bio-bibliographie. La liste des propositions retenues sera
annoncée le 20 avril 2020. Le colloque se tiendra à l’Université Paris
Nanterre, les 25 et 26 juin 2020.

Organisation

Ce colloque est organisé par Julien Schuh (Université Paris Nanterre) dans le
cadre du projet IUF « Synthétismes fin de siècle : Littérature, art et
théâtre, entre culture de masse et avant-garde (1880-1910) » et de l’ANR
Numapresse (http://numapresse.org/).

Comité scientifique :

Marie-Ève Thérenty
Pierre-Carl Langlais
Guillaume Pinson
Stéphanie Dord-Crouslé
Sarah Mombert
Jean-Didier Wagneur
Adeline Wrona
Nejma Omari

Bibliographie

Blackmore Susan J., The Meme Machine, Oxford, Oxford University Press, 1999.
Bode Katherine, A World of Fiction: Digital Collections and the Future of
Literary History, University of Michigan Press, 2018.
Bolter, Jay David et Richard Grusin, Remediation. Understanding New Media,
Boston, MIT Press, 2000.
Cagé Julia, Hervé Nicolas, Viaud Marie-Luce, L’Information à tout prix, Bry-
sur-Marne, Ina, coll. Médias et humanités, 2017.
Dawkins Richard, Le Gène égoïste, trad. fr., Paris, Poches Odile Jacob, 2003.
Fourmentraux Jean-Paul et Popper Frank, L’œuvre virale : net art et culture
hacker, Bruxelles, la Lettre volée, 2013.
Garvey Ellen Gruber, Writing with Scissors : American Scrapbooks from the
Civil War to the Harlem Renaisssance, Oxford, OUP, 2013.
Jenkins Henry, Ford Sam, Green Joshua, Spreadable Media: Creating Value and
Meaning in a Networked Culture, New York, NYU Press, 2013.
Kendall Tina and Koster Kristin, « Critical Approaches to Cultural Recycling:
Introduction », Other Voices, n° 3.1, May 2007. URL : http://www.othervoices.org/3.1/guesteditors/index.php
Klucinskas Jean et Moser Walter (dir.), Esthétique et recyclages culturels :
Explorations de la culture contemporaine,  Ottawa, Les Presses de l’Université
d’Ottawa / University of Ottawa Press, 2004. Disponible sur Internet :
http://books.openedition.org/uop/2196
Latour, Bruno, Jensen, Pablo, Venturini, Tommaso et al., « “Le tout est
toujours plus petit que ses parties”. Une expérimentation numérique des
monades de Gabriel Tarde », Réseaux, n° 177, 2013/1, p. 197-232.
Leplatre Olivier et Tran Trung (dir.), L’image répétée Imitation, copie,
remploi, recyclage, revue en ligne Textimage, Le Conférencier, octobre 2012,
URL : http://www.revue-textimage.com/conferencier/01_image_repetee/sommaire.htm
Lessig Lawrence, Remix: making art and commerce thrive in the hybrid economy,
Londres, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, Bloomsbury,
2008.
Liddle Dallas, “The News Machine: Textual Form and Information Function in the
London Times, 1785–1885”, Book History, 19 (1), 2017, p. 132–68. URL:
http://doi.org/10.1353/bh.2016.0003
Sampson Tony D., Virality: Contagion Theory in the Age of Networks,
Minneapolis/London, University of Minnesota Press, 2012.
Scissors and Paste: https://osf.io/nm2rq/
Slauter Will, Who Owns the News? A History of Copyright, Stanford, Stanford
University Press, 2019.
St-Germain Philippe, La culture recyclée en dix chapitres réutilisables,
Montréal, Éditions Liber, 2012.
Thérenty Marie-Eve et Vaillant Alain (dirs.), Presse, nations et
mondialisation au XIXe siècle, Nouveau Monde, 2010.
Viral Texts Project : http://viraltexts.org/

Appel à communications – « La fabrique de la bande dessinée. Perspectives socio-logiques sur la bande dessinée»

Appel à communication pour un colloque international organisé dans le cadre de  l’Année de la bande dessinée 2020 

La bande dessinée a souvent été abordée au travers d’un prisme sémiotique, ce qui est en soi tout à fait légitime. Mais la bande dessinée ce n’est pas seulement un Texte, ou plutôt un hybride texte-image, c’est aussi des auteurs qui en font les scénarios et qui les dessinent, des éditeurs (et des imprimeurs ainsi que des distributeurs), petits ou grands, aux logiques plus ou moins expérimentales, des supports variés, de la revue au numérique en passant par l’album notamment, des festivals qui la célèbrent, du plus connu au plus méconnu, des libraires –souvent passionnés- qui la vendent, notamment dans des boutiques spécialisées, des bibliothécaires -non moins passionnés- qui la mettent en avant dans leurs médiathèques grâce à des expositions ou des conférences, des critiques également qui en parlent et singulièrement dans des revues papiers ou sur des sites internet…Bref, la bande dessinée c’est tout un monde de créateurs et de médiateurs qu’il faut décrire et analyser pour mieux le comprendre.

Il nous a semblé que, dans le cadre, de cette année 2020 consacrée à la bande dessinée, il serait peut être judicieux de faire le point sur les travaux qui rendent compte de ces différentes facettes du monde, complexe, de ceux qui font la bande dessinée. Autrement dit, il s’agit d’ouvrir la boite noire de la fabrique de la bande dessinée. L’approche ne peut être que pluridisciplinaire, c’est pourquoi il est bien question de socio-logies au pluriel, qui ne sont pas forcément des sociologies au sens disciplinaire du terme, mais au sens d’un type d’approche que peut pratiquer aussi bien le civilisationniste, le littéraire, que l’historien du présent et de la culture, le spécialiste d’information-communication comme le sémioticien ouvert à la question de la pluralité des supports.

Les mémoires, thèses, livres et articles se multiplient sur ces questions ces dernières années, il est temps d’essayer de dresser la carte de ce vaste paysage. Ce colloque voudrait être l’un des lieux où ces approches vont pouvoir à la fois s’exposer, se rassembler, se découvrir parfois, dialoguer, apprendre les unes des autres, bref s’enrichir mutuellement.

Les propositions devront se répartir entre cinq grands axes :

–    Le premier privilégiera des approches sous l’angle de ce que l’on peut appeler une socio-logie éditoriale, entre perspectives historique, sociologique et SIC ; la bande dessinée s’est construire en mobilisant de multiples supports (du journal au numérique, en passant par les revues spécialisées et l’album) qui ont donné lieu à de multiples logiques éditoriales dont l’analyse précise enrichit considérablement notre connaissance de l’histoire récente de la bande dessinée ;


–    Le deuxième voudrait s’intéresser aux travaux qui relèvent d’une socio-logie des professions (celle d’auteur ou d’éditeur, mais aussi celle de libraire ou de bibliothécaire, par exemple) et institutionnelle (sur les politiques publiques notamment), là encore entre sociologie politique, histoire et SIC notamment ;

–    Le troisième visera à l’exploration d’une socio-logie de la médiation entre sociologie de la lecture et des lecteurs, et celle des critiques, des militants et bédéphiles ou des fans et de tous les vecteurs de médiation , (à l’instar des festivals de bande dessinée par exemple) ;-    Le quatrième voudrait s’ouvrir au rapport entre art et bande dessinée, non sous l’angle esthétique mais sous celui de la socio-logie de l’art, ainsi que ceux de la socio-logie de la littérature et des approches socio-critiques ;

–    enfin, nous voudrions que ce colloque accueille une possible rencontre, longtemps différée, entre approches à vocation historienne/sociologique et approches sémiotiques/sémiologiques. Certains auteurs veulent rester sur leur quant à soi et penser notamment que la sémiotique ne gagne rien à cette (mauvaise) fréquentation qui, par construction, contrevient au sacro-saint principe d’immanence. D’autres –et c’est à eux que nous nous adressons- pensent, au contraire, qu’il devient urgent aujourd’hui de nouer le dialogue. Certains l’ont entamé (R. Baroni, P. Robert etc.), il faut le poursuivre. Ce colloque peut en être justement l’occasion. Toute main tendue de la sociologie à la sémiotique ou de la sémiotique à la sociologie sera ainsi la bienvenue.

Ces axes ne sont pas étanches et peuvent, bien évidemment, se croiser ou s’articuler : ainsi, travailler sur les fanzines peut renvoyer à la fois à la perspective qui relève de la sociologie de la médiation et des logiques éditoriales ; travailler sur le numérique amène souvent à s’interroger à la fois sur les éditeurs et sur les formes éditoriales (sémiotiques) etc.

Ce colloque voudrait d’abord se focaliser sur la bande dessinée européenne, mais sans exclure pour autant les travaux concernant les comics et le manga qui permettent de construire une approche comparative.

Nous voudrions privilégier ici une perspective temporelle relativement récente de la bande dessinée, soit environ depuis les années 60.
 
Soumission des communications : les propositions, de 2500-3000 caractères espaces compris, accompagnées d’une courte bio-bibliographie de 4 lignes, sont à envoyer à Pascal Robert et Carine Garrigou-Grandchamp  avant le 14 février 2020.

Les propositions seront évaluées par les membres du comité scientifique et les réponses seront retournées au plus tard fin mars.

Comité d’organisation

  • P. Robert (Enssib)
  • C. Garrigou-Grandchamp (Enssib)
  • B. Caraco (Strasbourg)
  • H. Champanhet (BML)
  • JM. Rampon (Science po Lyon)
  • L. Perticoz (Lyon 3)
  • P. Delisle (Lyon 3)
  • F. Henryot (Enssib)
  •  V. Branchu-Gendron (Enssib)

Comité scientifique

  • E. Souchier (Celsa/Paris IV)
  • E. Dacheux (Clermont-Ferrand)
  • J. Bonaccorsi (Lyon 2)
  • J. Baetens (Louvain)
  • B. Mitaine (Dijon)
  • JP Gabilliet (Bordeaux)
  • F. Chauvaud (Poitiers)
  • H. Garric (Dijon)
  • V. Alary (Clermont-Ferrand)
  • L. Perticoz (Lyon 3)
  • P. Delisle (Lyon 3)
  • P. Marion (Louvain-la-neuve)
  • R. Baroni (Lausanne)
  • S. Lesage (Lille)
  • P. Robert (Enssib)

Publication : les communications les plus pertinentes feront l’objet d’une sélection et d’une demande de rédaction d’un texte en vue d’une publication sous forme d’un ouvrage de la collection Papiers aux presses de l’Enssib ; elles seront éventuellement complétées par des travaux inédits qui, pour une raison ou une autre, n’auraient pas été présents au colloque.