Archives mensuelles : février 2020

Journée d’étude – « Trajectoires du texte littéraire : figuration et médiatisation »

Journée d’étude du GREMLIN

Trajectoires du texte littéraire

Figuration et médiatisation

6 mars 2020, Université McGill

680, rue Sherbrooke Ouest – 8e étage (CRIEM)

Montréal, QC

 

10h – Mot d’introduction

10h15 Première séance : Premiers jets (présidence : Pascal Brissette, Université McGill)

  • Léa Tilkens (Université de Namur) : « Pénibilités de l’œuvre à venir : fictions et défigurations »
  • Antoine Paris (Sorbonne-Université – Université de Montréal) : « Entre surplace et expansion infinie. Les trajectoires du texte littéraire dans Une collection très particulière de Bernard Quirigny »

11h15 – Pause

  • Marceau Levin (Université Lumière Lyon 2 – Université de Sherbrooke) : « Les épreuves du texte : représentations de l’imprimerie au XIXe siècle »

14h Deuxième séance : Périples du texte (Présidence : Anthony Glinoer, Université de Sherbrooke)

  • Marine Le Bail (Université de Toulouse-Jean Jaurès) : « Le texte littéraire comme objet de collection, entre consécration et ‘‘bibelotisation’’ »
  • Violaine François (Université Paul-Valéry Montpellier 3 – Université de Liège) : « Le texte de bouche à oreille : figurations du texte en voix au XIXe siècle » –
  • Zoé Commère (Université Lumière Lyon 2 – Université Laval) : « Le Chercheur de trésors ou le double jeu de la fiction médiatique »

15h30 – Pause


16h Troisième séance : Au-delà du texte  (Présidence : Michel Lacroix, UQÀM)

  • Camélia Paquette (Université de Sherbrooke) : « De Mr Gwyn à Trois fois dès l’aube : l’aventure des portraits écrits chez Alessandro Baricco »
  • Jolianne G. Bourgeois (Université McGill) : « “On a la madeleine qu’on peut” : refigurations autobiographiques des textes romanesques (préférés) dans quelques essais sur le roman »

17h15 – Conclusion

 

Colloque – « Les droits de l’art » à l’UQÀM les 16-18 mars 2020

Dans le cadre des travaux du laboratoire de recherche L’art en procès, Mathilde Barraband, Anna Arzoumanov, Marty Laforest et Geneviève Bernard Barbeau organisent le colloque Les droits de l’art. Perspectives sur une recherche disciplinaire, qui se tiendra du 16 au 18 mars 2020 à l’UQAM. 

Cet événement sera l’occasion de faire dialoguer des juristes et des chercheurs en sciences humaines et sociales autour de l’art, de son interprétation et de ses droits. Il émane du laboratoire de recherche franco-québécois L’art en procès (www.uqtr.ca/art-en-proces), qui réunit des juristes, des linguistes et des spécialistes de l’art et de la littérature. Depuis 2016, ces chercheur.e.s croisent leurs expertises pour analyser, en commun, des procès intentés à l’art, dans les tribunaux comme dans l’espace public. Dans la continuité des travaux du laboratoire, le colloque sera l’occasion de confronter les outils et les procédures herméneutiques du droit, des études littéraires, de la linguistique, de la sociologie et de l’histoire de l’art, etc., et de réunir des chercheur.e.s qui travaillent dans une perspective interdisciplinaire sur l’art et le droit, de sorte à cartographier les recherches actuelles, en particulier celles qui se développent depuis quelques années dans l’espace francophone.

Programme Les droits de l’art

Annonce – Motion votée par le département de Lettres Modernes de l’UPVM

Voici la motion votée à l’unanimité cette semaine par les membres du département de Lettres Modernes de l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3 (23 votants) : 

” Les membres du département de Lettres Modernes de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 réunis le 11 février 2020 expriment leur vive opposition au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche dont plusieurs des orientations, remettant gravement en question le statut d’enseignant chercheur, risquent de nuire au développement d’une recherche de qualité au sein des universités françaises :

-Disparition du référentiel annuel d’heures d’enseignement à 192 heures équivalent TD, modulation des services (possibilité d’imposer aux chercheur-e-s des charges d’enseignement désormais fixées au cas par cas sous la houlette des président-e-s d’université, voire des responsables d’UFR ou de département, en fonction des nécessités de service)

–   Mise en danger du statut de maître-sse de conférences au profit de contrats précaires sur le modèle des tenure tracks

–  Affaiblissement des instances nationales de qualification et de recrutement (disparition du CNU avec le risque accru de recrutements arbitraires)

–  Renforcement du financement par projet et mise en concurrence accrue des unités et des personnels (différenciation des salaires des enseignant-e-s-chercheur-e-s par des primes accordées selon leurs « performances »), limitation de la liberté de la recherche

Par conséquent, les membres du département de Lettres Modernes de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 appellent à la mobilisation contre ce projet qui contribue à la destruction du service public de la recherche, à la marchandisation de la connaissance, à la précarisation des personnels de l’Enseignement supérieur, à l’aggravation des conditions de travail des enseignant-e-s, des personnels administratifs et des étudiant-e-s.

Les membres du département ne pénaliseront pas l’absence éventuelle des étudiant-e-s mobilisé-e-s ; ils refusent d’assumer les fonctions de président-e de jury de baccalauréat ; ils décident de suspendre la transmission des notes à l’administration et de ne pas tenir les jurys de diplôme de licence et de master. Passée la date des jurys de semestre 1 et de semestre 2, le ministère mettrait ainsi en danger la délivrance des diplômes de nos étudiant-e-s.

Nous demandons de manière urgente la convocation d’états généraux de l’université pour instaurer un réel dialogue avec les acteurs concernés avant toute nouvelle loi. Nous nous déclarons en lutte, et invitons chacun-e à rejoindre les mobilisations locales ou nationales en cours en participant aux actions et manifestations.”

Annonce – COnTEXTES soutient la grève des revues en sciences humaines et sociales et la mobilisation de ses collègues français.e.s

Réuni.e.s ce 12/02 en assemblée générale, les membres du comité de rédaction de COnTEXTES ont décidé de marquer leur soutien à la grève des revues en SHS et plus généralement aux mobilisations de nos collègues français.e.s de l’enseignement supérieur et de la recherche.
 

Parution – Mémoires du livre, vol. 11, n° 11 : « La circulation de l’imprimé entre France et États-Unis à l’ère des révolutions »

Le dernier numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture vient de paraître.

Placé sous la direction de Michaël Roy (Université Paris Nanterre), ce numéro s’intitule « La circulation de l’imprimé entre France et États-Unis à l’ère des révolutions / Franco-American Networks of Print in the Age of Revolutions ».

Il est accessible à l’adresse suivante : https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2019-v11-n1-memoires05099/.

  

Journée d’études – « Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats »

Journée d’études “Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats”, vendredi 14 février 2020, 11h-17h45 au Centre Pompidou 

 Lors de cette journée d’études, artistes, chercheurs et acteurs du monde de l’art s’interrogeront sur la façon dont sont évalués les œuvres et les projets artistiques dans le cadre des politiques de financement de l’art, sur la pertinence des méthodes de sélection, et sur les alternatives à une évaluation de l’art soumise aux logiques du marché. Il s’agira de chercher à rendre visible ce qui reste opaque dans les pratiques d’évaluation de l’art, en vue de mieux comprendre ce qui se joue dans nos manières d’attribuer de la valeur.

Le temps où avait cours l’idée que c’est l’artiste qui fait l’art est bel et bien révolu. Du commissaire d’exposition au médiateur de musée, figures qui n’existaient pas il y a quarante ans, en passant par le conservateur de musée, le programmateur, l’expert, le critique d’art, le collectionneur ou les « agences de notation » de l’art (Artprice, Artnet), l’œuvre d’art n’est plus simplement le produit de l’artiste, mais celui d’une action collective impliquant des chaînes de valorisation et d’intermédiaires toujours plus étendues dans l’écosystème artistique. Le pouvoir de ces intermédiaires tient en grande partie au rôle qu’ils jouent dans les processus d’évaluation par lesquels œuvre ou artiste se voient attribuer une valeur, imposant ainsi une normativité qui peut être jugée étrangère ou aliénante relativement à l’acte créateur. Ces médiations sont le lieu de négociations et de rapports de forces entre intermédiaires, commanditaires, institutions et artistes, qui reformulent d’une certaine manière la question de l’autonomie de l’art, dans la mesure où l’évaluation d’une œuvre dépend non d’une logique interne au champ artistique mais de régimes de valeurs hétérogènes.

Programme

Centre Pompidou – Petite salle  

11h00    Accueil des participants

11h15   Introduction

11h30   Valence, valuation, évaluation de l’art contemporain

Table ronde animée par Yves Citton (théoricien des médias), avec Jérome Glicenstein (artiste et théoricien des arts), Valérie Pihet (sociologue), Olivier Quintyn (théoricien des arts), Joëlle Zask (philosophe).

12h45   Pause déjeuner

14h30   Evaluer l’art par l’art

par Franck Leibovici (artiste et poète) et Yaël Kreplak (sociologue).

15h15    Pratiques d’évaluation de l’art : comment se fixe un prix ?

Table ronde animée par Jean-Max Colard (chef du service de la parole au Centre Pompidou, critique d’art et théoricien de la littérature) et Nancy Murzilli (philosophe et théoricienne de la littérature), avec Nicolas Trembley (art advisor et ex-critique d’art), Marion Papillon (directrice de la galerie Papillon et présidente du Comité professionnel des galeries d’art), Marc Vaudey, directeur du pôle création au Cnap, Centre national des arts plastiques), Agnès Thurnauer (artiste).

16h45    Pause

17h00    Ranking et big data artistiques, mode d’emploi

Entretien entre Nathalie Moureau (économiste) et Marek Claaßen (directeur d’Artfacts.net).

17h45    Clôture

Organisateurs : DCC / Service de la Parole, en partenariat avec l’EUR ArTeC et l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Comité scientifique : Jean-Max Colard (DCC/Service de la Parole), Yves Citton (LHE U. Paris 8), Laurent Jeanpierre (CRESPPA, U. Paris 8), Nancy Murzilli (LHE, U. Paris 8).

Cette journée d’études s’inscrit dans le programme de recherche-création « Évaluation générale » (evalge.hypotheses.org) dont le Centre Pompidou est partenaire.

Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’Investissements d’avenir portant la référence ANR-17-EURE-0008. En partenariat avec l’EUR ArTeC et l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Programme-JE-14fev2020-CP