Archives mensuelles : février 2020

Appel à communications – « Surréalismes Paris 2020 »

Surréalismes Paris 2020 est la troisième conférence de l’International Society for the Study of Surrealism (ISSS).

Cette conférence, qui se tiendra du 6 au 9 novembre 2020, est organisée par : American University of Paris, Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris), Université Lyon-Saint-Étienne, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Organisateurs : Olivier Penot-Lacassagne, Julia Drost (Centre allemand d’histoire de l’art, DFK Paris), Fabrice Flahutez (Université Lyon-Saint-Étienne), Iveta Slavkova (American University of Paris)

Veuillez envoyer vos propositions avant le 31 mars 2020 à l’adresse suivante :
isssparis2020 chez gmail.com

Date limite d’envoi des propositions : mardi 31 mars 2020

Pour plus d’informations : http://www.thalim.cnrs.fr/spip.php?page=article&id_article=15529

Invitation – Colloque étudiant « Les gens du livre au Québec »

Avec le soutien du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ), Karol’Ann Boivin (U. de Sherbrooke) et Josée Vincent (U. de Sherbrooke) organisent le colloque étudiant « Les gens du livre au Québec », qui se tiendra le jeudi 9 avril 2020 à l’Agora du Carrefour de l’information (B1-2002) de l’Université de Sherbrooke.

Le colloque se donne pour objectif d’étudier les trajectoires d’une dizaine d’agent·e·s du livre d’hier à aujourd’hui. Les communications éclaireront la singularité de leur parcours professionnel, tout en replaçant leurs principales réalisations dans le cadre de l’histoire du livre au Québec. Les recherches mises en commun puisent tant dans l’étude prosopographique que dans l’archivistique, ainsi que dans la recherche par entretiens.

Le programme sera annoncé en mars ici : https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/evenements/evenements-details/e/42114/

Parution – Quêtes littéraires, n° 9 (2019)

Parution du 9e numéro de la revue Quêtes littéraires : « Maître(s) et disciple(s) ».

Lien vers le numéro :

https://can01.safelinks.protection.outlook.com/?url=https%3A%2F%2Fczasopisma.kul.pl%2Fql%2Fissue%2Fview%2F196&data=02%7C01%7Chombeline.passot%40usherbrooke.ca%7Ce9a5bbb5e6684d12d88708d7ba9f1aa2%7C3a5a8744593545f99423b32c3a5de082%7C0%7C0%7C637183064823148947&sdata=DskBtfoa5ooSd9aiJEoUig1xJJJ6GvMEJGk00UYTpZo%3D&reserved=0

Appel à communications – « L’édition de fortune et de nécessité »

Appel à communications pour la 57ème journée d’échanges scientifiques de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé : 

Appel à communications_L’édition de fortune et de nécessité_VF

L’événement, qui portera sur les pratiques éditoriales spontanées, occasionnelles et circonstancielles, aura lieu au Campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke, les 26 et 27 novembre 2020.

Pour plus d’information, veuillez contacter les organisateurs aux adresses suivantes : 

philippe.rioux@usherbrooke.ca

anthony.glinoer@usherbrooke.ca

Parution – À l’épreuve, n° 6 : « Accélération et vitesse : de la célérité dans les arts »

L’équipe de la revue interdisciplinaire À l’épreuve est heureuse de vous annoncer la parution en ligne de son sixième numéro : À l’épreuve, n°6

 

À l’épreuve, n° 6 : « Accélération et vitesse : de la célérité dans les arts »

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA21, 2020.

 « S’il y a bien des notions qui caractérisent le monde contemporain, ce sont celles de l’accélération et de la vitesse. Par leur place prépondérante dans les sociétés modernes, ces deux notions ont inspiré, entre trouble et fascination, des pratiques artistiques, des poétiques et des esthétiques nouvelles. Mais plutôt que de subir ces conditions de production et de consommation, les artistes s’en saisissent pour développer de nouveaux rapports aux œuvres. À quelles reconfigurations l’inscription de l’accélération dans les œuvres mène-t-elle ? Simples procédés ponctuels ou éléments centraux d’une poétique, la vitesse et l’accéléré sont au cœur d’une réflexion artistique particulièrement féconde que ce numéro se propose de mettre en perspective. Qu’elles soient à même de déformer les coordonnées spatio-temporelles, de susciter la fascination et le désarroi à travers de nouveaux imaginaires ou d’ouvrir la voie à d’autres manières d’être au monde, ces notions – subies, interrogées ou recherchées et intégrées – reconfigurent notre rapport au réel autant qu’aux œuvres. »

Dans la dernière rubrique du numéro, sont publiées trois contributions de la journée d’étude Work In Progress organisée par les représentants des doctorants du RIRRA21 le 11 avril 2018. Cet événement est chaque année l’occasion privilégiée pour les doctorants d’échanger à propos de leurs recherches devant un public composé de leurs pairs et des chercheurs du laboratoire.

Sommaire :

Introduction : « Accélération et vitesse : de la célérité dans les arts » http://www.alepreuve.org/content/acc%C3%A9l%C3%A9ration-et-vitesse-de-la-c%C3%A9l%C3%A9rit%C3%A9-dans-les-arts

I- Distorsion du réel et dérèglement des échelles

Alexandre Melay, « Le vertige de l’accélération de la réalité mondialisée chez Andreas Gursky » http://www.alepreuve.org/content/le-vertige-de-l%E2%80%99acc%C3%A9l%C3%A9ration-de-la-r%C3%A9alit%C3%A9-mondialis%C3%A9e-chez-andreas-gursky

Manuela Mohr, « Quand une nuit compte cent ans : la vitesse du temps qui passe » http://www.alepreuve.org/content/quand-une-nuit-compte-cent-ans-la-vitesse-du-temps-qui-passe

II- Imaginaires de la vitesse

Elena Mazzoneli, « Dramaturgies de la vitesse : des gestes fugitifs d’Yvette Guilbert aux pantomimes convulsives des Hanlon-Lees » http://www.alepreuve.org/content/dramaturgies-de-la-vitesse-des-gestes-fugitifs-d%E2%80%99yvette-guilbert-aux-pantomimes-convulsives

Narimane Le Roux Dupeyron, « Imaginaire de l’accélération dans 1993 mis en scène par Julien Gosselin » http://www.alepreuve.org/content/imaginaire-de-l%E2%80%99acc%C3%A9l%C3%A9ration-dans-1993-mis-en-sc%C3%A8ne-par-julien-gosselin

III- Réapprivoiser la vitesse

Nathalie Provenzano, « 11-11 : Memories Retold : l’art de la célérité en jeu vidéo » http://www.alepreuve.org/content/11-11-memories-retold-l%E2%80%99art-de-la-c%C3%A9l%C3%A9rit%C3%A9-en-jeu-vid%C3%A9o

Marie Joqueviel-Bourjea, « « Cet antique vertige » (avec Jacques Réda) » http://www.alepreuve.org/content/%C2%AB-cet-antique-vertige-%C2%BB-avec-jacques-r%C3%A9da

IV- Work in progress

Sara Maddalena, « Quelle catégorie esthétique pour le Richard III de Georges Lavaudant ? » http://www.alepreuve.org/content/quelle-cat%C3%A9gorie-esth%C3%A9tique-pour-le-richard-iii-de-georges-lavaudant

Adrien Valgalier, « « Y a pas de mai ! » : le désamorçage de Mai 68 dans La Carapate de Gérard Oury » » http://www.alepreuve.org/content/%C2%AB-y-pas-de-mai-%C2%BB-le-d%C3%A9samor%C3%A7age-de-mai-68-dans-la-carapate-1978-de-g%C3%A9rard-oury

Violaine François, « Parole d’écrivain : cartographie parisienne des pratiques orales au XIXe siècle » http://www.alepreuve.org/content/parole-d%E2%80%99%C3%A9crivain-cartographie-parisienne-des-pratiques-orales-au-xixe-si%C3%A8cle

Journée d’étude – « Trajectoires du texte littéraire : figuration et médiatisation »

Journée d’étude du GREMLIN

Trajectoires du texte littéraire

Figuration et médiatisation

6 mars 2020, Université McGill

680, rue Sherbrooke Ouest – 8e étage (CRIEM)

Montréal, QC

 

10h – Mot d’introduction

10h15 Première séance : Premiers jets (présidence : Pascal Brissette, Université McGill)

  • Léa Tilkens (Université de Namur) : « Pénibilités de l’œuvre à venir : fictions et défigurations »
  • Antoine Paris (Sorbonne-Université – Université de Montréal) : « Entre surplace et expansion infinie. Les trajectoires du texte littéraire dans Une collection très particulière de Bernard Quirigny »

11h15 – Pause

  • Marceau Levin (Université Lumière Lyon 2 – Université de Sherbrooke) : « Les épreuves du texte : représentations de l’imprimerie au XIXe siècle »

14h Deuxième séance : Périples du texte (Présidence : Anthony Glinoer, Université de Sherbrooke)

  • Marine Le Bail (Université de Toulouse-Jean Jaurès) : « Le texte littéraire comme objet de collection, entre consécration et ‘‘bibelotisation’’ »
  • Violaine François (Université Paul-Valéry Montpellier 3 – Université de Liège) : « Le texte de bouche à oreille : figurations du texte en voix au XIXe siècle » –
  • Zoé Commère (Université Lumière Lyon 2 – Université Laval) : « Le Chercheur de trésors ou le double jeu de la fiction médiatique »

15h30 – Pause


16h Troisième séance : Au-delà du texte  (Présidence : Michel Lacroix, UQÀM)

  • Camélia Paquette (Université de Sherbrooke) : « De Mr Gwyn à Trois fois dès l’aube : l’aventure des portraits écrits chez Alessandro Baricco »
  • Jolianne G. Bourgeois (Université McGill) : « “On a la madeleine qu’on peut” : refigurations autobiographiques des textes romanesques (préférés) dans quelques essais sur le roman »

17h15 – Conclusion

 

Colloque – « Les droits de l’art » à l’UQÀM les 16-18 mars 2020

Dans le cadre des travaux du laboratoire de recherche L’art en procès, Mathilde Barraband, Anna Arzoumanov, Marty Laforest et Geneviève Bernard Barbeau organisent le colloque Les droits de l’art. Perspectives sur une recherche disciplinaire, qui se tiendra du 16 au 18 mars 2020 à l’UQAM. 

Cet événement sera l’occasion de faire dialoguer des juristes et des chercheurs en sciences humaines et sociales autour de l’art, de son interprétation et de ses droits. Il émane du laboratoire de recherche franco-québécois L’art en procès (www.uqtr.ca/art-en-proces), qui réunit des juristes, des linguistes et des spécialistes de l’art et de la littérature. Depuis 2016, ces chercheur.e.s croisent leurs expertises pour analyser, en commun, des procès intentés à l’art, dans les tribunaux comme dans l’espace public. Dans la continuité des travaux du laboratoire, le colloque sera l’occasion de confronter les outils et les procédures herméneutiques du droit, des études littéraires, de la linguistique, de la sociologie et de l’histoire de l’art, etc., et de réunir des chercheur.e.s qui travaillent dans une perspective interdisciplinaire sur l’art et le droit, de sorte à cartographier les recherches actuelles, en particulier celles qui se développent depuis quelques années dans l’espace francophone.

Programme Les droits de l’art

Annonce – Motion votée par le département de Lettres Modernes de l’UPVM

Voici la motion votée à l’unanimité cette semaine par les membres du département de Lettres Modernes de l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3 (23 votants) : 

 » Les membres du département de Lettres Modernes de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 réunis le 11 février 2020 expriment leur vive opposition au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche dont plusieurs des orientations, remettant gravement en question le statut d’enseignant chercheur, risquent de nuire au développement d’une recherche de qualité au sein des universités françaises :

-Disparition du référentiel annuel d’heures d’enseignement à 192 heures équivalent TD, modulation des services (possibilité d’imposer aux chercheur-e-s des charges d’enseignement désormais fixées au cas par cas sous la houlette des président-e-s d’université, voire des responsables d’UFR ou de département, en fonction des nécessités de service)

–   Mise en danger du statut de maître-sse de conférences au profit de contrats précaires sur le modèle des tenure tracks

–  Affaiblissement des instances nationales de qualification et de recrutement (disparition du CNU avec le risque accru de recrutements arbitraires)

–  Renforcement du financement par projet et mise en concurrence accrue des unités et des personnels (différenciation des salaires des enseignant-e-s-chercheur-e-s par des primes accordées selon leurs « performances »), limitation de la liberté de la recherche

Par conséquent, les membres du département de Lettres Modernes de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 appellent à la mobilisation contre ce projet qui contribue à la destruction du service public de la recherche, à la marchandisation de la connaissance, à la précarisation des personnels de l’Enseignement supérieur, à l’aggravation des conditions de travail des enseignant-e-s, des personnels administratifs et des étudiant-e-s.

Les membres du département ne pénaliseront pas l’absence éventuelle des étudiant-e-s mobilisé-e-s ; ils refusent d’assumer les fonctions de président-e de jury de baccalauréat ; ils décident de suspendre la transmission des notes à l’administration et de ne pas tenir les jurys de diplôme de licence et de master. Passée la date des jurys de semestre 1 et de semestre 2, le ministère mettrait ainsi en danger la délivrance des diplômes de nos étudiant-e-s.

Nous demandons de manière urgente la convocation d’états généraux de l’université pour instaurer un réel dialogue avec les acteurs concernés avant toute nouvelle loi. Nous nous déclarons en lutte, et invitons chacun-e à rejoindre les mobilisations locales ou nationales en cours en participant aux actions et manifestations. »

Annonce – COnTEXTES soutient la grève des revues en sciences humaines et sociales et la mobilisation de ses collègues français.e.s

Réuni.e.s ce 12/02 en assemblée générale, les membres du comité de rédaction de COnTEXTES ont décidé de marquer leur soutien à la grève des revues en SHS et plus généralement aux mobilisations de nos collègues français.e.s de l’enseignement supérieur et de la recherche.