Archives mensuelles : avril 2020

Appel à contributions – « Cultural Organizations: Between the Local and the Global (1880s-1960s) »

Cultural Organizations: Between the Local and the Global (1880s-1960s)

International conference organized in the framework of the ERC StG project Social Networks of the Past: Mapping Hispanic and Lusophone Literary Modernity (1898-1959), led by Diana Roig Sanz.

GlobaLS – Global Literary Studies Research Group: https://globals.research.uoc.edu/
IN3 – Arts and Humanities Department

Universitat Oberta de Catalunya (Barcelona, Spain)

Date: November 19-20, 2020
Venue: Universitat Oberta de Catalunya, Av. Tibidabo 39, 08035, Barcelona (Spain).

N.B.: Given the exceptional circumstances surrounding the Covid-19 pandemic, the organizers wish to express that we will follow the situation closely and an online version of this conference might be considered if future updates advise it. Even though an on-site format is preferred, a final decision will be provided to all participants at the beginning of September. 

For an extended version of the present Call, please, see: https://globals.research.uoc.edu/calls

Over the last few years, the study of cultural organizations has kindled the interest of a growing number of researchers who work in diverse fields, disciplines, and perspectives—including cultural and literary history, sociology and international cultural relations. Despite the potential of this object of study, it poses several challenges given the polysemy of the term, the heterogeneous realities encompassed by it and the disciplinary fragmentation from which cultural organizations have been studied to date. In this sense, we lack a shared theoretical framework that would allow us to consider their common features and articulate their differences.

Understanding cultural organizations as: 1) organizations that promote cultural transfer and thus facilitate the circulation of persons, ideas, and symbolic goods, 2) spaces that provide cohesion to national cultural fields by articulating the relationships between the various actors in said space, but which can also enable international projection. International action in the cultural field can present different connotations according to each culture’s position in the international arena: when it comes to hegemonic cultures, foreign promotion may camouflage an imperialist project, while when it comes to peripheral, non-state, or minority cultures, foreign promotion appears to be a necessary strategy to compensate for a lack of economic and military power; and 3) agents that favor the creation of transnational intellectual networks in a broad sense.

The goal of this scientific gathering is to study cultural organizations, both private and public, that operated on a local, national, regional or international scale from the last few decades of the nineteenth century to the 1960s, given our understanding that said period saw a shift towards a transnational cultural space. We aim to use case studies to analyze their internal operations (organization, members, activities, evolution, changes over time, etc.), relations to their broader context (historical, political, economic, etc.) and as vectors of cultural internationalization and consolidation.

The proposed areas of research include the following entanglements from a wide range of geographic scales:

The internationalization of a culture through the actions of cultural organizations

What are the specific features of power relations in the cultural field and what mechanisms have been used historically to alter or add nuance to these features? Which historical examples might we study, both as successes and as failures? Which cultural organizations and actors articulate cultural internationalization? How is the global manifested in cultural organizations operating at the local/national level? How does foreign action influence national culture? How does the process of professionalization evolve in the field of cultural mediation? How does this shift become manifest in specific practices? How are cultural organizations related to other forms of cultural mediation, such as magazines, conferences, congresses, and festivals?

Articulating the public and the private

How are public powers related to cultural organizations in the private sector? What is the relationship between private initiatives and the public powers that formulate cultural policies?

 Transnational analysis

Is dialogue possible between cultural organizations in different geographical contexts? Can parallels be established among different and idiosyncratic processes? How can we articulate transnational comparisons without diluting the power relations between cultural areas? What are the specific features of the practices of hegemonic cultures, on the one hand, and of peripheral cultures, on the other?

The revision of theoretical frameworks and methodologies in the study of cultural organizations

What are the main challenges that the study of cultural organizations faces in terms of accessing and collecting primary sources? What can the digital humanities, big data, data visualization tools, etc., contribute? How can network analysis inform our understanding of cultural-transfer phenomena? What are the advantages and issues with using the notion of the network, either metaphorically or not? How can these be combined with traditional methodologies, such as the bibliographical focus or the prosopographical study?

Submissions:

Authors should submit an abstract (300 words), filiation, bio-note and a short reference list to Elisabet Carbó (ecarboc@uoc.edu) and Diana Roig Sanz (dsanzr@uoc.edubefore July 15, 2020.

Papers may be written in English, French, Spanish, or Catalan. During the Conference, an extended summary and a power-point presentation (if used) should be written in English to ensure successful exchanges between participants.
Participation in the Conference is free, but speakers and assistants must register due to the limited number of seats. The organizers will send the link for registration after the acceptance of all papers.
The organizers have planned the publication of a collective edited volume in a top-ranked publisher or a special issue in a well-known international journal. All papers will go through a double-blind peer review process.

Organizers:

-Elisabet Carbó (Social Networks of the Past/GlobaLS, IN3, Estudis d’Arts i Humanitats, UOC): ecarboc@uoc.edu
-Diana Roig Sanz (Social Networks of the Past/GlobaLS, IN3, Estudis d’Arts i Humanitats, UOC): dsanzr@uoc.edu
-Lucía Leandro Hernández (GlobaLS, UOC): lleandro@uoc.com

[1] This project has received funding from the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme (grant agreement No 803860).

 

 

Appel à contributions – « Répertoire d’expositions en ligne – RIMELL »

Dans le cadre de ses travaux sur l’exposition de la littérature et du livre, et en ces temps de confinement contraint, le réseau RIMELL (Recherches interdisciplinaires sur la muséographie et l’exposition de la littérature et du livre) met à disposition un « Répertoire des expositions en ligne » consacrées à la littérature et au monde de l’édition. Initié par Selina Follonier, de l’Université de Lausanne, il réunit des expositions réalisées en français, pour la plupart sur la littérature et l’édition en langue française.

Ce répertoire est appelé à s’étoffer et à devenir à terme une véritable base de données. Il sera actualisé collectivement et régulièrement tenu à jour. Pour nous aider à le compléter, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : litteraturesmodesdemploi@gmail.com

En outre, à celles et ceux qui souhaiteraient se renseigner sur certaines de ces expositions, ou rendre compte de leurs visites, L’Exporateur littéraire, le carnet de visites du site www.litteraturesmodesdemploi.org s’ouvre désormais aux comptes rendus d’expositions en ligne. Les premiers sont d’ores et déjà disponibles.

Si vous souhaitez proposer le compte rendu d’une ou de plusieurs expositions, vous pouvez le faire en prenant contact avec Marcela Scibiorska (marcela.scibiorska@uclouvain.be), responsable des comptes rendus d’expositions en ligne dans L’Exporateur.

Marcela Scibiorska

Post-doctorante | UCLouvain

ERC HANDLING | Bourse N°804259

Centre de recherche sur l’imaginaire (CRI)
Institut des civilisations, arts et lettres (SSH/INCA)

Image&Narrative

Secrétaire de rédaction

Place Cardinal Mercier 14/L3.06.02 | B-1348 Louvain-la-Neuve

Appel à contributions – « Revue RELIEF : sociologie de la médiation littéraire »

Appel à contributions pour le numéro de décembre 2020 qui porte sur la sociologie de la médiation littéraire :  Appel à contributions Sociologie de la médiation littéraire
 
RELIEF – REVUE ÉLECTRONIQUE DE LITTÉRATURE FRANÇAISE
Site Internet RELIEF | Facebook RELIEF

Parution : « Dictature et Prolétariat. De l’autocratie tsariste au dirigisme bolchevique »

Parution : Dictature et Prolétariat. De l’autocratie tsariste au dirigisme bolchevique,
Liège, MNEMA Editions, coll. « Les Cahiers du CPTM », n°1, 2020.
EAN13 : 9782960145038 — 181 p.

Résumé :
Bien qu’hétérogène, contradictoire et plurielle, l’URSS léninienne et
stalinienne est une société répressive et autoritaire. Souvent aux
antipodes des textes et des penseurs dont il se revendique, le pouvoir
incarné par le parti bolchevique puis par le PCUS et par son Comité
central tend avant toute chose à privilégier sa conservation et sa
pérennisation, non l’instauration d’une société sans distinction de
classe, révolutionnaire et émancipée du productivisme économique. Dans
le même temps se développent au sein de la société soviétique des
discours originaux entrant en contradiction avec ceux du pouvoir et
permettant de nuancer l’idée d’une Union soviétique monolithique et
complètement acquise aux causes bolcheviques. Ces contradictions, si
elles sont perceptibles dans les pratiques dictatoriales des autorités,
sont aussi au cœur des différents discours qu’elles produisent et
qu’elles provoquent. La singularité des événements auxquels les
bolcheviks sont confrontés durant les décennies postérieures à leur
prise de pouvoir est bien réelle : révolution dans un pays
économiquement arriéré, guerre civile, communisme de guerre, anarchisme
paysan, NEP, plans quinquennaux, guerres mondiales, guerre froide, etc.

Ces contextes obligent à repenser l’idéologie marxiste-léniniste à
l’aune de ses conjonctures plurielles et à la concevoir comme
potentielle mythification collective au nom d’intérêts politiques. En
tant que matérialisme historique proclamé, cette idéologie oblige à
interroger les événements (entendus comme réalités matérielles et
historiques) se revendiquant de son héritage, malgré l’effectivité de
nombreuses divergences entre le discours et la réalisation.
Le titre de l’ouvrage, Dictature et Prolétariat, mérite quelques
clarifications. La violence mise en place par les bolcheviks a souvent
été motivée par la notion théorisée par Marx de dictature du
prolétariat. Selon celui-ci, la révolution orchestrée par le mouvement
ouvrier devait renverser la domination de la bourgeoisie en une
domination du prolétariat. Toutefois, cette domination devait être
temporaire et le degré de violence devait dépendre du contexte social,
c’est-à-dire de l’état des rapports entre les différentes classes en
lutte pour le pouvoir.

La dictature du prolétariat ne signifiait donc pas directement
l’instauration arbitraire d’une violence étatique durable par un petit
nombre de dirigeants mais plutôt l’auto-organisation provisoire d’un
pouvoir à majorité ouvrière. Plusieurs commentateurs ont montré en quoi
le pouvoir bolchevique, plutôt que d’instaurer une forme de dictature du
prolétariat, avait mis en œuvre une dictature sur le prolétariat. Outre
les torsions de la notion marxienne de dictature du prolétariat,
l’aliénation d’une partie non négligeable de la classe ouvrière, et
surtout de la paysannerie, ainsi que la répression des révolutionnaires
non bolcheviques qui s’instaurent dès le lendemain de la révolution
justifient la qualification du régime soviétique comme « dictature sur
le prolétariat ». Mais dans le même temps, ce sont le plus souvent des
contextes hautement criminogènes qui amènent les bolcheviks à développer
des formes radicales de violence au nom du prolétariat, justifiant ainsi
l’utilisation de la notion de Marx. Bien qu’une partie de la classe
ouvrière acquière un certain pouvoir politique, son pouvoir économique
n’en reste pas moins aliéné à des exigences de production et de
rentabilité intenables.

Ce travail tente donc de comprendre en quoi les pratiques bolcheviques
sont tantôt l’expression d’une dictature du prolétariat répondant à la
domination dont cette classe est l’objet, tantôt l’instauration
arbitraire et autoritaire d’une dictature sur le prolétariat justifiée
par une idéologie consciemment détournée à des fins politiques.

Publication – « Accuser réception » [en ligne]

Publication en ligne, sur le site Fabula.org, du dossier thématique Accuser réception coordonné par Stéphane Zékian et Thierry Roger.  

Vous pouvez y accéder via le lien suivant : https://www.fabula.org/colloques/sommaire6551.php 

Il s’agit d’une réflexion collective sur la vogue actuelle des études de réception en lettres et en philosophie. Devant l’inflation de manifestations centrées sur la vie longue des œuvres, nous avons tenté un bilan d’étape en forme de pause réflexive. Bonne lecture à tous !

 

Colloque – « Bibliothérapies d’ailleurs : 27-29 janvier 2021 »

Bibliothérapies d’ailleurs : des Mille et une nuits au manga

Colloque international organisé par Victoire Feuillebois

(Groupe d’Études Orientales, Slaves et Néo-helléniques [GEO], UR 1340)

et Anthony Mangeon (Configurations littéraires [CL], UR 1337)

Avec le soutien des « initiatives d’excellence » de l’Université de Strasbourg (IdEx Attractivité)

Et dans le cadre de l’institut thématique interdisciplinaire LETHICA (lettres, éthique et arts)

27-29 Janvier 2021

Université de Strasbourg

L’idée que le livre soigne est aujourd’hui très populaire en Occident, où se multiplient les ateliers de « bibliothérapie » comme la production d’ouvrages à des fins d’amélioration de la santé psychologique ou physiologique des lecteurs. Cette dynamique marque un tournant dans la conception du rôle joué dans la littérature depuis 1950 : après des années placées, dans les œuvres littéraires comme les approches critiques, sous le signe de la réflexivité du texte et de sa clôture sur lui-même, ces nouvelles pratiques restituent à la littérature une dimension non seulement esthétique, mais aussi existentielle. Or, cette notion nouvelle en Occident fait écho à une tradition extra-européenne pluriséculaire : en effet, si le mot même de « bibliothérapie » est une création occidentale, on trouve pourtant parmi ses grands ancêtres Le Pañchatantra indien et Les Mille et une nuits, qui, à l’instar de la bibliothérapie contemporaine, affirment de deux manières différentes quels peuvent être les pouvoirs du récit. Dans Le Pañchatantra ou des œuvres proches comme Le Conte du perroquet ou Les Sept vizirs, l’histoire a avant tout une valeur d’exemplarité, destinée à agir sur celui qui l’écoute : s’apparentant au genre du miroir du prince, le livre sert aussi à engager une dynamique de perfectionnement moral. Dans Les Mille et une nuits, le récit qui sert de cadre au texte a un effet beaucoup plus physique : comme l’a montré Aboubakr Chraïbi, il sert à passer le temps, laissant à la terrible colère qui a saisi le sultan la possibilité de s’apaiser. Au miroir de ces modèles orientaux et extrême-orientaux, on voit ainsi réapparaître les deux tendances qui définissent en Occident la bibliothérapie contemporaine, laquelle revendique une action tantôt sur la sphère intellectuelle et morale, tantôt sur les mécanismes physiologiques les plus concrets. Elles regardent ainsi doublement du côté de rôle éthique joué par la littérature, à la fois comme modèle de comportement et comme guide du jugement et de la décision. Source, influence, ou modèle alternatif de guérison, ces bibliothérapies d’ailleurs méritent donc qu’on les examine. Le Groupe d’Etudes Orientales, Slaves et Néo-helléniques (GEO, UR 1340) est un lieu privilégié pour aborder la question des pratiques et poétiques autres de la notion contemporaine de « bibliothérapies » : rassemblant des spécialistes en littérature, culture et langue des aires extra-européennes, du Proche-Orient jusqu’au Japon, et des siècles anciens jusqu’à la période contemporaine, il souhaite par la tenue de ce colloque inviter à réfléchir aux différents modèles de bibliothérapie que présentent les traditions extra-européennes, mais aussi les appropriations contemporaines de cette notion au-delà de l’Europe et des États-Unis. Dans cette perspective, on aborder les thématiques suivantes :

Quel soin pour les bibliothérapies d’ailleurs ? On pourra s’interroger sur les modèles thérapeutiques mis en place par ces fictions de la guérison ou ces guérisons par la fiction pratiquées ou représentées dans les aires culturelles orientales et extrême-orientales. Quelles spécificités impliquent-ils, en termes de conception de la médecine ou de la littérature ? En quoi s’articulent-ils à une histoire, mais aussi une géographie des pratiques de lecture ? Comment s’inscrivent-ils dans la dichotomie entre guérison physique et concrète d’un côté et de l’autre guérison au sens plus figurative, allant du soin de soi à l’étai apporté aux différentes formes de vie ? Comment ces modèles nous aident-ils à comprendre la relation entre fiction, guérison et care ?

Pratiques et poétiques : parler de « bibliothérapie », c’est à la fois évoquer des pratiques (médicales, psychologiques, artistiques) et un imaginaire représenté dans les œuvres. L’exemple du manga japonais est à cet égard très frappant et constitue une source d’études féconde : d’un côté, on observe qu’il se conçoit et se figure lui-même comme le lieu où penser les possibilités d’appui existentiel ou de guérison produites par le livre, comme par exemple dans la série Le Maître des livres qui évoque un bibliothécaire trouvant dans ses rayonnages des solutions pour tous ceux qui passent le seuil de son institution ; mais de l’autre, il est lui-même l’objet d’une lecture de type psychologique ou sociologique, qui interroge son rôle dans la constitution des « formes de vie » propres aux adolescents contemporains, au Japon comme ailleurs (voir par exemple Les Mangas pour jeunes filles, figures du sexuel à l’adolescence de Joëlle Nouhet-Roseman). Quelles articulations se nouent entre pratique et poétique dans ces zones ? Qu’est-ce que cela dit des fonctions et du rôle social qu’y possède la littérature ?

Réseau d’influences : on l’a dit, l’idée d’un livre qui guérisse évoque immédiatement de grands modèles des traditions orientales et extrême-orientales, ce qui invite à s’interroger sur leur influence sur d’autres littératures. On songe par exemple au Roman des sept sages de Rome médiéval qui brode sur un canevas asiatique, sans doute indien, ou à la réception des Mille et une nuits et autres fables arabes dont Victor Chauvin a esquissé une cartographie dans sa monumentale Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes publiés dans l’Europe chrétienne de 1810 à 1885 (1892-1922). En quoi la tradition extra-européenne intervient-elle dans la formation de l’idée de bibliothérapie ? Quels textes classiques aident à modeler l’imaginaire occidental des pouvoir du livre ? Par quel biais ? Quelles altérations le modèle subit-il ?  

Guérir et être guéri : dans les fictions bibliothérapeutiques ou les pratiques thérapeutiques du récit concernées, qui sont les vecteurs et les destinataires de la guérison ? On songe par exemple à la présence accrue de voix féminines parmi ces conteuses qui apaisent, de Schéhérazade aux conteuses du Décaméron des femmes de Ioulia Voznessenskaïa (1986). Mais on pourra aussi s’intéresser à la réception réelle ou figurée de ces récits : quelles valeurs différentes de la communauté comme de la communication littéraire permettent-elles de faire apparaître ? À terme, cette interrogation sur le personnel de la relation thérapeutique établie par le livre permet de faire un tour d’horizon des différentes manières de comprendre ces usages thérapeutiques du livre en dehors des cultures occidentales, afin de leur restituer leurs spécificités propres.

Les propositions de communication (une page incluant une présentation bio-bibliographie) doivent parvenir à Victoire Feuillebois (feuillebois@unistra.fr) et Anthony Mangeon (amangeon@unistra.fr) pour le 30 avril 2020. Le comité scientifique du colloque donnera sa réponse pour le 15 juin 2020.

***

  Foreign images and practices of bibliotherapy : from The Arabian Nights to manga

International Symposium organized by Victoire Feuillebois

(Groupe d’Etudes Orientales, Slaves et Néo-helléniques (GEO), UR 1340)

and Anthony Mangeon (Configurations littéraires (CL), UR 1337)

With the financial support of The University of Strasbourg « excellence initiatives » d’excellence » (Attractivity IdEx)

And within the framework of LETHICA Interdisciplinary Thematic Institute on Literatures, Ethics and Arts

 27-29 January 2021

University of Strasbourg

The idea that books can cure is very popular in contemporary Western culture, where workshops of « bibliotherapy » and books aiming at strengthening or maintaining mental or physical health blossom. This new attitude towards reading is a turning point in the conception of literature’s role since 1950 : whereas during many years, literary works as well as critical approaches had developed the idea that the text was a reflexive, closed structure, this new set of images and practices connect literature not only to the aesthetic sphere, but also to everyday life.

Such a conception in Western areas does, however, echoes a very ancient extra-European tradition: although the word « bibliotherapy » appears to be a Western creation, it has prestigious ancestors, such as the Indian Pañchatantra or the Arabian Nights, which, like contemporary bibliotherapy, display in two different ways how powerful telling a simple story can be. In the Pañchatantra or in similar works such as The Parrot’s tale or The Seven Vizirs, the tale has an exemplary value and is destined to act morally on the one who listens to it: very close to the literary genre of the « mirrors for princes », it displays the idea that books can contribute to moral self-improvment. In the Arabian Nights, the frame tale has a much more down-to-earth effect: as Aboubakr Chraïbi has shown, the stories by Scheherazade have a pacifying effect because they allow time, and the sultan’s terrible wrath, to pass. These Eastern literary models reflect the two tendencies that define contemporary bibliotherapy, which is supposed to have effects either on the intellectual and moral sphere, either on the most physiological mechanisms. As such, they relate to the double ethical role played by literature, as a model of behaviour and as a guide to judgement and decision making. Whether they appear as sources, influences or alternative models of healing, these foreign images and practices of bibliotherapy reflected by literature deserve a closer examination. The Groupe d’Etudes Orientales, Slaves et Néo-helléniques (GEO, UR 1340) is an excellent host for such an examination of practices and poetics of foreign « bibliotherapies » : a research team gathering specialists of literatures, cultures and languages of extra-European areas, from Middle-East to Japan, and from Antiquity to the contemporary period, the GEO invites researchers to a common reflection on the different models of bibliotherapy in extra-European traditions, but also on the contemporary appropriations of this notion beyond Europe and North America, along the following lines :

 

What kind of « care » for foreign bibliotherapies? The first set of questions concerns the therapeutic models imagined by fictions about the curative power of books or the actual curative processes through fiction used or represented in Eastern cultures. How singular are they, in terms of conception of medicine and literature? How are they connected to a history and a geography of reading practices? How do they relate to the opposition between physical healing on the one hand and, on the other hand, a more figurative cure, ranging from self-care to support singular « forms of life »? How do these models help us to understand the relationship between fiction, healing and the notion of care?

Practices et poetics: speaking about « bibliotherapy » means both a set of (medical, psychological, artistic) practices and an imaginary figured in fiction itself. The example of the Japanese manga is very telling in that regard and constitutes a very interesting field of study: on the one hand, manga reflects from the inside on the possibilities of existential support or healing provided by books, as for example in the series The Master of Books, where a librarian supplies to the various individuals he meets books liable to solve their problems. On the other hand, however, manga is often analysed from a psychological or sociological perspective which investigates its role in the formation by nowadays teenagers of their idiosyncrasic « form of life », in Japan and elsewhere (see for example Les Mangas pour jeunes filles, figures du sexuel à l’adolescence by Joëlle Nouhet-Roseman). How do practices and poetics connect in these examples? How do such interactions testify of the social role and functions of literature?

Network of influences: as said before, with the idea that books can heal, great models from Eastern traditions immediately come to mind, suggesting that these models have had an extended influence until today. One can think of the medieval The Seven Sages of Rome which is based on an Asian, most probably Indian, canvas, or of the reception of the Arabian Nights and other Arabian tales, which Victor Chauvin has extensively studied in his monumental Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes publiés dans l’Europe chrétienne de 1810 à 1885 (1892-1922). Does the extra-European tradition have a role in the formation of the contemporary idea of bibliotherapy and how? What classical texts have contributed to form the Western imaginary of the power of the books? How does the model have effect and is it altered in the process?

To cure and be cured: in foreign bibliotherapeutic fictions or practices establishing a link between reading and cure, who does initiate the healing process and who does receive it? What are their characteristics and particularities? One can think of the numerous feminine voices among healing storytellers, from Scheherazade to Iulia Voznessenskaya’s Women Decameron (1986). But one can also turn to the real or imagined reception of these tales: do they put forward specific visions of community or of literary communication? This investigation of the people concerned by the therapeutic relationship that the book establishes enables us to stress the differences and specificities of the therapeutic uses of the book outside Western cultures.

 

Proposals (one page with bio-bibliographical sketch included) should be sent to Victoire Feuillebois (feuillebois@unistra.fr) and Anthony Mangeon (amangeon@unistra.fr) by April 30, 2020. The scientific committee will send word to the applicants by June 15, 2020.

 

Appel à communications – « Francophones, francographes, francophiles: les francophonies littéraires 50 ans après »

Appel à communications : Colloque à l’Institut de Néophilologie de l’Université Pédagogique de Cracovie
Organisé en partenariat avec l’Institut de philologie romane de l’Université Jagellonne de Cracovie
Du 23 au 25 septembre 2020
 
« Francophones, francographes, francophiles: les francophonies littéraires
50 ans après »
 
Le cinquantenaire de la Francophonie institutionnelle est susceptible de servir de prétexte à un bilan des recherches sur les littératures francophones. Nous proposons de l’organiser autour de quelques problématiques essentielles :
 
1. La relation entre phonie et graphie dans les écritures de langue française et la question de la transcription de l’oralité (les « oralitures » francophones) ;
 
2. Le rapport affectif des écrivain(e)s au français, qu’il soit d’amour ou de détestation – l’on pourra donc s’intéresser non seulement aux francophiles mais aussi aux francophobes ;
 
3. L’idéologisation et la politisation de la langue littéraire et des questions linguistiques ;
 
4. La diversité des usages nationaux et régionaux des étiquettes « francophonie » et « francophone » ;
 
5. La francophonie polonaise : les écrivain(e)s d’origine polonaise ayant choisi le français comme langue d’écriture ;
 
6. La recherche sur les littératures francophones en Pologne : son histoire, ses courants et enjeux ;
 
7. Les contestations de la notion de francophonie et les concepts concurrents ;
 
8. Les bilans critiques et théoriques : les paradigmes utilisés pour penser les francophonies, leur efficacité heuristique et leurs limites.
 
Cette liste ne saurait bien évidemment épuiser la thématique. Toute communication relative à des problèmes connexes sera donc la bienvenue.
 
Les propositions de communication, comprenant le titre de la communication et un court résumé de la problématique abordée, sont à envoyer jusqu’au 31 mai 2020 à l’adresse suivante : francophoniecolloque2020@gmail.com.
 
Les frais de participation s’élèveront à 430 zlotys (100 euros). Les frais de déplacement et d’hébergement seront à la charge des participant(e)s.
 
Comité scientifique :
 
Tomasz Chomiszczak
Maria Gubińska
Stanisław Jasionowicz
Teresa Muryn
Wacław Rapak
Alicja Rychlewska-Delimat
 
Comité d’organisation :
 
Karolina Czerska
Grzegorz Duliński
Marie Giraud-Claude-Lafontaine
Agnieszka Kukuryk
Przemysław Szczur