Archives mensuelles : septembre 2020

Parution : François-Emmanuël Boucher, « Le Trumpisme. Contribution à l’analyse rhétorique du discours national-populiste »

Parution : François-Emmanuël Boucher, Le Trumpisme. Contribution à l’analyse rhétorique du discours national-populiste, Québec / Paris, Presses de l’Université Laval / Hermann, collection « Littérature et imaginaire contemporain », 2020.
 
La version papier sera disponible le 12 septembre 2020.
 
 
 
 
Table des matières 
 
Avant-propos 
 
INTRODUCTION
Argumenter à l’âge du national-populisme. 
 
CHAPITRE PREMIER
Son caractère 
Caractère de l’orateur et pouvoir de persuasion.
Les ­attributs ­rhétoriques­ de ­la­ confiance. 
Un bully milliardaire à la Maison-Blanche. 
 
CHAPITRE 2
Sa logique
Qu’est-ce que le logos
Éradication propitiatoire de l’ennemi et privatisation de la logique trumpienne .
 
CHAPITRE 3
Ses passions 
Les passions oratoires, la paix sociale et le sophiste illuminé.
Les charges émotives de POTUS pyromane ou la virulence de la toxicité trumpienne .
 
CONCLUSION
Les deplorables à l’assaut de la mondialisation. 
Donald J. Trump et le virus chinois.
 

Parution – « Atlas littéraire du Québec »

Chers/ères collègues, 
J’ai le plaisir de vous annoncer la publication, aux Éditions Fides (Montréal), de l’Atlas littéraire du Québec, codirigé par Pierre Hébert, Bernard Andrès et Alex Gagnon. 
Cette somme sans précédent regroupe 253 textes (avec de nombreux encadrés et illustrations) de 156 collaborateurs et collaboratrices. L’ouvrage offre une traversée englobante et plurielle du phénomène littéraire au Québec des origines à nos jours, en le saisissant dans la totalité de ses facettes et à partir d’une multitude d’angles de lecture variées. 
Site de l’éditeur :  http://www.editionsfides.com/fr/product/editions-fides/ouvrages-de-reference/atlas-litteraire-du-quebec_852.aspx

Bien à vous, 
Alex Gagnon

Appel à contributions – « Pour une approche intégrée de la francophonie »

APPEL à CONTRIBUTIONS

 

Colloque de la revue Relations internationales

28 et 29 mai 2021, Université de Fribourg (Suisse)

La Francophonie : espace de circulations transnationales 

dans un monde global et connecté (fin XIXe-XXe s.)

Présente sur tous les continents, sans exception, et progressivement institutionnalisée à partir des années 1960, la Francophonie doit être interrogée dans ses multiples interactions, culturelles, bien sûr, mais aussi économiques, politiques, stratégiques et militaires. En effet, les enjeux, les choix voire les dominations linguistiques ou culturels s’appuient aussi, et peut-être surtout, sur la défense d’intérêts politiques, stratégiques, économiques et commerciaux. Espace de circulations transnationales et de confrontations, la Francophonie doit s’appréhender historiquement dans la diversité de ses acteurs, associatifs, gouvernementaux et intergouvernementaux, parlementaires, scientifiques, médiatiques, artistiques, issus des collectivités territoriales ou de la société civile. 

La Francophonie a contribué au développement de nouvelles formes de diplomaties, notamment au sein des sociétés civiles, des parlements et des collectivités territoriales. En sens inverse, son émergence politico-institutionnelle au temps des décolonisations a été stimulée et accompagnée par divers élans culturels issus de régions francophones dites « périphériques », qui ont débouché sur la création d’un espace de circulations transnationales et favorisé l’institutionnalisation du fait francophone. Consécutivement, de nouvelles coopérations multilatérales francophones ont été mises en place, notamment dans le cadre des opérations de maintien de la paix, et certaines des formes culturelles plus traditionnelles de l’action francophone ont été renouvelées, notamment dans le combat porté par l’UNESCO en faveur de la diversité des cultures à l’heure d’une mondialisation accélérée. Cet élargissement des domaines de la coopération internationale francophone pose la question de la place de la langue français dans les institutions multilatérales, qu’elles soient anciennes ou plus récentes, comme de ses effets plus globaux sur les relations internationales, réels ou supposés. 

Dans le champ des relations internationales contemporaines, comment se sont articulés les enjeux d’une géopolitique des langues marquée par des relations de pouvoir durant la période coloniale et postcoloniale ? Comment ont évolué ces rapports de pouvoir dans les échanges qui se sont multipliés au travers de réseaux structurant le champ culturel francophone, du monde académique aux réseaux sociaux, en passant par les secteurs plus classiques de la littérature, du théâtre, du cinéma ou de la chanson, eux aussi mis sous tension par les nouvelles concurrences propres aux industries culturelles et médiatiques ?

Fondé sur ces questions de base, ce colloque de la revue Relations internationales (https://www.puf.com/collections/Revue_relations_internationales) a vocation à étudier l’histoire de la Francophonie, de la fin du XIXe siècle à nos jours, des réseaux, des échanges et des institutions que le partage de la langue française a produits, mais aussi des tensions et des crises qu’elle a fait naître ou qu’elle a eu à gérer. Première pierre d’une histoire globale et connectée de la Francophonie issue de regards scientifiques croisés et critiques, le colloque sera organisé à l’Université de Fribourg (Suisse), en partenariat avec le Centre suisse d’études sur le Québec et la Francophonie (https://www.ceqf.ch/) et l’Institut international pour la Francophonie 2IF de l’Université de Lyon (https://2if.universite-lyon.fr/institut-international-pour-la-francophonie). Les contributions sollicitées pour ce colloque pourront en particulier toucher les problématiques générales suivantes :

·      Une histoire globale de l’espace francophone est-elle possible ? Le monde francophone dans la globalisation entre réinvention, adaptation et résistance

·      Francophonie et multilatéralisme : acteurs, réseaux, synergies et concurrences

·      La Francophonie au prisme des études postcoloniales : une relecture

·      Pluriculturalisme et francophonie, quelle gestion et quelle diversité dans les politiques de langues ? 

·      Les réseaux culturels francophones : un espace de création et de médiation dépassé ou en devenir ? (littérature, chanson, théâtre, arts vivants, …)

·      Du français à la « langue monde » ? Evolution de la présence francophone dans les réseaux sociaux et sur les autoroutes de l’information

·      Le fait francophone au miroir du monde : images, représentations, perceptions

·      Le français, une langue d’affaires ? Le rôle d’acteurs économiques, financiers et commerciaux dans l’évolution des industries culturelles et médiatiques 

Les propositions de communication avec résumé de 300 mots max. et CV des contributrices et contributeurs sont à envoyer jusqu’au 31 décembre 2020 à l’adresse suivante, avec mention « Colloque Relations internationales » : ceqf@unifr.ch

A noter que les communications feront l’objet d’une publication in extenso dans la revue Relations internationales et d’un résumé posté sur le site de l’Institut international pour la Francophonie 2IF. À cet effet, les textes présentés et leur résumé seront demandés rapidement après le colloque aux contributrices et contributeurs. 

APPEL à CONTRIBUTIONS

 

Colloque de la revue Relations internationales

28 et 29 mai 2021, Université de Fribourg (Suisse)

La Francophonie : espace de circulations transnationales 

dans un monde global et connecté (fin XIXe-XXe s.)

Présente sur tous les continents, sans exception, et progressivement institutionnalisée à partir des années 1960, la Francophonie doit être interrogée dans ses multiples interactions, culturelles, bien sûr, mais aussi économiques, politiques, stratégiques et militaires. En effet, les enjeux, les choix voire les dominations linguistiques ou culturels s’appuient aussi, et peut-être surtout, sur la défense d’intérêts politiques, stratégiques, économiques et commerciaux. Espace de circulations transnationales et de confrontations, la Francophonie doit s’appréhender historiquement dans la diversité de ses acteurs, associatifs, gouvernementaux et intergouvernementaux, parlementaires, scientifiques, médiatiques, artistiques, issus des collectivités territoriales ou de la société civile. 

La Francophonie a contribué au développement de nouvelles formes de diplomaties, notamment au sein des sociétés civiles, des parlements et des collectivités territoriales. En sens inverse, son émergence politico-institutionnelle au temps des décolonisations a été stimulée et accompagnée par divers élans culturels issus de régions francophones dites « périphériques », qui ont débouché sur la création d’un espace de circulations transnationales et favorisé l’institutionnalisation du fait francophone. Consécutivement, de nouvelles coopérations multilatérales francophones ont été mises en place, notamment dans le cadre des opérations de maintien de la paix, et certaines des formes culturelles plus traditionnelles de l’action francophone ont été renouvelées, notamment dans le combat porté par l’UNESCO en faveur de la diversité des cultures à l’heure d’une mondialisation accélérée. Cet élargissement des domaines de la coopération internationale francophone pose la question de la place de la langue français dans les institutions multilatérales, qu’elles soient anciennes ou plus récentes, comme de ses effets plus globaux sur les relations internationales, réels ou supposés. 

Dans le champ des relations internationales contemporaines, comment se sont articulés les enjeux d’une géopolitique des langues marquée par des relations de pouvoir durant la période coloniale et postcoloniale ? Comment ont évolué ces rapports de pouvoir dans les échanges qui se sont multipliés au travers de réseaux structurant le champ culturel francophone, du monde académique aux réseaux sociaux, en passant par les secteurs plus classiques de la littérature, du théâtre, du cinéma ou de la chanson, eux aussi mis sous tension par les nouvelles concurrences propres aux industries culturelles et médiatiques ?

Fondé sur ces questions de base, ce colloque de la revue Relations internationales (https://www.puf.com/collections/Revue_relations_internationales) a vocation à étudier l’histoire de la Francophonie, de la fin du XIXe siècle à nos jours, des réseaux, des échanges et des institutions que le partage de la langue française a produits, mais aussi des tensions et des crises qu’elle a fait naître ou qu’elle a eu à gérer. Première pierre d’une histoire globale et connectée de la Francophonie issue de regards scientifiques croisés et critiques, le colloque sera organisé à l’Université de Fribourg (Suisse), en partenariat avec le Centre suisse d’études sur le Québec et la Francophonie (https://www.ceqf.ch/) et l’Institut international pour la Francophonie 2IF de l’Université de Lyon (https://2if.universite-lyon.fr/institut-international-pour-la-francophonie). Les contributions sollicitées pour ce colloque pourront en particulier toucher les problématiques générales suivantes :

·      Une histoire globale de l’espace francophone est-elle possible ? Le monde francophone dans la globalisation entre réinvention, adaptation et résistance

·      Francophonie et multilatéralisme : acteurs, réseaux, synergies et concurrences

·      La Francophonie au prisme des études postcoloniales : une relecture

·      Pluriculturalisme et francophonie, quelle gestion et quelle diversité dans les politiques de langues ? 

·      Les réseaux culturels francophones : un espace de création et de médiation dépassé ou en devenir ? (littérature, chanson, théâtre, arts vivants, …)

·      Du français à la « langue monde » ? Evolution de la présence francophone dans les réseaux sociaux et sur les autoroutes de l’information

·      Le fait francophone au miroir du monde : images, représentations, perceptions

·      Le français, une langue d’affaires ? Le rôle d’acteurs économiques, financiers et commerciaux dans l’évolution des industries culturelles et médiatiques 

Les propositions de communication avec résumé de 300 mots max. et CV des contributrices et contributeurs sont à envoyer jusqu’au 31 décembre 2020 à l’adresse suivante, avec mention « Colloque Relations internationales » : ceqf@unifr.ch

A noter que les communications feront l’objet d’une publication in extenso dans la revue Relations internationales et d’un résumé posté sur le site de l’Institut international pour la Francophonie 2IF. À cet effet, les textes présentés et leur résumé seront demandés rapidement après le colloque aux contributrices et contributeurs. 

Matthieu Gillabert – Claude Hauser – Pierre Journoud

Parution – « Mémoires du livre/Studies in Book Culture », vol. 11, no 2

Bonjour,

 

J’ai le plaisir de vous informer que le dernier numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture vient de paraître.

 

Placé sous la direction de Beth Driscroll (U. de Melbourne) et Claire Squires (U. de Stirlinget), ce numéro s’intitule « Commerce du livre, carnaval du livre ». Il est accessible à l’adresse suivante : https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2020-v11-n2-memoires05373/.

   

Merci de bien vouloir diffuser la nouvelle dans vos réseaux. 

 

 

Judith Haviernick

Assistante à la direction / Executive Assistant

 

Directeur / Director: Anthony Glinoer

Codirecteurs / Co-Directors : Marie-Pier Luneau, Josée Vincent et Marc André Fortin

Département des arts, langues et littératures

Faculté des lettres et sciences humaines

Université de Sherbrooke, Québec, Canada

 

Parution – « L’Atlantique littéraire au féminin »

L’Atlantique littéraire au féminin. Approches comparatistes (XXe-XXIe siècles)

Ouvrage collectif

Sous la direction de Chloé Chaudet, Stefania Cubeddu-Proux et Jean-Marc Moura

Parution le 24 septembre 2020

Site web de référence : http://pubp.univ-bpclermont.fr/public/Fiche_produit.php?titre=L%E2%80%99Atlantique%20litt%C3%A9raire%20au%20f%C3%A9minin

Champ complexe et dynamique, les études de genre se sont développées aux XXe et XXIe siècles par le biais d’intenses échanges entre des critiques, artistes et auteur.e.s s’exprimant depuis l’Europe et l’Amérique du Nord. Si un certain nombre de critiques l’ont reconnu, il reste à étudier de façon systématique ces échanges dans l’ensemble des littératures de langues européennes de l’espace atlantique – en intégrant, donc, les écritures des Suds. Afin d’inaugurer cette vaste étude comparatiste, le présent ouvrage s’intéresse aux constructions protéiformes des identités féminines dans l’espace littéraire atlantique. Il aborde les conditions de possibilité d’une histoire littéraire transatlantique au féminin, les concepts qu’elle convoque, les œuvres et les figures qui la constituent, ainsi que la poétique transculturelle qu’elle permet de penser.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction (Chloé Chaudet, Stefania Cubeddu-Proux, Jean-Marc Moura)

Partie I. Dialogues nord-atlantiques

– Les débuts d’un Atlantique littéraire au féminin : Th. Bentzon chez les Américaines (Juliette M. Rogers)

– De Virginia Woolf à Susan Gubar : réécrire A Room of One’s Own au tournant du XXIe siècle (Valérie Favre)

– L’Atlantique beauvoirien et le genre après 1945 (Élisabeth Russo)

Partie II. Dialogues transaméricains

– L’Atlantique chicano et la pensée frontalière de Gloria Anzaldúa (Assia Mohssine)

– Corps, langue et mémoire. Éléments pour une étude genrée de l’espace poétique ouest-atlantique (Carolina Cunha Carnier)

Partie III. Interfaces caribéennes

– Circulations transatlantiques des insurrections littéraires : l’écriture ravagée du féminin dans Amour de Marie Vieux-Chauvet et La Main dans le sac de Violette Leduc (Cae Joseph-Masséna)

– Femmes françaises et théâtre cubain : « Y’a d’la rumba dans l’air » (Séverine Reyrolle)

– Anarchives féminines trans~e~atlantiques et tidalectics chez Suzanne Césaire, Kamau Brathwaite et Lorna Goodison (Anny Dominique Curtius)

Partie IV. Comment penser un « Atlantique noir » au féminin ?

– Migrations des identités féminines chez Alice Walker, Maryse Condé et Marie NDiaye (Fanny Monbeig)

– Fictions de passing transatlantiques : quelles lignes de couleur et de genre ? (Flavia Bujor)

– « I was a slave girl ». Le passage transatlantique comme pont poéthique intersectionnel et transmémoriel de l’esclavage à la Shoah (Marie-Pierre Harder)

Partie V. Communautés de l’espace atlantique : entre affirmation et ouverture identitaire

– L’Acadie littéraire au féminin : une paratopie transatlantique (Benoit Doyon-Gosselin)

– L’ouverture transatlantique des écrivaines africaines contemporaines : l’émergence d’un salon littéraire en mouvement (Khady-Fall Diagne)

– Léonora Miano et Nathalie Etoké : conversations au-dessus d’un océan (Sylvie Brodziak)

Rencontre avec Lise Gauvin et Véronique Tadjo

Les auteur·e·s

Résumés/Abstracts

Index

L’Atlantique littéraire au féminin. Approches comparatistes (XXe-XXIe siècles)

Ouvrage collectif

Sous la direction de Chloé Chaudet, Stefania Cubeddu-Proux et Jean-Marc Moura

Parution le 24 septembre 2020

Site web de référence : http://pubp.univ-bpclermont.fr/public/Fiche_produit.php?titre=L%E2%80%99Atlantique%20litt%C3%A9raire%20au%20f%C3%A9minin

Champ complexe et dynamique, les études de genre se sont développées aux XXe et XXIe siècles par le biais d’intenses échanges entre des critiques, artistes et auteur.e.s s’exprimant depuis l’Europe et l’Amérique du Nord. Si un certain nombre de critiques l’ont reconnu, il reste à étudier de façon systématique ces échanges dans l’ensemble des littératures de langues européennes de l’espace atlantique – en intégrant, donc, les écritures des Suds. Afin d’inaugurer cette vaste étude comparatiste, le présent ouvrage s’intéresse aux constructions protéiformes des identités féminines dans l’espace littéraire atlantique. Il aborde les conditions de possibilité d’une histoire littéraire transatlantique au féminin, les concepts qu’elle convoque, les œuvres et les figures qui la constituent, ainsi que la poétique transculturelle qu’elle permet de penser.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction (Chloé Chaudet, Stefania Cubeddu-Proux, Jean-Marc Moura)

Partie I. Dialogues nord-atlantiques

– Les débuts d’un Atlantique littéraire au féminin : Th. Bentzon chez les Américaines (Juliette M. Rogers)

– De Virginia Woolf à Susan Gubar : réécrire A Room of One’s Own au tournant du XXIe siècle (Valérie Favre)

– L’Atlantique beauvoirien et le genre après 1945 (Élisabeth Russo)

Partie II. Dialogues transaméricains

– L’Atlantique chicano et la pensée frontalière de Gloria Anzaldúa (Assia Mohssine)

– Corps, langue et mémoire. Éléments pour une étude genrée de l’espace poétique ouest-atlantique (Carolina Cunha Carnier)

Partie III. Interfaces caribéennes

– Circulations transatlantiques des insurrections littéraires : l’écriture ravagée du féminin dans Amour de Marie Vieux-Chauvet et La Main dans le sac de Violette Leduc (Cae Joseph-Masséna)

– Femmes françaises et théâtre cubain : « Y’a d’la rumba dans l’air » (Séverine Reyrolle)

– Anarchives féminines trans~e~atlantiques et tidalectics chez Suzanne Césaire, Kamau Brathwaite et Lorna Goodison (Anny Dominique Curtius)

Partie IV. Comment penser un « Atlantique noir » au féminin ?

– Migrations des identités féminines chez Alice Walker, Maryse Condé et Marie NDiaye (Fanny Monbeig)

– Fictions de passing transatlantiques : quelles lignes de couleur et de genre ? (Flavia Bujor)

– « I was a slave girl ». Le passage transatlantique comme pont poéthique intersectionnel et transmémoriel de l’esclavage à la Shoah (Marie-Pierre Harder)

Partie V. Communautés de l’espace atlantique : entre affirmation et ouverture identitaire

– L’Acadie littéraire au féminin : une paratopie transatlantique (Benoit Doyon-Gosselin)

– L’ouverture transatlantique des écrivaines africaines contemporaines : l’émergence d’un salon littéraire en mouvement (Khady-Fall Diagne)

– Léonora Miano et Nathalie Etoké : conversations au-dessus d’un océan (Sylvie Brodziak)

Rencontre avec Lise Gauvin et Véronique Tadjo

Les auteur·e·s

Résumés/Abstracts

Index

Table des matières