Archives mensuelles : septembre 2020

Parution – T. Habrand, « Le Livre au temps du confinement »

Parution : Tanguy Habrand, Le Livre au temps du confinement, Les Impressions Nouvelles. (En librairie dès le 8 octobre 2020.)

En prenant pour objet le livre au temps du confinement, cet essai tente d’appréhender le fonctionnement de l’industrie du livre à l’arrêt. Contrairement à ce que l’on pourrait penser en effet, la chaîne du livre n’est pas tombée en léthargie. La chaîne du livre s’est adaptée au confinement. Ses terrains d’élection ont été le théâtre d’une activité intense : auteurs, éditeurs, imprimeurs, distributeurs, diffuseurs, libraires, bibliothécaires et lecteurs ont été à l’origine de stratégies de survie, constructives ou désespérées, et d’un grand nombre de discours sur le livre et les métiers du livre.

C’est à ce jeu d’interactions et aux conflits de valeurs qui en découlent que se consacre Tanguy Habrand, considérant que la crise du Covid-19 a joué, dans les activités du monde social, le rôle d’analyseur. Qu’il s’agisse du caractère essentiel du livre et de ses implications, de la vente en ligne, de l’édition numérique, de la surproduction éditoriale, de la place de l’édition indépendante ou encore de l’aide publique au secteur, les acteurs placés en état d’urgence ont été conduits par la force des choses à exacerber leurs positions, à faire face à leurs propres contradictions et, ce faisant, à se dévoiler.

 
Tanguy Habrand est enseignant-chercheur au Département Médias, Culture et Communication de l’Université de Liège. Ses principales recherches portent sur l’histoire sociale de l’édition, les stratégies éditoriales et le développement numérique de la chaîne du livre. Il est responsable de la collection Espace Nord et co-directeur, avec Dick Tomasovic, de La Fabrique des Héros aux Impressions Nouvelles.

Séminaire – « Démasculiniser les sciences humaines et sociales »

Démasculiniser les sciences humaines et sociales 

Séminaire, 2020-2021 

Université Paul-Valéry – Montpellier 3 

Crises / Rirra21 / master d’études culturelles / iuf  

Programme : 

21 octobre 2020, 17h-19h, Site Saint-Charles 2, salle 003-Caryatides 

Michèle Le Doeuff (Cnrs) : « Du mode d’existence du masculinisme » 

18 novembre 2020, 17h-19h30, Site Saint-Charles 2, salle 003-Caryatides 

Caroline Fayolle (Université de Montpellier, Lirdef) : « Y a-t-il une écriture féministe de l’histoire ? » 

Vanina Mozziconacci (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Lirdef) : « Faut-il être une femme pour philosopher ? » 

9 décembre 2020, 17h-19h30, Site Saint-Charles 2, salle 006-Panathénée 

Elsa Dorlin (Université Paris 8, Erraphis) : « Mimesis : savoirs minorisés et logiques de pouvoir à l’université » 

Nehara Feldman (Université de Picardie Jules-Verne, Curapp-ess) : « Et si ego était une femme ? Déconstruction de l’androcentrisme en anthropologie à partir d’une étude de cas entre le Mali et la France » 

20 janvier 2021, 17h-19h30, Site Saint-Charles, salle 003-Caryatides 

Christine Détrez (École normale supérieure de Lyon, Centre Max Weber) : « Enquêter sur des femmes effacées de l’H·histoire » 

Aline Estèves (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Crises) : « Dynamiter la marginalisation héroïque des femmes : relectures contemporaines du mythe des amazones » 

10 février 2021, 17h-19h30, Site St-Charles 2, salle 003-Caryatides 

Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Rirra21) : « Démasculiniser l’histoire de la presse » 

Julie Sauvage (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Emma) : « Histoire de la presse féministe, histoire féministe de la presse » 

24 février 2021, 17h-19h30, Site Saint-Charles 2, salle 003-Caryatides 

Séance consacrée aux travaux d’étudiant·es

Argumentaire : 

Les études féministes et de genre ont pris pour objet, depuis une vingtaine d’années, la critique des sciences humaines et sociales. Elles ont mis en lumière le fait que ces savoirs se sont constitués autour de personnalités et de corpus massivement masculins, en marginalisant les femmes, en les prenant comme objets de discours et en légitimant parfois leur exclusion de l’éducation et de l’espace public*. Ainsi, le fait historique de la domination masculine rejaillit sur les contenus, les impensés, la langue et les institutions scolaires et universitaires du temps présent. Au-delà de leurs spécificités, de leurs différences en termes d’ancienneté et de prestige, la philosophie, l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, les études littéraires, artistiques, culturelles et linguistiques partagent ces principes de constitution faisant primer des hommes, des normes et des valeurs masculines (telles que culturellement et socialement construites) sur des femmes souvent invisibilisées, des normes et des valeurs féminines perçues comme inférieures. Dès lors, comment repérer les différentes formes de sexisme prévalant dans les institutions universitaires et les productions scientifiques ? Comment lire et écrire en étant conscient·es de la manière dont le genre traverse nos savoirs disciplinaires, nos références et notre _expression_ ? 

Organisé dans la continuité de l’atelier du master d’études culturelles 2019/2020, ayant exploré les modalités et les conséquences de cette masculinisation des sciences humaines et sociales d’une manière à la fois critique et constructive, ce séminaire interdisciplinaire poursuit les pistes de recherches et les interrogations tant méthodologiques qu’épistémologiques qui s’y sont ouvertes. Il accueillera d’octobre 2020 à février 2021 des chercheur·ses qui revisiteront leurs enquêtes passées ou en cours, l’évolution de leur écriture et de leurs lectures, en tentant de démasculiniser une ou deux références majeures propres aux disciplines dans lesquelles elles ou ils inscrivent leurs travaux. Chaque séance sera constituée d’une ou deux intervention·s suivie·s d’une discussion avec le public ; la dernière séance permettra de discuter des travaux en cours de doctorant·es et d’étudiant·es avancé·es inscrit·es en Master 2. 

Organisation :  

Ce séminaire est organisé par Claire Ducournau (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Rirra21, Institut universitaire de France) et par Aurélie Knüfer (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Crises), avec le soutien de leurs centres de recherches respectifs, des départements de lettres modernes et de philosophie, du Master d’études culturelles, de l’UFR 1 et de l’IUF.  

Informations pratiques : 

Le site Saint-Charles de l’université Paul-Valéry – Montpellier 3 comprend deux entrées respectivement situées rue du Professeur Henri Serre et Place Albert Ier. En tramway, il faut descendre à l’arrêt Place Albert Ier (ligne 1, directe depuis la Gare Saint-Roch, et ligne 4). 

Contacts : ducournau.claire@gmail.com et aurelie.knufer@gmail.com


*Notamment Claire Michard et Claudine Ribery, Sexisme et sciences humaines : pratique linguistique du rapport de sexage, Lille, Presses universitaires de Lille, 1982 ; Michèle Le Dœuff, Le Sexe du savoir, Paris, Aubier, 1998, Flammarion, 2000 ; Danielle Chabaud-Rychter, Virginie Descoutures, Anne-Marie Devreux et Eleni Varikas (dirs.), Sous les sciences sociales, le genre : relectures critiques, de Max Weber à Bruno Latour, Paris, La Découverte, 2010 ; Christine Détrez, Les Femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ? Sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences, Paris, Belin, 2016.

Présentation du dispositif « Récit’Chazelles »

Le dispositif hybride Récit’Chazelles associe une résidence d’auteurs francophones et européens et un laboratoire hors les murs du Centre de Recherche sur les Médiations (CREM – Université de Lorraine), dédié aux recherches scientifiques portant sur la littérature contemporaine, de la création aux médiations, accueilli au musée Robert Schuman.

Le dispositif résidentiel de Récit’Chazelles est mixte, c’est-à-dire « à projet » combinant un projet littéraire de création, de recherche ou d’expérimentation mené par un auteur et un projet culturel émanant du lieu afin de soutenir la littérature. Une résidence d’auteurs peut être définie comme un dispositif culturel qui intègre 6 paramètres essentiels : un principe spatio-temporel (lieu d’accueil et durée), un principe de création littéraire (projet de l’écrivain), un principe de médiation (publics), un principe de collaboration (partenariat à l’échelle locale), un principe de diffusion des œuvres des auteurs reçus, un principe économique (bourse de résidence).

À l’occasion des 5 années d’existence du dispositif Récit’Chazelles (résidence d’auteurs et laboratoire hors les murs), le CREM a le plaisir de vous annoncer la mise en ligne de son site web : http://recitchazelles.univ-lorraine.fr



Unique Maison des illustres en France accueillant des auteurs européens et francophones, ainsi qu’une unité de recherche, le dispositif Récit’Chazelles est issu du partenariat entre le Crem (Université de Lorraine), la Commune de Scy-Chazelles, le Conseil départemental de la Moselle et la Maison Robert Schuman.

PNG image

Parution – B. Labasse, « La valeur des informations. Ressorts et contraintes du marché des idées »

LA VALEUR DES INFORMATIONS Ressorts et contraintes du marché des idées

Bertrand Labasse

Presses de l’Université d’Ottawa ISBN : 9782760331563 – 420 pages

Dans notre société ultracommunicante, comment se déterminent les choix de lecture de chacun ? Derrière cette question se cache l’un des plus vieux problèmes théoriques de la communication des idées, mais aussi l’un des plus importants face au bouillonnement contemporain des contenus culturels, politiques, médiatiques et distractifs.

Au fil d’un cheminement méthodique dont la rigueur n’exclut pas l’humour, La valeur des informations s’attaque à ce défi sous un angle nouveau. Son approche interdisciplinaire montre avec clarté comment des facteurs psychologiques et normatifs connus de longue date, mais rarement rapprochés jusqu’alors, orientent conjointement la production et la réception des contenus érudits ou triviaux.

Sa démarche s’appuie sur un très large examen critique des hypothèses antérieures et des observations empiriques disponibles, pour parvenir graduellement à un modèle général de la fixation des valeurs discursives dans l’hyperconcurrence de la communication contemporaine.


Page de référence : https://press.uottawa.ca/la-valeur-des-informations.html

Exemplaires de consultation Si vous envisagez d’utiliser cet ouvrage dans un cours, n’hésitez pas à en demander un exemplaire pdf de consultation à : SP-Eval.ValeurInform@parution.info

* * * 

TABLE DES MATIÈRES

 

Préface : Pour comprendre (enfin ?) les médias     v

Introduction : À l’abordage d’un « grand mystère »           1

Première partie – Pourquoi les contenus qui nous plaisent nous plaisent-ils ?

1          De quelques convulsions du marché discursif         17

2          La pertinence des discours.43

3          L’appel des choses simples   61

4          Le trouble jeu de l’effet cognitif          83

5          Des images plein la tête        117

6          Triomphe et déroute de l’homo pertinensis   141

7          Les errances de la convenance        161

8          À la charnière des valeurs.187

9          Sur les étals du marché discursif      215

10        Des idées « libres » dans un poulailler libre 249

Seconde Partie – Occurrences

1          Ce que les traductions trahissent      299

2          Rhétorique du chiot    307

3          Le mystère de la pyramide inversée 315

4          L’art de l’agonistique lexicale 335

5          Souffrances et amertumes de la critique      343

6          Sur les pouvoirs du récit        361

7          Vertus martiales des images salaces           369

 

Terminaison    377

Références     383

Parution – H. Merlin-Kajman, « La Littérature à l’heure de #MeToo »

Hélène Merlin-Kajman, La Littérature à l’heure de #MeToo, Ithaque. Parution le 8/10/2020.

La littérature se tient-elle au-delà du bien et du mal ? La modernité le proclame depuis les procès de Madame Bovary et des Fleurs du mal. Aujourd’hui, ce droit à la transgression est remis en question au nom de nouvelles valeurs : respect des sensibilités, militantisme culturel, assignation de toute fiction à une expérience vécue.

L’effet du mouvement #MeToo sur la manière dont on lit les œuvres est à cet égard exemplaire. En 2017, des agrégatifs se demandèrent comment lire et enseigner une pastorale du XVIIIe siècle mettant en scène un viol déguisé : ce fut l’affaire Chénier. En 2020, l’affaire Matzneff soulevait la question de la valeur littéraire d’actes sexuels pénalement répréhensibles. Aux États-Unis, l’exigence du trigger warning  enjoint les universitaires de signaler à leurs publics les textes au programme dont le contenu pourrait raviver chez eux d’éventuels traumatismes.

La Littérature à l’heure de #MeToo explore la complexité des justifications engagées dans ce nouveau régime du jugement esthétique. Loin de le défendre pour son « progressisme » ou de le condamner pour sa bienséance
« politiquement correcte », comme  y encourage la polarisation idéologique des débats, il s’agit ici de plaider que la littérature n’agit pas à la lettre et que ce jeu de la lecture nous libère et nous lie.

https://www.ithaque-editions.fr/ithtin005-kajman-metoo


Appel à communications – « Remettre l’auteur à sa place »

 

Chères et chers collègues,

Dans le cadre du xxxviie Congrès de la Société allemande des Romanistes (Romanistentag) qui doit se dérouler à l’Université d’Augsbourg en Allemagne du 4 au 7 octobre 2021, nous (Vincent Platini et Jan Knobloch, Université de Cassel) vous invitons à échanger vos réflexions dans la section consacrée au sujet suivant :

« Remettre l’auteur à sa place » 

nouvelles figures de l’auteur dans la littérature contemporaine de langues romanes

(Date limite : 30 janvier 2021)

La question du rapport qu’entretient l’auteur.e à son œuvre a récemment bénéficié d’un fort éclairage médiatique. Alors qu’une certaine approche (post-)structuraliste en avait fait son deuil, cette notion refait surface – dotée d’une nouvelle charge politique – dans le sillage des affaires concernant Woody Allen, Gabriel Matzneff ou Roman Polanski. L’exigence méthodologique voulant que l’on sépare l’œuvre et l’auteur est désormais remise en cause par ceux qui voient dans cette distinction une sorte d’acceptation, parfois même une défense des relations de pouvoir en vigueur. L’auteur, arguent-ils, est un homme comme les autres, un justiciable, soumis aux lois de son pays. Commentant le « scandale Polanski » (Libération du 1er mars 2020), Virginie Despentes en appelle explicitement à une nouvelle morale auctoriale. Toutes les transgressions ne peuvent pas se justifier au nom de l’art. Le public contribue lui-même à façonner le nouvel « auteur responsable » dès lors qu’il refuse de prendre part aux vieilles mises en scène : « Maintenant on se lève et on se casse », répète Despentes. À travers toutes ces polémiques, ne s’agit-il pas d’attribuer une nouvelle place à cette figure de l’auteur qui trônait au-dessus des foules anonymes ?

Même si le monde de l’édition ne l’avait jamais oublié, l’auteur est revenu en force dans le champ de la théorie littéraire depuis une vingtaine d’années. Il n’est certes plus question de l’auteur « réel », la personne de l’état civil. À la suite de Foucault ou de Bourdieu notamment, on considère plutôt les constructions médiatiques qui déterminent l’identité de l’écrivain (Meizoz), les modèles historiques qui se jouent dans des « scénographies auctoriales » (Diaz), les images de soi contenues dans les textes (Amossy) ou les « politiques de l’œuvre » (Martus) par lesquelles les auteurs cherchent à orienter la réception de leurs ouvrages. L’auteur.e est ainsi compris.e comme une « figure imaginaire », « une image discursive qui s’élabore aussi bien dans le texte dit littéraire que dans ses alentours » (Amossy). La construction par soi-même et par les autres, les discours médiatiques et l’ethos rhétorique, les stratégies intra- et extratextuelles : tous ces éléments se rejoignent à travers un champ d’étude extrêmement mobile, varié et prometteur.

Partant de ces pistes théoriques, notre section se propose d’étudier la construction des figures d’auteur dans les littératures romanes contemporaines. Quatre axes pourraient sous-tendre la réflexion : la transformation du champ médiatique à l’ère digitale ; la formation de nouvelles frontières morales du dicible ; la réorganisation du champ littéraire ainsi que du lectorat ; un déplacement de la topologie (physique ou symbolique) du centre et des périphéries.

Face à ces changements, les constructions de l’auteur varient sensiblement. J.L. Diaz par exemple définit les « scénographies auctoriales » comme des modèles historiquement variables auxquels les auteurs doivent se prêter pour apparaître comme des « écrivains » : quelles nouvelles scénographies émergent aujourd’hui ? Quels sont leurs rapports avec la « starification de l’auteur » (Ducas), notamment quand cette starification devient paradoxale (par ex. chez Enrique Vila-Matas, Elena Ferrante ou Wu Ming) ? Qu’en est-il désormais de la vieille opposition entre les auteurs de province et ceux de la capitale dans des pays qui découvrent leurs lieux ignorés, les angles morts (Nicolas Mathieu) ou les scènes littéraires de seconde zone (Andrea Camillieri) ? Les nouvelles formes de médiatisation, de publicité et d’existence digitale contribuent également à transformer la notion d’auteur (voir Éric Chevillard, Nanni Balestrini…). À l’ère de #MeToo, certaines « postures » ne sont plus tenables tandis que d’autres sont en passe de s’imposer : des auteures comme Virginie Despentes ou Leïla Slimani renversent l’image de l’esthète (mâle, le plus souvent) qui s’affranchit de la morale bourgeoise et lui préfèrent une posture d’écrivaine engagée et sexuellement émancipée. Quelles sont les nouvelles fonctions et les nouvelles obligations de l’auteur ? Que peut et qu’a-t-il le droit de faire aujourd’hui ? Et qu’est-ce qu’un auteur ne peut-il désormais plus se permettre ?

Sans prétendre à une liste exhaustive, nous nous intéresserons aux sujets suivants :

  • Nouvelles morales de l’auteur.e

    • La fin de la scénographie traditionnelle de l’écrivain transgressif

    • Scandales et médias

    • La sexualité et la stratégie de l’identité

    • Les « féminisations » du champ littéraire

  • Topologies littéraires : les lieux de l’auteur.e

    • Une littérature dénuée de centre ?

    • Les journaux de confinement et leurs épigones

    • Les auteur.e.s entre la littérature nationale et la scène européenne

    • « La France des ronds-points », Naples, Vigato, O Bairro (G. M. Tavares)

  • Nouveaux modes de production, nouveaux canaux de diffusion

    • la « littérature sauvage », en marge des éditeurs et des réseaux de distribution traditionnels

    • Les auteur.e.s en ligne : production et négociation de l’image de soi dans l’espace digital

    • Réseaux sociaux, followers et nouveaux médias comme formes et motifs de la fiction

    • Blogs, Facebook, Instagram : l’autofiction en réseaux ?

  • Le lecteur contre l’auteur.e ?

    • Nouvelles tendances théoriques : l’auctorialisation du lecteur ?

    • Mises en scène de la reconnaissance littéraire : prix du public booktubers, communauté de lecture sur Internet

    • « Remettre le lecteur à sa place » : des scénographies auctoriales contre le lecteur.

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 30 janvier 2021 en format PDF en français, en anglais ou en allemand aux adresses suivantes : vplatini@uni-kassel.de et jknobloch@uni-kassel.de

Elles ne dépasseront pas 300 mots et seront accompagnées d’une brève bio-bibliographie du/de la participant(e).

Les communications et les discussions se dérouleront en français et en allemand. Une publication des actes sera envisagée à l’issue du congrès.

Une modeste contribution aux frais d’inscription sera demandée aux participants de la part du Romanistenverband, organisateur du congrès. Les responsables de la section seront ravis de vous accueillir et de vous aider à trouver un hébergement à Augsbourg.

Bibliographie sélective :

Amossy, Ruth/Bokobza Kahan, Michèle (éd.): Éthos discursif et image d’auteur, in: Argumentation et analyse du discours, 3, 2009.

Borgognoni, Debora: Lo scrittore emergente in Italia. Analisi di una subcultura nella comunicazione mediale. Padova 2017.

Diaz, José-Luis: L’écrivain imaginaire. Scénographie auctoriale à l’époque

romantique. Paris 2017.

Ducas, Sylvie: La littérature à quel(s) prix? Histoire des prix littéraires. Paris 2013.

– „L‘écrivain contemporain en réseau web 2.0: retour du refoulé auctorial?“, RHLF, CXXVI, 3, 2016, S. 641-652.

Martus, Steffen: Werkpolitik. Zur Literaturgeschichte kritischer Kommunikation vom 17. bis ins 20. Jahrhundert. Berlin/New York 2007.

Meizoz, Jérôme: La littérature „en personne“. Scène médiatique et formes

d’incarnation. Genf 2016.

Appel à communication – « De Tanger à Samarcande : l' »Orient » des voyageuses »

Appel à communication

Congrès 2021, Université de l’Alberta Edmonton, Canada, 29 mai au 1er juin 2021. 

De Tanger à Samarcande. L’« Orient » des voyageuses du XIXe siècle. Une autre définition de l’altérité ? 

Atelier conjoint de l’APFUCC (Association des professeur.e.s de français des universités et collèges canadiens) et de l’ACÉF-XIX (Association canadienne d’études francophones du XIXe siècle). 

Les propositions (250-300 mots) sont à envoyer au plus tard le 5 janvier 2021 aux responsables de l’atelier :

François-Emmanuël Boucher, Collège militaire royal du Canada (Kingston), boucher-f@rmc.ca

Soundouss El Kettani, Collège militaire royal du Canada (Kingston), soundouss.el.kettani@rmc.ca

Appel à communication

Congrès 2021, Université de l’Alberta Edmonton, Canada, 29 mai au 1er juin 2021. 

De Tanger à Samarcande. L’« Orient » des voyageuses du XIXe siècle. Une autre définition de l’altérité ? 

Atelier conjoint de l’APFUCC (Association des professeur.e.s de français des universités et collèges canadiens) et de l’ACÉF-XIX (Association canadienne d’études francophones du XIXe siècle). 

Les propositions (250-300 mots) sont à envoyer au plus tard le 5 janvier 2021 aux responsables de l’atelier :

François-Emmanuël Boucher, Collège militaire royal du Canada (Kingston), boucher-f@rmc.ca

Soundouss El Kettani, Collège militaire royal du Canada (Kingston), soundouss.el.kettani@rmc.ca

Voir l’appel ci-joint et ici : http://box5110.temp.domains/~apfuccne/APFUCC2017/congress/2021/A6-Edmonton2021.pdf

Parce que l’analyse sociodiscursive du littéraire ne peut se faire dans des conditions de travail que l’on ne cesse de « réformer », vous trouverez ci-dessous une annonce d’intérêt scientifique général.L’auteur de la publication en question, Camille Noûs, se présente en ces termes :

« Camille Noûs » est un consortium scientifique créé pour affirmer le caractère collaboratif et ouvert de la création et de la diffusion des savoirs, sous le contrôle de la communauté académique.

Ce collectif scientifique, comme Bourbaki, Henri Paul de Saint Gervais ou Arthur Besse en mathématiques, ou Isadore Nabi en biologie, prend l’identité d’une personnalité scientifique qui incarne la contribution collective de la communauté académique. Plus précisément, Camille Noûs est un individu collectif qui symbolise notre attachement profond aux valeurs d’éthique et de probation que porte le débat contradictoire, elle est insensible aux indicateurs élaborés par le management institutionnel de la recherche, elle sait ce que nos résultats doivent à la construction collective. C’est le sens du « Noûs », porteur d’un Nous collégial mais faisant surtout référence au concept de « raison » (ou « esprit » ou « intellect ») hérité de la philosophie grecque.


——————————-Chères et chers collègues,
J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 119 de Genèses, entièrement rédigé par Camille Noûs.
Un numéro qui met en perspective les réformes actuelles de l’ESR et la résistance des enseignants chercheurs et chercheurs.
Il est téléchargeable sur CAIRN.

Bien cordialement
I. B pour le comité de rédaction de Genèses.


SOMMAIRE
Hommage à Jean-Claude Chamboredon, p. 3

POUR L’UNIVERSITÉ, POUR LA RECHERCHE

Sciences en danger, revues en lutte
Collectif des revues en lutte et Camille Noûs, p. 5

1. Contenus et acteurs des réformes

Qui dirige les machines à réformer l’université et la recherche en France ? Portraits comparés de l’Agence nationale de la recherche et de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (2005-2019)
Camille Noûs, p. 20

L’expert et le profane : qui est juge de la qualité universitaire ?
Camille Noûs, p. 51

Injonction comptable et révolution culturelle à l’Université
Camille Noûs, p. 73

Lingua Technicarum Instructionum. Analyse lexicale et sémantique du « Cahier des charges établi en vue de l’élargissement des compétences des universités prévu par la loi relative aux libertés et responsabilités des universités »
Camille Noûs, p. 88

Normes du travail scientifique et normes du marché
Camille Noûs, p. 113

Leur recherche et la nôtre
Camille Noûs, p. 121

2. L’Europe des précaires

Précarité dans l’enseignement supérieur. Allocataires et moniteurs en sciences humaines à la fin des années 1990
Camille Noûs, p. 132

Construire son objet dans un contexte universitaire international et précaire
Camille Noûs, p. 144

Tenir ou partir. Témoignage d’un parcours doctoral et postdoctoral en Suisse
Camille Noûs, p. 161

Flexibles prestataires de services pour la science
Traduit de l’allemand par Camille Noûs, p. 169

3. Mobilisations

Engagement et distanciation à Sauvons la recherche (SLR). Une sociologue des mouvements sociaux dans l’action
Camille Noûs, p. 176

Quelle Europe pour l’Université ? Dix questions de Sauvons l’Université (SLU) aux candidats aux élections européennes (28 mai 2009)
Camille Noûs, p. 191

Slow Science – la désexcellence
Camille Noûs, p. 199

Les manifestations de casseroles de 2012 au Québec, entre réparation politique et éveil civique
Texte importé par Camille Noûs, p. 209

Des droits de grève dans l’Enseignement supérieur et la Recherche
Camille Noûs, p. 224

LECTURES

Écouter pour comprendre
(À propos de : Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Raisons d’agir, 2019)
Christian Baudelot et Camille Noûs, p. 229

(Petites) notes de lecture par gros temps
(À propos de : « Les pêcheurs dans le Maelström » (1995 [1980]), de Norbert Elias ; Le vol de l’histoire (2015 [2006]), de Jack Goody ; Dette : 5000 ans d’histoire, de David Graeber (2016 [2011] ; L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940 (1990 [1946]), de Marc Bloch)
Camille Noûs, p. 237

Parce que l’analyse sociodiscursive du littéraire ne peut se faire dans des conditions de travail que l’on ne cesse de « réformer », vous trouverez ci-dessous une annonce d’intérêt scientifique général.L’auteur de la publication en question, Camille Noûs, se présente en ces termes :

« Camille Noûs » est un consortium scientifique créé pour affirmer le caractère collaboratif et ouvert de la création et de la diffusion des savoirs, sous le contrôle de la communauté académique.

Ce collectif scientifique, comme Bourbaki, Henri Paul de Saint Gervais ou Arthur Besse en mathématiques, ou Isadore Nabi en biologie, prend l’identité d’une personnalité scientifique qui incarne la contribution collective de la communauté académique. Plus précisément, Camille Noûs est un individu collectif qui symbolise notre attachement profond aux valeurs d’éthique et de probation que porte le débat contradictoire, elle est insensible aux indicateurs élaborés par le management institutionnel de la recherche, elle sait ce que nos résultats doivent à la construction collective. C’est le sens du « Noûs », porteur d’un Nous collégial mais faisant surtout référence au concept de « raison » (ou « esprit » ou « intellect ») hérité de la philosophie grecque.
——————————-Chères et chers collègues,
J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 119 de Genèses, entièrement rédigé par Camille Noûs.
Un numéro qui met en perspective les réformes actuelles de l’ESR et la résistance des enseignants chercheurs et chercheurs.
Il est téléchargeable sur CAIRN.

Bien cordialement
I. B pour le comité de rédaction de Genèses.


SOMMAIRE
Hommage à Jean-Claude Chamboredon, p. 3

POUR L’UNIVERSITÉ, POUR LA RECHERCHE

Sciences en danger, revues en lutte
Collectif des revues en lutte et Camille Noûs, p. 5

1. Contenus et acteurs des réformes

Qui dirige les machines à réformer l’université et la recherche en France ? Portraits comparés de l’Agence nationale de la recherche et de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (2005-2019)
Camille Noûs, p. 20

L’expert et le profane : qui est juge de la qualité universitaire ?
Camille Noûs, p. 51

Injonction comptable et révolution culturelle à l’Université
Camille Noûs, p. 73

Lingua Technicarum Instructionum. Analyse lexicale et sémantique du « Cahier des charges établi en vue de l’élargissement des compétences des universités prévu par la loi relative aux libertés et responsabilités des universités »
Camille Noûs, p. 88

Normes du travail scientifique et normes du marché
Camille Noûs, p. 113

Leur recherche et la nôtre
Camille Noûs, p. 121

2. L’Europe des précaires

Précarité dans l’enseignement supérieur. Allocataires et moniteurs en sciences humaines à la fin des années 1990
Camille Noûs, p. 132

Construire son objet dans un contexte universitaire international et précaire
Camille Noûs, p. 144

Tenir ou partir. Témoignage d’un parcours doctoral et postdoctoral en Suisse
Camille Noûs, p. 161

Flexibles prestataires de services pour la science
Traduit de l’allemand par Camille Noûs, p. 169

3. Mobilisations

Engagement et distanciation à Sauvons la recherche (SLR). Une sociologue des mouvements sociaux dans l’action
Camille Noûs, p. 176

Quelle Europe pour l’Université ? Dix questions de Sauvons l’Université (SLU) aux candidats aux élections européennes (28 mai 2009)
Camille Noûs, p. 191

Slow Science – la désexcellence
Camille Noûs, p. 199

Les manifestations de casseroles de 2012 au Québec, entre réparation politique et éveil civique
Texte importé par Camille Noûs, p. 209

Des droits de grève dans l’Enseignement supérieur et la Recherche
Camille Noûs, p. 224

LECTURES

Écouter pour comprendre
(À propos de : Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Raisons d’agir, 2019)
Christian Baudelot et Camille Noûs, p. 229

(Petites) notes de lecture par gros temps
(À propos de : « Les pêcheurs dans le Maelström » (1995 [1980]), de Norbert Elias ; Le vol de l’histoire (2015 [2006]), de Jack Goody ; Dette : 5000 ans d’histoire, de David Graeber (2016 [2011] ; L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940 (1990 [1946]), de Marc Bloch)
Camille Noûs, p. 237

-- 
Isabelle BACKOUCHE
https://academia.hypotheses.org/16706

Directrice d'Études, EHESS, Histoire urbaine. Les territoires d’une capitale, XIXe-XXe siècles
Centre de Recherches Historiques (CRH, UMR 8558)
54, Bd Raspail, 75006 Paris
Paris transformé. Le Marais 1900-1980 : de l'îlot insalubre au secteur sauvegardé, Paris, Créaphis, collection Lieux habités, 2019
https://www.faire-savoirs.com/

Parution – « Du singulier au collectif : construction(s) discursive(s) de l’identité collective dans les débats publics »

Paola Paissa et Roseyne Koren (dirs)

Du singulier au collectif : construction(s) discursive(s) de l’identité collective dans les débats publics
 
 


Les articles réunis dans ce volume explorent les interactions d’instances singulières et collectives dans un corpus de discours construisant une identité collective (celle d’un groupe, d’un mouvement, d’un parti, etc.). Refusant la vision dichotomique qui sépare les notions de singulier et de collectif, ainsi que les dimensions de l’individuel et du social, le volume souligne et analyse à dessein leur interdépendance foncière. L’observation des dispositifs énonciatifs et des enjeux argumentatifs de la construction des identités singulières et collectives porte sur des genres discursifs variés, du discours institutionnel, plutôt normé et prévisible, jusqu’à des genres moins contraignants issus de la société civile (chartes de mouvements associatifs, récits, guides touristiques, sketchs comiques, tracts, pétitions, correspondance privée, etc.). L’analyse mobilise et réinterroge ainsi plusieurs notions clés de la rhétorique, de l’argumentation et de l’analyse du discours, telles que l’ethos (individuel et collectif), l’auditoire réel ou imaginaire, le point de vue, le stéréotype, le genre et la mémoire discursive collective, la temporalité dans l’argumentation (références au « précédent » ou aux exemples historiques, mais aussi à une identité présente, éphémère et transitoire). Les articles révèlent enfin l’importance d’un couple notionnel inédit, formé par un « je initiateur », fondateur d’une collectivité encore inexistante, et par un « locuteur collectif », porte-parole d’une collectivité déjà existante. Du singulier au collectif explore donc quelques-uns des constituants fondamentaux de l’énonciation : la prise de parole individuelle du sujet ou l’intersubjectivité et la co-énonciation, la « sur » ou la « sous-énonciation », l’attribution et l’analyse d’un trait énonciatif spécifique, la responsabilité individuelle et/ou collective liant l’énonciation à l’action.


  Vers le site de l’éditeur (ne vend pas d’exemplaire, à retrouver en librairie)  : http://www.lambert-lucas.com/livre/du-singulier-au-collectif-constructions-discursives-de-lidentite-collective-dans-les-debats-publics/


 
 
 

Parution – « Lignes de terre. Écrire le monde rural aujourd’hui »

Bonjour,
 
J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon essai Lignes de terre. Écrire le monde rural aujourd’hui, publié par Classiques Garnier/Lettres modernes Minard (coll. « Bibliothèque des lettres modernes »). Voici le lien avec le site de l’éditeur:
 
Jean-Yves Laurichesse