Archives mensuelles : octobre 2020

AAC – « Formes discursives. Mémoire et identité(s) »

AAC : Formes discursives. Mémoire et identité(s) (Bacău, Roumanie, 15 et 16 avril 2021)

Appel à contributions

Conférence internationale

Formes discursives.

Mémoire et identité(s)

Bacău, Roumanie : 15 et 16 avril 2021

Pour en savoir plus, lire le fichier joint

(date limite de réponse : 15 janvier 2021)

Annonce de parution – « De la contagion »

Chères et chers collègues,

J’ai le plaisir de vous transmettre une annonce de parution d’un ouvrage collectif susceptible de vous intéresser, préparé au sein du Centre de recherches historiques de l’EHESS.

De la contagion, sous la direction de Béatrice Delaurenti et de Thomas Le Roux est publié aux éditions Vendémiaire.

Cordialement

Catherine Fhima
EHESS – CRH

—————————————

De la contagion

Béatrice DELAURENTI, Thomas LE ROUX (dir.)

Épidémies, mouvements de foule, frénésie de la valse, possessions démoniaques, modes vestimentaires…
De la diffusion du Covid-19 sur l’ensemble de la planète à la pollution généralisée des espaces naturels,
du mouvement MeToo aux rumeurs qui se propagent comme un feu de poudre sur les réseaux sociaux,
des attaques de hackers aux bâillements qui se transmettent irrépressiblement d’un individu à un autre,
la contagion, loin d’être uniquement un concept médical, est un processus omniprésent dans le monde
d’aujourd’hui, aussi bien à l’échelle des nations qu’à celle des événements les plus infimes de notre vie
quotidienne. Dépassant l’actualité à partir de cas précis allant de l’Antiquité à l’époque contemporaine (lutte contre
la variole au XVIIIe siècle, assimilation de l’antisémitisme à une maladie contagieuse, propagation des
innovations chez les enlumineurs et sculpteurs du Moyen Âge ou inquiétante contamination de la planète
par la diffusion de particules radioactives…), des chercheurs venus de tous les horizons tracent les
contours de ce phénomène multiforme – clé de compréhension des temps à venir.

https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/beatrice-delaurenti/de-la-contagion-beatrice-delaurenti-thomas-le-roux-dir/

Parution : A. Wrona et M.-E. Thérenty (dir.), « L’écrivain comme marque »

Parution : Adeline Wrona et Marie-Ève Thérenty (dir.), L’écrivain comme marque, Sorbonne Université Presses.  Si l’on voit pourquoi Nespresso dépense une fortune pour faire de Georges Clooney son ambassadeur what else, il est peut-être plus difficile de comprendre le gain que la marque espère tirer de l’association avec un écrivain comme David Foenkinos, publié dans la prestigieuse collection « Blanche » chez Gallimard. Et si le profit escompté par l’écrivain est uniquement financier, alors comment comprendre que Victor Hugo accepte que son nom soit utilisé gratuitement par une marque d’encre ? Les liens entre la littérature et les stratégies de marque sont étroits, complexes et anciens comme en témoigne la construction de marques-auteurs par le symboliste Remy de Gourmont ou par le romancier contemporain Guillaume Musso. Ce livre propose d’utiliser des notions venues de l’analyse des médias et du marketing pour expliquer des pratiques d’écrivains (autopromotion, médiatisation, produits dérivés) et des stratégies d’éditeurs du XIXe siècle à aujourd’hui. L’ouvrage, rédigé par des chercheurs issus de plusieurs disciplines, prend en compte l’ensemble des médias (presse, télévision, internet) en montrant comment l’écrivain s’adapte à l’évolution des contextes culturels et marchands. Sur le site de l’éditeur :https://sup.sorbonne-universite.fr/catalogue/litteratures-francaises-comparee-et-langue/lettres-francaises/lecrivain-comme-marque

Table des matières Introduction, par Marie-Ève Thérenty et Adeline Wrona

Première partie : Dispositifs juridiques et logiques symboliques : le marketing d’auteur
Matthieu Letourneux, « Gérard de Villiers présente : marque déposée et auctorialité architextuelle »
Sarah Mombert, « La marque Alexandre Dumas »
Valérie Jeanne-Perrier, « Une coquette conquête de la visibilité par Tatiana de Rosnay ou les cheminements contraints des figures de l’écrivain sur les réseaux sociaux »
Caroline Marti, « Plasticité et résistance à la “mise en marque” de l’écrivain »

Deuxième partie : L’auteur mis en marque
Marie-Ève Thérenty, « Marque auteur vs marque éditeur : Minuit, une maison terriblement marquée »
Sylvie Ducas, « L’écrivain contemporain entre marque et label, branding et storytelling : lalittérature à quel(s) prix ? »
Ambre Abid-Dalençon, « La “marque écrivain” au service du brand content »
Olivier Aïm et Annelise Depoux, « L’écrivain à l’enseigne de la ville : logiques sigillaires de valorisation des territoires »
Adeline Wrona, « Orhan Pamuk, marque stambouliote ? Le Musée de l’innocence, ou quand l’écrivain est à vendre »

Troisième partie : Images de marque
Jérôme Meizoz, « Postures d’auteur à l’ère médiatique : présentation de soi ou autopromotion ? »
Ruth Amossy, « Ethos, image d’auteur, marque »
Yoan Vérilhac, « Hoc signo vinces : le pur poète symboliste comme marque ? »
Galia Yanoshevsky, « Potentiel et actualisation du branding dans l’entretien littéraire : le cas d’Amos Oz »
Oriane Deseilligny, « Le geste de l’auteur, la marque de l’écrivain sur Facebook »
Florence Vinas-Thérond, « Remue.net, tierslivre.net, publie.net, nerval.fr, @fbon : l’ereputation de François Bon »

Expériences de la valuation : cycle de conférences-performances


« Tous évalués ! » Peut-on échapper à la tyrannie cette injonction néolibérale ? Sous couvert d’objectivité ou de transparence démocratique, les likes, les notes, les classements, les audits gouvernent nos entreprises et nos institutions dans une course effrénée au résultat. Le cycle de conférences-performances Expériences de la valuation, présenté par Nancy Murzilli (Université Paris 8) à la Maison de la Poésie, se propose d’explorer d’autres modes de production des valeurs à travers des « expériences de valuation » menées par des poètes : que valent les tests d’évaluation du personnel d’une entreprise cotée en bourse ? Comment déjouer de l’intérieur le système d’exploitation capitaliste d’un site de sexcam ? Peut-on réévaluer nos fictions à la lumière de pratiques divinatoires ou de l’ufologie?

Ce programme s’inscrit dans le cadre du Master ArTeC et du projet de recherche-création « Évaluation générale » soutenu par l’EUR ArTeC. Une présentation des trois conférences-performances du cycle est disponible en pièce jointe et sur le carnet de recherche d’Évaluation Générale, à l’adresse : https://evalge.hypotheses.org/3307

Exposition numérique : « Au coeur du marché du livre. Les archives d’éditeurs au Canada »

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer de l’ouverture de l’exposition numérique : « Au coeur du marché du livre. Les archives d’éditeurs au Canada ». Elle est à découvrir sur le site « Littératures mode d’emploi » à l’adresse http://marchedulivre.litteraturesmodesdemploi.org/.

Toutes les informations concernant le projet « Sur les traces de l’éditeur », auquel se rattache cette exposition, sont disponibles à l’adresse https://archiveseditoriales.net/.

Bien cordialement,

Anthony Glinoer et Lucie Hotte (commissaires).

Parution – Territoires de la non-fiction. Cartographie d’un genre émergent

Alexandre Gefen (dir.), 

Territoires de la non-fiction. Cartographie d’un genre émergent, 

Brill/Rodopi, collection « Chiasma », 2020, Volume: 46.

Si les siècles qui précédaient avaient vu le couronnement du roman, la littérature du XXIe siècle débute avec le triomphe du document : écritures de voyage, d’investigation, enquêtes judiciaires ou ethnologiques, autobiographies, factographies, factions, rapports et enregistrements littéraires, et autres formes de récits refusant de se dire fictions occupent nos librairies : émerge sous nos yeux une toute nouvelle littérature d’information, de témoignage, d’inventaire ou de documentation. Or ces textes ne se contentent pas de déjouer les critères des classements des bibliothèques et d’intriguer les théoriciens du récit, ils modifient profondément les catégories du littéraire et imposent leur poétique propre. C’est dire si l’heure est à inventorier et à comprendre les territoires de la non-fiction, genre capital de notre contemporain. 

If the previous centuries had seen the crowning of the novel, the literature of the 21st century begins with the triumph of the document: travel writings, investigative, criminal or ethnological investigations, autobiographies, “factographies”, factions, literary reports and recordings, and other forms of narrative that refuse to call themselves fictions occupy our bookstores : a whole new literature of information, testimony, inventory or documentation is emerging before our eyes. Yet these texts not only thwart the criteria of library classifications and intrigue narrative theorists, they also profoundly modify the categories of the literary and impose their own poetics. In other words, the time has come to inventory and understand the territories of non-fiction, the capital genre of our time.

Lire dans l’Atelier de théorie littéraire un extrait de l’ouvrage…

Table des matières

Alexandre Gefen, Introduction

Les précurseurs d’un genre

Maryline Heck, « Écrire l’instant »

Gaspard Turin, « Édouard Levé, entre fiction et non-fiction »

Anne Coudreuse ,« “ Toutes les images disparaîtront ” »

La question du réel 

Claude Perez, « Subjectiver le document ? »

Laurent Demanze, « Portrait de l’écrivain contemporain en enquêteur »

Cornelia Ruhe, « L’“ exofiction ” entre non-fiction, contrainte et exemplarité »

Dominique Viart, « Légitimité et illégitimité des écrivains de terrain »

Frank Wagner, « Récits de la frontière »

Marie-Jeanne Zenetti, « Littérature contemporaine : un “ tournant documentaire ” »

Morgane Kieffer, « Dire le vrai par le faux »

Expérimentations de l’extrême contemporain

Isabelle Danguy, « Science et non-fiction : Le Chat de Schrödinger »

Yona Hanhart-Marmor, « Poétiques de la voix chez Emmanuel Carrère et Olivier Rolin »

Bruno Thibault, « L’imitation de Jésus-Christ »

Nenad Ivic, « La guerre civile des noms : histoire/littérature/document »

Yaelle Sibony-Malpertu, « Valérie Valère et la colère du sujet »

Francophonie nord-américaine

Sophie Letourneau, « Petit tour d’horizon du Québec et de sa non-fiction »

Eva Voldřichová Beránková, « La trilogie 1984 d’Éric Plamondon »

Croisements génériques

Barbara Metais-Chastanier, « Éthique, esthétique et politique des théâtres de la non-fiction »

Louis Dubost, « Recomposer le néo-polar à l’épreuve de la géopolitique »

Jean-Luc Martinet, « “Cette conformité organique de nos écrits” »

Le rapport à l’image

Henri Garric, « Récits d’expérience : raconter et dessiner la maladie »

Maxime Hureau, « Essai et industries culturelles »

Dominique Vaugeois, « Se situer pour s’instituer »

 

Appel – Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

Chères, chers collègues,
Merci de porter cet appel aux personnes que vous dirigez ou aux chercheurs/chercheuses de cycles supérieurs qui travaillent sur une thématique liée à ce secteur des études du livre au XXIe siècle. C’est l’occasion de mettre en réseau cette relève !
Bien cordialement,
René Audet, Julien Lefort-Favreau et Mélodie Simard-Houde
Appel, version web : https://ex-situ.info/2020/10/etudes-du-livre-au-xxie-siecle-chantiers-etudiants-en-cours-appel/
++++++++++++

Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

Colloque étudiant en ligne organisé par

René Audet (Université Laval / Littérature québécoise mobile)
Julien Lefort-Favreau (Queen’s University/GRÉLQ)
et Mélodie Simard-Houde (Université du Québec à Trois-Rivières / Littérature québécoise mobile)

avec le soutien du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec
(GRÉLQ, Université de Sherbrooke)

Ce « printemps » des études du livre au XXIsiècle vise à mettre en valeur les chantiers de recherche en cours et à mettre en lien les jeunes chercheures d’un domaine scientifique qui se dessine à l’intersection de la littérature contemporaine, de l’histoire du livre et de l’édition, de la culture médiatique et des arts visuels.

Le site de l’événement rendra disponibles, à partir de la semaine du 8 mars 2021 et de façon périodique, les contributions des participantes au colloque. Une discussion ouverte suivra chacune d’elles, pour conduire à un événement-synthèse qui se tiendra dans la semaine du 17 mai 2021.

Argumentaire

La culture numérique a profondément bouleversé, notamment depuis les années 2000, le monde du livre. Les pratiques actuelles de création, d’édition et de lecture se reconfigurent en partie autour de nouveaux formats et supports du livre et de la littérature : livres « enrichis » ou « augmentés », livres numériques, livres audio, applications interactives pour appareils mobiles, hypertextes navigables sur le web. Dans ce processus de métamorphose, l’idée du « livre » – qu’il soit imprimé, numérique ou hybride, « homothétique [1] » ou nativement numérique – occupe toujours une place essentielle, mais penser ses formes, sa production, sa diffusion, son positionnement au sein de la culture ne peut désormais faire l’économie d’une réflexion sur les conséquences de l’entrée dans l’ère numérique.

Les études sur l’édition, le livre et son histoire doivent ainsi prendre acte de ces bouleversements, qui appellent – c’est le constat motivant cette journée scientifique – la définition d’un nouveau champ d’étude, interrogeant spécifiquement le livre – ou les livres – du XXIe siècle. Prenant appui sur la réflexion amorcée dans le monde anglophone des « book studies [2] », cette journée souhaite mettre de l’avant des chantiers émergents pouvant se rattacher aux études sur le livre du XXIe siècle. Quelles sont les implications pour les approches du livre contemporain de ce dialogue ouvert avec la culture numérique ? Comment se positionner critiquement, dans les cultures de langue française, en regard des réflexions déjà entamées à ce sujet dans le monde anglophone ?

Les propositions pourront s’inscrire notamment dans l’un des axes suivants :

  1. Les nouvelles sources des études sur le livre
    L’un des enjeux de l’étude du livre du XXIe siècle est dessiné par ses nouveaux modes de diffusion et de commercialisation. Comment récupérer et utiliser les données provenant des nouvelles sources médiatiques qui tracent l’histoire vivante du livre aujourd’hui, tels les sites d’entreposage numérique, de distribution et de vente en ligne, ou encore les réseaux socio-numériques, où s’expriment des communautés virtuelles de lecteurs ? 
  2. La modélisation des circuits de production et de diffusion du livre
    Comment envisager les nouveaux modèles de production, le rôle des sites d’entreposage, de vente et de diffusion du livre numérique dans la chaîne du livre ? Il serait utile de s’interroger sur la coexistence de modèles de diffusion traditionnels et de plateformes de contenu diffusé en continu. Plus encore, le recours à des stratégies numériques de diffusion du livre papier délimite de nouvelles interactions entre les réseaux sociaux et la commercialisation classique du livre. Comment modéliser ces circuits de production et de diffusion du livre aujourd’hui ? Comment revoir et adapter les modèles et théories antérieurs ?
  3. La périodisation de l’histoire du livre et l’historicisation de ses questionnements
    De nombreuses pratiques du XXIe siècle sont nées à la fin du XXe siècle. Quelles continuités affirmer entre histoire du livre au XXe siècle et au XXIe siècle ? Par ailleurs, comment l’histoire plus ancienne du livre peut-elle éclairer le livre du XXIe siècle et inversement ? Il paraît nécessaire de réfléchir aux questionnements fondamentaux de l’histoire du livre qui persistent quand on aborde le numérique – pensons à l’étude du rôle de l’éditeur et de l’« éditorialisation » sur le web (Vitali-Rosati) ; à l’évaluation des effets des formats et des supports nouveaux sur la création (incorporation par les œuvres et les producteurs culturels d’un imaginaire du support et des formes du livre) comme sur la lecture, à leur incidence sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle, et sur la mondialisation culturelle. 
  4. La perméabilité et les frontières disciplinaires des études sur le livre
    L’histoire du livre s’est d’emblée pensée et affirmée comme un champ d’étude interdisciplinaire [3]. Puisant à la fois à l’histoire, à la science de la communication, aux études culturelles, à la sociologie, aux sciences de l’éducation, aux arts visuels, ses frontières disciplinaires sont délibérément poreuses. Il nous importe de poursuivre une réflexion sur la place du livre dans la culture contemporaine et les pratiques actuelles de consommation culturelle. 
  5. Études du livre et identités subalternes
    Les études du livre sont aussi l’occasion de montrer les convergences entre des luttes politiques subalternes et des moyens de diffusion. En effet, nombre de travaux actuels s’intéressent à des moyens de diffusion marginaux, investis par des groupes affinitaires et politiques aux tendances variées. En parallèle de l’économie du livre s’élaborent des économies alternatives qui sont aussi des modes de vie et d’_expression_ marginalisés. Cela permet de reformuler à nouveaux frais d’anciennes questions de sociologie de littérature : la petite édition (voire la micro-édition, voire l’auto-édition) veut-elle constituer une avant-garde visant à transformer le champ éditorial, ou incarne-t-elle plutôt un pôle contre-culturel, investissant les marges pour y rester ?

Formule de l’événement

Les études du livre au XXIe siècle sont un champ disciplinaire naissant, même si des travaux qui en relèvent ont été menés isolément depuis des années. Nous faisons le pari que l’enrichissement de ces recherches passe par la mise en lien des nombreux⋅ses chercheur⋅e⋅s, autant en poste qu’en formation, qui consacrent leurs efforts à déblayer divers aspects de cette thématique. Nous souhaitons ainsi mettre en valeur les recherches actuelles à travers un événement qui contribuera à mieux tisser une communauté scientifique francophone portant sur les études du livre au XXIe siècle.

De façon à ouvrir largement cette communauté, tant géographiquement que thématiquement, nous avons retenu la formule d’un événement long et asynchrone, un printemps des études du livre au XXIe siècle qui invite aux échanges et aux discussions. Le site web de l’événement publiera à intervalles de petits groupes de contributions scientifiques – des interventions brèves sous diverses formes : exposé filmé, court texte incluant des illustrations, présentation numérique narrée, captation audio, etc. Elles seront commentées ou seront l’amorce d’échanges qui découleront de la problématique, à la façon d’un séminaire. 

Dans la dernière semaine du colloque, un événement-synthèse en direct réunissant tou⋅te⋅s les participant⋅e⋅s permettra de rassembler les lignes de force et les enjeux de ce secteur scientifique, de même qu’en identifier les défis et les problématiques naissantes ou à explorer – tel un acte de naissance d’une nouvelle communauté scientifique.  

Modalités de soumission

Les propositions de communication de 250 mots, incluant une bibliographie et une courte notice bio-bibliographique, doivent être envoyées à lqm.quebec@gmail.com avant le 1er décembre 2020. Le comité d’organisation avisera les participants de sa décision à la mi-janvier 2021.


Notes

[1] Le livre homothétique, par opposition au livre enrichi, est un «livre numérique équivalant, notamment par son format et sa mise en forme, à la version papier du même ouvrage ». Office québécois de la langue française, entrée « livre homothétique », Le grand dictionnaire terminologiquehttp://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche= 26541383

[2] Rachel Noorda et Stevie Marsden, « Twenty-First Century Book Studies : The State of the Discipline », Book History, vol. 22, 2019, p. 370-397, https://doi.org/10.1353/bh.2019.0013

[3] Leslie Howsam, « Réfléchir par l’histoire du livre. » Mémoires du livre / Studies in Book Culture, vol. 7, n° 2, printemps 2016, https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/1900-v1-n1-memoires02575/1037043ar/

Parution – “Symposium on Nathalie Heinich’s Sociology of Values”


Cultural Sociology, 14 (3)“Symposium on Nathalie Heinich’s Sociology of Values”
Béatrice Fleury & Jacques Walter(eds)

 To the publisher’s website: : https://journals.sagepub.com/toc/cusa/14/3

The table of contents (PDF) is attached to the email.Abstract
The present issue includes all six articles that composed the symposium about Heinich’s book Des Valeurs. Une approche sociologique, which appeared across the 31st to 33rd issues of Questions de Communication. The first paper, by Heinich, is an excerpt from her book organised in the form of 10 extracts. The following article by Béatrice Fleury and Jacques Walter (Crem, University of Lorraine) provides an overview of the editorial exchanges and places them in context. Then come the responses by Laurence Kaufmann and Philippe Gonzalez (University of Lausanne), Louis Quéré (EHESS, CNRS), and Danilo Martuccelli (Millennium Nucleus Centre Authority and Power Asymmetries – Université de Paris – Universidad Diego Portales, Chile). The final paper is Heinich’s rejoinder to the critical commentaries.  
——————————–

Les articles originaux en français sont disponibles en accès libre dans la rubrique «Échanges » des livraisons 31 à 33 de la revue Questions de communication :

———————–

Nouvelle parution – « Les héros du retrait »

LES « HÉROS DU RETRAIT » DANS LES MÉMOIRES ET LES REPRÉSENTATIONS DE L’EUROPE CONTEMPORAINEHistoire et fictionsSous la direction de Michel Fabréguet et Danièle Henky
Le concept de « héros du retrait » peut être élargi à toutes les expériences de la guerre au XXe siècle mais aussi au processus de décolonisation, à la contestation de valeurs traditionnelles, à la mise à l’écart volontaire de la vie sociale au sein de sociétés démocratiques.

Parution – G. Sapiro, « Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ? »

Gisèle Sapiro, Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ?, Seuil, octobre 2020.  

Depuis quelques années, la question resurgit avec force : peut-on séparer l’œuvre de son auteur ? Du Nobel attribué à Peter Handke aux César à Roman Polanski, sans parler du prix Renaudot à Gabriel Matzneff, le débat fait rage. De même, le passé nazi de grands penseurs du XXe siècle, à commencer par Heidegger, trouble notre appréciation de leur legs, tandis que l’inscription d’un Céline ou d’un Maurras au livre des commémorations nationales a suscité une âpre querelle. Faut-il considérer que la morale des œuvres est inextricablement liée à celle de leurs auteurs ? Et bannir les œuvres lorsque leur auteur a fauté ? Loin de l’invective, ce court essai entend mettre en perspective, historique, philosophique et sociologique, cette question, en analysant les prises de position dans ces « affaires ». Mais loin du « tout se vaut », il tranche, offrant à chacun les moyens de cheminer intellectuellement sur un terrain semé d’embûches.

Gisèle Sapiro est directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS, spécialiste de l’engagement des intellectuels et des rapports entre littérature et politique. Elle est l’auteure notamment de La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècles), Seuil, 2011, de Les Écrivains et la politique en France. De l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, Seuil, 2018, et de Des mots qui tuent. La responsabilité de l’intellectuel en temps de crise (1944-1945), Points Seuil, 2020.

(Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur)