Archives mensuelles : janvier 2021

Parution – Thomas Frank, « Le philosophe dans l’atelier. Sartre et Giacometti en miroir »

Thomas FRANCK, Le philosophe dans l’atelier. Sartre et Giacometti en miroir, Liège, Presses Universitaires de Liège, coll. « Essai », 2021.

1941. France occupée. Deux hommes se rencontrent à la terrasse de chez Lipp, un café de Saint-Germain-des-Prés. L’un est un artiste en plein doute, héritier du surréalisme, l’autre un philosophe en devenir, sur le point de s’imposer comme une figure dominante de la pensée française. Près d’un quart de siècle plus tard, une brouille les oppose. Chacun a derrière lui une oeuvre monumentale et jouit, dans son domaine, d’une notoriété incontestable. Entre ces deux moments, une amitié profonde s’est nouée, faite de convergences, de distances et d’échanges tant personnels qu’intellectuels. La pensée et l’oeuvre qu’ils ont mûries au cours de ces années se sont réalisées en se confrontant à une même conjoncture historique et sociale et en puisant leurs armes dans une sociabilité à de nombreux égards commune. Jean-Paul Sartre et Alberto Giacometti se rejoignent sans jamais se confondre. Bien qu’ils soient deux penseurs de la liberté, de la recherche artistique et philosophique ininterrompue, de l’homme en situation, ils ne cessent de se mettre mutuellement à l’épreuve. Tous deux s’enrichissent et se singularisent dans la confrontation à l’autre.
En réunissant en constellation différents concepts philosophiques qui sont propres au milieu dans lequel gravitent Sartre et Giacometti – de la contingence à l’engagement –, cet essai propose de relire en miroir deux oeuvres essentielles de la pensée du XXe siècle. Le dialogue critique qui s’en dégage offre plusieurs clefs d’analyse pour l’exercice d’une pensée philosophique, artistique et politique.

Thomas FRANCK est chargé de recherche à La Cité Miroir et collaborateur scientifique à l’Université de Liège où il a réalisé sa thèse de doctorat. Il est l’auteur de Lecture phénoménologique du discours romanesque (Lambert-Lucas, 2017) et prépare la publication d’Adorno en France. La constellation « Arguments » comme dialogue critique aux Presses Universitaires de Rennes.

Table des matières :

Ouverture

Chapitre premier – L’expérience de la contingence        

La pierre brute : naissance du phénomène   

De la dilution de l’objet à sa présence          

L’angoisse du sujet révélée par l’objet         

Deuxième chapitre – Situations de l’artiste          

Premiers mouvements dans le paysage natal

Le socle : quand le sujet s’extrait de la matière       

La liberté en situation : une notion éminemment politique 

Troisième chapitre – L’être-vers-la-mort  

De la mort de Van M. à l’expérience de la guerre   

Mise en branle de l’équilibre des corps        

Sartre, Giacometti et le Nouveau Roman : corps décharnés, corps mutilés

L’épisode des Mots : l’éternel retour et le doute radical      

Quatrième chapitre – Sartre et Giacometti en revues

De La NRF à Critique : multiplication des sociabilités parisiennes

De « La Recherche de l’absolu » aux « Peintures de Giacometti » 

Visages des Temps modernes

Cinquième chapitre – Le corps, espace intersubjectif     

De l’importance du pied comme partie d’un tout    

Du visage à la silhouette (et retour)  

La synthèse du corps, entre émotion et chair sensible         

Sixième chapitre – Engagement artistique et engagement politique     

Idéaux révolutionnaires et critique de la bourgeoisie

À propos des différents régimes communistes et des processus de décolonisation

Rompre avec les institutions et avec la division du travail artistique          

Engagement par l’art et engagement de l’art

Relances        

Bibliographie
URL : http://www.presses.uliege.be/jcms/c_22785/le-philosophe-dans-latelier-sartre-et-giacometti-en-miroir

Appel à communications – « Science-fiction, religion, théologie »

Un appel qui implique des perspectives sociodiscursives.
—————————————————————————


Appel à communication
 
Journée d’étude,  21 avril 2021
 
« Science-fiction, religion, théologie »
 


Lieu  :

Université catholique de Lille, laboratoire Ethics (EA 7446) – Chaire Ethique, technologie et transhumanisme(s)

Modalités  :

En webinaire

Argument : 

Sans en être totalement absentes, la religion et la théologie sont des champs qui sont peu investis par les formes contemporaines de fictions. Un tel constat ne tient pas devant les œuvres de science-fiction qui abondent en références théologiques et religieuses. La littérature de science-fiction recourt en effet fréquemment au référentiel des croyances et des pratiques religieuses, à leurs rôles dans les sociétés, à leurs relations avec les identités, à la façon dont elles codent les rapports au monde et aux autres. Elle traite aussi fréquemment de questions théologiques : les dieux sont souvent présents, ou des formes de vie dont les caractères (omniscience, omniprésence, éternité) les rapprochent des dieux ; plus généralement, bien des romans, films et séries de science-fiction scénarisent des formes du sacré, permettent de poser des questions métaphysiques sur l’origine des choses et leur finalité, sur le Bien et le Mal, sur la finitude, sur la mort et les au-delà, etc. Autant de thématiques que la théologie prend en charge. Ces questionnements sont parfois explicites, parfois implicites, et ne sont pas du tout marginaux : Olaf Stapledon, Philip K. Dick, Arthur C. Clarke, Stanislas Lem, Greg Bear, Dan Simmons, Pierre Bordage, Frank Herbert, Ray Bradbury, Orson Scott Card… la liste semble infinie. Faut-il y voir un intérêt de circonstances ou un élément propre à la démarche de la science-fiction ? Gérard Klein, dans sa préface à l’anthologie  Histoires divines , soutient la seconde hypothèse : « Il peut sembler singulier que la Science-Fiction, tout imprégnée de science positive, ait parfois trouvé une source d’inspiration dans la théologie. Mais à y regarder d’un peu plus près, c’est là une rencontre inévitable. (…) La Science-Fiction confine volontiers au délire d’interprétation, et n’était son caractère affirmé de fiction, elle y sombrerait tout à fait. Or quel domaine offre plus que la théologie un champ vaste et définitif à l’interrogation, à la spéculation et à l’interprétation ! » (Librairie Générale française, Paris, 1983, p. 5)
Comment expliquer ce tropisme religieux de la science-fiction ? L’intérêt pour les religions est-il le fruit de la démarche prospective de la science-fiction ? Est-ce lié à une nature littéraire fondée sur une « problématisation » du monde, cherchant à provoquer un étonnement philosophique ? Est-ce la logique de son projet de construction globale de monde sans avoir à se soucier des catégories disciplinaires, mettant en question la condition humaine dans ses dimensions biologique, politique, sociale, culturelle que spirituelle ?
Ou bien est-ce par l’injonction de cohérence qu’impose la construction de nouveaux mondes ? Comme il s’agit d’imaginer rationnellement le comportement futur ou alternatif de groupes humains ou non-humains, la place du religieux ne peut qu’apparaître comme élément de cohésion ou de mobilisation. Dès lors, comment cela s’articule-t-il avec la science ou la technique, dont on sait qu’elles se sont constituées de façon complexe avec le religieux, en contrepoint, en rupture parfois, en continuité aussi ? Ouvrant à un espace-temps potentiellement infini, la science-fiction développe des récits à l’échelle du cosmos, de dimensions proprement mythologiques. Le religieux est-il mobilisé pour sa dimension cosmologique, sa capacité d’inventer des univers dont l’efficacité fictionnelle dépend de leur vraisemblance, ou bien pour son intérêt propre ? La religion, ou la théologie, intéressent-elles la science-fiction car elles voisinent avec la cosmologie et la réflexion sur son sens, son origine et sa destination, ne serait-ce que pour écarter ou adopter l’hypothèse d’une divinité créatrice ou faisant corps avec le monde ? Ou bien cette proximité est-elle liée au décentrement radical de la science-fiction qui fait d’elle une littérature ouverte sur le mystère ?
Et, en retour, qu’est-ce que la science-fiction nous apprend sur la religion ? La réflexion de la science-fiction est d’autant plus intéressante qu’elle peut s’affranchir de toute reproduction du réel tout en se devant d’être réaliste : les religions imaginées apparaissent ainsi autant d’expériences de pensée qui ont un effet miroir sur nos croyances et nos dénis. Cette liberté permet aussi de court-circuiter la question du pluralisme religieux, présent de facto, car la science-fiction ne traite pas le plus souvent des religions présentes, mais de religions qui soit n’existent pas, soit s’apparentent aux religions que nous connaissons, mais selon des modalités qui les en différencient. Ne délivre-t-elle pas dès lors, par ses détours, des leçons sur la place du sacré, du théologique et des religions dans notre monde ?

Axes :

Les contributions pourront s’intéresser aux relations entre science-fiction, religion et théologie à travers des formes de fiction variées (romans, films, séries, bandes dessinées, jeux vidéo). Elles pourront soit s’intéresser à des œuvres singulières, soit proposer une perspective transversale ou englobante. Elles pourront concerner tout autant la façon dont la religion et la théologie sont traitées par des œuvres de science-fiction que la façon dont des œuvres de science-fiction ont pu influencer des religions ou peuvent constituer des outils qui offrent matière à penser pour la théologie prise ici au sens général d’un discours rationnel sur le divin. 
Parmi les sujets possibles, sans que cette liste soit limitative :
–            Science-fiction et la question de Dieu
–            Science-fiction et new age
–            Science-fiction et religions séculières
–            Science-fiction et nouvelles religions
–            Science-fiction et révélation
–            Science-fiction et théologie
–            Le sacré dans la science-fiction
–            … 

Comité scientifique  :

–          Ugo Bellagamba (Université Côte d’Azur)
–          Franck Damour (Université catholique de Lille)
–          David Doat (Université catholique de Lille)
–          Dominique Foyer (Université catholique de Lille)
–          Carole Guesse (Université de Louvain)
–          Jessica Lombard ( Université du Piémont Oriental )
–          Jean-Guy Nadeau (Université de Montréal)
–          Tyler Reigeluth (Université catholique de Lille)
–          Natacha Vas-Deyres ( Université Bordeaux Montaigne)

La journée d’étude constituera un  workshop préparatoire en vue d’ un colloque ultérieur plus complet. Les interventions feront l’objet d’une présentation de 20 min et serviront de support à une discussion. Elles donneront lieu à la remise d’une rédaction plus complète par la suite, à la publication du texte dans un numéro spécial d’une revue référencée, et à sa présentation dans le cadre d’un colloque à venir (2022). Les propositions seront composées d’un  abstract  de 500 mots maximum, d’une brève bibliographie et d’une présentation biographique.

Date de remise de l’ abstract  :  1er  mars 2021 .

Réponse du comité scientifique :  5 mars 2021

Contact :  Franck Damour –  franck.damour@univ-catholille.fr

Colloque humanités numériques

Bonjour à tous et toutes,
Je vous informe de l’organisation d’une première journée dans le cadre du colloque EVEILLE (Exploration et Valorisation Électronique de corpus), organisé par ILLE (Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes) de l’Université de Haute Alsace, et distribué sur 5 journées (entre janvier et mai 2021). Ce colloque vise à réunir des enseignants-chercheurs, des responsables de fonds patrimoniaux et culturels et des spécialistes en humanités numériques, ingénieurs et développeurs informatiques, pour analyser comment l’appréhension des données des Sciences Humaines et Sociales se trouve renouvelée de nos jours par les outils de l’informatique et de la communication numérique. Il s’adresse aux spécialistes en littératures et langues européennes, histoire de l’art, histoire du livre ou encore ingénierie documentaire, masterant·e·s, doctorant·e·s ou chercheur·e·s confirmé·e·s, qu’ils souhaitent s’initier aux humanités numériques ou qu’ils en soient déjà des praticiens chevronnés. Plus d’information sur : https://eveille.sciencesconf.org/
Cette première journée, dédiée aux bases de données en SHS, aura lieu vendredi 22 janvier de 9h à 16h30. Parmi les intervenants figure Julien Müller (ANR Bureau des Longitudes).
Je joins le programme.

Bien cordialement à tous,
Nicolas Brucker

Professeur de littérature française (XVIIIe siècle)
Centre Ecritures (EA3943) http://ecritures.univ-lorraine.fr/
Directeur-adjoint de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine (USR 3261)

Attachment: Programme_22-01-21.pdf
Description: Adobe PDF document

Appel à contributions – Dossier « Prix : querelles et consécrations », de la Revue interFACES (UFRJ)

Chères et chers collègues,
Vous trouverez ci-joint un appel à contributions pour le v. 31, nº 2 de la revue interFACES (ISSN 1516-0033), revue interdisciplinaire biannuelle du Centre des Lettres et des Arts (CLA) de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, Brésil (UFRJ). Les articles peuvent être rédigés en portugais, en italien, en français ou en espagnol.

Prix : querelles et consécrations
Un prix indique, dans un premier temps, l’importance d’une œuvre dans son domaine et la légitimité de son auteur auprès de ses pairs. Les discours qui l’entourent révèlent cependant des alliances et des querelles rattachées aux valeurs qui dirigent le champ de production auquel le prix se rapporte, comprenant parfois les sphères du politique et de l’économique. L’attribution des prix et le fonctionnement des institutions qui les décernent attirent souvent l’attention de la presse, attentive aux nouveautés, aux questions et aux scandales qu’ils suscitent. Les prix mobilisent en outre des moyens de plus en plus modernes de reproduction et de diffusion de l’œuvre lauréate, ce qui met en jeu d’importantes sommes d’argent. Dans certains cas, il est également possible de percevoir des phénomènes médiatiques liés à l’attribution d’un prix, comprenant les adaptations de l’œuvre, de la composition ou de l’idée récompensée et la transformation d’auteurs, d’artistes, de musiciens ou de créateurs en personnages célèbres. Ce numéro de la revue interFACES reçoit des articles qui portent sur des questions concernant les prix et/ou les institutions qui les décernent dans les domaines des arts, du design, des lettres, de la linguistique, de la musique, de l’architecture et de l’urbanisme ; qui discutent la formation d’un canon lié à des distinctions et à la consécration ; et qui interrogent la relation entre les instances de production (lauréats ou postulants) et les instances de diffusion et/ou de réception. La revue accueille les collaborations de chercheurs dans les domaines des arts, du design, des lettres, de la linguistique, de la musique, de l’architecture et de l’urbanisme, sous la condition que celles-ci soient inédites.
Date limite de soumission : avant le 31 août 2021.
Parution prévue : décembre 2021.

Les articles : entre 10 et 20 pages (notes, résumés et références compris) ; police Times New Roman 12 ; interligne 1,5 ; les quatre marges de la page doivent être fixées à 3cm.

Site de la Revue : https://revistas.ufrj.br/index.php/interfaces/about.
Responsables:
• Fabiano Dalla Bona (UFRJ) • CV • e-mail
• Zadig Gama (UFRJ) • CV • Academia.edu • e-mail
 
Zadig Gama
Universidade Federal do Rio de Janeiro
Doctorant en Lettres Néolatines (Littératures de langue française)
 
 

Attachment: Chamada-Appel interFACES pt.-fr..pdf
Description: Adobe PDF document

Appel à communications – « Les femmes dans le discours colonial avant 1900 »

Association canadienne d’études francophones du XIXe siècle (ACÉF-XIX) 

Congrès des sciences humaines, Université de l’Alberta 

Edmonton, Alberta, Canada, 30 mai – 1er juin 2021 

Atelier

Les femmes dans le discours colonial avant 1900 

Au cours du XIXe siècle la France connaît une période de « second souffle colonial lié, en grande partie, au développement du libéralisme, au retour du patriotisme de drapeau et, surtout, aux besoins de la révolution industrielle » (Dulucq et al., 2008). Le monde colonial se révèle essentiellement sous son aspect masculin : soldats, laboureurs, défricheurs, fonctionnaires ou commerçants en sont les premières silhouettes. Un ensemble de documents divers construisent des discours coloniaux dont le pluriel marque la diversité : littérature, journalisme, écrits de voyage, rapports politiques… Dans ces discours à plusieurs facettes, la présence des femmes, considérablement plus effacée que celle des hommes, se signale pourtant par de multiples échos qui portent sur le rôle des compagnes des colons (dont le cas particulier des “créoles”), l’action des missionnaires et des enseignantes, les activités des commerçantes ou des intellectuelles et les migrations féminines – pour n’en donner que quelques exemples. 

Qu’elles soient réputées être du côté des “aventurières en crinoline” (Mouchard, 1987) ou des “indigènes”, les femmes sont donc prises en compte par les discours coloniaux et elles contribuent parfois même à les construire. Dans cet atelier, nous aimerions accueillir des réflexions, des commentaires, des présentations sur la manière dont les femmes s’immiscent dans les discours coloniaux tant au niveau physique qu’au niveau social – comme catégorie qui réclame sa place dans ce qui peut finalement être défini comme un discours colonial « dominant et élitiste » (Rodet, 2009).  

La prochaine rencontre annuelle de l’Association canadienne d’études francophones du XIXe siècle (ACÉF-XIX) aura lieu dans le cadre du Congrès des sciences humaines, sur une plateforme entièrement virtuelle de l’Université de l’Alberta (Edmonton, Alberta, Canada) du 30 mai au 1 juin 2021.  

Nous sollicitons dès à présent des propositions de communication (250 mots environ, pour une communication préenregistrée de 10 minutes environ) pour l’atelier 3 mentionné ci-dessus. 

Notez que la Fédération fournira les outils nécessaires pour guider les conférenciers dans l’enregistrement de leur présentation. Les présentations préenregistrées seront disponibles à la demande dès le 25 mai.  

Les échanges entre les participants auront ensuite lieu dans des sessions en direct selon un programme préétabli entre le 30 mai et le 1er juin.  

Prière d’envoyer votre proposition de communication en indiquant Atelier 3 : Les femmes dans le discours colonial avant 1900, et en incluant une brève notice biobibliographique à l’adresse électronique de l’association : acef19e@gmail.com.  

Date limite : lundi 8 février 2021 

Bibliographie indicative :  

ALLMAN, Jean-Marie, GEIGER, Susan et MUSISI, Nakanyike (dir.), Women in African colonial histories, Bloomington, Indiana University Press, 2002. 

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François et STORA, Benjamin (dir.),  Les Mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. 

HUGON, Anne (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale, Paris, Karthala, 2004. 

KNIBIEHLER, Yvonne et GOUTALIER, Régine, La Femme au temps des colonies, Paris, Stock, 1985.  

MONICAT, Bénédicte, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam, Rodopi, 1996. 

MOUCHARD, Christel, Aventurières en crinoline, Paris, Seuil, 1987. 

RODET, Marie, Les Migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala, 2009. 

ROGERS, Rebecca et BOUSSAHBA-BRAVARD, Myriam (dir), Women in International and Universal Exhibitions, 1876–1937, New York, Routledge, 2018. 

RUSCIO, Alain, Le Credo de l’homme blanc, Bruxelles, Complexes, 1996. 

SAAÏDIA, Oissila et ZERBINI, Laurick (dir.),  La Construction du discours colonial. L’empire français aux XIXe et XXe siècles, Paris, Karthala, 2009. 

YEE, Jennifer, Clichés de la femme exotique. Un regard sur la littérature coloniale française entre 1871 et 1914, Paris, L’Harmattan, 2000. 

Numéros de la revue Clio. Femmes, genre, histoire  

Corina Sandu, Ph.D.

Appel à contributions – « Convergences francophones » – « Littérature et industrie(s) »

Chers et chères collègues,

Vous trouverez en fichier joint un appel à contributions pour le numéro 7.2 de la revue Convergences francophones (ISSN 2291-7012) dont le thème est « Littérature et industrie(s) ».

Les articles (6 000 à 8 000 mots), rédigés en français, sont attendus pour le 15 juin au plus tard.

Bien cordialement,

Ioana Marcu et Ramona Maliţa

Departamentul de Limbi si literaturi moderne
Facultatea de Litere, Istorie si Teologie
Universitatea de Vest din Timisoara, Romania

Attachment: Littérature et industrie(s)_appel.pdf
Description: Adobe PDF document

Parution – BB Malela, « Édouard Glissant. Du poète au penseur »

Chères et chers collègues,

je vous annonce la parution de mon nouvel ouvrage :

Édouard Glissant. Du poète au penseur

Préface de Romuald Fonkoua (Sorbonne Université)

Paris, éd. Hermann, coll. Savoir Lettres, 2020, 570 pages ISBN : 9791037005007

Le parcours social d’Édouard Glissant, l’analyse de sa pensée créatrice et de son discours littéraire développé entre 1950 et 2011, laissent transparaître l’existence de deux moments décisifs dans son traitement de la question du monde et du sujet : entre 1950 et 1981, le « temps du poète », et, entre 1982 et 2011, le « temps du penseur ». Ce parcours s’objective dans des choix qui ont orienté la conception de ses productions textuelles. Ces dernières expriment une poétique discontinue et confirment sa posture de poète et de penseur.

Buata B. Malela est maître de conférences habilité à diriger des recherches (Sorbonne Université) en littératures francophones à l’Université de Mayotte et chercheur associé à l’Université Libre de Bruxelles. Ses recherches portent sur les littératures francophones (Afrique, Antilles, Europe et océan Indien), la théorie de la littérature et les cultures populaires francophones (pop-musique).

image.png

Lien : https://www.editions-hermann.fr/livre/9791037005007

Annonce de parution – Quêtes littéraires, n° 10 (2020) « Caricature : l’art de la démesure »

Chères/Chers Collègues,

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution du 10e numéro de la revue Quêtes littéraires : « Caricature : l’art de la démesure »:

https://czasopisma.kul.pl/ql/issue/view/485

Bonne lecture!

Bien cordialement,

Edyta Kociubińska

Nouveau numéro de la revue « Itinéraires. Littérature, textes, cultures » : “Discours animal”

Bonjour à toutes et à tous,

L’équipe de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures est heureuse de vous annoncer la parution de son dernier numéro, “Discours animal. Langages, interactions, représentations” (n° 2020-2, décembre 2020), dirigé par Laura Goudet, Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon.

Le numéro est en ligne et en accès ouvert : https://journals.openedition.org/itineraires/6587

En vous souhaitant bonne lecture et une très bonne nouvelle année,

L’équipe d’Itinéraires. LTC
*|MC_PREVIEW_TEXT|*

N° 2020-2 Discours animal. Langages, interactions, représentations
Sous la direction de Laura Goudet, Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon
  Les frontières spécistes évoluent à l’aune des courants animalistes et débats sur le droit animal, et l’humain reprend sa place d’animal parmi les autres. De même, les formes de langage animal sont dessinées et affinées par le filtre de disciplines comme la zoologie, l’anthropologie, ou même l’éthologie ou la zoosémiotique, de sorte que l’opposition humain-animal s’estompe. Dans ce numéro se sont rassemblé·e·s des chercheur·e·s qui donnent la parole aux animaux en tentant de comprendre leur point de vue. Linguistes, sémioticien·ne·s, philosophes ou encore spécialistes de littérature, ce sont autant de voix qui portent une linguistique au-delà de l’humain.
  Laura Goudet, Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon Écouter les animaux parler. Présentation du numéro

Paroles animales en littérature   Aude Volpilhac « Le rossignol trouvera bon de parler lui-même de soi-même ». Discours animal et subversion libertine dans les États et Empire du Soleil de Cyrano de Bergerac   Élisabeth Plas « (Ainsi parlent les araignées) » : Les prosopopées sans anthropocentrisme de l’histoire naturelle romantique   Sophie Milcent-Lawson
Imaginaires zoolinguistiques : des langues animales dans la fiction littéraire

Maria do Rosário Girão Ribeiro Dos Santos
Chiens sentients : du langage émotif au discours critique

  D’une faculté de langage des animaux
Mouhamadou El Hady Ba
Sapiens Animalis. La pensée spécifie-t-elle l’humain ?

Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon
La linguistique et le langage animal. Résistances, décentrements, propositions

Chloé Mondémé
Une linguistique au-delà de l’humain ?
 
Anthropomorphismes et zoo-anthroponymies   Irina Kor Chahine De l’animalisation à la neutralisation : fonctionnement des verbes de bruit associés aux animaux

Elsa Eskenazi et Marie-Anne Paveau
Les affichettes d’animaux perdus. Discursivité, agentivité, anthroponymie

Lian Chen
Les stéréotypes dans la zoo-anthroponymie française et chinoise
Prochains numéros
2020-3 : Le rap : une poésie de performance
2021-1 : Le merveilleux scientifique
2021-2 : Race et discours. Langues, intersectionnalité, décolonialités
2021-3 : Écoféminismes : récits, pratiques militantes, savoirs situés

Appel à communications – « S’évader au Moyen Âge : entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale »

Chers et chères collègues,

Vous trouverez en fichier joint un appel à communications pour le colloque « S’évader au Moyen Âge : entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale » qui se tiendra à Autun (en partenariat avec le Centre d’histoire vivante) les 7 et 8 octobre 2021.

Les propositions (2 000 signes) sont attendues pour le 30 mars au plus tard. Ce colloque se veut pluridisciplinaire : toutes les approches théoriques et disciplinaires sont les bienvenues.

En vous souhaitant une belle semaine et une belle année,

bien cordialement,

Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton

*********************************************
  Appel à communications pour le colloque   S’évader au Moyen Âge : entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale   Autun, 7-8 octobre 2021   Coordonné par Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton, en partenariat avec le Centre d’histoire vivante d’Autun   Qu’il s’agisse de rejouer des batailles de fantasy en GN, de dévorer des mets rôtis lors d’une fête médiévale dans une logique toute carnavalesque[1], de re-créer des gestes techniques en lien avec l’artisanat de l’époque ou de raconter des histoires de princesses et de chevaliers, le Moyen Âge reste dans l’imaginaire collectif associé à une notion de plaisir. Cette facette est l’opposée de celle qui associe également souvent la période médiévale aux qualificatifs « sale » et « obscur »[2]. En réponse à un Moyen Âge repoussant, il est aussi possible de « partir en vacances » au Moyen Âge comme l’on voyagerait dans un pays lointain, à la fois dépaysant et familier[3]. Le médiévalisme offre une porte d’entrée privilégiée dans cette période réinventée ou ressuscitée.   Dans la continuité de plusieurs colloques et publications[4] portant sur la thématique de la résurgence du Moyen Âge au XXIe siècle, nous souhaitons mettre l’accent sur les manières dont cette époque est utilisée pour proposer une rupture avec le quotidien. Se posent alors les questions suivantes : comment et pourquoi choisit-on de s’évader au Moyen Âge ? Comment et pourquoi cette période joue-t-elle particulièrement un rôle d’échappatoire face au quotidien ?   Afin de proposer des pistes de réflexion, deux axes majeurs sont envisagés. Le premier porte sur les fictions qui mettent en scène le Moyen Âge : en quoi celles-ci deviennent-elles des échappatoires ? Le second axe met l’accent sur la corporéité et questionne l’expérience corporelle comme outil d’évasion dans un autre temps.    

1)                 Les fictions comme échappatoires   L’escapism, ou la tendance à rechercher dans la fiction une échappatoire trompeuse à la réalité, a souvent été considéré comme une dérive négative de la littérature et des domaines de l’imaginaire. L’on accuse – accusait ? – les jeunes lecteurs, principalement, de refuser de grandir en restant attachés à des univers enfantins, souvent considérés à tort comme simplistes et donc nocifs pour leur formation. Le cadre médiéval, par sa propension à mettre en scène des aventures merveilleuses, des combats épiques et des créatures fabuleuses, apparaît comme une cible de choix pour ces reproches, mais est-ce là le seul intérêt divertissant du Moyen Âge ? Le cinéma et la télévision ont rapidement subi les mêmes commentaires, étant opposés par leur nature a priori divertissante à d’autres pratiques – scolaires notamment –, quant à elles jugées plus pertinentes car plus utiles à éduquer la jeunesse. Dans ce cadre, s’évader dans le médiévalisme, littéraire ou audiovisuel, peut être vu comme une démarche d’évitement de la réalité, comme cherche par exemple à le faire la princesse Bean dans la série animée Désenchantée.   Pourtant, certains auteurs revendiquent au contraire le pouvoir philosophique et psychologique de cette échappatoire par la littérature médiévaliste (T.H. White, The Book of Merlyn), en montrant que l’évasion temporaire au Moyen Âge peut s’avérer bénéfique pour mieux prendre du recul sur les dilemmes du quotidien (Camelot 3000). Doit-on voir, accentuée depuis quelques décennies, une volonté de revaloriser cette échappatoire comme une conséquence positive de la littérature ? Ou doit-on plutôt comprendre que les pratiques narratives ont évolué, en intégrant un contenu pédagogique ou scientifique à un cadre divertissant, évitant de fait d’éventuels reproches d’escapism ? Des chercheurs, enseignants et spécialistes de la période médiévale peuvent d’ailleurs apprécier certaines productions médiévalistes, et y trouver un intérêt historique et pédagogique, sans s’arrêter aux choix anachroniques des créateurs (Vikings, Kaamelott). Comment articuler savoir scientifique et goût pour le divertissement ?   L’expérience ludique est un autre moyen de s’échapper du quotidien, durant un temps donné. Ainsi, les jeux de plateau prenant pour thème le Moyen Âge ou ses déclinaisons fantastiques sont légions (Troyes, Les bâtisseurs, Kingdomino, etc.), de même que les jeux vidéo, qu’il s’agisse de combattre comme au Moyen Âge (Medieval total war, par exemple) ou d’explorer un univers médiéval (plusieurs opus de la série Assassin’s Creed, The Witcher,ou encore, Kingdom come deliverance). L’entrée dans un autre temps est aussi permise par la narration et la pratique du jeu de rôle. Nombreux sont ceux qui prennent pour cadre une période médiévale, plus ou moins proche de la réalité historique (le célèbre Donjons & Dragons, mais aussi Rolemaster, Miles Christi, Nightprowler, etc.). Ainsi, le jeu est porteur de diverses représentations de l’époque médiévale et tend à produire un cadre, au sein duquel le Moyen Âge devient un décor. Comment celui-ci facilite-t-il l’immersion dans la pratique ludique ? Mais aussi, comment l’activité ludique revisite-t-elle le passé ?  

2)      La corporéité comme outil d’évasion dans un autre temps Le second axe fait référence à un Moyen Âge expérimenté « par corps ». L’évasion est ici permise par des expériences sensorielles et corporelles. Il peut s’agir des pratiques d’histoire vivante[5], mettant en jeu des re-créations gestuelles, aussi bien du point du vue des artisanats et des modes de vie révolus (reconstitution historique) que du côté des savoir-faire techniques martiaux (par exemple, avec les Arts martiaux historiques européens). Comment ces pratiques d’histoire vivante produisent-elles de nouveaux espace-temps et permettent-elles un dépaysement ? Comment s’échappe-t-on au Moyen Âge, sans pour autant abandonner le monde contemporain ? Dans la continuité de ces pratiques de loisirs expérimentées corporellement, comment l’imaginaire permet-il une approche différente de l’histoire ? C’est le cas, par exemple, des fêtes médiévales (au sein desquelles une liberté de représentation du Moyen Âge est souvent présente), des reconstitutions de fiction (notamment des batailles de la Guerre de l’Anneau) et aussi des jeux de rôle grandeur nature. Entre « Fantasy et Histoire(s)[6] », la période médiévale apparaît comme un support permettant l’_expression_ d’un engagement corporel associé à un passé réinventé.   Autres formes d’expérimentations par le corps, souvent oubliées dans les pratiques de mises en vie : le théâtre et la musique. En effet, le théâtre historique, qu’il soit sur scène ou dans la rue (sous forme de saynètes, par exemple), expose aussi des fragments rejoués de l’histoire médiévale. De la même manière, les re-créations de sons issus du passé (par le biais de la reproduction d’instruments, de festivals de musiques médiévales, etc.) permettent aux auditeurs d’approcher des perceptions d’un temps révolu. Comment ces spectacles deviennent-ils des supports à un voyage dans le passé ?   Le goût est également l’un des sens pouvant être mobilisé pour expérimenter le Moyen Âge. L’alimentation médiévale forme, en effet, un moyen d’entrée privilégié dans l’hHistoire. Qu’il s’agisse de reconstitutions de recettes historiques (pour lesquelles les ingrédients ne sont plus toujours disponibles) ou d’évocations de banquets, le repas médiéval semble faciliter la proximité avec le passé[7]. Le Moyen Âge devient ainsi parfois prétexte au tourisme, notamment dans les cités à fort patrimoine médiéval. Dans ce contexte, les escapades dans les « tavernes » ou « auberges » proposées aux visiteurs sont nombreuses. Au-delà, les lieux de convivialité tels les bars peuvent aussi prendre des noms à consonance médiévale et proposer un cadre qui fait écho à cette époque. Dès lors, comment la mise en scène d’un lieu produit-elle un sentiment de dépaysement ? Comment les diverses formes de représentations de l’alimentation médiévale permettent-elle de se projeter hors du temps quotidien ?   Ainsi, les expériences et expérimentations corporelles et sensorielles forment des portes d’entrées privilégiées vers le Moyen Âge, dans une logique somme toute très hédoniste. Promesses de reconstitutions à l’identique ou manières de réinventer la période médiévale, ces formes d’évasion questionnent aussi, en creux, les représentations du Moyen Âge telles que véhiculées dans nos sociétés contemporaines. Au-delà, les loisirs qui mobilisent l’histoire médiévale sont révélateurs des réappropriations faites de cette période et des imaginaires qui la sous-tendent. Il s’agira ainsi de s’interroger aussi bien sur les conditions d’_expression_ d’un Moyen Âge favorisant l’immersion temporaire dans un passé pourtant révolu, que sur les différents modèles et formats proposés, permettant de « ressentir » le Moyen Âge.     Quel que soit l’angle d’approche choisi (fiction ou corporéité), la question n’est pas, ici, d’évaluer la « véracité » historique des diverses formes de recréations/reconstitutions existantes, ni d’interroger les enjeux de la patrimonialisation auxquels sont par exemple confrontés les musées, mais bien d’approfondir les raisons et les motifs de ces réappropriations fictives, corporelles et expérimentales de la période médiévale.
Ces réflexions doivent être abordées selon un angle pluridisciplinaire. Les propositions de communication pourront ainsi relever du champ des sciences humaines et sociales (sociologie, ethnologie, histoire, archéologie, sciences de l’information et de la communication, etc.) mais aussi du domaine de la littérature, des études visuelles et cinématographiques, etc.   Ce colloque est organisé en partenariat avec la ville d’Autun qui accueillera les intervenants, avec l’association Modernités Médiévales, et il fait partie de l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs).      

Comité scientifique : Anne Besson (Université d’Artois) Florian Besson (Actuel Moyen Âge) Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne) Estelle Doudet (Université de Lausanne) Laurent Di Filippo (Université de Lorraine) Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté)     Les propositions de communication (environ 2 000 signes et 5 mots-clés) ainsi qu’une courte biographie seront à faire parvenir conjointement à audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr et  justine.breton@univ-reims.fr pour le 30 mars 2021 au plus tard.     Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant avril 2021 Réponse aux contributeurs : courant mai 2021  


[1] William Blanc, « ‘Le gras, c’est la vie !’ Festins à la cour du roi Arthur », dans Florian Besson et Justine Breton, Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2018, pp. 207-220.

[2] Sur la construction des représentations du Moyen Âge et la stigmatisation de cette période, voir Herrs Jacques, Le Moyen Âge, une imposture, Paris, Perrin, 2008.

[3] Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, 2019.

[4] Reenactment/Reconstitution. Refaire ou déjouer l’Histoire ?, colloque dirigé par Estelle Doudet et Martial Poirson, Cerisy, 22-29 septembre 2018 ; Vivre et faire vivre le Moyen Âge, colloque dirigé par Laure Barthet, Patrick Fraysse et Sylvie Sagnes, Carcassonne, 19-21 juin 2019.

[5] Audrey Tuaillon Demésy, La re-création du passé. Enjeux identitaires et mémoriels, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2013.

[6] Anne Besson (dir.), Fantasy et Histoire(s), Chambéry, ActuSF, 2019.

[7] Julie Deramond, « Revivre le Moyen-Age le temps d’un repas : le restaurant médiéval », communication proposée lors du colloque Vivre et faire vivre le Moyen Âge, Carcassonne, 19 juin 2019.

Attachment: S’évader au Moyen Âge-2.pdf